Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas
Forum classé NC-17
 
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Jack Cánovas

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> *¤* Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas *¤* Le commencement -> *¤* Présentation *¤* -> ~ Civils ~
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jack Cánovas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 7 Avr - 18:13 (2008)    Sujet du message: Jack Cánovas Répondre en citant

Nom: Cánovas

Prénom: Jack

Age: 34 ans

Emploi / Situation : Gérant del restaurante Kinoto, chef cuistot, pourr vous servirr señores y señoras !

Remarque:

Il tient le restaurant de renom Kinoto, connu dans toute la ville pour ses recettes élaborées, le plus souvent inspirés de la cuisine espagnole. L'établissement emploie plusieurs serveurs et cuisiniers, et présente notamment un choix énorme de plats à base de viandes.
Pas étonnant quand on est plongé dans le monde de la mafia, et qu'on sait que l'entreprise n'est que la façade d'une seconde, bien moins frivole, qui propose de faire disparaître des corps, avec un service avant et après-vente, bien sûr. Evidemment tout ceci est classé secret et peu sont réellement au courant de ce qui se trame derrière les fourneaux...

Description physique:

Le grand dadet frôle le mètre 90, une stature imposante et musclée qui fait souvent lever des regards, ce qui est loin de lui déplaire. Il à gardé dans les gênes une grande partie des caractéristiques propres aux latinos, grâce à ses origines espagnoles: d'épais cheveux chocolat noir retombent jusqu'au bas de la nuque en mèches désordonnées, et encadrent un visage allongé.
Les traits sont droits, anguleux, taillant une mâchoire volontaire. Cette dernière est la plupart du temps piquetée d'un début de barbe, lui donnant un air négligé qu'il aime à conserver. Des yeux noisette constamment amusés, enchassés de long cils noirs, donnent un regard qui attire naturellement.
Jack à le teint mat, car il bronze très facilement et aime rêvasser de longues heures au soleil en plus de passer ses journées sous la chaleur cuisante des fourneaux. Une vilaine cicatrice, vestige d'une blessure par balle, se trouve sur son torse du côté droit, sous la clavicule.
En ce qui concerne sa garde-robe, monsieur ne fait pas son difficile: il aime à rester sobre, dans une simplicité toutefois agréable, et fera attention à ne pas porter de guenilles. Comment plaire et draguer sinon ? Il à donc pour habitude de se vêtir de chemises, de t-shirts amples ou de pull chauds selon la saison, ainsi que de jeans et d'une paire de chaussures de cuir noires.
Sa voix grave et rocailleuse conserve un accent ibérique, et sa façon prononcée de rouler les "r" renseigne immédiatement sur son pays natal, de même que les expressions qu'il sort à tout bout de champ, parlant parfois sa langue maternelle sans s'en rendre compte. C'est que son équipe n'est composée que d'andalous ou d'émigrés latinos pêchés en Amérique, avant son arrivée au Japon.

Description psychologique:

Sûr de lui, c'est ce que n'importe qui peut déduire rien qu'à la démarche décontractée et au regard détendu de l'homme. L'image qu'on retient de Jack est souvent la même: un latino à l'exotisme attirant, au charme et aux attentions délicieuses, une cigarette coincée entre des lèvres au sourire chaud, une peau basanée qui rappelle inévitablement la température cuisante d'une journée d'été. Et c'est qu'il en fait brûler des joues, palpiter des coeurs.
Un caractère doux sert son physique rassurant et il ne se prive pas pour profiter de la vie et des rencontres grâce à ses atouts. Cependant ses nombreuses relations ne durent guère longtemps; Jack ne prenant rien vraiment au sérieux, hormis quand il s'agit de cuisine, il enchaîne conquête sur conquête sans jamais s'attacher à quelqu'un en particulier. C'est qu'il aime plaire.
Malgré ce côté incontrôlable, sa nature très sociable se fait ressentir à d'autres niveaux; il sympathise facilement avec la plupart des personnes qu'il croise. Toujours positif, il aime faire la fête et s'amuser, et à tendance à remonter le moral des troupes, quand sa maladresse n'à pas pour effet le contraire.
Son âge, le rendant mature dès le premier coup d'oeil, ne l'empêche pas d'avoir des réactions impulsives de gosse. Il ne parvient tout simplement pas à se maîtriser et n'en à d'ailleurs aucune envie, quand il à un désir soudain de chamallows grillés, ne vous étonnez pas de le trouver étendu, un soir, dans le terrain vague de la ville, près d'un feu de camp, en train de faire cramer ses sucreries en se plaignant à voix basse.
Toutefois il conserve une estime de soi et de sa cuisine, irréprochable, s'indignant exagérément de temps à autre quand on lui fait des réflexions, il reste très distingué à tout moment.
Évidemment, son travail nécessite d'autre qualités que celles qui viennent d'être présentées, il à donc appris à se faire strict et discret avec les clients moins habituels, ceux qui viennent jeter un oeil dans les cuisines après la fermeture du restaurant... ce qui nous amène à l'histoire de cet homme.


Histoire:

Il naquit au coeur de l'Andalousie aux alentours des années 70, dans une ville nichée sur la Costa del Sol, paradis d'eau bleue et de soleil, de chaleur et de verdure. Coincée entre la mer méditerranée et les hautes montagnes de la Sierra Nevada, le climat était toujours doux et rares étaient les jours où le ciel se couvrait pour faire tomber une pluie fraîche. Ici on gagnait sa vie en cultivant les champs aménagés à même les reliefs montagneux pour gagner de la place à l'intérieur des terres.

C'est ce que faisait Francisco Cánavas Centurion, espagnol de souche. Il embarquait le matin dans la vieille Citroën C15 cabossée, dont la couleur première, blanche, disparaissait sous des traces de boue, et ce père de famille passait ses journées là-haut à prendre soin des avocatiers, orangers, citronniers et amandiers. Il avait aussi quelques plants de fraises et de framboises, mais tout comme leurs voisins, c'était surtout les rangées d'oliviers qui primaient dans les champs, et quand venait le temps de la récolte tous s'entraidaient pour faire tomber ces petits fruits verts dans les filets étendus à terre.

Sa femme, Rosa, une andalouse aux long cheveux noirs, était entrée comme cuisinière dans une chaîne de restaurants très connue. Elle avait donné naissance à 5 enfants: la première mourut accidentellement à l'âge de cinq ans. La pauvre señora, désespérée par l'échec d'une première maternité, eut toutefois par la suite trois filles,reflets de l'aînée disparue, mais le petit dernier fut un garçon qui combla enfin le père, un peu perdu dans ce monde féminin. C'est lui qui choisit le nom du nouveau-né, et comme Francisco était un être bien à part, qui ne faisait jamais les choses comme tout le monde, il donna un nom étranger. Peu entendaient ce genre de sonorités, par ici hormis dans les films tout droits importés d'Amérique, puisqu'on donnait aux enfants le nom de leurs aïeuls.

Jack grandit entouré de ses trois grandes soeurs, Carmen, Mari et Elena, qui prenaient parfois exagérément soin de leur petit frère. Lui était gêné bien sûr, surtout quand elle le couvraient de calins devant ses copains d'école, et il partait se réfugier dans les montagnes avec son père, prenant goût à la nature et au soleil. A la maison, sa mère lui enseigna la cuisine, tout comme aux filles, et ils se prirent tout quatre de passion pour l'art culinaire. Les enfants Cánovas grandirent, leur expérience s'accrut dans le domaine, ils s'amusaient à inventer toutes sortes de plats qu'ils présentaient a leur parents en fins de semaine. Après des années passées à économiser la paie de leurs petits boulots, ils réunirent l'argent et achetèrent un petit restaurant bien placé, non loin de la Playa Burriana. Jack avait alors 17 ans, il avait quitté l'école pour jouer aux serveur et au cuisinier dans leur enseigne.

Tout allait comme sur des roulettes, même si au fil des ans, la ville avait troqué ses collines désertes pour des paysages de villas, d'immeubles en construction. Elle s'étendait toujours plus grâce au tourisme, qui devint bientôt le moteur principal de l'économie. Les petites entreprises se faisaient balayer pour être remplacées par de grandes chaînes, des centres commerciaux capables d'accueillir cette masse d'étrangers qui se vautraient sur les plages et grouillaient dans les avenues, les poches pleines de billets. Un riche propriétaire ne tarda pas à se proposer pour racheter l'emplacement du restaurant Cánovas, extrêmement bien situé. Les bâtiments alentours étaient déjà siens, et il voulait s'approprier ce petit carré qui faisait tâche sur la carte de ses acquis. On fit opposition, la famille se battit de longs mois pour les faire rétrocéder, mais face aux coups-bas on décida de jeter l'éponge.

Décidé à recommencer de zéro après ces quatre années, Jack avait atteint l'âge légal de majorité aux States, et il réunit ce qu'il lui restait pour partir. Il avait choisit l'Amérique comme terrain de jeu, et dieu sait quel bon choix il fit. Il se tailla un nom dans le domaine, l'espagnol avait du talent. C'est également là-bas qu'il appris à jouer avec l'envers du décor. L'argent qu'il amassait était envoyé en Andalousie, à ses parents et ses soeurs, joint à une carte qui leur souhaitait du bonheur. Puis un virus commença à frapper. Inconnu jusqu'alors, on voyait les femmes dépérir sans comprendre. Le cadet des Cánovas apprit la triste nouvelle une soirée d'été, où le soleil tapait si fort sur Los Angeles, qu'il s'était cru de retour chez lui. Sa mère était décédée, suite à une attaque. Durant les mois qui suivirent, tout à tour, les nouvelles lui parvenaient. Une à une, ses soeurs avaient contracté la terrible infection, et restaient au lit toutes les journées, à regarder dans le vide.

Quand il fut certain d'avoir appris tout ce qu'il pouvait en Amérique, il choisit de partir encore. Ses diplômes de cuisinier tout frais sous le bras, il avait choisi pour destination et nouveau lieu de vie une ville japonaise, réputée pour le fort taux de gens fortunés et de corruption. On lui avait parlé de cette cité où ses talents de cuisinier seraient grandement appréciés, de même que l'autre genre d'expérience qu'il avait acquis dans la région américaine.

Cela fait maintenant cinq ans qu'il à ouvert le Kinoto, restaurant extrêmement bien réputé, en plein centre de Kyouri. Jack Cánovas est devenu une référence du monde culinaire au Japon, tout comme il à laissé une trace chez les américains de la côte Ouest. Et il vous salue gaiement d'une main, l'autre étant occupée à tenir un couteau de boucher large de 10 centimètres.

-Le Chef vous souhaite un bon appétit, señores y señoras !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 7 Avr - 18:13 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ryô Hanabi
Jikkei
Shizuka
Oublié
[admin]

Hors ligne

Inscrit le: 23 Avr 2007
Messages: 313

MessagePosté le: Mar 8 Avr - 23:58 (2008)    Sujet du message: Jack Cánovas Répondre en citant

1m90 . . . . .

*joueuse qui regarde l'homme qui la dépasse de 30 bon centimètre . . . Et qui chope un torti colis*

Costa Del Sol ? . . . . Costa Del Parasol ! *voulait sortir cette connerie ! XD*


FICHE VALIDER


J'ai adoré lire ta fiche !
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jack Cánovas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 10 Avr - 16:02 (2008)    Sujet du message: Jack Cánovas Répondre en citant

*tapote tranquillement la tête de la joueuse avec un énorme sourire*

La Costa del Sol es la côte du soleil, amiga !

Muchas gracias, preciosa !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:43 (2018)    Sujet du message: Jack Cánovas

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> *¤* Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas *¤* Le commencement -> *¤* Présentation *¤* -> ~ Civils ~ Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom