Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas
Forum classé NC-17
 
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

[Attention] l'inconvénient d'une poupée
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Massaichuu ~¤~ -> Hôtel Nami
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Akane Kazahana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Mai - 18:57 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

En voyant son regard, Akane sentit un frisson parcourir son corps. Pourquoi avait-il l’air déçu ? Il s’était passé quelque chose d’inquiétant ? Sans un mot, il observa le sac jusqu’à ce qu’il lui réponde. C’était pour lui ? Il n’avait pas le souvenir de lui avoir demandé quoique ce soit… Ou de montrer qu’il attendait une attention toute particulière. Et depuis quand il s’occupait de lui de cette façon ?! Oui, ça le sciait d’entendre dire qu’au final, c’était en partie pour son bien. Le blondinet grommela les yeux dans les vagues. Il avait des airs de petit garçon qui semblait être contraint d’obéir. L’inconnu jouait avec lui, comme s’il était son pantin… Il l’avait trimballé dans toute la ville tout en le faisant agir à sa guise. Cependant ils avaient une chose en commun, ils étaient tous deux avec la volonté de découvrir l’identité de l’autre.

En guise de réponse à l’énoncé du lieu, il haussa simplement les épaules. Un quatre étoiles lui suffisait amplement, il y avait d'autres lieux nettement plus repoussants. Il ne s’attendait pas non plus à être invité chez monsieur. De toutes façons, il avait bien conscience que mettre un pied chez lui signifiait repartir passablement refroidi. Lui, qui n'avait même pas encore préparé les papiers pour donner son corps à la science ! En dehors de ça, il détestait cette façon que l’homme avait d’étaler de manière assez explicite et mesurée son importance. Ça lui faisait penser à un os qu’on agitait devant un chien. Mais Akane n’était pas assez fou pour montrer que ça l’intéressait réellement. Tant que l’homme était là, il garda son calme… Une fois parti, il pourrait fulminer plus qu’il n’en faut.


« - Mais il se prend pour qui ce type ?! Je suis pas un jouet qu’il habille et déshabille comme il veut ! »

Ce fut un cri dans le vide. Etant seul, il pouvait bien hurler, jusqu’à s’en casser les cordes vocales, autant qu’il le voulait, surtout que le chauffeur ne devait pas vraiment l’entendre. En plus, on se contrarie rarement soi-même. Enfin, ça ne l’avançait pas non plus à grand-chose et il ne put s’empêcher de lancer un regard noir à la chemise et au pantalon. Maintenant qu’allait-il faire ? Il avait vraiment envie de déchirer les vêtements apportés et de se pointer devant lui avec sa combinaison… C’est vrai que cette dernière avait besoin d’un bon lavage, peut-être parce qu’il s’en servait réellement pour réparer sa voiture ? Quand bien même, elle était très bien sa combi. Elle lui donnait le petit grunge du mec qui a oublié comment fonctionnait sa machine à laver et qui à force de trainer partout réussissait à user ses vêtements. Furieux, il frappa contre la portière sachant pertinemment, qu’il ne pourrait que se blesser. Effectivement, c’était bien fermé. Pour le coup, il était vraiment en cage. Un peu exigüe et manquant de confort la cage. Heureusement, il ne souffrait pas de claustrophobie... Malheureusement, il devait enfiler les vêtements laissés par Monsieur.

Akane profita de sa solitude pour réfléchir. Il se rappelait bien le modèle de la voiture, dans laquelle il était. Certes, le modèle était suffisamment banal pour qu’il soit difficile de mettre la main sur la bonne voiture. Mais si on considérait les aménagements, qui y avaient été faits pour la sécuriser, ça permettrait de limiter le nombre de propriétaires. Bon, l’inconnu était bien trop prévoyant pour utiliser son véritable patronyme… Il essaierait tout de même de piocher des informations du côté de ses fournisseurs. Les pièces, qu’il achetait, n’avaient pas vraiment de provenance très légale, mais les types avaient toujours des petites choses très intéressantes à lui raconter. A contre cœur, il retira ses bottes abimées avant de quitter sa combinaison. Il se demandait ce que pouvait bien faire le chauffeur… Parti avec l’homme ? Entrain de se rincer l’œil ? Après avoir enfilé le pantalon beige, il ne put retenir une moue. Dès que tout ça serait fini, il remettrait ses affaires ! Puis ce fut au tour de la chemise blanche… Sa conclusion fut que se changer dans une voiture n’était vraiment pas une expérience à renouveler.

De quoi avait-il l’air franchement ? En plus, ça n'était même pas à lui... S’il le prenait comme ça, Akane jouerait au petit prince capricieux. Et le petit prince s’ennuyait ferme ! Il faisait bien sombre dans la tour et il n’y avait même pas de musique… Alors là, notre cher prince ne pouvait tolérer, ce qui convenait de nommer un affront ! Le méchant roi avait-il les oreilles sensibles ? Rien qu’à cette idée, il ne put s’empêcher de sourire. Le blondinet posa une main sur la vitre et se mit à tambouriner dessus. Le rythme lent finit par s’accélérer, selon ce qu’il avait en tête, il changeait, mais ce qui ne changeait pas, était bien son sourire. Manifestement toutes les poupées n’étaient pas sages et sortables… Et puis, c'était pas de sa faute ! Fallait pas l'enfermer...


Dernière édition par Akane Kazahana le Mar 22 Mai - 21:00 (2007); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 12 Mai - 18:57 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rin Seyan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Mai - 20:13 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Seyan revint quelques minutes plus tard avec les clefs d’une chambre. Il déverrouilla les portières, invitant ainsi le passager à sortir du véhicule. Lui-même récupéra les effets qui restaient. Il fut satisfait de constater que son jeune ami avait daigné mettre les vêtements qu’il lui avait apportés.

« C’est beaucoup mieux ainsi. Tu dois être beaucoup plus confortable, non ? »

Une fois les portières refermées, comme un signal, le moteur de la voiture démarra et s’en alla laissant les deux hommes derrière. Seyan lui fit un signe pour le suivre. Comme toujours, il marchait avec une extrême élégance, les pans de son mentaux blancs flottant dans son sillon.

« Si j’étais toi, je n’essaierai même pas de m’enfuir. Je suis peut-être seul, pour l’instant, mais je suis parfaitement capable de te poursuivre et de te rattraper. De plus, j’ai contacté une ou deux personnes qui ne devraient pas tarder. Elles vont surveiller les alentours et je leur ai donné une description précise de toi… et de tes nouveaux vêtements. Tu ne seras pas difficile à retracer. »

Il semblait particulièrement fier de son coup. Ils s’arrêtèrent devant une porte. Seyan y glissa la clef et dans un léger déclic, elle s’ouvrit. Comme il l’avait imaginé, la chambre était toute simple, mais confortable. Le lit semblait constituer le principale de tout l’ameublement.

« Zut, il n’y a qu’un seul lit… »

Il invita Akane à entrer dans leur nouveau petit nid douillet et referma la porte à clef. Oui, il avait franchement tendance a enfermer les gens qu’il côtoyait. Seyan enleva son grand manteau pour le poser sur un fauteuil près de la porte et prit place sur le lit.

« Pardonne mon attitude, je suis fatigué moi aussi… tu viens ? »

Il tapota le lit à côté de lui avec un grand sourire sur les lèvres.
Revenir en haut
Akane Kazahana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Mai - 21:59 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Le bruit des portières le fit arrêter son petit manège et dès qu’il aperçut l’extérieur, il sortit. Libre, enfin façon de parler, vu qu’il devait suivre quelqu’un. D’un air presque désolé pour lui-même, Akane se détailla des pieds à la tête. Ils n’avaient pas vraiment la même morphologie… La chemise et le pantalon le renvoyaient à l’époque, où il empruntait les affaires de son père. Son air de gamin qui avait grandi trop vite lui tapait sur le système. M’enfin il plaisait davantage à monsieur… Pas la peine de préciser, qu’il en était fort aise et qu’il s’en foutait royalement. Jouant sur le registre du jeune homme offusqué de bonne famille, il gratifia son ‘bienfaiteur’ d’un regard outré. Oui, il avait très envie de mordre.

« - Vous êtes prié de ne pas penser que vos goûts vestimentaires et les miens sont identiques et que vous savez ce qui est bon pour moi. »

Etait-il obligé de lui rappeler qu’il détestait ce qu’il portait ? Il devait remonter mine de rien sa chemise de temps en temps, s’il ne voulait pas finir les épaules dénudées… Les vêtements lui donnaient l’impression d’être ce qu’il n’était pas. Le départ de la voiture sonnait le glas d’une étape achevée et le début d’une nouvelle. Akane se trouva enchanté de savoir, qu’il mobilisait autant d’hommes pour sa personne. Il ne le lâchera pas tant qu’il n’aurait pas eu ce qu’il voulait hein ? Qui plus est, il est quasiment entrain de se vanter de sa prévoyance… Un rictus agacé vint animer son visage avant de retomber dans une impassibilité, qui lui allait plutôt bien.

« - Dommage, j’aurais bien voulu vous voir me courir après, juste pour vous tester. Et sinon vos chevilles pas trop enflées ? »

Sans en rajouter une couche, Akane le suivit dans l’hôtel. Des grooms s’agitaient dans tous les sens dans le hall montant des sacs dans les chambres. Les clients présents se voulaient discrets et n’osaient pas dévisager les autres personnes. Ils donnaient l’impression d’être tous fautifs… Les mains dans les poches, tout en se tenant droit comme un i, le blondinet avançait toujours à la suite de monsieur jusqu’à la chambre. Gnagnagna un seul lit, mais quel hypocrite, incroyable. Quand on réservait, on avait toujours la possibilité de choisir entre chambre simple ou double. Prêt à ce que la sentence tombe, il pénétra dans la chambre jetant des regards suspects. Il ne put s’empêcher de soupirer en entendant un nouveau déclic métallique. S’il était maniaque, fallait consulter… S’il voulait, on pouvait même chercher un psy pour lui dans l’immédiat. Alors qu’il était encore debout parcourant la chambre dans toute sa largeur, l’homme alla s’allonger et là… Il pensait avoir vécu un certain nombre de situations ahurissantes, pourtant en une nuit, il en avait accumulé plus que pendant certaines semaines. Piqué au vif d’être pris pour une peluche et surtout au bord d’une nouvelle crise de nerfs, les yeux noisette lui adressèrent un regard méprisant.

« - Monsieur m’en voit totalement désolé, mais je lui fausserais compagnie et lui conseillerais de prendre le doudou de ses jeunes années ou autre objet. »

En réalité, ce qu’il pensait avait une forme beaucoup plus triviale… Qui avait décrété qu’une poupée devait obéir au doigt et à la l’œil ? Ahlala, dormir avec lui ? Non, mais il aurait tout entendu… Quel âge avait-il pour le faire marcher dans ce genre de combines ? Sur ses amicales paroles, il lui jeta sa chemise à la figure et partit en direction de la salle de bain. Cette dernière n’avait pas loquet… Pour une fois, qu’il regrettait de ne pas pouvoir être enfermé… Qu’il vienne pas profiter de la situation… Et qu’il prenne pas son geste pour une invitation… De toutes façons, s’il était fatigué, Akane espérait être tranquille au moins le temps d’une douche. Le blondinet sortit d’abord une serviette et un peignoir, puis se déshabilla. Se plaçant sous la pomme de la douche, il commença par une douche tiède avant d’en prendre une brûlante. Ses cheveux finirent par se plaquer sur son visage laissant les gouttes d’eau sur son corps. Une chaleur suffocante s’installa bientôt dans la pièce. Néanmoins, le blond ne s’en souciait pas. Songer, qu’une cloison le séparait de l’homme, le rassurait… un peu… On fait avec ce qu’on peut.
Revenir en haut
Rin Seyan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Mai - 22:49 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Seyan adorait le caractère farouche d’Akane. Il désirait tellement lui tenir tête. Dire qu’une heure plus tôt, il était sur le point de s’abandonner à lui. Maintenant, il semblait avoir reprit totalement ses esprits, reprenant ainsi son combat. Malheureusement, Seyan pouvait se montrer patient dans certaines occasions. Il était aussi habité d’une curiosité morbide qui le poussait à voir jusqu’où il pourrait pousser Akane. Il voulait le faire céder pour ensuite le possédé jusque dans son âme.

« Je t’aurais. »Souffla-t-il. Je t’aurais… »

Son sourire devint étrange, presque fou, mais aussi terriblement séduisant. Seyan ferma les yeux. Il entendit vaguement la porte de la salle de bain s’ouvrir, mais aucun loquet se fermer. Ce n’était pas le genre d’hôtel nécessairement bien entretenu. S’il avait été moins fatigué, il se serait immédiatement lever pour aller rejoindre Akane dans la douche. Mais non, il resta étendu sur le lit. Ses pensées vagabondèrent pendant un moment. Il pensa à la journée qu’il venait de traverser. Il avait perdu deux hommes. Pas une grande perte, ce n’était que des gardes du corps. Après tout, ils étaient payés pour sauver la vie de leur employeur. C’est ce qu’ils avaient fait. Ils avaient donc gagné donc leur place au paradis. Des nettoyeurs devaient être passé pour faire disparaître les traces gênantes et les corps. C’est dans le hall de l’hôtel qu’il avait remarqué que son manteau était taché par quelques fines gouttelettes de sang. Un bras bien placé suffisait à les masquer à la vue des autres, mais son beau manteau était gâché. Il lui avait tellement coûté cher. Rin Seyan aimait les beaux vêtements. Il dépensait une véritable fortune dans ce genre de choses. Des souliers aux lunettes soleil, tout était étudié pour lui donner la plus belle allure possible. Jamais qu’il supporterait se présenter aux autres de façon négligé. D’expérience, il savait que l’apparence comptait. Plus tu paraissais bien, plus on te respectait. De cette façon, on pouvait sans problème distinguer le criminel de bas étage du vrai professionnel, celui qui réussissait.

Le bruit de la douche avait quelque chose de délicieusement apaisant. Sur le lit, Rin Seyan sentait ses membres s’engourdir. Il sombrait doucement vers le sommeil sans tenter de le combattre. Après tout, Akane pouvait aussi bien tenter de le tuer. Cette idée ne le fit même pas tressaillir. Ainsi, il s’endormi, une main posé sur sa poitrine, se soulevant au rythme de sa respiration. Ses longs cheveux noirs auréolaient sa tête. Son visage était éclairé par des rayons de lune laissant entrevoir des traits détendus. Même endormi, sa bouche ourlé de lèvres généreuse semblait continuer à sourire. Peut-être que les images qu’il voyait dans sa tête étaient particulièrement agréables. Nul ne pouvait le savoir. Rin Seyan était un homme aux milles secret, à commencer par son nom. On le connaissait comme Rin, comme Seyan ou encore Rin Seyan. Parfois, il en prenait un autre, selon l’inspiration du moment. Son passé était aussi un mystère. Comment en était-il arrivé là ? D’instinct, on parlait d’une enfance difficile… Ce n’est pas le genre de détails difficiles à trouver. Mais en quoi avait-elle été difficile ? Sa mère était morte, on disait que c’était sa faute. La haine des autres l’a pervertit pour donner ce qui est maintenant étendu sur ce lit d’hôtel. Que serait-il devenir sinon ? Avec la tête qu’il a, peut-être un prostitué. Néanmoins, son intelligence, il ne l’avait inventé… c’était elle qui lui permettait de survivre dans un monde où beaucoup voulait sa peau.
Revenir en haut
Akane Kazahana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Mai - 23:59 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Du chaud, il passa progressivement au froid pour finir par le glacé. Rien de telle qu’une douche glacée pour vous remettre d’aplomb. Avec l’eau frappant le bac de douche, il n’entendait même pas, s’il y avait du bruit dans la pièce voisine. Pensivement, il coupa l’eau et tendit le bras pour attraper la serviette. Il plongea son visage de dedans avant de faire disparaitre les gouttes d’eau de son corps. Il était agréablement surpris de la fatigue de l’homme. Il n’aurait jamais pensé pouvoir prendre sa douche en toute tranquillité. Alors qu’il enfilait le peignoir, ses yeux se posèrent sur le pantalon. Il était très bien coupé et devait avoir coûté un certain prix. En y repensant, le brun était habillé avec soin… Au contraire chez Akane, l’apparence signifiait peu. Ce n’était pas son problème de ressembler à quelque chose ou d’avoir l’air de rien. D’avoir un semblant d’allure ou d’avoir des airs de vagabonds. Pour lui, ça ne voulait rien dire, parce que ça ne changeait pas, ce qu’il était. Il n’avait pas besoin de cette carapace, qu’il trouvait futile et qui convenait mieux aux hommes ayant de multiples facettes. Néanmoins, le blondinet se baissa pour ramasser le pantalon et le plier proprement. Une fois, s’être acquitté de cette tâche, il ouvrit doucement la porte, comme s’il craignait de signaler sa présence…

Posant ses mains sur ses hanches, il regarda monsieur entrain de dormir. Comment pouvait-on dormir avec un sourire de bienheureux, quand on était un escroc ? C’est vrai, qu’il était capable d’avoir des remords et parfois une conscience encombrante, et par conséquent, il ne pouvait pas vraiment comprendre de quoi il en retournait. Enfin, ses rêves lui semblaient plaisants, grand bien lui fasse. Faisant le moins de bruit possible, Akane commença par chercher une trace de la clé. Zéro. Il ne restait donc plus que le manteau. Sans rien défaire, il le tâta prudemment pour voir, si une forme correspondait à ce qu’il cherchait, mais là aussi chou blanc. Mais où avait-il mis ce foutu sésame ? S’il dérangeait son manteau, le brun s’en apercevrait… Donc, il était bel et bien condamné à attendre que monsieur se réveille. Jetant l’éponge, il s’appliqua à mémoriser les traits de l’homme, puis finit par se poster à la fenêtre. Si la nuit, tous les chats étaient gris, c’était aussi valable pour les escrocs. Son front vint rencontrer la vitre, pendant que ses yeux scrutaient la rue. Des hommes semblaient faire une ronde. C’était du sérieux… Le blond fit glisser doucement le peignoir de ses épaules… Les yeux fixés sur les allées et venues des hommes, il passa une main sur sa peau comme pour la masser.

Il ne s’était pas vraiment de mourir, mais surtout pour sa liberté. Est-ce qu’après il retrouverait sa liberté de mouvement ? Ou bien deviendrait-il une poupée, à qui on donne on offre un semblant de liberté pour mieux la contrôler ? Qu’est-ce que son père aurait fait ? Perdu, Akane se mit à tortiller une mèche de cheveux. Il ne voulait plus appartenir de force à quelqu’un... Pour lui, ce chapitre était clos et ne devait pas se réécrire. Comment pouvait-il faire pour fuir cet homme ? Appeler le service d’étage et fuir était peine perdue, les hommes de main auraient vite fait de le trouver. Il aurait fallu qu’il récupère un des uniformes des grooms, mais là aussi comment faire… D’une petite voix, il se surprit à chuchoter…


« - Je veux rentrer à la maison… »

Comme si quelqu’un allait le ramener… Mais il n’avait plus vraiment de maison… Dans le sens, où il n’y avait personne qui l’attendait et qui lui donnerait un tendre sourire à son arrivée en lui disant bienvenue. Il n’y avait plus qu’un grand appartement en chaos, avec des volets quasiment fermés 24h/24, dans un quartier où personne n’irait le chercher. Il n’y avait plus rien et lui ne désirait plus grand-chose… Parfois, les poupées sont chiantes, elles ne savent pas ce qu'elles veulent et pour se venger de cette confusion, elles tiennent à leur monde...
Revenir en haut
Rin Seyan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 13 Mai - 03:04 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

La clef n’était pourtant pas si loin. Évidemment, Rin l’avait gardé sur lui. Si Akane se sent le talent du pickpocket en lui, il peut toujours s’essayer de lui faire les poches. Toutefois, il avait besoin d’être habile, car Seyan a le sommeil léger. Un autre des désavantage de son métier, toujours dormir d’une oreille sauf lorsqu’il est chez lui et qu’il aide un peu la nature. Oui, Seyan connaissait l’usage des somnifères.

Oui, son sourire laisser présager de jolis rêves peuplés de jolis jeunes hommes d’origine exotique qui avaient tous ce sourire affamé que Seyan aimait tant voir. Puis, tout à coup, l’image changea. Seyan se retrouva plonger dans un paysage qu’il connaissait bien, trop bien.

Il vit la rue de son enfance avec tous ces petits détails. La haute palissade de bois qui entourait un terrain vague. On interdisait aux enfants d’y jouer, car il était le théâtre de trafics de toutes sortes. Il y avait souvent des fusillades et il ne se passait pas un mois sans qu’on trouve au minimum 5 corps. Les maisons aux façades tristes. Certains tentaient de les égayer avec des fleurs. Il se souvenait de la voisine d’en face. Elle aussi était malade, mais elle faisait pousser de jolies fleurs. Elle travaillait longtemps à l’extérieur pour les garder en bonne santé. Avec du recule, Rin était persuadé que c’est tout ce temps passer sur ces plantes qui l’a tué.

Seyan marcha de long du chemin. Il savait où celui-ci allait le mener. Immanquablement, ce rêve se terminait toujours de la même façon. En même temps, l’expression de son visage changea, le sourire avait disparu. À la place, on pouvait y lire l’inquiétude et même l’appréhension. Rin s’arrêta devant la petite maison, témoin de son enfance.

« Seiichi ! C’est l’heure de manger! »

Une violente quinte de toux suivit cet appel. Seyan la reconnu immédiatement, c’était sa mère. Oui, toujours le même manège. Il n’était plus le bel adulte qu’il est aujourd’hui, mais le gamin impuissant devant la mort de sa mère.


« Oui, j’arrive… » Il disait ces mots dans son rêve, mais il les marmonnait aussi dans la réalité.

Seyan suivit la petite allée de la maison, gravit les quelques marches du perron et poussa la porte de la demeure, non sans redouter ce qu’il allait voir à l’intérieur. Tout était exactement comme dans son souvenir, malheureusement. Il marcha jusqu’à la cuisine. Elle était dans un désordre totale. Des chaudrons sales jonchaient le sol et une pauvre femme au dos voûté par la maladie se tenait au centre de tout cela.


« Je suis là, on mange quoi ? »

La femme ne lui répondit pas, elle s’écroula plutôt sur le sol.

« Maman ! »

Il se précipita sur elle, mais avant qu’il l’ai atteint, son frère et sa sœur s’interposèrent entre eux. Ils avaient ce regard menaçant qu’ils avaient juste avant de commencer à le frapper.

« Tu l’as tué ! »


« Non, c’est pas ma faute ! »

« Oui, si tu n’étais pas né, elle ne serait pas tomber malade ! »

« Je ne voulais pas, je ne l’ai pas décidé… »

Seyan commençait sérieusement à s’agiter sur le lit. Il agissait comme s’il se protégeait contre des coups, se recroquevillant sur lui-même en gémissant. D’un point de vue extérieur, cela pouvait sembler ridicule, mais dans sa tête, il avait vraiment peur de quelque chose.

« Seiichi est un menteur, Seiichi est un meurtrier !!! »


« Non ! »

Seyan se redressa brusquement dans le lit. Il regarda partout autour de lui. Sur le coup, il ne semblait pas se souvenir de l’endroit où il se trouvait. Il fixa même Akane d’un regard glaciale comme s’il lui disait : Que fais-tu dans ma chambre ? Néanmoins, son expression disparu très vite pour laisser place à un total désarrois. Il se laissa tomber sur le lit.

« Je suis coupable de beaucoup de choses, mais je ne l’ai pas tué… »
Revenir en haut
Akane Kazahana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 13 Mai - 09:35 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Au départ, trop préoccupé par ses songes, Akane ne prêta pas attention aux marmonnements, ni aux mouvements. Il était comme dans une petite bulle qui filtrait avec soin les bruits extérieurs. Puis ses yeux se détachèrent de la silhouette des hommes. Son front se décolla du verre froid et son corps s’écarta de la vitre, comme si maintenant il en avait peur. Jusqu’au moment, où un cri brisa le silence de la pièce. Le blondinet sursauta… Il était tellement effrayé qu’il se plaqua contre le mur, une main sur le cœur. Lentement, il finit par reprendre sa respiration. Apparemment, monsieur n’allait pas bien… Il dut donc convenir que même certains escrocs pouvaient faire des mauvais rêves. Une chose était sure, ce fut tellement spontanée, que ça ne pouvait être un tour. Toutefois, le regard que lui adressa l’homme le figea sur place. Il eut la sensation que du froid vint prendre possession de son corps sans qu’il puisse y faire quelque chose. Est-ce que c’était de… sa faute ? Est-ce qu’il aurait du dormir avec lui ? Akane ne supportait pas cet état d’esprit, qu’il avait hérité de sa mère. Il n’avait rien à se reprocher, point barre.

Lorsque le regard disparu, il hésita sur la démarche à suivre. Maintenant, il avait peur que l’homme ne soit dans un de ces états dans lequel il fasse n’importe quoi. De qui parlait-il ? De quel meurtre l’accusait-on ? Enfin, s’il disait, qu’il ne l’avait pas tué, Akane pouvait être rassuré… non ? Prenant son courage à deux mains, le blondinet s’avança vers l’homme. En l’observant sous cet angle, le cours des choses paraissait être revenu. Néanmoins, il nota que c’était la première fois, qu’il ne le voyait pas sur de lui. Mais Akane n’était pas pour autant rassuré. Qui le serait après avoir été en face de ce qui pouvait laisser entrevoir une cruauté sans nom ? Il s’assit sur le bord du lit à côté du brun. Avec douceur, il glissa une de ses mains sur son front, puis baissa son visage vers le sien.


« - Monsieur…»

Sa voix avait quand même une nuance d’inquiétude… Dit de cette façon, il avait plus l’air d’être un serviteur, qu’autre chose… Une poupée se doit de se soucier de monsieur… Mais s’il cherchait un valet, il aurait du le dire avant, Akane lui aurait recommandé quelqu’un. Cependant, il essayait de ne pas trop y repenser, sinon il serait encore perdu pour agir. Il ne savait pas si ce qu’il faisait, était bien ou était mal. Il ne savait même pas comment l’homme allait le prendre. Soupirant tout de même soulagé de ne plus être en face du regard froid, Akane caressa son visage avant d’avancer ses lèvres vers les siennes. Sa langue passa sur les lèvres de l’homme, puis ses lèvres vinrent effleurer leurs jumelles comme pour quémander un baiser plus tendre. Le peignoir ne cessait de glisser sur sa peau et de sa main libre, il tentait tant bien que mal d’en empêcher la chute.

« - Monsieur est-ce je peux faire quelque chose ? »

Mais c’est que ça devenait malsain ce p’tit jeu... Il n'était pas son jouet. Décollant son visage de celui du brun, sa tête alla se poser contre le torse de l’homme attendant patiemment. Ses cheveux blonds se dispersèrent sur le haut de l’homme. Ses paupières se baissèrent se concentrant sur sa respiration. Le blondinet ne se rappelait plus ce qu’il attendait, tellement il avait attendu certaines choses. Qu’il le prenne ? Qu’il le libère ? Qu’il lui parle de lui ? Quelle raison l’avait poussé à la suivre ? Une seule ? Toutes ? Il était pour le moins perdu… Il se mettait à penser à une chanson et s’il avait été possible d’entendre ce qu’il y avait dans son esprit, on aurait surement entendu

‘Do I like to have confusion?
Yes, I do
Am I, am I in any danger?
Yes, I am
Do I like what‘s happening?
Yes, I do
And can I deal with it directly?
Yes, I can’


Dernière édition par Akane Kazahana le Dim 13 Mai - 17:45 (2007); édité 1 fois
Revenir en haut
Rin Seyan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 13 Mai - 17:33 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Non, il n’y avait pas grand-chose qu’Akane pouvait faire. Seyan restait étendu sur le lit, le regard passablement absent. Il ignora complètement la présence de l’autre. Tout ce qu’il faisait, c’était de fixer un point lointain, comme s’il voyait des images que personne d’autre que lui ne pouvait voir. Il sentit à peine le poids du jeune homme sur le lit, mais il posa quand même son regard sur lui lorsqu’il posa une main sur son front. Impossible de le décrire. Peut-être, dénué d’expression ? Absent ? Désespéré ? Enfin, il n’était certainement pas agressif. Akane était maintenant si proche de lui. Il pouvait sentir son parfum, cela lui arracha l’ombre d’un sourire. Pourquoi se souciait-il de lui maintenant. Il le retenait prisonnier dans cette chambre. Des hommes à l’extérieur avaient été avertit qu’ils pourraient tirer sur lui en cas de fuite !

Sous les caresses, il ferma les yeux. Elles étaient douces, légères et presque amoureuse. Seyan se laissa faire. Il cherchait toute forme de réconfort et celle-ci était plutôt agréables. L’homme ne répondit que timidement aux baisers, effleurant à peine les lèvres d’Akane. Avec beaucoup de douceur, il posa les mains sur les épaules du jeune homme. Elles étaient dénudées et si douces. Seyan caressa sa peau du bout des doigts comme s’il craignait qu’elle ne s’effrite sous son toucher.


« Il n’y a rien que tu puisses faire. Mais… »

Seyan marqua une pause. Comment formuler cette question ? La tête d’Akane posé sur son torse, il joua distraitement avec ses cheveux. Ils étaient encore humides.

« Crois-tu qu’on choisit de venir au monde ? »

Selon la réponse d’Akane, celle-ci ferait de lui ou non le meurtrier de sa mère. Bon, cette histoire remontait à loin dans son passé, mais elle le hantait depuis. Il avait éliminer le reste de sa famille, tout un tas de personnes qui se mettaient en travers de son chemin, mais l’idée qu’il avait peut-être contribué à la mort de sa mère le rendait fou.
Revenir en haut
Akane Kazahana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 13 Mai - 20:21 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Si quelqu’un avait demandé à Akane, pourquoi était-il soudain aussi doux, il n’aurait pas su répondre. Il se disait juste que c’était l’attitude, qu’il devait adopter à ce moment précis. S’il pensait trop, il connaissait très bien le chemin, qu’il emprunterait. Ce même chemin, qui l’avait déjà assez détruit. Le blondinet se retenait de penser, mais une part de lui était déjà loin. Elle le fut encore plus à la question de l’homme… S’il avait pu choisir en connaissant parfaitement le futur, il ne serait pas né. A quoi ça rimait de voir son père refroidi dans une maison ravagée ? A quoi ça rimait de voir sa mère souffrir sans arriver à la soutenir ? A quoi ça rimait de vivre dans la peur ? Selon lui à rien. Pourtant, il avait eu de bons souvenirs avec ses parents et ses compagnons de route, mais toute l’angoisse avait effacé le reste et la suite de sa vie n’avait été que la recherche d’un minimum de sécurité. Rencontrer des gens sur lesquels il pourrait se reposer et compter. Toutefois, estimant qu’il avait déjà quelques plaies notoires, il n’avait jamais poursuivi sa quête. Au final, il aimait sentir son être absorbé par ce qu’il faisait et n’appartenir à rien d’autre. Si le blond avait été seul, il serait parti dans un bar bruyant ou un night-club… Une ou deux bouteilles de sifflées, sans doute la prise de substances plus ou moins licites selon son humeur, une nuit à s’oublier sous les lumières artificielles psychédéliques.

Lentement, Akane se redressa. Ses cheveux avaient trempé le haut de l’homme. Néanmoins, il ne s’en soucia guère et plongea ses yeux dans les siens. Il sentait que l’homme voulait se déculpabiliser. La raison ne l’intéressait pas… Un sourire bienveillant glissa sur son visage pâle. Ses cheveux humides collaient contre sa peau. Mais pourquoi lui demandait-il ça ? Enfin à lui, en quoi son point de vue était-il intéressant... Avec précaution, il remonta le haut de son peignoir, l’arrangeant correctement, comme une de ces femmes qui se prépare avec soin avant d’aller voir son amant. Les mots sortirent avec une étrange fluidité…


« - Non, on ne choisit pas de naître et il ne faut pas se sentir coupable, alors que certains faits échappent totalement à notre contrôle. »

Ça lui allait bien de dire de telles choses, mais il en était parfaitement convaincu. S’il se sentait en peine aujourd’hui, demain il pourrait sourire et marcher la tête haute, comme si rien ne s’était passé. Il se ferait probablement assassiner verbalement par un de ses patrons, il confondrait les routes de la ville avec les pistes d’un circuit et quand le moment viendrait, il s’endormirait l’âme apaisée. Akane refusait les larmes qu’il pouvait verser, tout comme la sensibilité dont il pouvait faire preuve. C’était l’une des raisons qui le poussaient à avancer en évitant de penser au lendemain. Ses mains prirent celles de l’homme, les serrant chaleureusement. Puis ses lèvres dessinèrent une moue malicieuse…

« - Monsieur se sent-il toujours fatigué ou veut-il se détendre d’une autre façon ? »

Bon, si au début de la rencontre, on lui avait dit, qu’il finirait par parler de cette manière, il aurait crié sur tous les toits, qu’il ne fallait pas le prendre pour une marie-couche-toi-là. Mais la tournure devenait de plus en plus étrange et Akane souhaitait de plus en plus s’échapper. Sa nature était bien trop turbulente, pour qu’il se sente bien enfermé… Bien sur dans sa façon d’être, rien ne le montrait et l’attention dont il avait fait preuve était sincère… Il n’avait pas un mauvais fond le p’tit gars. Sauf que voilà, la balle retournait à nouveau dans le camp du brun. Comme à chaque fois, il n’avait pas la possibilité d’anticiper les réactions. Pourquoi ne concluraient-ils pas ce premier round afin d’en entamer un second plus tard si le hasard le voulait ?
Revenir en haut
Rin Seyan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 14 Mai - 02:06 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Seyan l’avait regardé se redresser à côté de lui. Il attendait la réponse avec une certaine appréhension, ainsi il ne le poussa pas à répondre. Rin avait besoin d’être réconforté. Il était un monstre de biens des façons, mais il ne voulait pas ajouter le titre de meurtrier de sa mère à la longue liste de ses crimes. Bien qu’elle n’ait jamais vraiment montré qu’elle l’aimait, elle n’avait jamais affirmé qu’elle le détestait. Peut-être était-il trop jeune pour s’en souvenir ? De toute façon, rien au monde n’aurait pu lui enlever le statu de mère, sa mère.

Puis Akane ouvrit la bouche pour parler. Seyan concentra toute son attention sur lui et ses paroles. Elles étaient toutes simples, mais tellement vrai. Rin se surprit à penser qu’il ne pourrait pas avoir meilleure réponse. Il faut dire que Seyan à une sainte horreur de ne pas avoir le contrôle sur quelque chose. L’idée de dépendre entièrement de quelqu’un lui était quasiment insupportable. C’est lui qui devait donner les ordres et les autres devaient les exécuter. Et, encore, s’il voulait que certaines choses soient faites à la perfection, il les faisait lui-même. Il soupira.


« Je déteste quand quelque chose échappe à mon contrôle. La possibilité que ça se termine mal est décuplée. »

Il ferma les yeux, toujours pensif, et ne protesta pas lorsque Akane lui prit les mains. Il le regarda plutôt d’une expression neutre. Il avait une idée derrière la tête. Elle était vraiment tentante, mais Seyan n’était plus d’humeur à cela. À vrai dire, il ne se sentait pas très bien, légèrement nauséeux et étourdit.

« Je suis fatigué et j’ai vraiment besoin de me détendre, mais pas de cette façon. Ton invitation est très tentante, mais j’ai l’esprit trop tourmenté. »

Rin Seyan farfouilla un peu dans les poches de ses vêtements avant d’en sortir la clef de la chambre d’hôtel. Il prit délicatement l’une des mains d’Akane pour déposer le petit objet sur sa paume.

« Ça ne vaut plus la peine que je te retienne ici. Je n’ai pas envie de rester seul, mais je sens bien que tu n’as qu’une envie, c’est partir d’ici. »

Seyan se leva du lit et alla prendre son portable qui était resté dans son manteau. L’appel fut bref, mais il avait suffit a donner l’ordre à ses molosses de ne pas s’en prendre à Akane lorsqu’il sortirait de la chambre.

« Je suis désolé, je n’ai plus tes vêtements. Prend ceux que tu veux dans ce que j’ai apporté, sauf le manteau. Mais juste avant… »

Il s’approcha d’Akane. Dans une étreinte spontanée, il l’embrassa avec ardeur. Un dernier petit souvenir de Rin Seyan. Akane n’allait sans doute pas l’oublier, avec ou sans baiser.

« Ne part pas avec la clef, je dois la rendre demain. »

Puis, sans un mot, sans un regard, il retourna au lit où il se laissa tomber comme une masse. A vrai dire, il tombait de sommeil, mais il ne voulait tellement pas refaire ce rêve.
Revenir en haut
Akane Kazahana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 11:39 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Oui, il songeait à partir pour tout un tas de raisons, bien longues et difficiles à expliquer. Ça ne valait pas la peine de s’étaler sur ça d’ailleurs… Le blondinet garda le silence jusqu’à ce l’homme ait finit de passer son coup de fil. Il ne dit rien au sujet de ses affaires. Ça ne représentait pas un investissement colossal, pas de quoi faire un scandale. Les seules choses empreintes d’une véritable valeur sentimentale étaient sur son corps. Debout, il se contenta de le fixer sans un mot… Ses doigts tenaient avec précaution le bout de métal.
Surpris par l’étreinte, Akane ne se laissa que faire. Il ne savait vraiment pas sur quel pied danser… Il était même entrain de se demander, si l’homme se rendait compte des changements. Ou à moins que le problème ne vienne de lui. Même s’il n’aimait pas la force, ne se sentait-il pas un peu perdu quand elle n’était pas présente dans les relations ? Après le décès de sa mère, la douceur relative qui l’entourait, s’était évaporée. Par la suite, il avait bien du se battre pour survivre et malgré tout, Akane savait adopter les manières d’une petite frappe. Dès lors, de batailles en soumissions, les chapitres s’étaient répétés inlassablement jusqu’au dernier, qui devait le laisser en ruine. On ne changeait pas en un claquement de doigts et pour être honnête, il ne s’était jamais penché sur son cas.


« - Vous êtes vraiment un drôle de type… »

Sa voix ne cachait pas toute la perplexité qui l’habitait dans cette constatation. Ses yeux quittèrent la silhouette de l’homme et finirent par se poser sur les différents habits. Attrapant pensivement une mèche, ses doigts se mirent à la triturer. Ses yeux suivaient les mouvements des ombres sur le sol. Un bruit sec rompit le silence… Un chuchotement s’en suivit…

« - Hm non, j’ai une meilleure idée… »

Bien sur, il aurait pu lui emprunter des vêtements, mais cela signifiait plusieurs choses pour Akane. En particulier, qu’il ne pouvait pas se balader avec des vêtements, qui ne lui appartenaient pas sans les rendre un jour. Doucement, le blondinet sortit en peignoir dans les couloirs. Alors la buanderie ? Etudiant avec minutie un plan situé à côté d’un ascenseur, il finit par repérer le local, qu’il cherchait. Seule, la sécurité devait être active à cette heure et encore… Il était probable, que les gardiens soient entrain de somnoler devant les écrans de contrôle. Une quinzaine de minutes plus tard, il revint dans la chambre avec un costume propre de garçon d’étage et une paire de mocassins noirs parfaitement cirés. Ce n’était qu’un emprunt, Akane les renverrait à l’hôtel plus tard. Anonymement évidemment.

« - Vous êtes sur que ça va aller ? »

Il doutait un peu de l’état de l’homme… Comme s’il était chez lui, il alla ranger le peignoir dans la salle de bain et retourna auprès de la fenêtre. Une lumière commençait à percer l’obscurité… Demain, hein ? N’étaient-ils pas déjà un autre jour ? Bientôt, la masse humaine circulerait à nouveau dans ces rues sans trop savoir ce qu’elle cherche. Du boulot ? De l’argent ? Du bonheur ? En tout cas, il était vraiment trop tard pour passer au night-club… Se détachant de la vue, ses pas le guidèrent près du manteau du brun. Akane sortit d’une des poches la clef et la remit à son ancien emplacement. Sans le regarder, il s’adressa à lui…

« - Je peux vous poser une question ? Pourquoi est-ce que vous… Non laissez tomber… »

Il se demandait sincèrement pourquoi il le laissait partir. Akane avait toujours cru que les hommes trempant dans la mafia, ne laissait jamais une personne en vie, surtout si cette dernière venait de passer plusieurs heures avec eux... Son jugement se devait de changer, peut-être que ces types n’étaient-il pas tous pourris jusqu’à la moelle ? Sans attendre une quelconque phrase, le blondinet sortit comme un voleur, refermant doucement la porte derrière lui. Pas la peine, qu’il se ravise et appelle ses hommes. L’escalier de secours lui servit de passerelle pour prendre le large et bientôt, il se fondit dans la ville… Il courrait sans savoir comment il allait faire pour rentrer chez lui… Il courrait sans savoir pourquoi cet homme venait de le marquer… Il courrait en sachant qu’il devait récupérer des informations sur lui…
Revenir en haut
Blake A. Mc'Owen
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 18 Mai - 19:58 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

[Premier poste]


Il craqua pour la vingtième fois une allumette, la laissant se consumer entre ses doigts fins. Il mâchonnait sans conviction un filet de bonbon de réglisse, le laissant pendouiller le long de sa bouche peu gracieusement. Jetant un nouveau coup d’œil au dépôt, il aperçut cette fois-ci l’homme qu’il attendait.

Faucon Bleu

C’est comme ça qu’il le nommait. Certes, les quelques recherches qu’il avait effectuées lui avaient donné un nom, mais il préférait largement l’appeler ainsi. Un petit sourire amusé flottait sur ses lèvres tandis qu’il écoutait attentivement l’échange .


« …longer la monnaie »

Blake eut une petite moue amusée. Accroupi, ses mains ne cessaient de bouger sur une masse informe tandis que son attention était dirigée vers le groupe d’hommes, plus loin. Lorsque le Faucon proposa le champagne, Blake rit franchement. Il allait devoir faire attention à ne pas accepter trop facilement un verre d’alcool…

Il se releva finalement, refermant sa valise avec un sourire satisfait. Bien, la transaction étant terminée, le bonhomme n’allait sûrement pas tarder à rentrer chez lui. Blake tapota sa valise amoureusement et se détourna des cadavres pour se diriger vers sa moto… L’un des gardes était éventré et l’autre avait un trou béant aux lèvres encore écarlates. Mais leur point commun ? Les deux n’avaient plus leurs yeux. Il devait passer chez lui pour déposer ces petites merveilles puis il irait ensuite dire bonjour à Rin Seyan…


~°~


En fait, les deux personnes dont Seyan avait fait appel gisaient déjà au sol, étroitement enlacés par la Mort. Blake s’en léchait les doigts, fourrant leur cœur dans un vulgaire sac en plastique. Il avait aimé les entendre battre à l’unisson. Observant l’hôtel depuis la terrasse, il soupira. D’abord, cacher les corps, ensuite… Il ne put retenir un sourire satisfait de naître sur ses lèvres. Il allait pouvoir approcher ce beau salaud, finalement. L’approche à la réception avait été d’une simplicité affligeante ; le réceptionniste n’avait fait que bafouiller durant tout leur échange et ce fut avec un certain plaisir que Blake le délaissa tremblant de leur échange.

Chambre 219. Il se lécha les lèvres avec envie, sa main caressant la porte de bois tendrement, amoureusement. Il avait vu un chaton blond sortir à pas de loup, l’air perdu dans ses pensées. Sortant de sa manche une pince monseigneur, il crocheta rapidement et efficacement la serrure, l’air de rien, et entra dans la chambre sans un bruit. Les draps étaient défaits et gisait dessus un corps détendu, à la respiration lente mais au visage tourmenté.


« Et bien, mon tout beau, on fait des cauchemars ? » murmura-t-il avec amusement.

Des menottes tournoyaient autour de son doigt avec un cliquetis incessant et l’air menaçant. Mais ce qui était le plus inquiétant était très certainement l’air extatique qu’arborait Blake. Voilà longtemps qu’il n’avait pas eu une proie aussi belle que dangereuse et le frisson d’extase qu’il sentit le long de son échine fut le signal.
Les mains du Faucon se retrouvèrent menottées au lit tandis que le canon d’une arme chatouillait son cou. Au-dessus de lui se tenait Angé en train de se mordiller la lèvre, léchant au passage une tache de sang qu’il avait omis de nettoyer. Il laissa tomber le paquet contenant les cœurs de ses précédentes victimes avec une moue ennuyée.

« Ils n’avait pas beaucoup de saveur mais quand j’ai entendu ces merveilles, je n’ai pas pu m’en empêcher… »

Il se pencha vers le visage de Seyan avec un sourire gourmand.

« Mais je suis sûr que toi, tu as beaucoup de saveurs... »
Revenir en haut
Rin Seyan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 19 Mai - 03:23 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Après le départ d’Akane, Rin Seyan déploya de nombreux efforts pour ne pas sombrer à nouveau dans le sommeil. Malheureusement, une torpeur insidieuse engourdit rapidement ses membres et son esprit et, malgré lui, l’homme sombra dans un sommeil agité. Des idées et des images défilèrent dans son esprit sans qu’il puisse les démêlés. Cependant, se tourbillon étourdissant ne le tirait pas de sa léthargie. Ainsi, il ne remarqua rien du tout lorsque l’intrus entra dans sa chambre. Non, Seyan était étendu sur le lit, ses cheveux noirs se répandant librement sur son oreiller dans une cascade noire et soyeuse. Il était vraiment loin de se douter de la suite des évènements.

Soudainement, quelqu’un le menottait à son lit. Engourdit, Seyan remua la tête de gauche à droite pour émerger de sa torpeur.


« Quoi ? Qu’est-ce que c’est… C’est toi jeune homme? »

Pendant un bref instant, il cru que s’était Akane qui était revenu se venger de son kidnapping. Pourtant, pourquoi aurait-il fait cela ? Bon, c’est vrai qu’il l’avait un peu malmené, mais il ne l’avait pas brutalisé à ce point. En fait, il avait été mou avec lui. S’il avait été en meilleure forme, Seyan se serait vraiment amusé avec lui. Néanmoins, lorsqu’il sentit quelque chose de froid dans son cou, une décharge d’adrénaline électrisa son corps chassant les derniers lambeaux de lassitude. Ses yeux ambrés se posèrent sur l’arme, puis sur celui qui la brandissait.

« Je suis supposer vous connaître ? »

Il avait beau réfléchir, son visage ne lui disait rien. Rin ne pouvait même pas dire s’il était plus vieux ou plus jeune que lui. On avait lancé sur lui un tueur à gage ? Peut-être, mais si c’était le cas, ce dernier semblait avoir une drôle de méthode. Il avait prit la peine de l’attacher et de le réveiller avant de pointer une arme sur lui. S’il avait été à sa place, il ne se serait pas embarrasser de tout ce manège. Une balle dans la tête, c’est rapide et non douloureux.

Puis, Seyan vit le sac remplit de cœurs humains bien saignant. Non, il hallucinait, pas possible ! Sur quel genre de fou furieux il était tombé ? Une pointe de dégoût traversa son visage. Non, il n’avait pas le cœur sensible et la vue du sang ne le dérangeait pas, techniquement. Toutefois, après une longue journée et peu de repos ( le peu étant de mauvaise qualité), il était plus sensible qu’à l’habitude.

« Ils n’avait pas beaucoup de saveur mais quand j’ai entendu ces merveilles, je n’ai pas pu m’en empêcher… »

À cette remarque, il pinça les lèvres.


« Ne me dites pas que se sont des morceaux de mes employés… Si vous saviez comme c’est difficile de trouver des personnes compétentes. »

Cependant, c’est à la seconde remarque qu’il tiqua vraiment. En particulier le sourire qu’il affichait, gourmant et affamé. Non, c’était hors de question ! Il n’allait pas se laisser faire ainsi. Ce n’est pas lui qu’on abuse mais lui qui abuse des autres. Ses yeux s’enflammèrent. Il agita les bras faisant cliqueté les menottes.

« C’est vraiment nécessaire ? Ces trucs vont m’empêcher de vous rompre le cou ! »
Revenir en haut
Blake A. Mc'Owen
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 19 Mai - 06:40 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Jeune homme ? Parlait-il de ce morveux qui était sorti en courant de la chambre ? Un petit sourire moqueur ourla ses lèvres et au fur et à mesure, celui-ci se transforma en un fou-rire inquiétant tant il était empli d’ironie et…et d’amusement. La situation ne s’y prêtait pas, mais à n’en pas douter que Blake prenait son pied.

« Jouera, jouera pas, jouera, jouera pas ? »

Il pouffa…puis se remit de nouveau à rire, son doigt pesant méchamment sur le cran. Lorsqu’il se calma enfin, il poussa un soupire satisfait et se caressa tendrement la nuque, le cou, l’air presque tendre. Il se pencha brusquement en avant, plantant douloureusement le canon de l’arme dans la chair tandis qu’il caressait d’une main gantée et fébrile le visage de son…compagnon de jeu. Son bandeau empêchait les autres de distinguer correctement ses traits et il fallait dire qu’il n’utilisait que rarement la vue, mais le spécimen qu’il avait là, sous la main, en valait largement la peine !
Il eut un sifflement appréciateur et une sorte de ronronnement monta de sa gorge avant qu’il ne glousse.


« Croisé avec un félin ? Magnifique, je les yeux, ceux que j’ai eus ce matin ne valent rien à côté de pareils bijoux… »

Il reprit sa position initiale d’un coup de hanche, ôtant son arme et remettant la sécurité. Aux côtés des deux cœurs traînaient deux katanas dans leur simple fourreau blanc aux pétales de sakura rouges. Quelle ironie pour une personne tel que lui !

« Je suis supposé vous connaître ? »

Blake eut un rire grave, ses lèvres entrouvertes démontrant des dents parfaitement alignées et blanches aux canines quelque peu plus pointu que la norme. Il se lécha les lèvres.

« Pas obligé, mais je peux me présenter, Rin Seyan le Faucon Bleu… Joli surnom, ne ? Je l’aime bien… Je suis un cauchemar, susurra-t-il à l’oreille du noiraud, un cauchemar nommé Blake…. Mais c’est Angé pour les intimes. Appelle-moi ainsi ! »

Il se redressa en riant une nouvelle fois.

« Après tout, je vais TOUT découvrir de toi ! »

Tirant de sa manche un scalpel, il eut un sourire amusé et affamé. Oui, il allait faire sourire cette peau pâle, il allait la faire rougir et plonger dans son cœur pour découvrir les plus intimes secrets.


« Et pour répondre à ta question, bien sûr que ce sont des morceaux de tes employés ! Quelle question ! Ne reconnais-tu pas ces merveilles écarlates, leur façon de battre et leur pulsation ? » Un sourire fou déformait son visage.

Il se pencha en avant, la lame affûtée de son scalpel glissait le long d’une douce joue, faisant saigner la peau rien qu’en la caressant. Blake ronronna de ravissement, son corps brûlant d’envie. Il avait une proie sublime, vraiment belle; sa peau sentait divinement bon, ses lèvres étaient rosies par une bonne circulation sanguine, le nez était droit et fier et les yeux…le clou du spectacle ! Un regard couleur fauve aux cils longs et sombres, soulignant leur forme et ce qu’ils exprimaient, cette fureur brûlante, c’était magnifique. Il les adorait ! Il les voulait ! Peu à peu, son visage se fit concentré, attentif et à la fois plongé entièrement dans sa tâche.


« C’est vraiment nécessaire ? Ces trucs vont m’empêcher de vous rompre le cou ! »

Blake s’arrêta à mi-chemin, le scalpel brillant juste au-dessus du visage de l’homme. Il semblait sérieusement considérer son offre…


« Mmmhh… Oui, bien entendu que ces menottes sont nécessaires, si tu gigotes trop je pourrai te crever un œil sans le vouloir ! » Cela était évident, bien entendu

Il sourit et se rapprocha de lui, plantant soudainement le scalpel dans la table de chevet.

« Mais avant, prenons un peu de bon temps tant que la chair est encore chaude… C’est bête, mais le corps humain refroidit tellement vite qu’il faut prendre du plaisir le plus rapidement possible ! »

Cela allait de soi…
Revenir en haut
Rin Seyan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 19 Mai - 13:30 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Leur entretient n’avait commencé que depuis cinq minutes, mais Rin Seyan était déjà certain d’une chose, il détestait son assaillant. Quoi de plus normal après tout, mais ce dernier se payait vraiment sa tête. Il devait peut-être commencer à savoir ce que ressent les autres quand lui-même s’amuse bien à leur dépends, mais il en n’était pas encore rendu là. Non, il ne pensait qu’à sa propre personne, sa propre survit et l’idée qu’il n’allait peut-être pas revoir le prochain coucher de soleil fut rapidement rejeté. Pas question de montrer de la peur, son agresseur s’en nourrirait et n’en serait que plus fort. Il devait absolument lui tenir tête.

« Croisé avec un félin ? Magnifique, je les yeux, ceux que j’ai eus ce matin ne valent rien à côté de pareils bijoux… »


« Hum, je serai étonner que tu saches de quoi tu parles avec le bandeau que tu portes sur les yeux. » Il parlait d’un ton à la fois ironique et désinvolte, mais sa voix se fit beaucoup plus suave lorsqu’il ajouta : « À moins que tu ais peur de l’enlever et de dévoiler ce que je pourrais lire dans tes yeux. »

Y’a pas à dire, Rin Seyan jouait avec le feu, mais il n’avait pas vraiment peur, pour l’instant. Il devait négocier avec un fou furieux, mais tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, non ? Cependant, il sentit son cœur manquer un battement lorsqu’il mentionna son nom, en fait, son surnom. Devait-il en déduire que son assaillant le surveillait depuis longtemps. Assez pour qu’il puisse le voir avec des personnes de confiance.

« Bien, tu sais comment je me fais appeler. Je constate que tu fais bien tes devoirs, Blake. »

Comme s’il pensait vraiment que Rin allait l’appeler Angé ! Non, tu rêves bonhomme, jamais qu’il n’allait le faire. Pourtant, dans la position dans laquelle il était, il était mal placé pour discuter ou pour tenir tête, mais sa fierté en dépendait. Si Blake voulait vraiment s’en prendre à lui, il découvrirait qui il était. Soit quelqu’un de fort, d’obstiné et qui n’est pas facilement déstabilisé. Néanmoins, il ne pu s’empêcher de regarder le scalpel. Il allait le découper en morceau comme il avait découpé ses employés ?

« Et pour répondre à ta question, bien sûr que ce sont des morceaux de tes employés ! Quelle question ! Ne reconnais-tu pas ces merveilles écarlates, leur façon de battre et leur pulsation ? »


« Désolé, je n’ai jamais été assez intime avec eux pour entendre leur cœur battre. »

Mon Dieu qu’il détestait se sourire. Comment pouvait-on sourire ainsi ? Un homme normal ne pouvait pas y arriver, pas même lui. Seyan était froid, tuait sans remord, mais jamais qu’il ne s’était approcher de la bestialité à se point. Il n’émit aucune plainte lorsqu’il sentit la ligne de feu tracé par le scalpel sur sa peau. Le sang afflua à la surface de la peau. Il y avait tant de petit vaisseau sanguin dans le visage. Rin pouvait presque le sentir bouillonner dans son corps. Jamais qu’il n’avait connu un tel affront.

« Sa serait bête de perdre un œil d’une façon aussi stupide… »

Sa voix semblait légèrement moins assurée sur ses mots. Ses yeux, une chose si importante pour lui ! Ils étaient la clef de voûte d’un tout, de lui. Il était grand, imposant, mais élégant. C’est cependant son regard qui le rendait menaçant appuyé par un sourire tout aussi expressif. Il allait perdre une arme importante si se malade osait lui crever les yeux, même juste un œil…

« Dis-moi, qui t’envois et pourquoi es-tu ici ? Tu sembles savoir beaucoup de choses sur moi… tu me traques ? Si c'est le cas, tu te débrouille bien car je n'ai rien remarqué. »

Un petit sourire se dessina sur ses lèvres.

«J'ai une petite idée, tu sais. Je pense que tu viens de l'un des deux clans... Yakusa, Freelance... J'ai du empiéter sur un territoire et ma tête est à prix. Je me demandais quand cela allait arriver.»
Revenir en haut
Blake A. Mc'Owen
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 21 Mai - 21:56 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Il ôta les gants qui masquaient ses doigts pâles, longs, presque arachnéens. Il y avait quelque chose d’hypnotique dans ses gestes et la façon dont ses doigts se mouvaient – comme possédant une conscience propre – et caressaient les choses. L’ongle griffait à peine la joue lorsque ses mains passèrent et repassèrent dessus, comme vénérant leur forme et leur douceur. Un sourire satisfait ne cessait d’ourler ses lèvres et lorsque son index glissa contre la blessure qu’il lui avait faite au scalpel, il recueillit le sang avec encore plus de respect qu’il n’adulait son corps. Ses lèvres donnaient l’impression d’aspirer le sang et se tentaient d’un vermillon éclatant, donnant à la pâleur de sa peau un coup d’éclat flamboyant. Il rejeta la tête en arrière, ronronnant de bonheur.

« Merveilleux… Merveilleux ! » dit-il en riant.

Il se baissa à nouveau vers Seyan et s’arrêta pour l’écouter parler.

« Hum, je serai étonné que tu saches de quoi tu parles avec le bandeau que tu portes sur les yeaux. A moins que tu aies peur de l’enlever et de dévoiler ce que je pourrai lire dans tes yeux. »

Blake se redressa brusquement, le visage sans vie. Et lentement, il sourit, d’un sourire qui disait que peu importe les critiques, cela ne l’atteindrait pas. Il semblait s’amuser comme un petit fou !

« Rin Seyan… Même si tu es sublime, tu ne mérites pas de voir un tel cauchemar ! » ricana-t-il d’une voix grave.

A nouveau il plongea sur sa proie, ses mains caressant avidement le visage sous lui, touchant et retouchant chaque partie de sa face. Ses lèvres entrouvertes, ses pommettes, son nez, frôlant ses cils et appréciant le carré de sa mâchoire. Il glissa ses doigts avec vénération dans l’épaisse chevelure, appréciant la douceur des fils noirs comme jamais personne ne l’aurait fait. Et le visage plongé dans le cou du contrebandier, Blake ronronnait. Il ronronnait pour la première fois depuis des lustres.


Un sourire de maniaque mangeait son visage et son corps plaqué contre celui du noiraud frissonnait de plaisir à l’idée de pouvoir plonger dans ce corps. Oui, il allait découvrir le dessin de ses veines et le goût de sa chaire.

« Mmmhh… Oui, ce serait vraiment bête ! »


Il rit en sentant le léger tremblement de sa voix et redressa la tête pour embrasser la pomme d’Adam avec véhémence. Ses doigts restaient plongés dans la masse chevelue sans pouvoir la quitter : il adorait leur texture et lorsqu’il plongea le nez dans celle-ci pour en respirer le parfum, un violent frisson d’extase le parcourut. Oh oui, délicieux !

« Dis-moi, qui t’envoie et pourquoi es-tu ici ? Tu sembles savoir beaucoup de choses sur moi…tu me traques ? Si c’est le cas, tu te débrouilles très bien car je n’ai rien remarqué »

Blake se releva de telle façon à se retrouver nez à nez avec l’autre homme. Un sourire amusé dansait sur ses lèvres tandis qu’il écoutait attentivement l’homme.

« J'ai une petite idée, tu sais. Je pense que tu viens de l'un des deux clans... Yakusa, Freelance... J'ai du empiéter sur un territoire et ma tête est à prix. Je me demandais quand cela allait arriver. »

Finalement, il ne put se retenir d’éclater de rire. Il dut se calmer rapidement au risque de passer une bonne heure de son temps à se bidonner…

« Non ! Non, non, non ! »

Il plongea soudainement vers Rin, plaquant ses mains de chaque côté de la tête. Une tendresse folle détendait ses traits tandis qu’il dégageait doucement une mèche qui entravait le visage du noiraud.

« Non, je ne suis pas envoyé par le Boss et je ne sais pas s’il y a un prix sur ta tête. »

Il s’allongea complètement, nichant sa tête dans le cou de son amant et embrassant la peau délicate.

« 4 mois, 16 jours et…, souffla-t-il avant de jeter un œil sur le lecteur DVD, 5h32min. »

Il déposa un autre baiser tout en caressant lentement, de ses ongles, la joue blessée.


« Voilà depuis combien de temps je te suis, Rin Seyan. »

Il y avait un mélange d’exaltation ainsi que de respect dans sa voix. Sa main se crispa soudainement et en un geste rapide et précis, il déchira la chemise de sa proie, découvrant un torse tout en muscles fins. Blake se lécha les lèvres. Sa personne respirait une gourmandise mal placée et folle et lorsqu’il tourna à nouveau la tête, un sourire presque doux flottait sur ses lèvres.

« Je rêve de te savourer depuis tellement longtemps… Et qui sait, si tu restes en vie, je reviendrai sûrement encore et encore. Jusqu’à ce que j’ai tout découvert… »
Revenir en haut
Rin Seyan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 22 Mai - 03:37 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Il avait beau ne cesser de se répéter que cet homme était encore plus fou que lui et que, de ce fait, il était en très mauvaise position, Rin ne pouvait empêcher son corps de réagir aux caresses. Il sentait ces doigts longs et fins à peine effleurer sa peau. Ce contact était volatile, mais il déclanchait en lui toute une série de sensations dont il aurait bien voulu se passer. Il ferma les yeux en tentant de s’imaginer quelque chose de vraiment désagréable, mais s’était peine perdue. Les caresses étaient beaucoup trop réelles. Il rouvrit les yeux juste à temps pour voir Blake cueillit le sang de son éraflure. Ce dernier le fit avec tant de cérémonie qu’il en stupéfia un instant Seyan qui redoutait de plus en plus la suite des évènements.

« Voilà, maintenant, je suis tombé sur un vampire… »

Malgré tout, le terme vampire avait quelque chose de réellement sensuelle. Cette idée tordue ne tarda pas à faire son chemin dans l’esprit quelque peu enfiévré de caresses de Rin Seyan. Il se devait de désamorcer la situation. Malheureusement, sa tentative pour lui faire enlever son bandeau échoua.

« Je suis ravie de savoir que je suis ravissant, mais être indigne de voir les yeux de celui qui a réussis à me prendre au piège, me vexe. »

Encore des caresses. Elles glissaient sur la moindre parcelle de peau. Voulait-il graver ses traits en mémoire ? Le voyait-il comme personne d’autre en se monde ne le voyait. Personne avant lui n’avait fait ce qu’il faisait. De son être émanait une tendresse au bord de la démence que personne n’avait exprimé envers lui. Son esprit était dégoûté, mais son corps était largement réceptif à ce genre d’attention, en particulier lorsque des doigts inquisiteurs s’insinuèrent dans sa chevelure, se fut comme si un choc électrique traversa son corps et sa peau s’enfiévra sous l’effet de la chair de poule.

« J’en conclu que tu fais parti d’un clan, mais tu es venu de ton propre gré… c’est intéressent. »

Seyan savait très bien que si ce traitement devait durer plus longtemps, il ne pourrait pas résister indéfiniment. Dans une vaine tentative, il tira sur ses liens ce qui n’eu pour effet que de blesser ses poignets

« 4 mois, 16 jours et… 5h32min »


« Tsss, depuis aussi longtemps ? Comment ai-je pu être aussi aveugle. Tu m’as croisé où pour la première fois, dans une transaction ou… »

Il s’interrompit en tentant de se dérober au baiser sur sa joue légèrement meurtrit. Malheureusement, vu la marge de manœuvre, il sentit quand même les lèvres atrocement douces de Blake. De plus, il détestait le ton de sa voix. Comment osait-il s’en prendre à lui. Puis, dans un mouvement vif qu’il ne pu prévoir, Blake déchira sa chemise dévoilant son torse. Outré, Rin le fusilla du regard.

« Cette chemise m’a coûté très cher ! »

Blake avait peut-être un bandeau sur les yeux, Seyan pouvait quand même sentir le poids de son regard sur lui. Il semblait de plus en plus avide et cela augmenta d’un cran son malaise. Dans une autre tentative, il se tortilla comme une anguille tout en tentant de replier les jambes pour lui administrer un coup de genoux.

« Je te jure que je vais te faire payer cher ton affront. Je te traquerai jusqu’au bout du monde s’il le faut… »
Revenir en haut
Blake A. Mc'Owen
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 22 Mai - 04:21 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

[Ce qui va suivre est à caractère violent et/ou sexuel. Priez de passer votre chemin si vous ne supportez pas ce genre de scènes…pour le reste, je vous souhaite une agréable lecture ;) ]



Oui… Il pouvait les sentir, toutes ces sensations qui traversaient le corps sous lui. Il pouvait sentir les muscles se bander, le papillonnement dans le ventre, la chair de poule. Tout ces choses affluaient en lui, l’excitaient follement et faisaient marteler son cœur violemment contre sa poitrine. Il sourit de plaisir. Il avait une proie parfaite ! Le pied total.
Ses mains déboutonnèrent vivement sa veste et il envoya sa cravate et celle-ci au loin, ne laissant plus que sa chemise blanche. Les deux premiers boutons avaient été déboutonnés et donnaient une vue enivrante sur le début de son torse. Le creux de ses clavicules était profond et invitait aux coups de langue, le dessin de l’os était aguicheur et un appel aux coups de dent. Blake avait l’air de s’amuser comme un fou.
Et lorsque Rin tenta de lui ôter son bandeau, il rit, d’un rire tel qu’il était très certainement interdit d’en avoir. Mélange explosif de démence et de douceur, épicé par une pointe de moquerie et d’amusement. Le tout sonnait parfaitement bien dans la chambre.


« Je suis ravie de savoir que je suis ravissant, mais être indigne de voir les yeux de celui qui a réussi à me prendre au piège, me vexe. »

Pour toute réponse, il haussa les épaules avant de revenir vers lui pour donner un coup de langue sous son menton. Il s’en fichait bien de l’avoir vexé, grand dieu ! S’il devait à chaque fois réaliser le caprice de ses victimes, il serait à l’heure actuelle en Enfer en train de lécher Lucifer et de le baiser – ou inversement ! Il se releva et sembla plonger son regard dans celui, fauve, de son interlocuteur. Et comme s’il avait lu dans ses pensées, il parla d’une voix calme, presque douce :


« Personne ne peut voir en toi ce que je vois, personne ne peut te faire ressentir ce que je te fais ressentir et pour cela, jamais tu ne pourras m’oublier. Q’importe la volonté que tu y mettras, qu’importe ce que tu feras, lorsque tu me reverras, tu te souviendras de tout ceci… De Moi ! »

Ses mots avaient une assurance déroutante, voire même dégoûtante. Son index redessinait la courbe de sa mâchoire, glissait sur son menton et vénérait les lèvres de Seyan avec douceur et tendresse. Presque amoureusement, il déposa un baiser furtif sur lesdites lèvres avant de sourire à nouveau.

« Non, c’est toi qui es intéressant… Oui, toi et ta complexité, toi et tes secrets ! »

Il rit une nouvelle fois en entendant le raclement des menottes contre le montant du lit et s’avança pour embrasser les poignets blessés. Ses lèvres se firent câlines sur la peau griffée et il sortit le bout de sa langue pour lécher celle-ci, apaisant les légers tiraillements qu’il devait y avoir. Lorsqu’il revint au niveau du visage, il se léchait à nouveau les lèvres et se caressait le cou.

« Je t’ai aperçu lors d’une transaction. Je venais de finir mon boulot, le nettoyage après ton passage une fois, c’était moi… »

Il gloussa avant de reprendre.

« J’avais espéré trouver quelques merveilles ce jour-là. Les mains que j’avais récoltées étaient sublimes et les yeux vairons innommables, mais lorsque je t’ai aperçu… »

Il rit, ne finissant pas sa phrase et préféra se concentrer sur les attentions qu’il portait à son partenaire non-consentant. Ses lèvres s’attardaient gentiment sur la jointure entre l’épaule et le cou tandis que ses mains restaient assez sympathiques en ne faisant que caresser les abdominaux de l’homme. Une tablette de chocolat ! Miam ! Ses doigts fins taquinèrent le nombril avec amusement tandis que sa langue glissait jusqu’au milieu de la poitrine.[/i

« Je te jure que je vais te faire payer cher ton affront. Je te traquerai jusqu’au bout du monde s’il le faut… »

« Oui, traque-moi donc ! J’adore jouer au chat et à la souris ! »

[i]Il mordit brusquement la peau tandis que ses doigts se plantaient durement dans les flancs de son compagnon jusqu’à l’en faire saigner. Un rire étrangement rauque, bas et sadique monta de sa gorge et lorsqu’il redressa une nouvelle fois la tête, il léchait ses doigts rougis.


« Je me régale… » susurra-t-il lubriquement.

Chaque parcelle de peau, il la mordait, il la marquait et ce tellement violemment qu’il la faisait saigner. Ses doigts parcouraient avidement le corps sous lui et d’un geste brusque, il se plaça bien entre les jambes de Seyan, lui donnant un furieux coup de hanche tandis que ses mains caressaient son dos en laissant des traînées rougeâtres.


Dernière édition par Blake A. Mc'Owen le Mar 29 Mai - 05:44 (2007); édité 2 fois
Revenir en haut
Rin Seyan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 22 Mai - 18:09 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Blake ne pouvait pas savoir à quel point il avait cruellement raison. Personne avant lui n’avait provoqué de telles réactions à son corps. De tous les amants qui s’étaient succédés dans sa vie, bien peu n’avaient été consentants. Pour la plupart, ils n’avaient été que de jeunes puceaux, petites proies faciles à croquer qui avaient croisées son chemin. Voilà ce qu’était Rin Seyan, celui qui ne s’en prend qu’aux faibles lorsqu’il est seul. S’il était face à quelqu’un de plus coriace, il y avait toujours une ou deux personnes pas trop loin pour assurer ses arrières. Seul, il n’était pas plus fort qu’un autre. En cet instant, il était seul, trop seul. Personne ne devait venir le chercher. Rin avait dit à son chauffeur qu’il n’allait l’appeler que lorsqu’il serait prêt. Il ne pouvait pas prévoir dans quel état il serait lorsque Blake le laisserait, mais il se doutait bien à quelque part qu’il ne serait pas en état de contacter qui que se soit. Peut-être qu’au bout d’un certain temps, on allait le chercher, mais il ne devait pas se faire d’illusion. Même parmi ses employés, certains voulaient le voir mort.

Le regard de Rin glissa vers l’encolure de la chemise de Blake. Il se surprit à penser que c’était un bel homme. Dans d’autres circonstances, il ne s’en serait pas cacher. Néanmoins, tant de folie se dégageait de lui… et son rire, il ne le supportait plus. Que Blake embrasse une fois de plus ses lèvres pour qu’il puisse lui déchirer la bouche à coup de dents. Effacer son sourire serait déjà une très bonne chose.

« Non, c’est toi qui es intéressant… Oui, toi et ta complexité, toi et tes secrets ! »

Pour une fois, ce fut au tour de Seyan d’éclater de rire. Malgré ses efforts, ce dernier sonnait étrangement faux.


« Tu peux déchirer mon corps et verser mon sang, tu ne sauras rien de plus sur moi. »

Il se sentait prêt à endurer bien des choses, mais jamais qu’il n’avait été poussé bien loin dans ses limites auparavant. Seyan avait toujours été plus malin que les autres. Maintenant, il était sous le joug d’un homme plus fort que lui et il ne pouvait qu’essayer d’imaginer ce qui allait lui arriver.

Il pouvait sentir les lèvres de Blake à la base de son cou provoquant son flot de frémissements. Pourquoi la peau était aussi sensible, surtout sur son ventre ? Rin était chatouilleux. Sous les mains et la bouche de son tortionnaire, ses muscles se contractaient involontairement. Il ne pu s’empêcher de gémir, mais son gémissement se mua en cris de douleurs lorsque Blake le mordit. Son corps se convulsa pour tenter d’échapper à cet assaut. Dans sa poitrine, son cœur s’emballa et tambourina douloureusement sous ses côtes. La respiration sifflante, c’est comme s’il venait de courir un sprinte. Quand Blake se redressa, Seyan le regarda avec horreur.


« Tu est fou… »

Mais avant qu’il ait pu ajouter quoi que se soit, Blake le mordit à nouveau, aussi sauvagement que la première fois. Il cria, mais sous les attaques répétées, ses plaintes se muèrent en grognement. Rin ne voulait pas se montrer faible, mais il avait mal. De nombreuses plaies apparaissaient un peu partout et le sang y suintait. Il pouvait le sentir sur sa peau. Personne en ce monde ne pouvait supporter une chose pareille bien longtemps. Dans un autre élan désespéré pour s’échapper, il tira sur ses liens. Malheureusement, tout ce qu’il réussit à faire c’est de peut-être faire craquer le bois du lit, mais surtout à lacérer ses poignets encore plus. Les menottes avaient presque pénétrées la peau. Rin leva la tête pour voir le résultat, le sang coulait et les blessures le brûlaient affreusement. Un étrange sourire étira ses lèvres, un peu fou… absent. Tout à coup, il semblait trouver la situation amusante. Quand Blake força ses jambes à s’écarter, il n’opposa qu’une faible résistance. Néanmoins, le violent coup de bassin lui fit l’effet d’une décharge électrique. Tout son corps se contracta et il échappa une petite plainte. Rin Seyan commença à trembler… peut-être de froid ou les nerfs qui étaient sur le point de lâcher. Il avait si peu dormis dans les dernières 24 heures.
Revenir en haut
Blake A. Mc'Owen
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 29 Mai - 05:17 (2007)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée Répondre en citant

Il palpait son dos avec adoration, redessinait les muscles à sa convenance et lacérait vicieusement la peau pour sentir un peu de sang couler le long de ses doigts. Il se redressa entre les jambes de Rin puis lécha minutieusement ses doigts tandis qu’il lui faisait face, un air de pur extase s’emparant alors de son visage.

« Tellement savoureux… Personne n’aura le droit de te goûte ainsi ! »

Il gloussa, amusé et ravi de la situation.

« Tu peux déchirer mon corps et verser mon sang, tu ne sauras rien de plus sur moi. »

Blake cessa tout mouvement et même son visage fut étonnamment neutre. Ses bras s’abaissèrent lentement le long de son corps, puis il se coucha sur sa proie, l’écrasant de son poids et sourit. Soudainement. D’un sourire pourvu d’une violence doucereuse. Il tripota calmement les tétons roses, les pinça et les tira, les sensibilisa sans dire un mot. Puis brusquement, il attrapa le scalpel planté dans la table de chevet et…visa l’œil droit. La pointe s’était figée à quelques millimètres à peine de l’orbe. Aucun tressaillement, aucune hésitation. Ses muscles se mouvaient sans effort et maintenait la lame ainsi sans que son corps ne ressente fatigue ou quoique ce soit. Toujours à la même hauteur, il dessina dans les airs des arabesques inconnues.


« Tu te trompes, Rin Seyan… On peut lire tellement de choses, connaître tant de la personne… »

Il lui déposa un furtif baiser sur la joue et la mordit méchamment.

« J’aime ce corps… Je t’aime ! »

D’un mouvement souple il se remit sur ses genoux et il dépouilla l’homme de son pantalon en le lacérant, allant même jusqu’à planter le scalpel dans la cuisse. Au bout de quelques longues minutes de couture sauvage, il ne restait du pantalon classe que des lambeaux méconnaissables qui pendaient le long des jambes galbées. Le Freelance eut un sourire amusé et enfonça son arme dans le matelas, juste à côté du flanc gauche du contrebandier. Un mouvement trop à gauche le blesserait. Il leva les jambes et les écarta brutalement, faisant craquer les os et enfouit son visage entre ses cuisses pour lécher le sang qui coulait.

Un bruyant cliquetis retentit et Blake sourit, amusé. Il redressa la tête pour voir les poignets encore plus blessés qu’auparavant et sentit sous ses doigts les frissons qui commencèrent à parcourir ce corps tant désiré. Il attrapa le flacon d’ammoniaque qu’il gardait dans sa veste, profitant par la même occasion pour l’enlever et la jeter au loin. Il gardait toujours un peu d’ammoniaque avec lui pour être certain de garder les proies réveillées. Il faut dire que certaines personnes étaient trop sensibles et tournaient rapidement de l’œil. Il fit une moue agacée en pensant à ceci et claqua de la langue en même temps qu’il déposait le précieux flacon. Reprenons.

Il tâcha d’ôter définitivement la loque supposée être un pantalon pour découvrir un boxer qu’il caressait du bout des doigts. Ses ongles glissèrent jusqu’au sexe au repos. Blake se lécha les lèvres. Il ne dirait pas non à une bonne baise par la suite, mais pour le moment, il devait rassasier sa faim, pensa-t-il en se glissant à nouveau contre Rin. Il ne devait pas le découvrir trop vite. Un spécimen pareil ne courrait pas les rues et s’il goûtait trop de sang en même temps, le Faucon Bleu ne tiendrait pas le coup. Il allait devoir se contrôler un peu. Soupirant d’envie, il commença à lécher le sang qui coulait des poignets tout en donnant de temps à autre un coup de hanche brusque. Ses mains jouaient brutalement avec les deux boutons de chair et lorsqu’il délaissa les mains dont il avait mordu les doigts ce fut pour embrasser violemment l’homme tout en lui pinçant le nez, l’obligeant à ouvrir la bouche pour respirer. Il martyrisait les lèvres et la langue jusqu’à les faire saigner abondamment. Lui-même était blessé par quelques tentatives mais qu’importe, ce n’en était que plus amusant.

Il se releva soudainement et alla au mini-bar pour prendre la bouteille de vin. La détaillant sous tous les angles, il soupira finalement et se décida tout de même à en boire malgré que ce ne soit pas de la meilleure des qualités. Revenant bouteille en main, il adressa un sourire cocasse à Rin et versa un peu d’alcool sur les nombreuses blessures qui parcouraient sa personne.


« Savoure ! Il n’est pas terrible, mais il y a pire… »

Il alla chercher les trois bouteilles de bière qui ornait le pitoyable frigo et les décapsula avec empressement pour les poser ensuite sur la table de nuit.

« On va s’amuser… » susurra-t-il avec ferveur en attrapant le scalpel.

Deux bonnes heures avaient déjà passé. Blake avait tôt fait de dévêtir totalement Rin et ne cessait de lui murmurer des compliments tout en s’amusant de sa personne. Il l’avait retourné sur le ventre sans faire attention à ses mains menottées qui s’étaient tordues méchamment. Le dos était zébré de diverses blessures plus ou moins graves et le merveilleux postérieur était rougi par les claques, les morsures et les griffures. L’alcool coulait à flot. Plusieurs fois Blake avait appelé la réception pour leur dire d’amener divers alcools et jamais il n’avait bâillonné le contrebandier. Si la première personne qui était venue avait été surprise par tout le boucan, elle ne pouvait plus rien dire à présent. Gisant contre l’armoire, Blake l’avait proprement évidée sous les yeux de Rin Seyan. Plus encore, il s’était amusé, avait plongé avec délice ses mains dans la cage thoracique pour écarter les côtes et avait ressorti le cœur avec une vénération malsaine.

Son sourire à cet instant était…inqualifiable. Empli d’une espèce de respect ému, d’amour et de sadisme. Un mélange explosif. Il avait embrassé les lèvres mortes puis l’avait remercié de ce petit en-cas. Et il s’était retourné vers Rin avec un sourire à l’innocence écœurante en se léchant les doigts… C’était la seule personne qu’il avait tuée. Par chance, l’armoire se trouvait derrière la porte et le personnel ne pouvait donc voir l’étendu des dégâts.

Le Diable avait fini par enlever sa chemise tachée et l’avait balancée quelque part tout en disant qu’il lui en emprunterait une. C’était il y a une heure. Depuis, la chambre empestait à cause des tripes à l’air. Mais le tueur aux yeux bandés semblait s’en foutre royalement…

Il goûta la nuque fragile tout en soupirant de plaisir. Sa main gauche passait et repassait dans les cheveux noirs et massait le cuir chevelu avec une douceur qui contrastait violemment avec la fougue, la sauvagerie qu’il mettait dans ses autres actes. Parfois, comme pour blesser plus encore, il se montrait presque amoureux pendant de longues, longues, longues minutes. Et la folie revenait. Brutalement. Vicieusement. Ses jeux étaient emplis d’une perversité glauque. Il n’avait pas hésité à trancher une main du cadavre à l’aide d’un de ses sabres puis avait l’avait utilisée pour…pénétrer intimement Rin. Et le bougre, il en avait ri ! Il avait ri à gorge déployée. D’un rire plein de joie.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:54 (2018)    Sujet du message: [Attention] l'inconvénient d'une poupée

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Massaichuu ~¤~ -> Hôtel Nami Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom