Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas
Forum classé NC-17
 
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ?

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Miorosu~¤~ -> Desuko
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tetsuo Kiriama
Celui qu'on appellait l'Ombre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2007
Messages: 71

MessagePosté le: Jeu 17 Jan - 02:47 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

[Suite de :: Lorsqu'on est dans la lune, on se prend des météorites ! U_U :: ]

Rolala, mais qu'est ce qu'il avait Matthew a doutait de la sorte de son indicateur ! Si seulement il avait sut, il ne posserait même pas la question ! Cela devenait énervant a la longue, qu'il se taise donc et qu'il apprécie donc les couleurs du paysage défilant par la fenêtre, qu'il se taise donc a ce sujet et qu'il regard dehord . . . Ce que les hommes faisaient de la planet . . . De cette planet . . . De ses enfants qui se promené dans la rue . . . Et qui ne se doutait pas que dans la belle voiture qu'ils regardaient se trouvé deux hommes dangereux . . . Ils étaient sûrement plus dangereux pour ses enfants que si ceux ci avait trimballer une arme chargé.

~ Personne ne te force a venir.
Lâcha t il en se tournant vers lui, le regard toujours aussi sérieux.
~ En fait, tu te répéte souvent, serait tu sénile ? Mon indique est sans doute un des meilleurs qu'on pourrait jamais trouvés, mais il ne peu me donner des informations que dans de rare situation, s'il ne veut pas être exécuté, c'est comme cela qu'il doit agir.

Tetsuo sortis a son tour de sa voiture, défroissant légérement les pans de ça chemise pour retiré toute les pliures et tout ce qui aurait pus lui donnait un aire "imparfait", il se tourna ensuite vers son très cher supérieur.

~ En fait, tu veut savoir comment je le pay ?
Demanda t il avec l'aire de "attenion, je vais dire une connerie !".
~ Je le récompense en nature, mais je n'ai pas de valise sur moi ! . . . J'éspére qu'il aura pas de vus sur toi, je ne supporterais pas l'idée que tu puisse me trahir !

Il racontait encore des conneries, bien sûr, c'était dans sa nature, il ne pouvait pas s'en empêché ou bien disons simplement qu'il voulait paraître quelque chose qu'il n'était pas en fait. Sourire, faire des pirouettes, dire de belle frase pour faire rire . . . Quel masque il portait, un masque parfait qui trompait tout le monde, un masque comme on en fabriquer plus en fait, mais en dessous . . . Qu'y avait il en dessous de ce masque ? . . . Que cachait cette chose, que cachait se sourire, ses paroles, ses anneries ? Peut être n'y avait il rien en fait, peut être que l'ombre des Freelances était réellement une ombre. L'ombre d'elle même.

Rejoignant Matthew, il prit un aire nettement plus sérieux, le regard tournée vers la boite de nuit, il s'avança sans rien ajouté de plus pour le moment, personne ne lui interdirait l'accés a la boite de nuit, qui pourrait le faire de toute façon ? Il passa a coté des videux sans être arrêté, bien sûr et se tourna vers son compagnon de route.


~ On a quelques minutes d'avance.
Avoua t il.
~ C'est dans le fond de la pièce alors prend un verre au passage.

Tetsuo écouta son propre conseil et attrappa un verre avant d'aller s'installé a la table la plus éloigné du centre de la fête. Maintenant, ils n'avaient plus qu'a attendre.
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 17 Jan - 02:47 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 20 Jan - 21:07 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Rien ne l’attachait à la vie, rien mise à part le travail peut-être… Pas de famille, aucun lien concret, rien qui lui manquerait… Vivre de sa façon était probablement triste, si cela pouvait vraiment s’appeler vivre, mais le goût de la vie de ne lui laissait qu’une saveur amère à la fin. Pour lui, on ne vivait que pour mourir. C’était comme ça pour tout le monde, même si l’on était optimiste. Profiter pleinement de chaque journée, un sourire aux lèvres, c’était juste pour repousser le moment de la mort plus loin, vivre pendant qu’il en était encore temps, car l’immortalité n’existait pas. Seulement, depuis quand était-il devenu ainsi ? Depuis quand la vie le désintéressait-il à ce point ? Se souvenait-il encore d’une époque où il était insouciant, où la douleur tant physique que psychologique l’atteignait ? L’humanité entière se demandait la raison de son existence, mais en fallait-il seulement une pour exister, vivre ?

Toutes ses questions, Matthew se les posait, assez régulièrement. Quelque part, il enviait ces gens, dehors, qui avaient la chance de vivre. Lui ne vivait pas vraiment, il subissait, mais n’avait pas non plus la volonté de rompre ces chaînes invisibles qui l’attachaient… C’était étrange et paradoxal. Il n’était pas bien, n’était pas mal, indifférent.

Tetsuo racontait comme à son habitude des sottises. Et lui écoutait sans broncher, comme s’il n’écoutait pas vraiment, mais attentif en même temps. Il s’en foutait bien du paiement que versait le brun à son indique, qu’il écarte les jambes pour obtenir les informations qu’il voulait… Tous les moyens étaient bons pour avoir ce que l’on voulait après tout. Il n’y avait pas de honte, ni de morale dans ce monde. On s’en débarrassait tout de suite, et qui était là pour dicter ce qu’il fallait faire ? Qui était là pour juger de ce qui était bien, et de ce qui était mauvais ? Conneries, sottises, une putain de mascarade que les gens gardaient. Ils se voilaient tous la face.

Avec toutes ces bonnes pensées philosophiques dans le crâne, Matt’ entra dans le Desuko avec l’autre Freelance, le garde les laissant entrer sans broncher. Quelques minutes d’avance seulement ? Mais comment Tetsuo serait arrivé à l’heure s’il n’avait pas trouvé le conseiller sur son chemin ? Il aurait peut-être volé une bagnole tiens, ça ne l’étonnerait pas… Ecoutant ce que lui dit le brun, il prit un verre de bourbon au passage et suivit le brun, jetant des regards froids et distants autour de lui. On n’était jamais à l’abri d’un piège ou autre, et lui était constamment sur ses gardes, sauf quand il se retrouvait seul dans son appartement. Il se sentait tendu dans cet endroit, particulièrement aujourd’hui, comme si quelque chose sentait mauvais. Matthew, paranoïaque ? Un peu sur les bords, mais s’il était encore vivant, c’était grâce à ça après tout… Combien de gens avaient donc cherché à lui faire la peau ces dernières années durant ? Beaucoup trop.

Le silence s’était installé entre eux, alors qu’ils étaient assis à une table, à l’écart de la fête, de cette masse corporelle qui se mouvait à l’unisson au rythme de la musique. Le jikkei buvait quelques gorgées tout en continuant à observer les personnes autour d’eux, montrant une parfaite contenance dans son attitude. Son visage n’exprimait rien de particulier, ses gestes non plus. Les minutes passèrent, une à une.


- Ton indique… Il ressemble à quoi en fait ?

Plus le temps passait, plus Matt’ était aux aguets. Depuis le début de la soirée, depuis qu’il était tombé sur Tetsuo, quelque chose le tracassait, mais il avait pensé que c’était juste le brun qui jouait avec ses nerfs en jouant au pitre. L’air était chargé, et il finit le reste de sa boisson d’une traite, passant sa langue sur ses lèvres alors qu’il jetait un coup d’œil à sa montre, au temps qui coulait inexorablement…

[C'est pas très looong, sorry!]
Revenir en haut
Tetsuo Kiriama
Celui qu'on appellait l'Ombre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2007
Messages: 71

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 02:25 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Matthew ne se souciait peut être pas des paroles que prononcé le jeune homme, oui, c’était claire en fait : il l’écoutait, mais s’en foutait de ce qu’il disait comme de sa première paire de chaussette, et nul doute que ça, le jeune rouquin le savait parfaitement mais c’était tellement tentant de parler pour ne rien dire a coté de cet homme si silencieux a tenté de le faire sortir de ses gonds, mais pour le moment, l’homme ne réagissait pas plus que cela, et c’était fort déplorable ! Peut être devrait il pensait a lui foutre la mains aux fesses ? Obliger, il réagirait forcément ! . . . Quoi que . . .

Se penchant en arrière pour juger de la chose qu’il était inconsciemment entrain de viser, il resta silencieux l’espace de quelques seconde, il reprit une position normal, l’esprit plus claire . . . Enfin, peut être pas du bon coté, se serait . . . Comment dire . . . Après un telle geste, Tetsuo ne regretterait jamais d’être tuer, même dans les pires souffrances ! Un sourire étrange apparus sur le visage du Freelance de l’Ombre, les idées de plus en plus tordus alors que la soirée avancés inexorablement, il se disait que se serait même amusant si son contact avait un empêchement !

Un silence s’installa entre eux lorsqu’ils furent installés, Tetsuo décidant de reprendre son sérieux pour la simple raison qu’il ne devait pas se montré distrait, d’autant plus qu’il n’avait pas eux le temps de vérifier la liste des employés ici, si jamais un de ses « ennemis » se trouvait ici, alors il était Cuis ! . . . Ils étaient cuis ! Pourquoi il lui avait demandé de venir déjà ? Bah, de toute façon, Matthew était beaucoup trop . . . Comment dire, il ne se laisserait pas faire facilement et en emporterait sûrement plusieurs dizaine dans la tombe si jamais ce fut une embuscade . . . Sûrement qu’il tournerait d’abord l’arme vers Tetsuo pour l’avoir foutus dans un bordel pareille d’ailleurs !


~ Il fait dans le mètre soixante treize, corpulence moyenne, cheveux noir et toujours coiffé en pique avec une tonne de gel, yeux noir et a un tatouage sur le bras plutôt corpulent, un dragon d’eau.
Répondit il patiemment.
~ C’est un type qui, une foi nerveux, parle pour ne rien dire, normal : il est une taupe après tout . . . C’est pas le plus discret, mais au moins, personne le soupçonne : je suis le seul idiot a pouvoir engager un incapable dans le camps adverse !

Franchise franchise, quand tu nous tient ! Non, aller, trêve de bavardage, son homme était tout de même plus douée que ce que voulait bien en dire Tetsuo, il était pareil a lui en fait : débile en apparence, mais cachant bien des choses intérieurement. Comme dit le proverbe : qui se ressemble s’assemble !

En tout les cas, Matthew ne semblait pas du tout rassuré, il semblait plus nerveux que d’habitude et la preuve en était qu’il fini son verre trop rapidement aux goûts du rouquin qui leva la mains pour interpellé un serveur et récupéré un nouveau verre pour le Jikkei. Le garçon repartis lorsque son travaille fut fait et Tetsuo s’installa dans son fauteuil le, les bras sur les accoudoirs, croissant les jambes.


~ Mat, a te voir comme cela, on dirait qu’on va subir un attaque de vingt homme armée !
Dit il souriant.
~ Tu devrait te détendre un peu : après tout, si quelque chose va pas bien, tu pourra te servir de moi comme de bouclier ?

L’Ombre pris son verre entre ses mains et en bus quelques gorgées . . . Le pire dans cette histoire, c’est que lui même avait une mauvaise impression, mais il devait se présenté a cet endroit, il devait toujours le faire, quel que fut le message qu’il recevait. Un ombre étrange passa sur son visage avant qu’il ne relève un visage masqué vers le Jikkei.

~ Si tu te détend pas seul, il va falloir que je passe sous la table !
Rigola t il, un sourire plein de sous entendus sur les lèvres.

[Dès foix, je fait pire que toi ! U_U Alors pas grave, et puis, c'est pas la longueur le plus important mais le contenus !]
_________________
Revenir en haut
Beowulf
Oyabun
Le père du clan Jigoku

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2007
Messages: 38

MessagePosté le: Mar 5 Fév - 17:40 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Quel galére, quel galére ! Franchement, fallait que les imbéciles se trouvent tous dans son clan a lui ? Pouvait pas être cher les Freelances ? Cela aurait peut être permis aux membres imminants de ce clan de survivre a cette succession d'attentats que ces idiots de Freelances avaient fait contre eux ! Mais ils n'allaient pas s'en sortir aussi facilement ! Non seulement les Yakuza étaient près a tout pour se venger, mais en plus . . . Maintenant . . .

Maintenant . . .

Il était là, il s'avancait dans la boite de nuit sans se souciait plus de cela des gens que cela . . . Leurs vies ayant autant d'impacte sur sa vie que des inscectes, c'était d'ailleurs ce qu'ils étaient : des insectes qu'on peu facilement écrasser et sans se souciait des conséquences que cet acte entrainerais . . . De toute façon, lui avait tout droit sur les autres vies, par ce qu'il était là et qu'il était ce qu'il était maintenant . . .

Le clan Jigoku ne devait plus avoir peur de ne pas avoir de chef, car leurs nouveau Otousan était arrivé . . . Mais était il comme l'ancien ? Sûrement pas, et il suffisait de le regardé pour le comprendre : un regard sombre et menaçant, personne ne pouvait réellement le regardé dans les yeux, ses cheveux a l'allure si particulière, mais il n'était pas le premier a apparaître ainsi . . . Il semblait que cela se faisait de plus en plus souvent a Suzaku, a croire que c'était la mode ! Mais ce qui le rendait impressionnant, c'était cette aura froide et distante, mais surtout menaçante . . . Il portait également un sac d'où sécouler quelques gouttes de sang a un rythme régulier.

Beowulf approcha de la table, ne se cachant même pas, pourquoi devrait il caché son entré au mec qui . . . Tient, ils étaient deux a la table où le rendez vous devez avoir lieux . . . Pourquoi donc ? Bah, après tout, qu'il soit un ou deux, cela importait peu ! Du moment que Beowulf atteigne celui qu'il voulait touché ! Et il le reconnaissait parfaitement . . . Comment ne pas le reconnaitre ? . . . Quand a l'autre, il lui disait quelque chose . . . Mais l'homme ne se souvenait plus de qui exactement . . . Bah, aucune importance !

Il s'arreta en face de la table . . . .


_ Passeriez vous sous la table si c'était moi qu'il fallait détendre ? Demanda t il froidement.

Il avait entendus la phrase, comment ne pas l'entendre quand on était si proche, lançant un regard intriguet vers l'autre homme, il ne le fixa que quelques secondes avant de reporté toutes son attention vers le rouquin, le visage neutre, peut être même trop neutre en fait.


_ Cet homme là t'a décris comme étant celui qui le payait suffisament pour le trahir . . . Lâcha t il toujours aussi froidement. Il apprendra en enfers a être fidèle, peut être . . .

Il lança le sac au rouquin, pas difficile de comprendre ce qu'il y avait dans le sac . . .

_ Quand a toi, ne mérite pas tu la mort ? . . .
_________________
Revenir en haut
Yuuhi Jigoku
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 8 Fév - 21:43 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Des fois la vie faisait vraiment hurler à la mort. Pas que son père, tout se faisait la malle. La plupart des yakusas avaient choisit le camp traitre de la fuite pour ne pas se choper un clan tel que les freelance dans les dents, d’autres étaient carrément allés leur faire le dos rond… Ca en devenait risible : il soupçonnait même un de leur ex cuisiniers d’avoir pactisé avec eux juste pour ne pas perdre trop vite la tête s’ils envahissaient la propriété des Jigoku… mon dieu ce que les gens deviennent bête une fois la peur engrangée dans leurs organes… Tout cela pour dire qu’il avait fallut faire du rangement dans les branches… Mais finalement le clan voyait enfin le bout de ces problèmes… L’arrivée de Beowulf y était pour beaucoup, il permettait d’avoir un pôle qui autant physiquement que mentalement, savait ce qu’il faisait. Seulement n’ayant toujours pas de chef officiel, les autres clans manigançaient encore… A l’intérieur même du clan pourtant tout c’était stabilisé : le clan Jigoku ne risquait plus d’être détrôné... Yuuhi n’aurait pas pu espérer mieux pour réchauffer le siège de son père : quoique bizarrement le siège avait changé m’enfin bon.

Normalement aujourd’hui aurait dû être une journée simple, mais non… On enchaine paperasse sur paperasse pour retrouver ces p*tin de contacts qui se sont fait la malle, la moitié ont été portés disparus n’empêche… Yuuhi grinça les dents en y repensant : si avec ça ils n’avaient pas donné le signal d’alarme qu’ils se reformaient, c’est que le monde était encore plus taré qu’il ne le pensait. Bien plus en fait… Mais pour le moment il y en avait marre de se cacher. Relevant la tête, le brun finit par sortir de sa toiture qui l’avait abrité de la pluie avant d’enjamber sa bécane : une vieille bécane qui semblait menacer de péter au premier abord… Un bolide trafiqué qui tenait la route avec une puissante prise de vitesse et un maintient parfait au second.
Filant donc vers une direction fixe, le jeune homme se remémorait que faire : ce devait être une simple prise de contact, juste ça. Oui mais pour ce genre de choses, il avait beau officiellement se mettre en tête que c’était son supérieur qui devait y aller il faisait fit et allait quand même superviser… histoire de, il était quand même pas bras « gauche » pour rien non ? Et puis merde il avait beau se remettre les plans en tête, se dire que tout allait bien aller ça lui plaisait pas, alors autant qu’il en soit sur après avoir vu de lui-même si tout se passait bien ou non : généralement il se trompait jamais dans ses pressentiments.


*Je vais vraiment me faire passer pour une andouille si je me fais choper…*

Non il n’était pas gamin, juste encore un peu trop capricieux sur l’art et la manière de faire. On avait beau dire que Beowulf ferait l’affaire, ça ne serait jamais son père : même lui ne serait jamais son père ! Et pourtant il allait falloir bosser autant voir mieux que l’ex oyabun… rahlala…

Rentrant dans la boite de nuit, Yuuhi s’installa à une table du font, adossée à celle que lui avaient désigné ses sources. Il ne savait pas trop à quoi ressemblait le contact de Beo’ mais quand deux gars s’assirent à la table juste à côté sans l’avoir non plus vu, il ne jugea pas nécessaire de penser que c’était eux… sauf que Beowulf arrivât et désigna le rouquin indirectement comme étant le contact. Ah non mais ça n’allait pas du tout dans ce cas. Pourquoi il était accompagné ? Hors de question qu’il y en ait deux ! En plus leur tronche ne lui revenait pas, surtout celle du mec inconnu là…….

………………….
…………

…….
..


…………….pas si inconnue que ça finalement. Un grand sourire satisfait se fit sur ses lèvres et que ce soit dans les cordes ou non de Beowulf, il le mettrait en action : il n’avait pas obéit à son père, il n’allait pas obéir à un autre gorille que lui ! De toute manière il préférait savoir Beowulf seul avec le contact que de les laisser comme ca, Beo en désavantage. Se levant, il alla calmement vers la table des trois le sourire aux lèvres, fixant le jikkei des freelance avec une belle lueur de futures emmerdes pour lui à son égard. Il était maintenant de nature calme voire sadique mais le jikkei n’avait pas à savoir ca, autant jouer les gosses emmerdeur dans ce cas.


- Mr Coleman, quel bon vent vous amène ici ?

Le sourire toujours aux lèvres (même s'il se mordait l'intérieur de la lèvre pour ne pas le tuer pour délit de sale gueule), il savait d’office qu’il fallait qu’il trouve quelque chose à dire pour l’obliger à quitter le duo mais quoi ? Le fait de l’avoir appelé par son nom devrait bien le déranger par sécurité l’espace d’une vingtaine de seconde mais pas plus… calculateur ? oui. Sans idée ? Aussi.

- Vous n’êtes pas en mission ou à trinquer à notre perte comme les autres ? Freelance de meerde….

Ettt qu’il pose une main sur une poutre pour se tenir très légèrement, témoignant d’une légère soulerie qui en fait n’était qu’imaginaire. Il avait quand même le verre en main mais bon. Beuh quoi ? Il savait très bien jouer de sa personnalité, autant le faire jusqu’au bout non ? Un léger coup d'oeil au rouquin et il se remet à sourire betement et à boire cul sec la moitié de son verre... "à la santé de ces enfoirés de free"rance""
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 9 Fév - 11:12 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Matthew ne prêtait pas attention au brun qui lorgnait visiblement sur ses fesses. A vrai dire, s’il essayait de le toucher, il n’aurait rien fait. Il s’en foutait complètement, plutôt concentré sur les personnes aux alentours qui allaient et venaient au Desuko. Ce malaise qu’il ressentait n’en était que plus fort, et il retint la description de l’indic’ dans sa tête, plissant les yeux pour essayer de voir avec le faible éclairage s’il arrivait à trouver une personne correspondant à cette description. Personne.

Prenant le verre qu’on lui tendit, il le but, plus lentement cette fois-ci, voulant que l’alcool engourdisse un peu son anxiété qui avait dû être apparente à l’autre Freelance. La mine légèrement renfrognée, il attendit alors, de longues secondes. Se servir du brun comme bouclier ? Peut-être, peut-être pas… Il était capable de se débrouiller seul, et avait fait face à des situations assez tordues par le passé, et ce seul. Etre né et élevé dans un monde de violence ne laissait pas le choix. Ah oui, mais donc il avait toujours combattu la mort, avec acharnement, ou bien ne faisait-il donc que son travail jusqu’au bout ? Il sortit alors un paquet de cigarette de sa poche intérieure, et l’alluma, inspirant profondément, l’air plus calme à présent. Pourquoi avait-il peur ? Pourquoi était-il anxieux ? Si c’était un piège tendu par les yak’, et qu’il n’y avait pas moyen d’en réchapper, alors tant pis, l’heure de crever serait donc finalement venue. Bonsoir Madame la Faucheuse, Adieu monde pourri.

Il ne répondit pas aux provocations, si cela pouvait en fait s’appeler comme ça, de Tetsuo. Non, son regard était fixé sur un homme de grande taille, aux cheveux blancs à reflets bleu électrique. A croire que c’était la dernière mode, les cheveux blancs, et tout ceux qui en avaient et qui était encore dans l’âge, c’est-à-dire des adultes et non des vieux schnoks, étaient tous assez dangereux. Il suffisait de dresser la liste. Bref, là n’était pas le problème. Ce type-là sentait mauvais, très. Par la façon dont il marchait, par le sac qu’il trimbalait… De plus, il s’arrêta juste à leur table.

La clope au bec, le jikkei regarda tout cela d’un air impassible. Visiblement, le nouveau venu ne connaissait pas son identité, ou alors ne s’en rappelait pas pour le moment, se concentrant uniquement sur le brun, lui jetant le sac. L’odeur du sang parvint aux narines de Matthew, et il fronça légèrement les sourcils. Cette odeur… il ne l’appréciait pas particulièrement à vrai dire. Résultat de la soirée : Tetsuo l’avait bel et bien foutu dans la merde. Trahir ? Vraisemblablement, ce gars-là faisait parti des yakuzas lui aussi. Gé-nial ! Impressionnant, il aurait applaudi le Freelance, mais se retint, se demandant s’il avait lui logé une balle dans la tête et s’en allait. Mais s’il faisait cela, l’autre n’allait pas le laisser s’en tirer aussi facilement.

Du coin de l’œil, il en vit un autre débarquer, et d’un geste, Matt’ fit tomber la cendre dans le récipient approprié. Celui-là s’arrêta aussi à leur table. A croire qu’il était un aimant à Yakuzas, ou bien était-ce Tetsuo l’aimait à emmerdes ? Le conseiller ne fut pas surpris que l’autre sache son nom. Certes, peu de gens le savaient, mais quand on le connaissait, ce n’était pas bien dur de le reconnaître, même des années après. Toujours la même gueule, les mêmes cheveux, la même démarche. Cela ne faisait que quelques années qu’il travaillait chez les Freelances, trois ou quatre ans…

Mais ce gamin-là, sa tête ne lui revenait pas. Arrogant à souhait en plus, que de mieux. L’avait-il déjà rencontré quelque part ? Se questionnant sur son identité, il lâcha la grappe bien assez vite, bien plus intéressé par ce qu’il se faisait de l’autre côté de la table. Il ne fréquentait pas les petits délinquants de son gabarit, et s’il l’avait rencontré un jour, eh bien sa mémoire avait vite fait de l’oublier. D’ailleurs, dans quelles circonstances le conseiller des Freelances et le fils du papa des yak’ auraient-ils pu se rencontrer, hein ? Matt’ s’occupait de quelques transactions, mais pas de toutes, préférant envoyer quelqu’un d’autre. Non vraiment, il ne savait pas qui était l’autre, et eut simplement un sourire narquois à son attention, soufflant la fumée de sa cigarette dans sa direction.


- Rappelle-moi qui tu es ? Car une sale gueule comme la tienne, je m’en serais souvenu mais ta face de rat ne me dit absolument rien.

Trinquer à la perte des Yak’ ? Il fallait toujours se méfier de l’eau qui dormait, et même si leur activité avait été moindre, de part la disparition soudaine de leur oyabun, leur clan n’était pas encore mort, pas tant qu’il resterait un seul de leur membre vivant. Peut-être fallait-il procéder à une extermination de ses insectes prochainement ? Finissant son verre en quelques gorgées, il passa sa langue sur ses lèvres. Deux yakuzas pour deux freelances… Une guerre des clans ? Sans blague ! Lui était armé, mais Tetsuo, l’était-il ? Sûrement, il n’était pas aussi stupide qu’il paraissait après tout…

Le petit brun, le morveux en somme, jouait des grands airs, mais il devait avoir quoi ? Bientôt le vingtaine, tout au plus… Rien de très impressionnant, même pas dans sa corpulence. Non, l’autre homme était une plus grosse proie, et par l’ambiance qu’il émettait, son attitude, Matt’ sentait que ce gars-là était quelqu’un d’important. Mais alors, pourquoi est-ce que Tetsuo le connaissait ? Il en avait conclu que l’autre était un yakuza, alors pourquoi ? Son ordre de mission avait-il juste était de tuer celui qui utilisait l’un des leurs comme indic’, ou y avait-il quelque chose d’autre.

Attendant de voir la suite, le conseiller se cala plus confortablement dans son siège, imperturbable. Il fit signe au serveur de lui amener un autre verre, comme s’il était à une soirée tranquille de réunion entre des amis. Sauf qu’il n’avait pas d’amis… que des ennemis, même Tetsuo dont il se méfiait et qui après tout était la source de ses nouveaux problèmes.
Revenir en haut
Tetsuo Kiriama
Celui qu'on appellait l'Ombre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2007
Messages: 71

MessagePosté le: Ven 15 Fév - 02:26 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

[C'est court, désolé ! ^^]

C’était a croire que Matthew était quelqu’un de coincé ! En effets, comment cet homme fessait il pour ne pas succomber au charme de Tetsuo ? . . . . . . . . Non, en fait, je le comprend, l’homme n’avait aucune charme particulier, il était beau, mais semblé avoir si peu de conversation sérieuse et puis . . . Tetsuo était Tetsuo, il arrivait a faire en sorte que tout le monde soit dessus par son lui que jamais on ne le rappeler ! C’était donc un peu normal que même Matthew ne soit pas intéressé par lui . . . De toute façon, qu’est ce que cela aurait donné au final ? . . .

En tout cas, le rouquin se demanda bien ce qu’il fixait avec tellement d’intensité et regarda donc la personne qui semblait attiré toute l’attention du Jikkei . . . Un homme . . . On aurait pas pus devinez tout seul ! . . . Enfin, un homme s’avançait . . . Cet homme là, un homme que Tetsuo ne connaissait pas . . . Ou bien, si, il le connaissait, ce visage menaçant, cette chevelure si étrange (tout comme celle du Jikkei, d’ailleurs !) mais surtout, ce regard là, il ne le connaissait que trop bien. Alors tout compte fait, son heure était arrivé ? La grande faucheuse allait emporté se soir quelqu’un . . .

Un mot convenait a la situation : « Oups » . . .

Se tournant vers Matthew, il constata que celui ci semblait déjà avoir comprit la situation. Le rouquin lui aurait bien sortit « va y, te gêne pas, applaudis ! » mais, ce n’était réellement pas le moment de rigolé ! Surtout si on regarder le sac que portait cet homme. Tetsuo ne répondis pas a la question de cet homme, répondre n’aurait de nouveau pas convenus a la situation. Il fallait être sérieux de temps en temps, et totalement, mais surtout garder son calme.

Par réflexe, l’ombre des Freelances rattrapa le sac et se retrouva les mains pleine de sang. Il l’ouvrit et découvrit quelque chose qui le fit légèrement grimacé, demandant pardon au ciel d’avoir fait du gas qui était dans se sac, ou plutôt de ce qu’il en restait, son indicateur. Il referma le sac, le laissant retomber sur le sol, se disant que son compagnon de fortune pouvait parfaitement imaginé ce qu’il y avait dedans. Il ne s’attarda pas plus longtemps sur son ancien indicateur, plus le temps de regretter et, de toute façon, il ne regrettait pas : il avait fait ce qu’il devait faire, toujours, et ses actes, chacun d’entre eux, il ne les regretterait pas.

Le rouquin voulus répondre, mais un nouveau personnage arriva, une personne que Matthew ne connaissait peut être pas, mais que l’Ombre connaissait ! Cependant, Mat ne semblait pas le connaître, pas évident, il était si peu connus . . . D’un point de vus extérieur, tout du moins, et même certain membre interne au Yakuza ne savait pas qui était « ce petit gas » ! Il était . . . Comment dire ? . . .

Enfin, ses paroles étaient plus destinée aux Jikkei qu’a Tetsuo, qui regrettait un peu sa venus : les Freelances avaient eu un léger petit avantage sur le Yakuza qui était arrivé en premier, mais maintenant, c’était presque une égalité . . . Quoi que, pas sûr, mais en tout les cas, la venus de ce Yakuza en particulier signifiait risque grave de danger. Et dire que c’était Tetsuo qui avait embarqué Mat dans cette histoire ! Il devait se dire qu’il était un vrais sac a emmerde, et il n’avait pas tord du tout ! Cependant, il sembla bien décidé a resté ici même, répondant au provocation du jeune homme.

Dans quoi il c’était encore fourré ? Non mais franchement !

Heureusement, Mat eu la bonne idée de faire venir d’autre verre ! Il fallait boire, sinon, la soirée serait plus que froide et . . . Meurtrière ! . . . Cette soirée promettait d’être une des plus original que le brun eu passé, en tout les cas. Tetsuo attrapa un verre lui aussi et le sirota du bout des lèvres. . . Buvant a la gloire des Freelances ! Moa ha ha ha ! . . . Il ne pus s’empêché de sourire face a ses deux hommes.

~ Et, pourrais je savoir qui vous êtes ?
Demanda t il a l’attention de celui a la chevelure bleu électrique, se disant que Matthew avait suffisamment bien demandé au jeune son nom . . .
~ Je ne suis pas sûr d’avoir l’honneur de vous connaître.

Quand au sang sur les mains de Tetsuo, il s’en contre ficher, essayant plutôt de tourner toute ses réflexions sur le moyen de se sortir de cette situation. Dans le cas où ils étaient tous armée, ils ferraient sans doute des victimes mais surtout, ils s’entretueraient . . .
_________________
Revenir en haut
Beowulf
Oyabun
Le père du clan Jigoku

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2007
Messages: 38

MessagePosté le: Mar 19 Fév - 18:29 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Beowulf les regardait, les observait tour a tour, se demandant lequel des deux vallait le plus le coup de se battre, il fallait avoué que le nouveau Oyabun aimé se battre et peut être en aurait il l'occasion là, et plus c'était dangereux et plus cela l'intéressé, même s'il était en désaventage ! Même s'ils étaient dix, il aurait nettement préférer se battre pour se défendre et défendre son honneur plutôt que de dépendre de ses soufifres ! . . . Ceux ci n'avaient d'ailleurs rien put faire pour sauver l'ancien Oyabun !

Se battre ici même en ses lieux . . . Qu'elle bonne idée, vous ne trouvez pas ? . . . Se serait le lieux idéale pour les testés tout les deux, certes ils avaient l'avantage du nombre, mais avaient ils l'avantage de la force de caractére ? Et, se fessait il seulement confiance mutuellement ? Beowulf en doutait, le rouquin semblait plutôt gêné et pas par sa présence quand a l'autre, sa réaction fut totalement invisible aux yeux de l'Oyabun . . . Il était fort, lui comme le rouquin . . . Aucun des deux n'étaient au courant pour ce petit imprévus et aucun des deux ne semblait particulièrement troublé . . .

Cet homme a la chevelure blanche, pour resté aussi calme, il devait avoir un caractére plus que fort, et Beowulf en déduissis qu'il devait être quelqu'un d'important, ou de vraiment sûr de lui pour un nouveau, mais vus son age, la première hypothèse était plus que possible . . . Non, en fait, c'était une certitude !

Une voix s'éleva derrière lui, l'homme la reconnus tout de suite et ne pris pas la peine de prendre le risque de se tourné vers le nouveau venus, juste un peu désolé de voir un allié arriver. Il nota dans son esprit l'information du nom, essayant de se rappeller où il avait entendus se nom là . . . Non, sérieusement, pour le moment, il s'en fichait totalement ! Il n'avait dans la tête que l'idée de se faire le rouquin présent là, de le traverser de sa lame.

. . . . Trinquer . . . Pour la fin du clan . . . Hein ? Comme c'était amusant . . .

Un sourire indéffinisable apparus sur son visage et il accorda un bref regard a son voisin. Est ce que c'était le cas ou non ? Cela n'avait pas plus d'importance que cela, c'était l'idée de stopper cette petite fête entre Freelance réjouissait Beowulf au plus haut point.

L'homme a la chevelure blanche . . . Ne se laissé pas faire, ce qui eu pour effets d'amusé son "compére", son sourire ne diminua pas, ne changea pas, aucune nouvelle expression que se sourire qu'il abordait depuis un moment . . . Qu'aurait il dut montré de plus ? C'était amusant, et cela aurait été amusant de voir la suite, mais disons qu'il n'avait pas de temps a perdre. Il voulait allé droit au but pour repprendre ce qu'il avait a faire, même si le reste était des moindres et totalement inintéressant !


_ Jigoku-San, je ne suis pas là pour déclencher une guerre, pas pour le moment. Avoua t il franchement.

Pas pour le moment . . . Oui, ils devaient encore attendre avant de faire des actes inconsidérer, il devait soudé le clan, être sûr de la fidélité de chaque membre et s'en assurerait lui même si besoin était ! Il voulait une contre attaque, certes . . . Mais, il était hors de question de détruire le clan par une action non réfléchit ! Il allait montré de quoi il était capable . . . Lui, le nouveau Oyabun, il allait en faire voir de toute les couleurs a cette racaille de Freelance !

Le rouquin . . . Dommage qu'il fut là en fait . . . Il ne serait bientôt plus là . . . Non, en fait, attendre, se serait déjà trop long pour Beowulf alors il décida que le temps était venus de finir une partie de cet entretient.


_ . . . Je n'ai pas à me présenté ! Lâcha t il froidement. Surtout pas a quelqu'un qui est déjà mort !

Et il la sortis, sa lame, en même temps qu'il montait sur la table pour aggripé son épaule, ne lui laissant pas le temps de réagir ou très peu, tout du moins. Beowulf se laissa retombé sur le rouquin en même temps que la lame s'enfoncé dans le ventre du rouquin . . . L'action . . . Elle sembla se produire au ralentis, la lame qui s'enfonce et lui qui n'avait aucune filet de sécurité . . . Ha, si, il avait Yuuhi et savait parfaitement que quoi qu'il se passe, il ne risquait que de se prendre une balle !

Lorsque sa lame fut entièrement enfoncé, il s'assit confortablement sur le coté comme si de rien était, faisant signe lui même a un serveur de venir . . . Et comment devait on réagir face a cet homme ? Tué pour lui était aussi normal que de prendre une fourchette pour manger.


_ N'oublier pas que je suis pas là pour déclenché de guerre . . . Lâcha t il a l'encontre des deux autres. Mr Coleman, mes plus sincéres condoléences pour cette homme là, mais il n'en vallait pas la peine . . . Comment faire pour évité une guerre . . . Maintenant ? . . . La reporté a plus tard ? Vous n'êtes pas a votre avantage ici. . .
_________________
Revenir en haut
Yuuhi Jigoku
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 23:31 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Le jeune homme sourit en voyant qu’il avait certainement interrompu quelques chose…Après pour savoir quoi, il y avait 50% de chances que ce soit la manière d’éliminer Beo, 20% sur une analyse du yakuzas… le reste il en savait rien, Matthew aurait pu se demander de quelle manière il allait se curer les ongles le soir même, il en avait rien à faire. Ce qu’il voyait lui c’était un yakuzas contre deux freelances, de surcroit expérimentés et peu lui importait de savoir qu’il devait se comporter correctement pour le moment : ca lui plaisait pas, il pouvait au moins le montrer en se pointant à leur petite fête non ?
Répondant par un sourire à la question de son nom il s’assit et préféra contempler sa bouteille avant d’émettre un « Yuuhi ». Pas envie de donner un « titre » qui marchait dans ce monde comme un pedigree pour les chiens. Bon ça n’était pas très aimable de sa part mais pourquoi lui donnerait-il son nom ? Pas envie.

- Pour ton info, non on ne s’est pas vus mais je te connais bien… Parait que tu fais du bon boulot, j’espère que ça va durer ^^

Forcément c’était ironique… M’enfin il avait une excuse en béton : il était censé être bourré. Génial, 19ans, ivrogne à plein temps. Ce tournant vers le rouquin, il continua son petit manège avant que Beowulf vende la mèche… A quoi ça servait qu’il garde son nom au frais si monsieur le donnait ? Faisant une moue de vrai môme, il finit par sourire de façon plus adulte une fois que Beo finit sa phrase. Se calant au fond d’une chaise il finit par observer les deux hommes dont son supérieur (et là faut pas lui en vouloir mais il le juge par le physique) lui avait parlé : un mec avec une grande gueule qui semblait savoir tout sur tout et un gai luron qu’il connaissait un peu mieux que le vieux blanc bec…

Par moment c’était quand même dur de jouer les gamins. Enfin, en même temps pour le moment il n’avait pas trop le choix, sa carrure ne lui permettait pas de jouer les gros durs et ses atouts résidaient donc dans sa tête, sa vitesse et sa précision. …Et son physique qui malheureusement pour lui était encore jeune et un chouilla efféminé mais là on s’égare : ça lui servirait à rien pour le moment. Pour le moment il rameuta à nouveau une bouteille qui malheureusement pour lui, se trouva être vide. Beo ne voulait pas de guerre, il y aurait pas de guerre.. ; De tout manière ça l’arrangeait, plus tard il risquait d’avoir besoin de toute ses forces pour des trucs qu’il pensait plus important que cette mission. Beo faisait ce qui lui plaisait, de toute manière ca avait toujours été comme ça depuis qu’il le connaissait mais même s’il lui donnait des ordres lui aussi devait penser que ça ne les avancerait à rien de perdre des forces ici…

Enfin du moins le pensa-t-il avant que le Yakuza saute à la gorge du rouquin. Il venait de dire quoi là ? Pas de guerre ? Arrêtant enfin de jouer les gamins qui rêvent d’une vie d’adulte dans l’alcool, il fusilla du regard l’argenté : il était allé trop vite en besogne à son goût. Bien sur « ok », c’était à l’oyabun de choisir quand et comment. Yuuhi ne lui en voulait pas de l’avoir fait mais encore une fois, sa manière. Deh… il grimaça en voyant le roux se tordre légèrement et grimacer. Bon lui même était connu pour adorer faire lui-même ses interrogatoires, mais si le freelance continuait de grimacer il allait attirer les regards. Qu’est ce qu’il cherchait Beo à agir ainsi aussi vite ? Il le lassa faire et joua avec une lame. Passant doucement son doigt dessus il analysait les courbes de son « jouet » sans que personne ne comprenne qu’il pouvait parfaitement tuer quelqu’un avec. Il n’allait pas sortir son flingue, sa créerait une émeute ! Pour le moment il laissa donc faire l’argenté : c’est ce qu’il lui avait demandé non ? Il ne restait plus qu’un freelance… Bon sang. S’il avait pensé au début qu’il lui aurait fallut juste éloigner le freelance de son comparse pour que tout se passe bien, il jugeait facilement que maintenant… maintenant ça n’était plus aussi simple.


- …Du calme Beowulf, comme vous l’avez dit on n’est pas là pour la guerre… ça vous plairait qu'on vous stresse en blessant mortellement votre ami devant vous et en vous menaçant ? Je suis sur qu'il va faire le bon choix de lui même... n'est ce pas ? Monsieur ?

Yuuhi sourit doucement mais plus de façon gamine, même de façon amusée. Ce mec, Matthew, il ne l'aimait pas. Il n'aimait pas son air non chalant qui lui rappelait son père, il n'aimait pas que tout se passe pas comme il l'avait envisagé, le fait qu'il le méprise certainement et ce, sans savoir que yuuhi joue la comédie depuis bien longtemps, bref, il voulait sa mort. Mais si une sorte de protocole en attente que le clan Jigoku se reconstruise de sa "mort" ne l'alarmait pas de ne pas déclencher les hostilités, il lui aurait même bien réclamer d'en finir avec lui que ce soit lui ou yuuhi qui le face. Fixant Matthew avec une envie de meurtre, son sourire ne le quittant pas, il finit par s'étirer et recommença à jouer avec son nouveau joujou, prêt à lancer celui-ci dans la gorge du freelance s'il tentait n'importe quoi d'autre que de se lever, et décamper en vitesse, ou sinon rester et regarder son comparse se vider de son sang... ce qui lui paraissait eu ragoutant.
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 6 Mar - 21:48 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

La fête ne faisait que commencer. La musique continuait à battre de son plein, les personnes aux alentours ne se rendant pas compte de la tension émise par la table huit, ou bien l’ignorait, préférant se plonger dans la danse et l’alcool. Le bonheur, c’était l’ignorance après tout. Etre insouciant, ne pas faire attention à ce qu’il se passait chez le voisin, tant qu’on était heureux pourquoi pas ? Les lumières tamisées, le bruit des glaçons s’entrechoquant dans les verres, les deux yakuzas, Tetsuo… Ce serait une soirée mémorable, il n’y avait aucun doute là-dessus. Que le brun meurt ce soir, cela était sans importance car l’histoire continuait et le piétinerait dans les vestiges du passé, l’effaçant peu à peu. Une ombre était faite pour disparaître un jour. Rien ne semblait vraiment bouger pour le moment pourtant. Ils étaient tels des chiens de faïence, se regardant de temps à autre, attendant un mouvement, une parole. Le petit nabot s’était mis à ses aises.

- Le Desuko ne fait plus attention aux personnes qu’il laisse entrer. Il n’est plus ce qu’il était avant…


Cette petite réflexion était bien entendu adressée à Yuuhi. Il avait horreur des petits nouveaux, et celui-là était l’un d’entre eux. Yuuhi Jigoku, hein ? Ca devait faire… quoi ? Un ou deux ans qu’il avait commencé à tremper dans les affaires de mafieux, et de son père ? Pas assez pour être vraiment capable sur le terrain. Qu’il soit donc là ou pas ne changeait rien. Certes, ce n’était qu’un léger avantage, un poids plume qui devait avoir quelques qualités sinon il se serait déjà fait descendre. Ou bien était-ce son nom et son influence au sein du clan des yakuzas qui le protégeaient ? Si l’oyabun, Jigoku, était toujours là, le conseiller aurait envisagé de kidnapper le jeune garçon, mais dans la conjoncture actuelle des choses, il n’en voyait pas l’utilité. Il finit sa cigarette et l’écrasa dans le cendrier, expirant lourdement, ennuyé par cette situation. Il ne pouvait laisser son esprit divaguer, et se concentra sur les deux hommes. Qu’allaient-ils faire à présent ? Se battre dans le Desuko à coup de couteaux et de balles ? Et qui disait qu’il n’y avait pas d’autres hommes cachés dans l’ombre ? C’était une possibilité. Ces chiens de Yakuzas étaient prêts à tout, surtout qu’ils avaient un prestige à regagner, et cela devait commencer par l’extermination du clan adverse.

Finalement, ce fut l’argenté qui bougea en premier. Un coup de couteau dans le ventre de Tetsuo. C’était aussi simple que ça. Matthew aurait pu l’arrêter, ou le dégommer en logeant une balle dans sa tête, mais il ne fit rien. Lui et cet homme avaient beaucoup de points communs. Il était dangereux, très même, et les doutes du jikkei étaient confirmés à présent. Mais n’étaient-ils pas tous pareils dans ce milieu ? Tuer était aussi simple que respirer et mentir. Prenant une gorgée de son whisky, le conseiller des Freelances regarda Yuuhi dans les yeux pendant un moment. L’autre s’était assis, laissant le couteau là où il était. Insensible à la douleur de son compagnon, il ne s’inquiétait pas. Certes, il devait avoir mal, mais l’arme servait en quelque sorte de bouche-trou, et ses organes internes n’avaient pas l’air d’être touchées à première vue. Tatnt qu’on ne lui retirait pas la lame, il ne saignerait pas, ou bien très peu. Matthew, un homme froid ? Oui et non. Il allait en effet laisser le brun mourir, ne le sauverait pas, et continuerait tranquillement sa vie sans aucun remords ou sentiment de culpabilité. C’était de toute manière d’ores et déjà un membre perdu, et même s’il réchappait à cette soirée, s’il réussissait à s’en sortir, il ne servirait plus à rien aux Freelances. Non pas qu’il garderait des séquelles, un handicap, mais c’était lui le fautif, l’auteur de tout cela.


- Un ami ? Ha… ! Ce n’est qu’un sous-fifre, il ne vaut rien. Et si vous voulez réellement qu’il meure, faites donc ça plutôt…

Agrippant le manche du couteau, il le retira d’un coup sec de Tetsuo, laissant le sang couler à flots. Au moins, il accélérait le moment de sa mort, et il ne pouvait pas permettre que le brun tombe aux mains des yakuzas vivant, avec les informations qu’il détenait. L’ombre pouvait peut-être être entraîné à subir la torture, il n’en savait rien, mais il ne prenait pas le risque. Gardant le couteau dans ses mains, il le fit tournoyer entre ses doigts. La lame était ensanglantée, et il inspecta le travail fait dessus. Rien qui pouvait lui indiquer qui l’argenté était. Le conseiller n’était pas inquiet, il restait de marbre. Cela ne le dérangeait pas de mourir, mais il ne se ferait pas descendre, ni capturer, sans avoir combattu avant. Il se rappela les paroles des deux yakuzas. Une guerre, hein ? Matthew était dubitatif. Laissant échapper un soupir, il ne lâcha pas pour autant l’arme. Il n’avait pas encore assez d’informations pour avoir une idée tant qu’au rôle que cet homme occupait au sein des yakuzas. A vrai dire, le conseiller ne voyait pas d’issue pour l’instant, à part une, mais résisterait-il assez de temps pour que son plan marche ?


- Que voulez-vous en fait, à part Tetsuo, qui va visiblement mourir dans les prochaines minutes ?
Revenir en haut
Tetsuo Kiriama
Celui qu'on appellait l'Ombre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2007
Messages: 71

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 02:19 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

{Désolé pour ce "retard", je voulais une fin mémorable ! *larme au coin de l'oeil (XD)*}


Pas là pour déclenché une guerre ? Et pourtant, ça semblait bien être le cas : ils étaient présent en ses lieux pour l'éxécuter, lui, l'ombre, non ? Il était la pour fendre de son arme celui qui avait si habilement joué avec des êtres . . . Pour tuer un des hommes les plus dangereux pour son clan, du moins pour encore quelques secondes . . . Quoi que, c'était bon, Tetsuo avait plutôt bien compris ce qui allait se passé, il allait mourire et ensuite . . . Cela ne regardé que lui et La Mort, mais pas La Mort dont vous pensez en cet instant, non . . . Une toute autre personne, un tout autre genre de personne . . . Celle Ci . . .

Il confirma ses pensées . . . Il ne voulait pas se présenté, par ce que l'Ombre qu'il était ne vallait rien en fait . . . Quand a Matthew, se présentera t il a lui ? L'héstimerait il comme son égale ou comme un insecte de plus peuplant cette planete ? Une larve qu'il fallait voir évoluer ou un cafard a écrasser par sa laideur ? C'était difficile de jugé pour le moment, il le saurait plus tard, peut être . . . Sa dependait comme ça se déroulerait là.

L'action qui suivit fut fulgurante et même en s'y attendant, il n'avait rien pus prévoir : Beowulf lui avait sauté dessus et en tombant en arrière, la lame s'enfonça dans sa chaire, profondément, alors même qu'ils se retrouvaient assis . . . Il faut dire qu'a cet instant, Tetsuo ne pensa qu'a une seule et unique chose : la douleur . . . Une douleur énorme le prenait au ventre et il savait parfaitement qu'il risquait sa peau avec cet "acte là" . . . Mais en fait . . . Cette douleur, il pourrait sans doute la surmonté : il avait véccus pire après tout . . .

Le calme des gens l'entourant quand a sa situation ne l'affola pas plus que cela : Beowulf voulait tué l'ombre et donc, c'était normal qu'il réagisse ainsi, Yuuhi prenait cela avec ironie et cela aurait franchement étonné l'ombre qu'il l'eu pris autrement et Matthew ne réagit pas, et là encore cela l'aurait étonner de le voir réagir. Il avait parfaitement réussis ce qu'il avait a faire : l'Ombre disparaîtré dans la plus totale indifférence et malgrès la douleur, il ne pouvait pas s'empêché de sourire, du sang coulant entre ses lèvres.

On aurait presque pus croire que Mat réagissait avec froideur face a la mort imminante du brun, mais en fait, il agissait de la meilleurs façon qu'il n'était : vous préférez des heures voir des jours de torture ou bien cinq minutes d'agonie ? Le couteau fut retiré et le gouts du fer fut plus prononcé dans la gorge de Tetsuo qui se pencha en avant, se tordant en deux alors qu'il déspossait sa mains sur sa blessures, crachant du sang au sol. Il avait alors l'esprit assez ouvert encore pour ne pas attiré l'attention a cette table . . . Pour plusieurs raison . . .

Dites moi voir, que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Certains disent qu'elle devient tellement dure qu'en la prenant et en la serrant un peu dans sa mains, elle tombe en morceau au sol, d'autre dise qu'elle fini dans un livre, petit trophée d'enfant ou de fana de la nature . . . Tetsuo avait une vision tout autre de cette feuille : c'était rare, mais de temps en temps, cette feuille devenait une pousse qui grandissait avec le temps . . . Un jour, elle devenait un arbre plus grand que celui duquel elle était tombé . . . C'était ce qui était entrain de se passé en cet instant : la pousse prenait racine et bientôt, elle grandirait d'un coup, mais ça . . . Ca . . . Le comprenez vous seulement ?

Il dépossa sa tête sur la table, fermant les yeux, berser par toutes les mélodies qui l'entouré, sa mains pendant dans le vide. Le son d'une musique, le son de voix, le son de tant de chose, tout était mélodie a ses oreilles et son sourire, toujours, ne l'avait point quitté.

{Maintenant, je vous laisse ! XD}

_________________
Revenir en haut
Beowulf
Oyabun
Le père du clan Jigoku

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2007
Messages: 38

MessagePosté le: Jeu 20 Mar - 23:14 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Le sang coulé et chaque goutte produissait un son bien distinct et pourtant personne ne fit quoi que se soit aux alentures, ils ne voyaient d'ailleurs pas ce qui ce passé alors et leurs ingnorence avait le dont d'énervé et de faire pitié a Beowulf qui récupéra le verre pour le siroter, savourant la délicieuse, mais bien trop douce, liqueur.

_ Il n'y a pas "d'ami" en se milieu. Dit il au jeune homme avec indifférence. Si cela le gêne que je l'ai tué, il avait cas empêché cela.

Mais cet homme avait réagit avec l'indifférence la plus total, il aurait pus empêché l'Ombre de mourir, mais n'avait fait aucun mouvement particulier pour empêché cela. Il aurait même eu le temps de tuer l'Oayabun, mais n'en avait sûrement pas vus l'intérêt . . . Il regretterait sûrement a partir du moment où il découvrirait qui il était en réalité et, d'ailleurs, s'il venait a le découvrire alors, sûrement tenterait il de le tuer. L'envie de lui dire se fit soudainement plus forte : il y aurait sûrement un combat palpitant, non ?

Hum, par ce qu'ils faisaient attention a qui entrés en ses lieux ? Sérieux ? Beowulf n'avait pas remarquer la moindre attention a son égard, mais sûrement qu'il n'avait rien remarqué par ce que personne n'oserait lui faire quoi que se soit et que personne n'oserait l'arrêté dans sa marche, non ? De toute façon, il aurait tué toute personne se mettant en travers de son chemin, il ne supportait pas les boulets inutiles qui ne savaient pas a qui ils avaient affaires.

L'homme confirma les paroles de Beowulf et fit une chose que le Chef des Yakuza ne pensait jamais voir en fait : il retira le couteau et le pauvre Tetsuo sembla . . . Hum, non, il s'y était attendus . . . Mais cela n'empêcha pas le sang de couler. Quel façon stupide de mourire tout de même, vous ne trouvez pas ? L'agonie prendrait plusieurs minutes . . . Tout dut moins, pouvait on le pensée par ce qu'après tout, il était simple d'arrêté ce genre d'hémoragie . . . Mais déjà, l'attention de l'Oyabun se porta sur l'inconnus . . . Comment déjà ? Ha oui !


_ Tetsuo ? Répéta t il, ne dévoila pas ce qu'il pensait . . .

Tetsuo, comme c'était amusant ! Alors il avait pris se "nom là" ? Et dire que pour les Freelances et la plupart des Yakuza ne savaient pas quel signification avait ce nom! Beowulf la connaissait, mais ne la dirait jamais a personne par ce que c'était un secret, un secret entre Beowulf et "Tetsuo" . . . Et oui, tout était toujours affreusement calculé, a par peut être l'arrivé de Yuuhi, mais celui ci était sûrement au courant pour Tetsuo . . .


_ Ha, c'était donc ça son nom ! Lâcha t il avec amusement. Peu importe, un mort ici n'a plus de nom, quand a ce que je veut faire . . . Quand a ce que je veut maintenant . . .

Il portant son regard vers Yuuhi, l'observant pendant plusieurs instants avant de reporté son attention sur l'homme, l'observant aussi pendant plusieurs instants . . . Les idées de notre chef de Yakuza n'était alors pas tout a fait claire en fait, il avait envie de se battre et en même temps, il avait des envies sexuels et se demandé si le soir même, il n'allait pas allé dans une rue pourrite pour proposé de l'argent a un gas effarouché . . . Non, se rabaissé a se niveau là, hors de question pour le moment !

Il vida son verre d'une traite et le repossa brutallement sur la table . . . Qu'est ce qu'il voulait ? . . . Pourquoi ce mec lui demandé ça en fait ! Ils n'étaient sûrement pas assez intime pour qu'il puisse demandé une telle chose, vous ne trouvez pas ?


_ Récupéré mon couteau . . . Murmura en dégageant le "corps inerte" de Tetsuo, le poussant et celui ci tombant lourdement sur le sol, il se rapprocha ensuite de "Coleman". Je doit le faire par la force ou bien tu me le rend docilement ?

Une lueur de défit passa dans son regard . . . Et pour tout avoué, Beowulf préférerait réellement que l'homme tente de le lui planté plutôt que de lui rendre docilement, par ce que les dociles, c'était encore plus inutile dans un clan qu'un homme mort. Il vallait mieux se battre que d'être un lâche, surtout dans une situation pareille : il prouverait alors a son clan a quel point il se battrait et défendrait son honneur !

Beowulf ne se soucia pas du danger qu'il encourait alors, il se rapprocha de l'homme, se collant presque a lui alors que sa mains se rapproché de celle qui tenait son poignard, ne lâchant pas du regard la bête . . . Et souriant toujours.

_________________
Revenir en haut
Yuuhi Jigoku
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 6 Avr - 23:27 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Yuuhi observa le sang du rouquin envahir le tissu recouvrant son cors, le teinter lui et le sol de cette couleur vermeil qui foncerait certainement dans quelques secondes. Lui-même n’était pas habitué à voir les gens périr : il s’arrangeait en général pour que ce soit d’un coup. Il n’allait pas le regretter non plus mais… Ca le rendait curieux. Il l’observa s’écrouler sans pour autant ressentir quelque chose pour lui avant de reporter son regard sur Beo. Décidément il ne savait pas se tenir ! « ami » était une façon de parler. Mais apparemment le jikkei préférait dévoiler ne pas avoir de lien plutôt que risquer des rapports différents. C’était du moins ce qui en ressortait : on pouvait donc rien tirer de cet homme il ne trahirait pas son chef. Tant pis… Mais Beowulf avait raison sur un point, Matthew aurait très bien pu empêcher Beo d’atteindre Tetsuo, ne serait-ce que pour ne pas se retrouver seul face à eux deux.

Avait-il tant confiance que cela en ses capacités ? Lui-même ne voyait en Matthew qu’un mec pensant certainement avoir tout vu, n’ayant goût à rien et ne cherchant d’ailleurs pas à avoir goût à quelque chose. Pour la vision de Yuuhi il était donc dépourvu de classe puisqu’il fallait savoir apprécier certaines choses pour en connaître la valeur… Beo par exemple aimait le sang, il connaissait donc très bien ce qu’impliquait d’en faire couler. Pour simplifier, Yuuhi voyait le jikkei plus comme un automate dépourvu de conscience propre que comme un être humain. Alors pour toute réponse à la remarque de celui-ci sur l’amitié, il ne fit qu’un bref sourire sans grande forme et se tourna plutôt vers le prétendu Oyabun.


- Bon Je vais emmener je vais ce si cher ami que monsieur tente de nier (comment ca il parlait de Matt ? Foutage de gueule ?... oui peut être), se vider ailleurs…. Aller viens là toi.

Pas besoin que le rouquin tache plus que ça le sol. Le chopât par un bras, le pourtant à moitié sur son dos et le laissant trainer des pieds, il emportant le rouquin plus mort que ivre « dessaouler » ailleurs. ? Ou pour traduire, il emporta le corps inanimé se vider de son sang ailleurs. Si Beo voulait du sang, il lui laissait volontiers le choix maintenant de sauter à la gorge du Jikkei ou non. C’était peut être pas ce qu’il y avait de mieux en ce moment pour éviter un conflit entre les deux clans mais il fallait bien avouer que lui-même se coucherait mieux si Beowulf en venait à vouloir quand même lui-aussi la mort de ce dénommé « Matthew »… Pourquoi tant de haine ? Enfin bref. Le rouquin pesait lourd. Il le balança sur la banquette, ferma la bagnole et revint le temps de chuchoter deux trois mots à Beo.


- Si t’en vient à te lâcher, au moins débrouille toi pour pas que ça nous retombe dessus. Et tout en lançant un bref regard au jikkei, bon sur ce, à une prochaine fois, peut être…


Quoi ? Non mais de lui-même il l’espérait pas, c’était juste de la politesse, de la politesse ! AHHH ! Chose hypocrite et insupportable pour son égo ! Parfois il se passerait bien de tout ces sous entendus sans grand intérêts autres que d’énerver encore plus le monde… Certains appelaient pourtant ça de la « politesse »… Yuuhi sorti donc du pub et faisant démarrer sa bagnole finir son boulot dans l’intention de conduire le corps inerte là où il le méritait, sans plus d’envie que ça de repenser à ce rendez vous tourné aussi bêtement en massacre.
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 9 Avr - 16:26 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Pourquoi n’avait-il rien fait ? Plusieurs réponses à cette question lui venaient à l’esprit. Tout d’abord, il n’en voyait pas l’intérêt. Si Tetsuo devait mourir ce soir, alors il le devait, et il ne l’empêcherait pas, tout comme si lui devait également crever et se faire planter par l’un des deux Yakuza, il se défendrait, mais se laisserait être cueilli par la mort quand celle-ci viendrait. Ensuite, si le brun n’avait pas pu se défendre tout seul, pourquoi l’aiderait-il ? C’était son problème, pas le sien. Ils étaient peut-être dans le même clan, et alors ? Si le jikkei devait protéger quelqu’un, ce serait plus le chef des Freelances que l’Ombre. Pour finir, il avait tout simplement eu la flemme de bouger, et ne voulait pas provoquer de commotion dans la boîte de nuit. Voilà, tout cela allait entraîner la mort de Tetsuo, et il n’en avait rien à faire. Qu’il crève, cela laisserait plus d’espace pour un autre.

Jetant un regard méprisant envers le brun, il continua à faire tournoyer la lame entre ses doigts, ne semblant plus intéressé par tout ce qu’il se passait, mais avait-il jamais été intéressé ? Il voyait sa vie comme on voyait un film, de l’autre côté. Il était l’acteur qui se regardait jouer, qui ne pouvait rien faire pour changer le cours des actions. C’était une vision assez pessimiste, mais la vie et les expériences qu’il avait vécu l’avaient rendu ainsi, il n’y pouvait rien, et ne changerait pas. Cherchant son paquet de cigarette dans la poche intérieur de sa veste, il sortit une clope qu’il s’alluma, complètement détendu face à ses ennemis. Quel effet cela ferait-il donc de mourir, pour de bon ? Il avait déjà été proche de la mort maintes fois, mais la vie ne voulait pas le laisser partir si facilement, et à chaque fois il avait été sauvé. Jusqu’à aujourd’hui. Cela continuerait-il donc dans cette lancée ?


- Mais est-il vraiment mort pour l’instant, telle est la question…

Vraisemblablement, ils allaient récupérer le corps de Tetsuo. Matthew resta interdit pendant un instant. Il n’était pas sûr encore que le brun soit mort, et il était encore possible de le sauver. Non pas que lui voulait le sauver, mais si les Yakuzas arrivaient à le récupérer vivant, cela pourrait être mauvais pour les Freelances. Qui savait donc jusqu’où allait le savoir de l’Ombre ? Alors qu’il allait faire un mouvement pour se lever et empêcher le gamin de prendre le corps avec lui, l’argenté s’était glissé contre lui, voulant récupérer son couteau. Grinçant des dents, il plissa les yeux alors qu’il fixait l’homme à la carrure imposante. Etaient-ils à forces égales ? Il n’en savait rien, ne pouvait savoir. On ne pouvait pas que se fier aux apparences après tout.

- Je pense qu’il va falloir que t’emploies la force si tu veux récupérer ton jouet.


Lâché d’un ton plein de sarcasme, il jeta le couteau qui alla se planter dans la table basse en bois. Il ne pouvait pas les laisser filer avec le cadavre et sans plus attendre empoigna le col du haut de Beowulf, le renversant sur la banquette où il était assis, l’étranglant d’une main alors que son autre avait sortit son arme, qu’il pointait à présent au niveau de sa gorge, enfonçant le canon, prêt à tirer. Personne ne remarqua rien, pensant peut-être qu’ils s’amusaient entre amis, et le visage de Matthew se retrouva à quelques centimètres de celui du Yakuza. Aucune émotion n’apparut sur son visage. Son doigt était déjà en train de tirer sur la gâchette. Il n’y avait pas d’hésitation à avoir, il fallait qu’il le tue, pour aller s’occuper de ce putain de Yuuhi.

- Beowulf, hein ? C’est comme ça que le gamin t’avait appelé tout à l’heure dis donc…


S’il avait su, le conseiller n’aurait pas attendu une seule seconde de plus pour tirer. Il détenait entre ses mains le chef des Yakuzas, mais cette information ne lui était pas encore parvenue. De plus, Beowulf pouvait encore renverser la situation à son avantage. Il devait certainement avoir une arme cachée quelque part également. Pourquoi est-ce que les merdes lui tombaient toujours dessus, hein ?
Revenir en haut
Beowulf
Oyabun
Le père du clan Jigoku

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2007
Messages: 38

MessagePosté le: Ven 11 Avr - 06:59 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Yuuhi avait eux la bonne idée d'emmené le "corps" de l'Ombre, Beowulf lui en serait très reconnaissant : il n'y avait pas eu effluve de sang . . . Bien qu'en réalité, se fut dommage qu'il n'y ai pas eu plus de sang que cela, a peine quelques tâches le sol ! Mais au moins, la guerre n'était pas totalement lancer . . . Non ! En fait, il aurait adoré qu'elle débute maintenant ! Là, dans la seconde qui suivait ! C'était pas marrant qu'il n'y ai pas plus d'action dans les parages, sa manqué a Beowulf qui avait soif de combat, soif d'exitation et soif de sang !

Il lança une bréve salutation a Yuuhi, comprenant parfaitement ce qu'il voulait dire, et il avait tout a fait raison le petit nain (X3) ! S'il voulait se battre et qu'il se lâchait, il ne devrait pas laisser partir l'homme qui était présent . . . Au plus profond de lui même, Beowulf éspérait que cet homme ne soit pas faible et qu'il puisse s'échappé, car un affrontement futur pourrait être des plus intéressant, surtout s'il venait a apprendre qui il avait eu en face de lui ce jour là !

Mort ou pas mort ? Non, l'Ombre venait de mourire ! Cet homme ne l'avait pas encore tout a fait compris, mais il le comprenrait rapidement, vus ce qui se passerait, et il comprendrait en même temps que tout les autres ce qu'était en réalité une ombre.


_ Tu a raison, une ombre ne meurt jamais. Souffla t il a l'homme. Par contre, la question que tu devrait te posé n'est pas "est il mort" mais . . . Je te laisse la découvrire seul !

Hum, alors il préférait la force ? Sa sous entendait plein de chose sa (niark niark niak . . . . Hum, pardon) . . . Et quel jouet maintenant ? Beowulf, sur le coup, ne voyait plus le couteau, il se contentait de la vision de ce "rival" qui semblait maintenant presser de verrifier l'état de santé de l'Ombre. Il n'avait pas tord de réagir de la sorte, mais devait apprendre a réagir plus rapidement ou d'une tout autre façon : certes il c'était montré froid a la mort de son "ami", mais il n'aurait pas dut faire en sorte que la blessure soit plus grave, mais faire en sorte qu'il meurt en lui tranchant la gorge ou en lui explosant la tête ! En bréve, se montré encore plus froid qu'il n'avait été !

Une main sur le col le repoussa en arriére et l'homme pris une position de force, l'Oyabun réagit a peine a cette "attaque", se contentant simplement de fixer cette adverser . . . Il sentit le canon d'une arme sur sa gorge, mais là encore, il réagit a peine, attrappant juste l'arme pour évité qu'elle ne se pointe sur vers Yuuhi, fallait protéger celui qui avait les moyens d'avoir le plus d'information, non ? Et puis, se préparer a sa propre attaque ! . . . Il ne tenait pas entre ses mains l'arme mais la culasse de l'arme . . .


_ Donc quoi ? Lâcha t il soudainement, un sourire dément apparaissant sur son visage.

Il croyait déjà avoir gagner ou savait que certain imprévus pouvait intevenir en cet instant ? Car déjà, il y avait un petit imprévus : l'homme qui semblait en "détresse", il ne l'était absolument pas du tout : il avait un canon d'arme pointé sur lui, mais ne la craignait pas . . . Ayant reculer la culasse, le déclenchement ne pouvait pas se faire et la balle ne pouvait pas partir . . .

Faire confiance a une arme était souvent préférable a faire confiance a un homme, ceux ci peuvent vous trahir lorsque tout ne va plus bien ou lorsqu'il y a de l'argent en jeu ou même pour diverse raison, mais une arme aussi peu trahir, surtout lorsque l'adversaire la connait, surtout lorsqu'il a dompté cette maitrise qu'est l'utilisation d'arme et qu'il a caller son entrainement dessus . . . Beowulf était un maitre en combat rapprocher et si son adverser avait une arme a feu en mains pendant un corps a corps, alors . . . Il était pour ainsi dire presque "mort" . . .

Repoussa la culasse au maximum, il démonta ainsi l'arme de son ennemi et de sa mains libre lui aggripa la gorge pour la serrer avec force, espérant que son "rival" ne fasse pas confiance qu'a cette arme unique ! Sinon, se ne serait pas marrant ! Quoi que, cela ne l'empêcherait pas de jouer un tout petit peu ! Relachant le morceau de l'arme qu'il avait en mains, il repoussa le dénommer Matthew et récupéra son couteau pour le lui enfoncer dans l'épaule . . . Non, il ne cherchait pas a la tuer, il avait même évité de toucher l'artére qui circuler dans les lieux . . . Il avait soif de sang, il voualit plus de sang, encore plus.


_ Excusez mon impolitesse. Dit il sur le ton de la conversation alors même qu'il tournait le couteau dans la chaire de son rival. Je ne me suis pas présentais de façon convenable, je m'appelle "Beowulf" et je suis l'Oyabun du clan des Yakuza.

Et il s'arrêta soudainement, relachant et le poignard, et la gorge. Hum, pour que cela ne leurs retombe pas dessus, hein ? Pourtant, il ne pensait pas faire de faute en relachant le petit Mr Coleman : il avait même le présentiment que cela serait plus qu'amusant ! Cependant, Yuuhi avait raison, comme toujours, il ne fallait pas encore attirer l'attention sur eux . . . Mais il avait tellement envie de l'humilier ! Il avait tellement envis d'humilier cet homme là !

_ Quel goût a tu ? Demanda t il en retirant soudainement la lame enfoncé, toujours décider de la récupérer.

Se relevan, il lécha le couteau . . . Hum, le goût de la guerre ? Tant mieux ! Il se garda bien de dire cela, se contentant juste de lancer un regard moqueur au rival. Yuuhi devait être assez loin maintenant, Beowulf n'avait réellement plus aucune raison de se battre et l'homme devait lui aussi s'en rendre compte, quoi que maintenant, il ne se battait probablement que par instinct de survie. Tout était cependant fini du point de vus de l'Oyabun qui se retourner pour se diriger vers un des serveurs, il dépossa sur son plateau une liasse de billet qu'il donna "pour la femme de ménage" . . . Avec tout le sang qu'il y avait maintenant, sa ressemblerait presque a un film d'horreur !

Plus un regard vers son rival, c'était comme s'il était persuadé de ne plus rien craindre de lui . . . Ce qui était totalement faux ! Bien sûr, il pouvait parfaitement se prendre une balle ou un couteau dans le dos, mais Beowulf lui lançait un message, et ce message, c'était "je n'ai pas peur de toi, je ne te crains pas, je ne risque rien avec toi" . . . Et, en cet instant, c'était bien ce qu'il pensait, même en ayant donné sa fonction dans le clan . . . Car, lui même aurait attaqué le chef du clan adversaire . . . Alors ?

_________________
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 13 Avr - 23:38 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Matthew fronça les sourcils en le voyant démonter l’arme, l’agrippant toujours fermement. Il aurait pu tirer, il aurait dû, mais il avait fait une erreur de calcul, voilà tout. Tout se passait à une vitesse déconcertante, et il sentit alors la lame froide du couteau s’enfoncer dans son épaule, déchirant les chairs. Se crispant sous la douleur, il grogna, les dents serrées alors qu’il retenait le cri de douleur qui lui venait du fond de la gorge. Ses yeux s’écarquillèrent légèrement à la révélation. Les Yakuza avaient donc finalement trouvé un remplaçant, et les cendres de leur clan s’étaient réunies pour renaître. Un sourire carnassier effleura les lèvres du conseiller. Il ne le laisserait pas lui échapper, plus maintenant. Comment le pourrait-il ? Tourner le dos à l’adversaire et s’enfuir aurait été mille fois pire que de se faire tuer pendant un combat contre le chef du clan adverse.

Son sang pulsa dans ses veines alors que l’excitation monter. Il était rare pour lui de s’emporter, mais la tentation était trop grande. Grondant doucement quand la lame fut retirée, le sang coula à flot. Une tâche rouge grandit au niveau de son épaule, cachée par sa veste noire, et l’odeur du sang, de son sang, emplit l’air. Un sentiment de haine pour l’autre homme était en train de naître au fond de lui. Il avait envie de lui déchiqueter la peau, de lui faire exploser la cervelle, de la manger. Le casser, comme une poupée de chiffons, puis le jeter.


- Ai-je donc bon goût ?


Il se fichait bien de ce que pensait l’Oyabun, et même s’il pouvait sentir l’envie de se battre chez l’argenté s’affaisser, la sienne ne faisait qu’augmenter. La blessure à son épaule le lançait, et il posa sa main dessus, sentant la fabrique humide tâcher ses doigts également à présent. Matthew n’avait pas peur également. L’attachement à la vie était futile. Chassant la douleur, il ne pourrait pas utiliser ce bras-là, du moins pas à sa capacité maximale. Il devait le tuer, cet homme… Ou bien se faire tuer. Aucune autre voie était possible, du moins dans l’esprit du conseiller. La fuite était possible, mais impensable. Il perdrait toute dignité.


- Je me demande plutôt quel goût a ton sang…


Le laissant faire son petit manège avec le serveur, il attendit que ce dernier se soit éloigné. Non, il ne pourrait partir que s’il lui rendait la monnaie de sa pièce. Attrapant un couteau qu’il avait soigneusement caché au niveau de sa cheville, un rictus moqueur sur les lèvres alors que Beowulf avait détourné son attention de lui, il lança son couteau qui se planta en plein dans le bras de l’argenté. Matthew avait changé d’avis. Il patienterait, et le tuerait à un moment plus propice, quand tous deux seraient à rang égal. Après tout, Beowulf ne le considérait que comme conseiller, et regretterait par la suite de l’avoir laissé filer cette nuit-là.

Sortant une cigarette de son paquet et la coinçant entre ses lèvres, il fouilla sa poche pour trouver le zippo avec lequel il l’alluma, tirant une longue bouffée. Son coup avait été précis, et il regarda l’Oyabun des Yakuza retirer la lame de son bras, cette dernière à présent teintée de son sang. Il goûterait un autre jour. Il était temps pour lui de se retirer, de tirer sa révérence. Soufflant de la fumée en direction de son ennemi, il souriait intérieurement. Voilà ce qu’il attendait. Un changement brusque, un retournement de situation dans cette vie si morne.


- La prochaine fois que nous nous verrons, l’un de nous deux devra mourir. Sur ce, bonne soirée, Beowulf…

Il tourna les talons. Devait-il se sentir humilié ? Non, au contraire. Tout cela l’avait divertit, et il tourna le dos à l’argenté, rangeant son arme. Ce dernier pouvait également le tuer, mais ce fut dans le silence qu’un accord commun avait été fait entre eux. Ils se reverraient, et Matthew sentait l’adrénaline monter dans son corps en y pensant. Ses pas le menèrent hors du Desuko, et il s’engouffra dans la voiture, cette dernière démarrant pour filer dans la noirceur de la nuit.


[-->?]
Revenir en haut
Beowulf
Oyabun
Le père du clan Jigoku

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2007
Messages: 38

MessagePosté le: Mar 15 Avr - 05:38 (2008)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ? Répondre en citant

Croyez vous réellement que Beowulf ne s'attendait pas a se faire attaqué ? Bien sûr que si ! Il attendait même cette attaque avec une grande impatience, non pas pour contre attaqué, mais pour voir si l'homme aurait le courage de tenté quelque chose car, après tout, bien d'autre trembler de peur après avoir passer quelques instants avec l'Oyabun ! Si cet homme ne faisait rien, c'était qu'a l'origine, il ne vallait absolument rien ! Donc pas la peine de s'attarder sur lui, il ne lui ferait plus jamais l'honneur de lui parler . . .

Et quand la lame le pénétra, la douleur, aussi vive soit elle, ne fut pas aussi grande que l'exitation intérieur du fou qui sentit bien vite du liquide chaud couler de son bras. Cet homme, il semblait être plein de promesse et les tenais parfaitement, cela ne fit que ravivait l'envie de se battre de l'homme aux cheveux argentés qui avait fixer sa blessure sans réellement la voir . . . Il avait bien comprit que Coleman avait eu l'occasion de le tuer, mais ne l'avait pas fait . . . Pourquoi ? Cela n'avait pas d'importance, seul le futur combat qui les opposeraient avait de l'importance : se serait réellement amusant !

Beowulf aggripa le manche de la lame et la retira lentement, la douleur ne venant toujours pas troubler les pensées un peu divaguante de l'homme, il regardait son sang coulé lentement jusqu'au sol, comme s'il était hypnotiser par cette vision qui avait alors le dont de faire lâcher quelques gémissement de dégouts. Le sang coulerais encore a flot d'ici les prochains jours, mais le conseiller ne devait pas le savoir . . . Quoi que, maintenant, il devait savoir que les Yakuza aller tenté de se venger . . . Et de frapper telle le phoenix se réveillant après sa mort et donnant un coup pour rappeller a ses adversaires qu'il était toujours là, pèrs a se battre.

La prochaine foi qu'ils se verraient . . . L'un d'eux mourrait ? . . .

Comme cette phrase donnait envie a Beowulf de sombré dans l'hilarité : il avait presque l'impression d'entendre quelqu'un d'autre en cet instant, une personne qui pourtant était "morte" depuis bien longtemps . . . Que de bon souvenir ! . . . Mais, il avait sans doute d'autre projet que de mourir ou même que de tuer son adversaire, la prochaine foi qu'il se renconteraient . . . Se serait pour autre chose !


_ Si c'est ce que tu veut, alors qu'a cela ne tienne ! Dit il cependant, l'aire moqueur.

Les projets de Beowulf n'était pas ceux de Coleman, cela allait aussi dans l'autre sens . . . Mais ça, c'était aussi une autre histoire. Un jour, lorsqu'ils se recroisseraient, ils verraient véritablement a ce moment là ce que le destin leurs auraient reservés . . . Ha, destin . . . Mot auquel Beowulf n'attaché aucune importance vus que, comme le mot "mort", ce n'était qu'un "mot" qu'on avait crée pour se fabriquer des "peurs" et des "limites" . . .

Et sur ses quelques reflexions, le chef des Yakuza tourna les talons, laissant retomber au sol le poignard qui l'avait blessé, et repartis sur son propre chemin . . . Un jour, ils se renconteraient de nouveau, a se moment . . . Monsieur Coleman serait "mature" et saura quoi faire contre l'Oyabun . . . A se moment là, ils auraient un affrontement "égale" et a se moment là, Beowulf pourrait apprécier les capacités personnels de cet homme, mais pour le moment . . . Il devrait patienté !

Aurevoir Coleman . . .


_ Ne meurt pas jusqu'a ce que je ne te tue . . . Lâcha t il souriant étrangement.

[To be continued ...]

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:54 (2018)    Sujet du message: Que devient la feuille qui tombe de l'arbre ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Miorosu~¤~ -> Desuko Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom