Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas
Forum classé NC-17
 
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

La rencontre, et après...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Miorosu~¤~ -> Maisons -> Résidence de Reishin Lan
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Akiyoshi HuaXiang
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 24 Avr - 21:18 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Des mois étaient passés depuis son arrivé à Kyouri Zen’Kei. Des mois que Reishin Lan, son père, avait disparu, sans laisser de traces. Personne n’avait de nouvelles, pas même Matthew. Lui ne savait pas quoi en penser. Peut-être était-il mort, ou bien ne voulait pas être trouvé. S’il était vivant, pourquoi le laisser dans l’ignorance, lui, son fils ? Mais l’adolescent connaissait la réponse. Ils n’étaient pas liés, sinon par le sang. Il n’y avait rien entre eux, et l’illusion de peut-être retrouver la famille perdue en Reishin s’était brisée à présent. Il était seul, sans parents. Seul… Cela était un bien grand mot. Il y avait Suô, son garde du corps, ami et confident. Le premier ami qu’il s’était fait dans cette ville corrompue. Le premier avec qui il avait tout partagé. Tout, sans exception. Il ne lui avait rien caché de lui, et le rouquin savait tout. On pouvait dire qu’il était devenu son meilleur ami.
 
Akiyoshi eut un sourire à cette pensée. Ils s’étaient bien trouvés enfin de compte. Matthew était venu. C’était un homme à la carrure impressionnante, effrayante même. Il lui avait expliqué brièvement la situation. A présent, c’était lui qui allait subvenir à ses besoins, jusqu’à ce que quelqu’un puisse confirmer ce qui était arrivé à Reishin. S’il était mort, il devrait rentrer en Chine, dans sa famille maternelle. Pour le moment, il pourrait vivre, mais sur le terrain des Freelances. On ne lui avait pas donné la raison, mais c’était sûrement par mesure de sécurité, au cas où. Et Suô lui avait proposé d’habiter avec lui, dans ce taudis qu’il appelait appartement.
 
Pourtant, lui s’y sentait bien là-bas, dans cet appartement miteux, juste sous les toits.
 
- Il y a quelqu’un ?
 
Le lycéen était entré dans la résidence. Le silence l’accueillait de nouveau en ces lieux, encore pire que la dernière fois qu’il avait mit les pieds ici à vrai dire. Cette fois-ci, il n’y avait même pas les domestiques. La plupart était partit, mais certains restaient, comme le majordome. Ce dernier semblait d’ailleurs absent.
 
S’avançant, après avoir laissé ses chaussures à l’entrée, il parcoura les longs couloirs. Une besace se balançait au rythme de ses pas sur sa cuisse. Il avait eu envie de venir, juste histoire de voir… Quoi, il ne savait pas. Fronçant les sourcils, il essaya de se remémorer le chemin vers les quartiers de son père. Ses pensées se bousculaient dans sa tête. Il repensait aux derniers mois. Il avait grandit à présent, et devenait un beau jeune homme, reprenant les traits de son père, mais plus doux. Tout se passait bien au lycée, et à la maison aussi. De toute manière, Suô n’avait pas l’autorité d’un père sur lui, et le laissait faire un peu près tout ce qu’il voulait.
 
Finalement, il trouva son chemin. Planté devant la porte, il leva le bras pour actionner la poignée. La première fois, il avait été nerveux, tellement nerveux que ses mains avaient été moites. Aujourd’hui, ses doigts ne glissèrent pas. Le métal froid l’accueillit, et il eut un léger frisson. Ouvrant la porte, il entra. Sans surprise, rien n’avait changé. Tout était à sa place, comme si le temps s’était arrêté. Refermant la porte derrière lui, Akiyoshi s’avança, hésitant. Il avait l’impression qu’il n’avait pas réellement le droit d’être ici, mais sa curiosité prit le dessus.
 
Faisant quelques pas, il regarda de plus près les objets divers qu’il y avait dans la pièce, les attrapant, les palpant de ses longs doigts. Tournant la tête, il vit la porte qui menait à la chambre de Reishin, mais n’osa pas immédiatement y aller. S’installant à la place dans le canapé, il retira son sac, le posant par terre. Son pouls s’était accéléré. Découvrirait-il quelque chose sur ce père absent ? Avait-il seulement envie de savoir ce qu’il y avait à découvrir ?
 
- J’ai l’air stupide… Je ferais mieux de rentrer.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 24 Avr - 21:18 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 26 Avr - 22:24 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Depuis combien de temps était-il là ? Il n'en avait aucune idée, la notion du temps était très aproximative pour l'homme animal qui vivait dans la demeure de Reishin Lan. Mais cela faisait longtemps, ça il le savait. Longtemps que son maître était parti en lui disant d'être sage. Et il était resté sage face à ce dernier ordre qu'il lui avait donné. Il passait ses journées sur le lit de Reishin, dormant, jouant, ne faisant rien qu'attendre, attendre que son maître ne revienne. Il se sentait seul, terriblement seul... le majordome avait maintes fois essayé de le déloger de là, de le faire bouger, mais l'animal ne descendait finalement du lit que pour manger et laisser le majordome changer les draps. Un nouveau soupire passa les lèvres d'Inu ce jour là alors qu'il trônait sur le dos, les draps de son maître dans son dos.

Il s'ennuyait à mourire. C'était dur... très dur. Et puis... il y avait moins de monde dans la maison, il n'avait plus senti l'odeur d'Aki depuis longtemps. L'intrus Aki était devenu subitement Aki du jour au lendemain, l'animal se rendant sans doute compte que l'appeller ainsi était trop compliqué pour lui et qu'il n'était plus un intrus. Ne restait plus que quelques personnes dont le majordome qui prenait toujours soin de lui et de la maison. Mais ce n'était pas un compagnon de jeu pour Inu qui commençait presque à déprimer si tant fusse possible pour lui. Mais à force de ne rien faire... il entrait petit à petit dans cet état là. Et aujourd'hui encore... il ne faisait rien, attendant sagement que son maître revienne, s'occupe de lui, lui donne du plaisir, prenne du plaisir, soit juste là près de lui. Il se retourna une nouvelle fois comme toutes les deux minutes... et souffla en se grattant la tête.

"Inu ! Descend de là tu veux ! J'ai à faire moi !"

La voix autoritaire du majordome qui se redresser immédiatement l'animal qui fronça les sourcils en faisant une moue. Mais l'homme fut ferme et le saisit par la peau du cou pour le forcer à descendre. le chien humain se débattit légèrement mais à force de ne pas bouger depuis des mois il avait perdu en force et ses os étaient presque visible, comme s'il n'avait pas été assez maigre comme ça avant. Mais il ne s'en souciait pas, il était véxé d'avoir été jeté à bas du lit de son maître. Il essaya de revenir vers le lit mais l'homme le ouspilla sévèrement et l'animal n'eut d'autre choix que de sortir. Il se sentait fatigué... il avança alors à quatre pattes vers la porte et se redressa lentement sur ses jambes en massant son cou, là où le majordome l'avait saisit. Il se figea alors en sentant la présence d'Aki dans la pièce d'à côté. Il ne l'avait pas senti auparavant... il s'en étonna mais pas pour longtemps.

Il poussa lentement la porte et entra dans la pièce. Il n'était pas loin... il le regarda de ses yeux aveugle avant de se rendre compte qu'il ne portait plus son bandeau depuis que le majordome avait voulu lui faire prendre un bain. Il ne l'avait pas remis... il fronça les sourcils, il n'aimait pas que l'on voit son visage et il secoua la tête pour que ses cheveux tombent devant lui. Ses paupières cousues pour l'empêcher de voir à jamais... il n'avait pas vu la lumière depuis des années, il se souvenait à peine à quoi ressemblaient les couleurs. Il avança un peu mais ses jambes le lâchèrent rapidement et il retomba sur le sol à quatre pattes. Il n'avait pas assez de force, il faisait trop peu d'exercice depuis que son maître était parti. Il haleta un peu et avança vers Aki. Que faisait-il là ? Personne ne rentrait dans les appartements du maître sans la présence du maître, il était le seul à le pouvoir parce qu'il était resté dedans quand il était parti... Il avança donc lentement vers le jeune homme en gardant la tête basse, une moue sur le visage. Il était déjà épuisé... il s'ennuyait et son maître lui manquait.
Revenir en haut
Akiyoshi HuaXiang
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 27 Avr - 17:11 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Akiyoshi sursauta en entendant une voix provenant de la chambre de Reishin. Se levant brusquement, il se balança d’une jambe à l’autre, hésitant. Peut-être devrait-il réellement partir ? Se remémorant la voix qu’il venait d’entendre, il se rendit alors compte que c’était tout simplement le vieux majordome, qui devait probablement être en train de ranger. Soulagé et rassuré, il se rassit sur le canapé, et continua à regarder curieusement autour de lui. Il se demanda si Reishin avait peut-être des photos de sa mère, cachés quelque part, comme un précieux trésor, des souvenirs qu’il ne laisserait jamais s’échapper ? Mais il ne fouillerait pas, il n’en avait pas le droit.
 
Du coin de l’œil, il vit la porte s’ouvrir, et une masse de cheveux blanc apparaître. Surpris, il fixa l’homme s’approcher, à quatre pattes, d’un air fatigué et lasse. Il l’avait déjà vu auparavant. Inu. L’animal domestique de son père. Mais quelque chose effraya le lycéen, glaça son sang jusqu’à la moelle. Dans le court instant où il put voir le visage fin, sans ce bandeau noir qui cachait habituellement ses yeux, il les vit. Ses yeux cousus. Ses paupières closes, à jamais.
 
Choqué, il ne bougea pas, le regardant seulement s’avancer avec difficulté vers lui. Il avait maigrit, énormément, comme s’il ne mangeait pas depuis le départ de Reishin. Pourtant, Akiyoshi était certain que le majordome le nourrissait correctement. C’était son travail, et il était toujours payé pour cela même si le maître des lieux avait à présent disparu. Inu était un être étrange, et le jeune homme était certain que si une personne extérieure avait vent de la façon dont il avait été traité jusque-là, la situation deviendrait épineuse. Lui-même se sentait révolté, mais ne savait pas non plus comment réagir face à cela. Il n’était qu’un jeune garçon de seize ans qui commençait à découvrir le monde sous toutes ses coutures.
 
- Hey… Inu… c’est ça ? Reishin t’as aussi laissé là on dirait.
 
Evidemment, Akiyoshi ne pouvait pas savoir que l’homme animal ne pouvait parler, faute d’avoir eu les cordes vocales arrachées. Il ne savait rien de lui, ne savait pas l’enfer qu’il avait parcouru, le dressage qu’il avait reçu, et comment il en était arrivé là. Il n’était même pas sûr de vouloir savoir. Est-ce qu’Inu avait attendu son père durant ces long mois, seul, dans cette chambre ? Auparavant, il ne l’avait jamais croisé dans les couloirs, et pourtant, lui et Suô s’étaient souvent amusés à explorer la résidence, presque de fond en comble. Sa vie était à présent pleine de délices insouciants, même en l’absence de son père, et il avait enfin finit le deuil de sa mère. Inu était à présent à quelques centimètres de lui, et Aki s’accroupit en face de lui, se mordillant la lèvre inférieure.
 
- On devrait pas te traiter comme ça, c’est horrible. Pourquoi ne pars-tu pas, ne t’enfuis-tu pas ?
 
La porte s’ouvrit de nouveau, et le lycéen releva la tête. C’était le majordome qui avait terminé son ménage quotidien. Hochant la tête en guise de bonjour, il s’en alla de la pièce, refermant la porte derrière lui, sans même un mot. Akiyoshi regarda un moment la porte à présent close, et reporta son regard sur l’argenté. D’une main hésitante, il écarta du bout des doigts quelques mèches de cheveux blancs qui cachaient le front d’Inu, pouvant voir ainsi les paupières cousues. On se serait cru dans un film d’horreur de mauvais goût, et il retira sa main, laissant les cheveux lui retomber de nouveau devant les yeux. Son regard parcourut le corps svelte d’Inu, s’attardant sur la cicatrice en forme de croix, et les divers anneaux ancrés dans sa peau. Un frisson lui parcourut l’échine en s’imaginant la douleur du métal qui transperçait la peau. Où avait-il eu une blessure pareil ?  
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 28 Avr - 14:52 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Inu avait énormément souffert lors de la première partie de son dressage, jusqu'à ce qu'il soit entièrement brisé, jusqu'à ce qu'il ne soit plus humain. Mais c'était quelque chose dont il se souvenait à peine... on lui en aurait parlé qu'il se serait demandé de quoi on lui parlait. Pourtant, c'était tout de même un traumatisme très présent en lui et c'était le frein qui l'empêchait principalement de faire des bêtises ou de désobéir, c'était ce qui faisait de lui inconsciement un chien fidèle. Alors il ne se rendait qu'à peine compte de l'impression qu'il donnait aux autres. Il savait juste que quand on le voyait on était craintif, on avait peur... l'animal savait très bien dicerner les émotions des gens, il savait aussi tout de suite quand quelqu'un mentait. Sans doute son sixième sens décuplé par la perte de ses yeux et de sa voix en plus de sa raison.

Mais il était loin de toutes ces pensées, il était las, il s'ennuyait. Il ne se rendait pas compte de la maigrueur de son corps, du fait qu'il paraissait encore plus maigre qu'avant. Mais le majordome n'avait pas réussi à le déloger des appartements de son maître depuis que ce dernier était parti. Alors... Inu ne bougeait presque plus, ne se baladait plus dans la maison, faisait un tour dans le jardin... il manquait d'exercice car bien qu'il n'ai jamais été musclé, il avait toujours bougé, surtout en compagnie de son Maître. Pourtant il mangeait, un peu, parce que son maître n'aurait pas été content sinon. Il n'était qu'un chien après tout et son maître lui manquait. Mais il était plus intelligent qu'un chien et comprenait qu'il devait manger s'il voulait revoir son maître. Et là... devant lui... se tenait le garçon qui sentait un peu comme son Maître. Aki... cela faisait un moment qu'il ne l'avait pas entendu dans les couloirs, senti son odeur par delà les appartements de Reishin. Il ne s'était pas posé de questions, il n'était plus là tout simplement. Ca par contre, ça ne lui faisait ni chaud, ni froid.

Mais il était de retour, il était devant lui. Et il sentait la crainte émaner de lui. Pourquoi ? Sans doute à cause de son bandeau inexistant. Il pencha la tête sur le côté en s'approchant de lui. Il ne comprenait pas pourquoi il avait l'impression d'être pris en... pitié ? Il n'était pas sûr que ce soit cela. Il n'était pas conscient de ce qu'il était, de ce qu'il représentait. Il n'était pas un humain après tout. Il n'était pas comme eux. La voix d'Aki s'éleva devant lui et il plissa légèrement les yeux en penchant la tête de l'autre côté. Laisser... ? Oui... son Maître était parti pour... quelques temps. Il ne savait pas ce que ça voulait dire mais sans doute que c'était comme disait le garçon.

Inu ne répondit pas, parce qu'il ne pouvait pas et que même s'il avait eu sa voix... il n'aurait pu le faire. Il comprenait tout juste ce qu'on lui disait, il avait perdu l'usage de la parole. Et s'il comprenait les choses simple... il ne vallait mieux pas s'essayer à lui parler avec plus d'une phrase. Un mouvement. Inu recula légèrement alors qu'Aki s'acroupissait devant lui. Il allait lui carresser la tête ? Personne ne lui avait vraiment carressé la tête depuis... il ne savait pas mais c'était long. Des mots... trop compliqués pour l'animal. Traiter ? Qu'est-ce que ça voulait dire ? Une expression d'incompréhension parut sur son visage. Horrible... ça il connaissait. C'était horrible quand ça faisait peur ! Les tempêtes c'était horrible ! Lorsque le Maître n'est pas content c'est horrible ! Mais, tout content d'avoir compris quelque chose, il n'en fut que plus destabilisé par la suite. Il reconnaissait le mot partir et le mot enfuir. La façon dont c'était dit... il fit une moue et réfléchis, en tout cas tenta de réfléchir. Le ton de la voix c'était une question... des fois son Maître aussi posait des questions compliquées. Partir ? Enfuir ? Aki voulait partir ? Non... il avait dit "tu" donc Inu dans la phrase.

C'était bien trop compliqué pour l'animal qui mit un certain temps avant de comprendre qu'Aki lui demandait s'il voulait partir ou s'enfuir. S'enfuir c'est quand on est pas content d'être où on est... alors pourquoi parlait-il de s'enfuir ? Il était content chez son maître. Et s'il partait... son Maître ne serait pas content... peut-être même triste, ou pas de ce côté et d'ailleurs il s'en fichait plus que du fait qu'il risquait d'être en colère. Et un maître en colère... ça c'était horrible.

Et alors qu'il réfléchissait intensément, il ne remarqua pas la sorti du majordome qui avait enfin libéré son lit, à peine senti-t-il les doigts d'Aki dans sa chevelure. L'animal finit par s'asseoir sur ses pieds en grattant légèrement sa cicatrice ventrale. En conclusion, il n'avait rien compris de ce qu'essayait de lui dire le garçon qui sentait un peu comme son maître. Néanmoins, il s'approcha un peu de lui et alla contre lui. Il voulait des carresses... il se sentait seul. Il posa sa main gantée de cuir sur le bras d'Aki et saisit sa main pour la lécher doucement. Il s'ennuyait, il était fatigué. Quand il faisait ça à son Maître il avait soit le droit à une réprimande et une tape sur la tête, soit à des carresses. Que ce soit l'un ou l'autre... il voulait qu'on s'occupe de lui. Le majordome le faisait mais il travaillait beaucoup et n'avait pas le temps de s'occuper de l'animal de compagnie de son Maître, surtout que celui-ci ne faisait rien de ses journées à par se tourner et se retourner dans le lit de Reishin Lan en attendant ce dernier.
Revenir en haut
Akiyoshi HuaXiang
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 29 Avr - 18:42 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Akiyoshi ne reçut pas de réponses à ses questions, mais Inu semblait comprendre tout de même ce qu’il disait. Alors quoi ? Il ne savait pas parler ? Il était muet peut-être ? Evidemment, l’adolescent n’aurait jamais pu imaginé qu’on lui ait arraché les cordes vocales. C’était un acte tellement barbare et abominable que même sa conscience aurait refusé de le croire, et aurait nié en bloc, inventant une autre raison farfelue et qui le réconforterait plus. Tout ce qu’il savait, c’était qu’un humain avait été réduit à un état proche de celui de l’animal, privé de tous ses sens et de sa conscience. Un être qui était passé du stade d’humain à celui d’objet sexuel. Son visage se referma à cette pensée, et il baissa le regard, les lèvres pincées. Le monde des adultes était comme ça, et la terre continuait de tourner autour d’elle-même.
 
Un mouvement de la part de l’argenté le fit sortit de ses pensées. Relevant la tête, il fixa les gestes d’Inu, ses yeux noirs s’écarquillant en sentant une langue humide lécher sa main. Un frisson le parcourut et il tomba en arrière, atterrissant sur ses fesses, complètement abasourdi. Qu’est-ce que lui avait dit Reishin ? Qu’il pouvait le caresser sinon sa nervosité allait grandir ou quelque chose de ce genre ?
 
- Tu… tu te sens seul ?
 
S’il comparait réellement Inu à un chien, il était facile d’en conclure qu’il se sentait délaissé, peut-être même abandonné. Reishin était son maître, non ? Perdu, le jeune lycéen ne savait pas trop quoi faire, et il tapota le haut du crâne de l’homme animal. Ses cheveux étaient soyeux, ce qui était assez surprenant. Tout cela était déstabilisant, déroutant. Il se demanda ce que faisaient son père et Inu quand ils passaient du temps ensemble. La pensée fut troublante, et il la chassa bien rapidement, ne voulant pas s’attarder plus longuement sur le sujet.
 
Toujours par terre, Akiyoshi se redressa pour se mettre dans une position plus correcte, s’asseyant en tailleur à présent. Il se passa une main dans le cou, l’air de réfléchir. Que faire maintenant ? Il pourrait peut-être aller dans la chambre de son père, maintenant que ce dernier n’était plus là, et que le majordome avait fini de faire le ménage. Caressant la tête d’Inu, il se leva et s’approcha de la porte. Il lui fallait encore du temps pour s’adapter à ce qu’était devenu l’argenté. Pouvait-il l’aider ? Il ne savait pas, n’avait pas l’impression d’en avoir le pouvoir.
 
- Euh… Tu viens ?
 
Il s’était tourné vers Inu, toujours prêt du canapé. L’adolescent ne se sentait pas l’âme à le laisser seul, et pouvait l’imaginer tourner en rond en attendant le retour d’un homme qui ne reviendrait peut-être jamais. Et dans ce cas-là, qu’adviendrait-il d’Inu ? Serait-il abandonné, peut-être revendu à quelqu’un d’autre ? L’idée était saugrenue. Actionnant la poignée de la porte, il pénétra dans les lieux intimes de son père biologique. La décoration intérieure ne le surprit pas. C’était la même chose que dans la pièce d’à côté, que dans toute la résidence. Un grand lit double, un tableau accroché au mur, quelques meubles ici et là. L’ambiance était un peu feutrée.
 
S’avançant, le lycéen s’installa sur le bord du lit, testant le matelas. C’était un lit plus que confortable, et il laissa son dos retomber en arrière, rebondissant un peu à l’impact. Les yeux fixés au plafond, il se perdait dans ses pensées, en coupant le fil avant d’en attraper un autre. Inu l’avait probablement suivit, et il se redressa sur ses coudes pour voir où il était passé. Ce dernier devait assez bien connaître son père, non ? Ils avaient l’air proches, mais en même temps, un chien pouvait-il vraiment prétendre connaître son maître ? C’était une relation des plus étranges, et des plus malsaines aussi, du moins de son point de vue.
 
- Je me demande bien où il est passé…
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 30 Avr - 00:42 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Non Inu ne répondait pas et il ne répondrait sans doute jamais... à moins qu'un miracle de la science ai lieu. Mais il était peu probable que même s'il existait ce miracle, il ne puisse en bénéficier. Il était un animal, pas un homme. Il n'en avait pas besoin. Et bien loin de ces considérations là, Inu alla quémander une carresse en léchant légèrement la main du garçon. Celui-ci tomba à la renverse de surprise et l'animal pencha la tête sur le côté sans comprendre. Des mots hésitants. Seul. Oui, il était tout seul depuis... depuis longtemps. Il eut un petit sourire lorsque Akiyoshi lui tapota la tête et s'assit correctement sur ses pieds. Il était content, personne n'avait passé sa main dans ses cheveux depuis que son Maître était parti. Ce simple geste le rendait heureux et il en oubliait presque que Reishin n'était plus là.

Et maintenant ? Le garçon se releva et prit la direction de la chambre de son Maître. Inu fronça les sourcils, personne n'avait le droit d'y aller sans l'autorisation de son Maître ! A part le majordome. Est-ce que lui l'avait aussi ? Mais il lui carressa la tête au passage et rien que ce geste fit oublier tout cela au chien qui sourit de plus belle avant de se remettre à quatre pattes pour avancer félinement vers le jeune homme. Il voulait bien de sa présence près de lui ? Inu était réellement content et s'approcha d'Aki, pénétrant dans la chambre de son Maître. Néanmoins, une fois à l'intèrieur, il se rappella du fait que personne n'avait le droit d'aller ici sans le consentement de son maître. Et en bon chien de garde... Inu se devait de réagir, bien qu'il manque cruellement d'exercise en cet instant.

Aki s'allongea sur le lit et l'animal fronça les sourcils. Il s'avanca près de lui et sa main gainée de cuir saisit le bas du pantalon du jeune homme avant de se stopper. Où ? Qui ça ? Il pencha la tête sur le côté en se demandant de qui il voulait parler. Son Maître ? Il ne savait pas où il était... il n'était pas un confident, il avait juste les oreilles qui traînaient de temps en temps. Quoique... en fait, il savait. Il avait entendu la conversation téléphonique; Mais il n'aurait pu le dire à qui que ce soit de toutes manière et ça ne l'interressait pas beaucoup car les lieux étaient aussi quelque chose d'un peu abstrait pour lui.

Un soupir las échappa à Inu qui relâcha le bas de pantalon en pensant à son Maître. Ses carresses et leurs jeux lui manquait. Inu grimpa lestement sur le lit et s'y allongea en se mettant en chien de fusil, comme lorsque le majordome l'avait trouvé un peu plus tôt et le trouvait toujours. Les draps étaient propre mais il y avait toujours Son odeur. Inu renifla légèrement et se gratta le visage. Sauf que maintenant il y avait une nouvelle odeur. Celle d'Akiyoshi. Le chien-humain se retourna et se retrouva presque nez à nez avec le garçon. Il ne sentait pas mauvais, son odeur était un peu plus sucrée que celle de son Maître. Inu se tourna alors sur le dos et écarta les bras en croix. Il voulait des carresses... Mais si le garçon ne lui en donnait pas... ce serait sans doute pareil. Il retournerait à son morne quotidien sur le lit de son Maître. De toutes façons il n'avait rien d'autres à faire... il ne pensait même pas au fait qu'il était possible que son Maître ne revienne pas. Si c'était le cas... sans doute l'aurait-on déjà abattu. Il finirait comme ça de toutes manière, il le savait et ça ne l'émouvait pas une seule seconde.
Revenir en haut
Akiyoshi HuaXiang
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 4 Mai - 15:00 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Akiyoshi baissa le regard en sentant quelque chose tirer sur le pantalon. Il vit que c’était Inu. Qui d’autre que lui de toute manière ? Personne n’était là, mis à part lui et l’homme animal. Il l’observa monter sur le lit, et se positionner tel un réel chien le ferait. Perplexe, il ne dit rien et ne bougea pas, continuant à se demander où était Reishin. De plus, combien de temps allait-il pouvoir rester ici ? On lui avait dit qu’il retournerait en Chine si il s’avérait que son père était bel et bien mort, mais pouvait-il seulement y retourner ? Sa famille maternelle n’avait même pas cherché à le contacter. Il n’avait nulle part où aller, sinon rester avec Suô. Et encore, le pouvait-il réellement ? Penser au rouquin lui tira un léger sourire.
 
Continuant à regarder Inu, il se gratta le cou, se demandant bien ce que l’argenté voulait qu’il fasse. Le grattouiller, comme on le faisait avec un vrai chien ? Akiyoshi n’en avait jamais eu non plus. D’une main hésitante, il caressa le ventre pâle d’Inu, retraçant la cicatrice en croix qui s’y trouvait, se demandant vaguement comment il l’avait reçu. Ses doigts s’attardèrent sur les anneaux, mais il n’osa pas les tirer, de peur que cela fasse mal. Finissant par se détourner de l’homme, il se redressa sur le lit, les jambes pendant légèrement dans le vide, à quelques centimètres du sol. Il regarda de droite à gauche, et finit par ouvrir le tiroir de la table de nuit, y découvrant quelques papiers et un stylo qui s’était visiblement égaré.
 
Le prenant entre ses doigts, il le testa sur la paume de sa main, écrivant son prénom. C’était de l’encre noire. Tant mieux, il en avait besoin d’un nouveau. De plus, cela ferait un souvenir de plus. Il glissa donc le stylo dans sa poche, et continua à regarder le contenu du tiroir de plus près. Une lettre légèrement froissée s’y trouvait, à côté d’une enveloppe qu’il reconnaissait. L’adolescent la prit entre ses doigts, et l’ouvrit, en lisant le contenu. C’était celle qu’il avait apportée à Reishin.
 
Jugeant que tout cela était trop intime, il rangea la lettre et referma le tiroir, simplement content quelque part de savoir que Reishin gardait ce dernier souvenir près de lui. Il ne se sentait pas l’audace de continuer à regarder dans ses affaires personnelles, et resta donc simplement assis sur son lit, balançant légèrement ses jambes, un sourire sur les lèvres alors qu’il repensait à sa nouvelle vie ici. Elle n’était pas désagréable, et il se plaisait bien au Japon. Les cours se passaient sans problème, et Matthew subvenait à tous ses besoins.
 
- Hey, t’as faim ?
 
Il s’adressait à Inu. Vu comme ce dernier était maigre, manger ne pouvait pas lui faire du mal. Caressant la chevelure blanche brièvement, il se leva de nouveau, et retourna au salon, s’installant dans le canapé. Akiyoshi se sentait plus à l’aise ici. La chambre de son père avait quelque chose qu’il n’arrivait pas encore à qualifier. Fouillant dans sa besace, il en sortit des barres au chocolat, alors que son portable vibrait dans sa poche, signe qu’il avait reçu un message écrit. Le sortant, il le lut rapidement, et y répondit sans plus attendre.
 
- Tu aimes le chocolat, Inu ?
 
Le lycéen ne s’attendait pas évidemment à une réponse, mais peut-être un léger hochement de tête. Enlevant l’emballage, il commença donc à déguster son goûter, en cassant un morceau avec ses doigts qu’il présenta à l’homme animal, attendant de voir si ce dernier allait le manger ou non.
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 12 Mai - 14:24 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Inu était un peu perdu en cet instant. Perdu dans son sens de protection tel le bon chien de garde qu'il était et celui des carresses, de la tendresse et de la compagnie que la solitude lui donnait tellement envie d'avoir. Alors il décida finalement de laisser faire les choses, il n'était pas doué pour réfléchir, cela lui donnait mal à la tête et c'était fatiguant en plus, il n'y était réellement pas habitué. Alors il s'était mis sur le dos, réclamant des carresses, des attentions qu'il n'avait plus eut depuis un long moment. Et finalement ce fut une main hésitante qui glissa sur son ventre ferme, il sourit sous les frissons qu'il lui provoquait. Cela faisait tellement longtemps qu'on ne l'avait pas touché, il était tout bonnement heureux. Il le senti près de ses anneaux et anticipait d'avance qu'il joue un peu avec...

Mais non, tout s'arrêta subitement, laissant l'animal frustré qui se redressa en faisant la moue. Sa main retraça rapidement le parcourt des doigts d'Aki et il tira et tritura ensuite un de ses anneaux pour s'occuper alors que l'autre faisait autre chose dont il n'avait rien à faire. Ca ne lui faisait pas mal... ça l'excitait même. Mais peut-être que le garçon ne voulait pas jouer avec lui. Un sentiment de solitude grimpa en lui et il fit à peine attention à ce que lui disait Aki. Il compris juste qu'il parlait de manger et il le suivit machinalement jusque dans le salon de son maître. Il n'avait pas faim, le majordome lui avait donné sa nourriture ce matin. Il avait un appétit d'oiseau et pouvait se contenter de peu, une nourriture trop riche avait d'ailleurs tendance à le rendre malade.

Mais l'animal s'assit néanmoins sur ses fesses en face du garçon alors que celui-ci fouillait visiblement dans son sac. Inu fut curieux et pencha la tête sur le côté. Que cherchait-il ? Une odeur qu'il connaissait vint lui chatouiller les narines et il ne fit pas attention au téléphone qui vibrait. Il connaissait ce genre d'objets... son maître en utilisait souvent un. Des fois il arrêtait même de jouer avec lui pour parler avec, le frustrant totalement. On lui présenta un bout de chocolat. Il le renifla un instant, cherchant une odeur suspecte. Mais non. Il le prit entre ses doigts gantés et le porta à sa bouche. C'était bon, il était rare qu'il mange quelque chose de sucré et il trouva que c'était agréable dans la bouche. Il sourit et mangea lentement le chocolat par pur gourmandise. Il était content et il ne fit pas attention au majordome qui rentrait avec de quoi nettoyer la chambre de son maître. Ce dernier regarda le fils de Reishin, puis Inu. Il posa son seau et approcha de son jeune maître avant de poser sa main sur la tête d'Inu qui sourit. On était drôlement attentionné avec lui aujourd'hui, même le vieux qui ne sentait pas bon.

"Faites attention monsieur, ne lui donnez pas trop de chocolat, vous allez le rendre malade et il lui en faut peur pour qu'il ne mange pas ce soir," il retira sa main et pris la direction de la chambre avant de reprendre rapidement. "Ne le gâtez pas trop non plus, sinon il va se sentir seul après."

Sur ces mots, l'homme parti faire son ménage, laissant l'enfant et l'humain de compagnie seuls. Inu n'avait pas prêté attention aux paroles du majordome, suçant son chocolat doucement avec plaisir. Mais ce dernier avait pourtant raison, à le gâter, Inu se sentirait encore plus seul lorsque Aki partirait. Oh, il l'oublierait sans doute rapidement mais déjà que le serviteur de Reishin avait du mal à faire manger Inu au moins deux fois par jours... il arrivait à l'animal de laisser son repas du soir sans y toucher malgrés les efforts du majordome qui finissait par abandonner et laisser Kau remonter sur le lit de son maître en soupirant. Il n'avait plus beaucoup d'entreint et ne bougeait plus comme avant, son corps s'était légèremetn affaiblis dans l'attente de son maître. Mais il n'y prêtait pas d'importance lui-même, et en cet instant il était plus focalisé sur le bout de chocolat qu'on lui avait donné. Il était bon, c'était doux sur la langue. Inu avait un grand sourire aux lèvres, ravi de cette douceur.
Revenir en haut
Suô Saruahô
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 14 Mai - 14:47 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Tout le monde se pose la question suivante bien sûr: pendant tout ce temps,où avait bien pu se fourrer ce satané singe ? C'est très simple. On était mercredi. Et c'est bien connu, le mercredi les petits écoliers n'ont cours que le matin. Jusque là, vous suivez ? Et bien justement, Suô, lui, n'avait pas capté.
Alors même qu'il surveillait Aki depuis un bon moment déjà, plusieurs mois même, il avait toujours du mal à intégrer la notion d' "horaires scolaires" et, au lieu d'attendre le gamin à la sortie des cours ce midi, il s'était baladé le long des quais, dévorant des cigarettes au chocolat. Il faut dire que ces derniers jours, le printemps avait pris sa place, l'air s'était fait plus doux et le soleil plus présent. En somme,notre ami flânait tranquillement, sans se soucier de rien. Enfin,si, il songeait à tout ce qui était arrivé récemment.

La disparition de Reishin avait soulevé l'appréhension au sein du clan,heureusement que Matthew avait de suite pris la relève, car les tensions internes n'auraient pas été contenues sans que la place de chef soit rapidement occupée. Le rouquin ne savait quoi penser à présent. Le gorille n'étais pas aussi cool avec lui que monsieur Lan, et il avait du changer de comportement un minimum pour éviter de se faire engueuler. Suô savait se faire plus posé et sérieux question travail, sans perdre ses traits de caractère les plus marquants. On parvenait à déceler plus facilement le côté sournois qu'il cachait sous des couches de bêtise.

Le changement s'était aussi opéré physiquement; notre larron avait pris quelques centimètres, il laissait pousser plus encore ses cheveux auburn, prenant soin de les coiffer sur le côté, cachant son regard envieux. Son sourire malicieux devenait fourbe avec l'âge, il s'entraînait consciencieusement au maniement des armes à feu en attendant son heure, qui ne saurait tarder, et plus un jour ne passait sans qu'il ne demande à monter en grade, pour se tester. Pour l'instant, rien n'avait porté ses fruits, mais il se faisait patient.

Vers cinq heures et demie, ses pas l'avaient mené, comme à l'habitude, devant l'établissement scolaire où était intégré son petit protégé. Enfin, petit, le blondinet qui n'était plus si blond avait pris des traits résolument adolescents, mignons à croquer même. Les yeux posés sur les bâtiments, Suô se demandait vaguement si le plus jeune avait des prétendantes ou des prétendants. Certainement. Mais quelque chose avait attiré son attention ...étrange... il manquait un truc... il n'y avait.. il n'y avait ...aucun son. Pas de meutes de jeunes filles en fleurs s'égosillant,pas de bandes à racailles rasant les murs, et surtout, pas de p'tit chinois immigré dans le coin. Hum. Un petit message du style: " T'es oùùùùùùùùùùù ? ♥ " eut tôt fait de régler ce petit détail.

Dix minutes chrono plus tard, la tornade jaillissait dans les couloirs de la demeure Lan, courant partout pour demander son chemin aux petits employés. On avait fini par lui montrer l'emplacement des quartiers du maître de maison, non sans réticence. La porte des appartements menant au grand salon vola littéralement et un cri guttural résonna dans la pièce.


-J't'ai trouvéée !! Pourquoi t'étais pas en cours hein ?! Tu va voiiirrr sale petit délinquant !

Le rouquin, complètement décoiffé, débraillé et haletant à force de speeder, se jeta sur le canapé où étais installé le fiston à son papa, l'arrosant d'un copieux savon sur le crâne sans prêter attention à autre chose, un grand sourire aux lèvres.

- T'as voulu te moquer d' moi hein ? C'est pas gratuit,tu va en ch- AAH !

Le rouquin s'était reculé jusqu'au bout du canapé en apercevant une chevelure blanche à leur pied, surpris de s'être fait surprendre. Assis sur l'accoudoir, il entrepris de reprendre son souffle sans rien dire, détaillant l'étrange créature. Des paupières fermées... non...cousues a même la peau du visage... un torse nu et émacié, présentant des anneaux, et surtout...cette balafre sur la poitrine... il frémit, sifflant tout bas.

- C'est quoi...c'truc ?

En reprenant un peu de sa contenance, bras croisés sur ses genoux ramenés devant lui, il glissa tout de même, s'adressant à la chose.

-C'quoi ton nom mec ? Et qu'est-ce tu fous là ? T'as de drôles de piercings, ça à du faire mal ça...

Ses pensées cependant, viraient rapidement d'un extrême à l'autre, et il tourna un visage amusé vers le brun, s'étirant comme un chat.

-Alors, on s'amuse sans moi ? T'es pas marrant Aki T'aurais pu m'en parler que tu revenais ici ! En plus faut pas t'balader seul, si j'fait pas mon boulot j'vais me faire virer !

Pas comme si c'était la fin du monde... mais bon.
Revenir en haut
Akiyoshi HuaXiang
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 14 Mai - 16:25 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Visiblement, Inu appréciait le chocolat. Tant mieux ! Il lui tendit d’autres morceaux, tout en continuant à manger sa barre chocolatée. Qui ne pouvait pas aimer ? En tout cas, il en connaissait un qui en raffolait, et qui était prêt à faire n’importe quoi pour en avoir. Un sursaut le prit quand le majordome revint dans la pièce. Akiyoshi pensait que ce dernier avait d’ores et déjà finit son ménage.
 
Hochant doucement la tête aux paroles du vieil homme, il regarda Inu, tout en continuant son goûter. Il ne lui en donna pas plus, et finit l’autre barre dans le silence le plus complet. Le sentiment de malaise qu’il avait par rapport à l’homme animal n’avait pas disparu pour autant. Ce dernier semblait heureux, vu le sourire qu’il affichait. Une simple caresse, un peu d’attention, et il était aux anges. Si seulement tous pouvaient se contenter de simples bonheurs comme les siens, de besoins aussi faciles à réaliser, le monte tournerait probablement mieux, et lui aussi.
 
- Désolé mais… Je ne pense pas que je pourrais revenir souvent après. Ce n’est pas vraiment ma maison ici, enfin, depuis que Reishin est partit…
 
Même si Inu ne lui répondait pas, il l’informait tout de même de la situation. Il devait se sentir seul, et le majordome n’était probablement pas le genre de type à rester avec lui et à parler, même si ce n’était que des paroles en l’air, inutiles, artificielles. En tout cas, le lycéen n’allait probablement pas tarder à partir, étant donné que Suô le cherchait. Ce dernier ne comprenait toujours pas que les mercredis après-midi étaient libres et qu’il n’avait donc pas cours pendant cette période de la semaine. Il allait finir par le lui marquer sur le front avec un indélébile noir pour qu’il s’en rappelle le matin, en se regardant dans la glace.
 
- Bon, je vais pas tarder.
 
Caressant une dernière fois la chevelure blanche, il allait se lever du canapé quand la porte s’ouvrit en grand, brusquement, le faisant se rasseoir sous la surprise. Un cri, une tête rouquine… Un excité de la vie, pire qu’un singe en train de manger une banane… Suô avait débarqué, en moins de dix minutes chrono depuis l’envoi de son message. Rapidement, Akiyoshi se retrouva avec un bras autour de la gorge, et un poing qui frottait sa tête avec vigueur, le décoiffant complètement. Il grogna, essayant de se dégager de la prise du rouquin.
 
- Je t’ai déjà dit qu’il n’y avait pas cours le mercredi après-midi !
 
Un nouveau cri. De peur cette fois-ci. Son garde du corps avait donc finalement remarqué Inu, et le lâcha. Soufflant un peu et s’éloignant de Suô en se plaçant à l’autre bout du canapé, il remit en ordre ses mèches brunes, avant de regarder l’homme questionner l’homme animal d’un air suspicieux. Akiyoshi lâcha un soupir, désemparé devant une telle situation. Ne pouvait-il donc pas se comporter plus… correctement ? Le majordome était revenu jeter un coup d’œil, histoire de savoir qui faisait tout ce vacarme, avant de retourner à son ménage, l’œil mauvais.
 
- Arrête un peu de le harceler le pauvre ! Tu vas lui faire peur à t’exciter dans tous les sens comme un taré !
 
Il glissa ses doigts sur le haut du crâne d’Inu pour le rassurer. Après une entrée aussi fracassante, qui n’aurait pas eu peur en étant aveugle, et donc incapable de savoir ce qu’il se passait ? En tout cas, il ne pensait pas que Suô se serait empressé de venir ici, alors qu’il lui avait clairement dit dans son message qu’il allait bientôt rentrer.
 
- Je m’amuse pas. J’avais juste… envie de passer. Et puis c’est de ta faute ! Tu n’avais qu’à être là à midi au lieu de me laisser en plan, comme tous les mercredis !
 
De toute manière, le rouquin faisait toujours son boulot à moitié. Heureusement pour lui, le nouveau chef ne l’avait pas remarqué, ou bien fermer les yeux. C’était peut-être même une stratégie pour ne plus l’avoir dans les pattes, qui sait… Se massant la tête, à l’endroit où Suô avait frotté avec force, il lui tira la langue.
 
- Bref, je te présente Inu. C’est… euh… l’animaldecompagniedeReishin !
 
Embarrassé, il avait mangé la fin de sa phrase, la prononçant à toute vitesse. Comment aurait-il pu présenter la chose plus subtilement ? De toute manière, Suô allait finir par remarquer le comportement étrange d’Inu, la façon dont il se déplaçait, et sa tenue en disait déjà long.
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 16 Mai - 11:25 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Inu n'était pas très intelligent mais il y avait des choses qu'il comprenait néanmoins. Tout comme le fait qu'il n'aurait plus de chocolat doux sur la langue de la part d'Aki et, bien que n'ayant rien compris à la raison, il savait que le garçon ne pourrais pas revenir souvent le voir. Il assimila donc le fait qu'il n'aurait plus de chocolat. Pourtant il ne s'en faisait pas pour l'instant car il était toujours là et qu'il lui avait tout de même carressé la tête. Et l'animal souriait, car il aimait être en compagnie de quelqu'un. Il ne demandait et n'avait pas besoin de grand chose, juste une présence près de lui qui, de temps à autre, lui donnait quelques attentions.

Inu se sentait donc bien en cet instant et recula légèrement lorsqu'il senti que le garçon allait pour se lever. Il allait partir ? Déjà ? Mais un bruit lui fit froncer les sourcils, venant de l'extèrieur de la pièce. Il serra un peu les poings et les dents puis se tendit avant de reculer sur le côté. Quelqu'un arrivait, quelqu'un qu'il ne connaissait pas. D'ailleurs la porte s'ouvrit à la volée et le jeune homme se crispa totalement en tremblant. Mais pas de peur, de colère. Personne n'avait le droit de rentrer chez son Maître comme ça. Il ne le connaissait pas, il n'était donc pas le bienvenu. Il s'attaqua au garçon mais l'animal de fit rien, ce n'était pas son maître et on n'appellait pas à l'aide. Néanmoins il éprouvait une profonde hostilité pour l'intrus, il ne l'aimait pas, il ne sentait pas bon.

Puis l'intrus cria, Inu ne dit rien mais son visage montrait son mécontentement. Qu'il était bruyant, il n'aimait pas le bruit, il détestait ça. Il sembla lui parler mais l'animal se redressa sur ses genoux et garda son air dur, montrant qu'il n'était pas le bienvenu en ces lieux. De nouveau la voix d'Aki, qui lui passa une main dans ses cheveux. Le jeune homme s'apaisa légèrement et se rassit sur ses pieds, gardant tout de même un visage fermé en direction de l'intrus. Ils se connaissaient visiblement mais Inu ne faisait absolument pas confiance à l'intrus, la façon dont il était entré et agissait déplaisait fortement à l'animal qui sentait cette créature empiéter dans le territoire de son maître. Il ne l'aimait donc pas.

Aki fit les présentations mais Inu, bien qu'il aurait aimer aller sur le lit de Reishin pour être tranquille, resta près des deux hommes, bien décidé à garder les appartements de son maître. L'animal n'en avait pas l'air comme ça mais il était plus costaud qu'il en avait l'air et plus intelligent qu'un chien il pouvait être réellement mauvais avec les gens qu'il n'appréciait pas. Mais là il restait en retrait, près du canapé, le scrutant de son visage, sachant que c'était toujours déroutant lorsque les gens le regardait faire. Il ne restait que pour garder le fort, car c'était sa mission. Non, il n'avait pas peur de l'intrus, mais il était clair qu'il était hostile envers lui.
Revenir en haut
Suô Saruahô
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 20 Mai - 13:47 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Comment ça pas cours le mercredi aprèm' ? Il se moquait de lui en fait, ouais ! Tout ça pour pouvoir se balader tranquille sans le singe dans les pattes ! Mais ça se passerait pas comme ça, foi de rouquin !

En réalité, il n'avait aucune idée des horaires scolaire, ayant arrêté très tôt au collège, et il croyait dur comme fer qu'Aki cherchait à se débarrasser de lui ! D'ailleurs s'il était arrivé si vite, ce n'était pas seulement pas envie de voir le gamin, mais aussi et surtout par la trouille de la branlée qu'il risquait de se prendre si jamais il arrivait quoique ce soit au fils de Reishin, alors qu'il était censé le surveiller. Rien qu'à se rappeler les menaces de Mattounet concernant une certaine chambre su silence suffisait à refroidir le Freelance. Mais bon, un autre souci se posait présentement. La créature bizarre là, à ses pieds. C'était quoi ? Et pourquoi le chinois répondait-il à sa place ? Il était muet en plus d'être aveugle ? Suô se passa une main dans les cheveux, les ramenant en arrière, destabilisé par le "regard' que lui lançait l'argenté qui ne semblait pas l'apprécier.


- Je m'excites pas, c'est lui qui m'excites ! ... Heu... ouais, enfin t'as compris hein ! Et pourquoi y m'réponds pas, c'pas un chien que je sache !

Vive les esprits tordus qu'ils étaient. Un beau duo. Et lui qui en rajoutait sans le savoir. Entre-temps le singe s'était retourné pour faire un grand sourire suivi d'une exclamation à l'encontre du majordome, qui visiblement l'adorait toujours autant, avant se s'installer correctement sur le canapé en voyant que la chose aux cheveux blancs n'approchait pas de lui. Voir son protégé caresser ainsi l'homme eut un effet pour le moins inattendu chez le rouquin, qui croisa les jambes, puis les bras, les décroisant pour les recroiser en les observant.

-Je te laisse pas en plan, mec, c'quoi aussi cette idée à la con de faire cours qu'une moitié de la journée hein ? Et puis pourquoi t'es v'nu ici sans prévenir ? J'suis ton garde du corps j'te rappelle, ça craint de te promener sans moi, 'kay ? Combien de fois je te l'ai dit déjà ! Fallait me le dire si tu voulait repasser ici, ç'aurait pas été un problème !

A mesure que les paroles s'écoulaient il se rendit compte qu'il parlait peut-être comme un grand-frère, mais l'idée d'avoir l'air d'un parent ne lui vint même pas à l'esprit vu l'image qu'il conservait de ses propres paternels. Mais la main du garçon sur la tête de l'autre le crispait, et il lâcha rapidement, comme le reste.

-Mais pourquoi tu l'caresses hein ? C'est ton petit copain ou quoi ?!

Il s'excitait pour rien, mais cette situation lui paraissait de plus en plus bizarre. Aki' était pas du genre à lui cacher quoique ce soit, il le savait, et puis la posture bizarre de l'individu assis à terre n'avait rien de normal. La réponse à ses questionnements tomba bientôt cependant.


-L'ani..l'ani... animal...

Qu'est ce que ça voulait dire ? Une tonne d'images défilèrent dans son cerveau. Mais ouais, c'était bien une tenue sado-maso ça en fait. Et Reishin, il avait vraiment pas l'air comme ça mais, il était plein aux as, il pouvait se payer des hommes, des esclaves et aussi des... des trucs comme ça.

- Mais quelle horreur.

Il ne s'était pas rendu compte que ses paroles avaient dépassées ses pensées. Son visage s'était fait plus sérieux tout à coup, et le regard brillant du singe détaillait à présent la créature. Il n'y avait aucun doute, c'était bien un chien, dans tous les sens du terme, et le gardien de ces lieux le fixait, lui, l'intrus, sans doute près à l'attaquer si ses intentions concernant la maisonnée s'avéraient mauvaises. Mais les sentiments du Freelance étaient ailleurs, et il souffla à l'intention d' Aki, sans détourner ses yeux d'Inu.

-T'imagines tout ce qu'il à du subir pour en être réduit à ça ? C'est dégueulasse.

De seconde en seconde, à mesure qu'il se rendait compte des atrocités que révélait cette personne, son estime à l'égard des têtes de la mafia baissait. Suô se redressa pour s'accroupir à genoux au sol, tendant un bras vers le chien, comme pour l'apprivoiser, il parlait à mi-voix.

-Inu, c'pas un nom ça. Tu doit bien en avoir un autre...
Revenir en haut
Akiyoshi HuaXiang
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 20 Mai - 21:22 (2008)    Sujet du message: La rencontre, et après... Répondre en citant

Akiyoshi roula des yeux. Pourquoi le rouquin devait-il être toujours aussi survolté ? C’était bien lui l’excité, à s’agiter dans tous les sens. Il ne cherchait même pas à comprendre qu’il était en effet possible qu’il n’y ait pas cours le mercredi après-midi. Un de ces quatre, le lycéen allait attraper Suô et l’emmener voir un professeur de son école pour que ce dernier lui explique qu’en effet, l’après-midi était libre pour eux. Peut-être que cela rentrerait finalement dans sa tête, ou peut-être allait-il croire que tout cela n’était qu’une supercherie… C’était une possibilité… C’est même très probable que Suô traite le professeur d’imposteur. Tout compte fait, cela n’était pas une bonne idée.
 
- …
 
Bref, son garde du corps faisait toujours dans la dentelle à ce qu’il voyait. Et pourquoi commençait-il à crier comme ça, à l’engueuler ? L’adolescent fronça les sourcils, croisant ses bras sur la poitrine. Non mais c’était quoi son problème franchement ? Il n’aimait pas le ton que Suô employait, n’aimait pas ce qu’il lui disait. Quelque chose l’énervait dans l’attitude du rouquin. Pourquoi ne comprenait-il pas qu’il avait besoin de venir ici, seul, pour se recueillir ? Qu’il avait besoin qu’on le laisse tranquille de temps à autre ! Il était un adolescent après tout, et avait besoin d’un minimum d’intimité, pas d’un adulte qui le collait à longueur de journée ! Il aimait Suô, et ce dernier comptait énormément pour lui, mais qu’il le laisse souffler un peu de temps en temps tout de même.
 
- Arrête de crier bon sang ! Et pourquoi ça craint, hein ? Reishin n’est plus le chef des Freelances ! Il est disparu, peut-être même mort ! Alors qui va m’attaquer ? Je n’ai aucune valeur, je ne pourrais pas servir de monnaie d’échange. Matthew s’en fiche bien !
 
Le visage crispé, il détourna le regard, serrant les poings. Il n’était rien ici. A vrai dire, il ne savait même pas pourquoi il bénéficiait encore de la protection du clan, étant donné que son père était partit, sans prévenir personne. Se calmant légèrement, il caressa la tête d’Inu qui ne semblait pas apprécier la présence de Suô en ces lieux. Il avait l’air d’être anxieux, mécontent. Quand au Freelance en face de lui, il n’arrêtait pas.
 
- Mais… qu’est-ce que tu racontes…
 
Son petit copain ? Akiyoshi lui aurait dit tout de même s’il était avec quelqu’un. Ou alors il ne lui faisait pas confiance, et pensait qu’il avait des choses à lui cacher. C’était n’importe quoi. Il lui avait déjà tout dit et tout donné, et là, il piquait une crise… de jalousie ? Cette pensée apaisa le lycéen qui se passa une main sur le visage, secouant la tête. Suô pouvait vraiment être débile parfois…
 
Pour remédier au malentendu, le jeune homme fit donc rapidement la présentation d’Inu, légèrement gêné. Il y avait de quoi tout de même… L’animal de compagnie, le jouet sexuel probablement, de son père. Son propre père. Laissant Suô fixer Inu, ne l’écoutant qu’à moitié, il regardait également l’homme animal, toujours par terre. Il avait l’air de vouloir attaquer le rouquin, peut-être le mordre. Protégeait-il les quartiers de son maître face à l’inconnu ?
 
- Inu… Il est pas méchant tu sais. C’est Suô, un ami à moi.
 
A vrai dire, le chinois ne savait absolument pas si l’argenté allait comprendre ses paroles, mais ce n’était pas faute d’avoir essayé. Si Inu commençait à attaquer le singe, il ne savait pas vraiment comment il allait faire pour gérer cette situation… Entre animaux, ils devraient pourtant se comprendre, non ? Il se tourna alors vers Suô, avec un léger sourire.
 
- Je pense qu’il ne t’apprécie pas beaucoup… Fais gaffe, il mord peut-être…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:52 (2018)    Sujet du message: La rencontre, et après...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Miorosu~¤~ -> Maisons -> Résidence de Reishin Lan Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom