Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas
Forum classé NC-17
 
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Appartement de Matthew Coleman

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Massaichuu ~¤~ -> Appartement
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 7 Jan - 03:35 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Le conseiller des Freelance n’habitait pas sur le territoire de son clan, ni même dans une maison qui serait non loin de la demeure de Reishin. Il gagnait bien sa vie, mais préférait habiter dans un appartement, endroit qui demandait moins d’entretien, et avait une atmosphère qui lui convenait d’avantage. Quel était l’intérêt d’avoir une grande maison s’il vivait seul et ne comptait pas fonder une famille, surtout que les femmes étaient… inexistantes? Quoi qu’il en soit, il avait opté pour un immeuble tout de même assez luxueux, avec une réception au rez-de-chaussée. Dernier étage, pour profiter du spectacle qu’offrait la ville à la nuit tombée. Toutes ces petites lumières qui clignotaient, brillaient dans un gouffre plein de noirceur, comme si elles étaient l’espoir des individus de voir un monde meilleur, mais s’éteignaient le jour venu. C’était étrange, le fait qu’il soit si indifférent à ce paysage, debout, devant la vitre de son appartement, un verre de whisky à la main.

Deux gardes étaient postés en bas de l’immeuble, surveillant d’un œil alerte les allées et venues des personnes. Un autre encore était posté devant la porte de son appartement, restant en permanence ici. Ce n’était pas une sécurité poussée, et peut-être Matthew devrait faire plus attention, mais quitter le monde aujourd’hui ou demain ne changeait pas grand-chose pour lui. Il vivait, subissait, et finirait par mourrir éventuellement. Que la Mort vienne plus vite l’enlacer de ses bras frêles, qu’elle l’emporte loin ! Cela lui convenait.

L’appartement était vaste, et comportait diverses pièces. Quand quelqu’un pénétrait dans ses locaux personnels, il se retrouvait directement dans le salon. La décoration était moindre, et tous les meubles étaient assez high-tech, en titane. Les couleurs principales étaient le noir, et le blanc. C’était un salon très impersonnel, rien de chaleureux. Tout était froid, comme figé. Les objets n’avaient aucune histoire à raconter, il n’y avait aucune odeur particulière. Se trouvait dans le salon une cuisine à l’américaine, avec un comptoir en bois laqué, couleur ébène. Un minibar était non loin de là, et au milieu du salon trônait une table en verre, avec un canapé et des fauteuils autour. Une télévision plasma était accrochée au mur, se languissant d’être allumée, d’avoir un regard posé sur elle. Mais elle ne servait que rarement, pour regarder les informations, rien de plus…

Quand on explorait plus loin, les pièces se ressemblaient toutes. Parfois, les murs étaient ornés de quelques peintures mortes. Une pièce pour le bureau, deux salles de bain possédant une baignoire d’une taille assez conséquente, et l’autre une cabine de douche, et pour finir, deux chambres… L’une était vide, comme si un fantôme en habitait les lieux, les armoires étaient ouvertes, les draps faits et frais… L’autre était plus personnel. Il y avait au moins des vêtements qui remplissaient les armoires et tiroirs, un livre posé sur la table de nuit, attendant d’être ouvert, de sentir des doigts frôler avec douceur les pages. Le bureau était en permanence fermé à clé, et seul le jikkei pouvait y pénétrer, gardant constamment la clé sur lui.

Un soupir. Dans le salon, il s’était à présent détaché de la vitre, s’avançant dans le salon pour finalement s’asseoir d’un air lasse sur le canapé. Le courrier de la journée était posé sur la table basse, et tout était parfaitement rangé, scintillant même. Chaque jour, quand il partait, quelqu’un venait faire le ménage chez lui, surveillé de près par un garde ou deux. Les jambes croisées, le coude posé sur le bras du canapé et la joue reposant contre sa main, il attendait. Mais quoi exactement ? Lui-même ne savait pas exactement. Le japayuki-sah min'wa qu’il avait commandé pour la soirée ? Un bouleversement dans sa vie ? La Mort ?

Sortant un paquet de cigarettes de sa poche, il en sortir une d’un air machinal et l’alluma à l’aide d’un zippo. Il ne se rappelait même pas où l’avoir acheté, ou bien si quelqu’un le lui avait offert. Il avait le vague souvenir d’une Betty… ou était-ce vraiment son nom ? En tout cas, il était probable qu’elle fut celle qui lui ait offert. Pourtant, ce briquet, aussi beau soit-il, ne refermait aucune valeur sentimentale pour lui. C’était un objet comme un autre, que l’on utilisait, puis que l’on jetait. Inspirant la fumée, pleine de bonne nicotine, il rejeta la tête en arrière. Sa cravate n’était plus à son cou, sa veste avait disparue, et il était pieds nus. Ici, chez lui, il n’avait pas besoin d’être constamment vigilant. C’était reposant, mais pas au point de pouvoir appeler cet endroit un ‘havre de paix’…

Il entendit la sonnette de son appartement, et posa son verre à présent vide sur la pile de lettres ouvertes. Pourtant, il ne se leva pas immédiatement, restant perdu dans ses pensées un court instant, avant d’aller à la porte vérifier qui venait. Vraisemblablement, c’était sa prostituée de luxe qui était arrivé, et il lui ouvrit la porte, ne lui gratifiant pas de sourire en se trouvant face à lui, laissant simplement la porte ouverte pour qu’il entre.


[PV]


Dernière édition par Matthew Coleman le Lun 7 Jan - 18:54 (2008); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 7 Jan - 03:35 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kaisou Habuku
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 7 Jan - 15:53 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Kaisou n'avait toujours pas retrouver la personne qui avait l'air de le connaître, c'était le seul contact qu'il avait eu avec son passé et il l'avait perdu, il s'en voulait. Pourtant, il avait d'autre chose à penser, il avait rendez-vous ce soir avec un home, il le connaissait uniquement de réputation, vu que c'était son employeur. Il n'était pas d'humeur, mais cela ne faisait pas partie de son contrat.

Alors il avait quand même finit par se préparer, il était resté bien trente minutes à chercher quel Kimono il allait mettre et c'était décidé pour un Kimono noir parcouru de liserés rouges. Il avait comme à son habitude laissé ses cheveux en désordre. Il se regarda dans la glace et trouva que le Kimono lui allait bien. Il resta là immobile devant cette glace se redemandant qui il était et si un jour il aurait la réponse. Puis il se rappela de son travail et décida quand même d'y aller.

Kaisou était sorti de son appartement et comme le lieu du rendez-vous n'était qu'à quelques centaines mètres, il se décida à y aller à pied malgré le froid. Il aimait cette température, il avait l'impression que son esprit était plus clair. Ses pas le conduirent très vite à l'appartement, il n'eu même pas le temps de se morfondre de sa perte de mémoire et réussit même a arriver avec un sourire.

Devant la porte , il y avait deux gardes qui le fouillèrent. Puis, il fut autoriser à monter. Tout de façon, le seul danger qu'il représentait pour les autres cela venait sûrement de ce passé inconnu. Il monta les marches tranquillement détestant les ascenseurs, cela venait aussi de son passé. Il arriva devant encore un garde du corps, il le savait la guerre en ville était déclaré mais il n'y avait jamais vraiment fait attention ayant d'autres soucis en tête. Le garde recommença une fouille, Kaisou resta insensible à tout ça, et eut enfin le droit d'entrer, il sonna à la porte. La soirée allait commencer. Il restait devant cette porte toujours avec ce petit sourire qui était venu à lui durant le trajet. Finalement, sa nouvelle vie lui plaisait, et puis ce soir ce n'était vraiment pas n'importe qui qu'il rencontrait. Il attendait que la porte s'ouvre pour voir cet homme qu'il n'avait finalement jamais vu.
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 7 Jan - 23:44 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Devant lui se tenait un jeune homme, d’une vingtaine d’années environ. Il avait des cheveux noirs comme la nuit profonde, une peau pâle et laiteuse contrastant allégrement, des yeux marron. Il n’était pas laid, loin de là, il était même beau. D’une beauté fragile et presque envoûtante, mais qui n’émut en aucun cas Matthew. Il avait l’habitude de recevoir des japayuki-sah min'wa de luxe, et qui disait de luxe disait talent et beauté, ainsi que grâce et finesse, comme des geishas. Il remarqua que ce soir, son compagnon de jeu avait le goût de s’habiller, et surtout qu’il ne cherchait pas à être artificiel avec une tonne de maquillage. Le conseiller préférait toujours les gens au naturel, voir leur vrai visage, pas un masque conçu pour cacher qui l’on était au fond. Son regard le parcoura de haut en bas, puis il finit par bouger, lui laissant l’espace suffisant pour pénétrer dans l’appartement.

- Entre…

Quand ils furent tous deux à l’intérieur, Matthew referma la porte à clé et se dirigea vers la cuisine d’un pas lent, imperturbable. Au passage il reprit son verre pour le mettre dans l’évier, et se tourna vers son invité. Il n’avait pas écouté son interlocuteur quand ce dernier lui avait donné le nom du jeune homme en face de lui, ayant simplement raccroché quand la confirmation du rendez-vous lui était parvenue. Ni l’un ni l’autre ne parlait. Qu’y avait-il à dire ? L’un était l’employeur, l’autre venait pour écarter ses cuisses et le laisser faire tout ce qu’il désirait. Tant qu’il payait, il n’y avait pas de problème.

- Quel est ton nom ? Et est-ce que tu veux boire quelque chose ?

A croire que le conseiller des Freelance était devenu gentil… Non, pour lui, ce n’était que de la simple politesse. D’autres prostitués qui étaient venus chez lui, et non il n’avait pas honte d’en engager, étaient parfois intimidés à cause de son statut, et un peu d’alcool suffisait à les détendre. De plus, Matt’ n’était pas sadique au lit, contrairement à ce que certaines personnes pensaient. Ce n’était pas parce qu’il était froid de nature et qu’il torturait allégrement les chats qui s’étaient égarés chez lui qu’il était violent au lit, bien au contraire. Il était même attentionné parfois. De son point de vue, il fallait que les deux partis ressentent autant de plaisir l’un que l’autre, sinon ce n’était pas aussi agréable.

Prenant deux verres propres, sans même attendre la réponse de son compagnon, il se dirigea vers le minibar, se servant dans l’un des verres de la vodka, sans rien d’autre, brute. Il en but une gorgée, l’alcool allant brûler sa gorge au passage, finissant par l’œsophage et laissant une étrange sensation de chaleur derrière. Il regarda une dernière fois au travers de la baie vitrée, et reporta son attention sur le japayuki-sah min'wa, le fixant droit dans les yeux. Ce n’était pas une tactique d’intimidation, juste une habitude qu’il avait prise depuis qu’il travaillait dans la mafia. Ne jamais baisser le regard, ne jamais laisser croire à l’autre qu’il était en position de force. Mais là, il l’était de toute manière, c’était lui le patron.


[C'est pas très long, sorry! xD]
Revenir en haut
Kaisou Habuku
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 8 Jan - 15:12 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Kaisou attendait devant la porte que celle-ci s'ouvre. Il avait réussit à garder son sourire ne pensant finalement qu'à la raison de sa venue ici. Il regarda la personne qui lui ouvrit la porte, elle n'était pas inconnu pour lui l'ayant déjà croisé, mais il n'y avait jamais vraiment fait attention, cette fois-ci, elle était juste devant lui et non seulement il voyait son visage, mais bientôt il découvrirait tout le reste, l'idée le fit encore sourire. Pourtant l'homme devant lui avait plutôt l'air froid et impressionnant, c'est justement ça qui le faisait sourire, durant le moment qu'ils allaient passer ensemble, il serait complètement à lui malgré ce regard glacial que l'autre lui renvoyait.
Après qu'on l'ait autorisé à entrer, il pénétra dans l'appartement qui ressemblait tant à cet homme froid, métallique était le premier mot qui lui était venu à l'esprit. Il laissa l'autre le peser voir même le soupeser. Cela le fit encore sourire. Filament, la soirée allait vraiment lui changer les idées, il en avait besoin. Il continua d'entrer dans l'appartement, quand son client lui demanda si il voulait boire.

"Oui un jus de fruit m'ira très bien."

Il ne savait pourquoi, mais il n'arrivait pas à boire de l'alcool, cela le dérangeait, il voulait non seulement savoir ce qu'il faisait mais plus jamais oublié quoi que soit de sa vie, vu qu'il ne lui en restait que deux ans, ses deux dernières années qu'ils avaient vécus ici. Alors jamais il ne consommait des substances qui auraient pu lui faire oublier une simple minute.
Il n'avait pas répondu à la question de son nom puisque celui qu'il portait était simplement le nom donné à l'hôpital, car il avait bien fallut avoir une identité à sa sortie, mais à chaque fois qu'on lui demandait, il ne répondait que rarement puisque ce n'étais pas son nom, juste des lettres qui formaient un nom inconnu pour lui sur une carte d'identité.
Il ne se départit pas de son sourire quand son client le regarda droit dans les yeux sans ciller il se laissa faire par ce regard, l'instant qu'ils allaient passer ensemble serait un doux jeux et commençait par celui des regards, juste un regard pouvait tant donner, il se laissa prendre par ses yeux malgré leur froideur et garda son sourire, le jeu commençait et le jouet à déguster c'était lui. Il continua de plonger dans ce regard et même s'il n'y avait pas de filet de sécurité pour le rattraper, il y plongea complètement finissant par s'approcher de lui et même de passer très près de lui, il pris son verre posé sur le mini bar, un jus de fruit qu'il commença à boire doucement, il aimait le sucre sûrement un doux souvenir de son enfance...


(Niveau longueur ça me va très bien à moi et j'aime beaucoup ton ecriture)
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 11 Jan - 20:26 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Bon, il n’avait pas donné son nom, tant pis, ça finissait par être une habitude les gens qui ne voulaient pas révéler leur identité. Lui servant un jus de fruit, il continua à boire le sien, lentement, avec calme. Ils avaient encore toute la soirée devant eux, ce n’était pas la peine de se presser, et Matthew était quelqu’un de posé. Il n’allait pas se jeter comme un animal en rut sur le japayuki-sah min’wa, au contraire. Il préférait même que ce soit lui qui vienne à lui, c’était bien plus intéressant. En tout cas, le jeune homme gardait un sourire perpétuel, comme figé. Il ne savait pas si c’était parce qu’il était vraiment content d’être ici, avec un client comme le jikkei, ou si c’était juste l’image qu’il montrait de lui face à chaque client. Qu’importe, il était plus agréable à regarder avec un sourire aux lèvres. S’il tirait la tronche, Matt’ l’aurait foutu dehors. Aucune envie gérer un mec récalcitrant, y en avait assez comme ça pendant le boulot.

- Comment vais-je donc t’appeler…

Ce n’était pas si important que ça, s’il n’avait pas de nom… surtout que Matthew ne reprenait jamais, ou bien presque jamais, le même prostitué. Il aimait bien changer, sans attache, et quand il aurait finalement fait le tour, il recommencerait de nouveau. Il pourrait être le protecteur d’un d’entre eux, mais aucun ne lui plaisait assez pour l’avoir constamment autour de lui. Il aimait sa douce solitude, qui le berçait tranquillement. Aucun souci à se faire, une vie de liberté, et pas de boulet pour le couler.


- J’hésite…

Il ne le connaissait pas encore assez pour pouvoir lui donner un pseudonyme. Il était beau, gracieux… Le choix était difficile, et il continua à le jauger, sans honte. Il était là pour lui montrer son corps, pour lui donner du plaisir, alors pourquoi se gêner pour regarder de près la marchandise ?Finalement, il finit son verre de vodka, l’alcool ayant à présent réchauffer son corps agréablement, lui procurant une certaine langueur. Une des raisons pour laquelle il aimait l’alcool. Même chose pour le tabac. Cela détendait, même s’il n’était pas si stressé que ça, non, il était une personne calme, qui ne semblait avoir peur de rien. Pourtant, il devait bien y avoir quelque chose qu’il craigne… les ours en peluche ? Non, trop ridicule, ça casserait bien son image de mec froid et insensible.

Posant son verre à présent vide, il traîna des pieds jusqu’à la baie vitrée, regardant de nouveau le paysage. Il ne savait pas pourquoi, mais il était toujours irrésistiblement attiré par cette image que lui offrait la ville. Ce n’était pas beau, c’était laid dans son opinion. Une ville de corruption, meurtre, trafic… Qu’y avait-il de beau à cela ? Et il était là, planté devant cette vitre, le front presque collé.

Finalement, il se retourna de nouveau vers le brun. Il s’approcha de lui, mais dévia de sa trajectoire, voulant en fait aller s’installer sur le canapé, reprenant une cigarette dans son paquet. Il l’alluma, calmement. Maintenant qu’il y pensait, il n’avait à vrai dire pas encore mangé, et la faim lui tiraillait presque le ventre. Mais quelle faim ? Gardant la cigarette entre ses lèvres, il jeta un coup d’œil au prostitué, pensif.

- Tu as faim, chaton ?

C’était de loin la meilleure appellation qu’il avait trouvée. Plus tard, il ronronnerait sous ses caresses après tout. Un sourire en coin était sur ses lèvres alors qu’il y pensait. Quoi ? Il avait bien le droit d’être pervers le conseiller, non ? Et tout homme avait des besoins qu’il se devait d’assouvir, ce qu’il comptait bien faire.
Revenir en haut
Kaisou Habuku
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Jan - 20:37 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Kaisou buvait tranquillement son jus de fruit observant toujours le client, il discerna assez rapidement les effets de l'alcool sur lui, il vit bien que celui-ci avait l'air plus libre, comme si l'alcool avait un effet adoucissant. Lui, il restait simplement souriant attendant les désirs du client. Il venait de lui demander comment il allait l'appeler, lui-même aurait voulut connaître la réponse à une telle question.

*Je ne le sais pas moi-même et pourtant cela fait déjà deux ans que je cherche. *

Cette pensée lui suffit à lui faire oublier le travail à effectuer, et à le faire divaguer dans sa vie, son sourire s'estompa un peu. Il entendit quand même le client parler de manger quelque chose et le petit surnom donner.

*Un chaton, c'est exactement ça que je suis un chaton égaré, un chaton avec 2 ans d'age*

" Si vous voulez, je peux vous cuisiner quelque chose, c'est un de mes hobbies, dite moi ce que vous voulez et je le ferais selon vos désirs."

Le plaisir commençait déjà en bouche et Kaisou le savait la bouche était vraiment quelque chose d'important dans le sexe. Il avait appris a utiliser la sienne de bien des manières, mais il aimait aussi ravire par sa cuisine le palais de ses clients. Il avait ainsi conquit une clientèle fidèle qui le commandait pour l'heure du repas, il contentait ainsi deux fois ses clients pas la satisfaction d'un bon repas et par le plaisir du lit. Il s’approcha de la cuisine, regardant le frigo et les placards, regardant aussi la cuisine et se demandant ce qu’il allait cuisiner, cela n’allait pas être facile, vu l’absence de nourriture, c’était dommage, la cuisine était très moderne et aurait permit beaucoup de choses. Il regarda son client.

« Vous voulez manger quoi exactement ? »
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 20 Jan - 22:20 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Matthew fit des ronds de fumée en fumant. Qu’est-ce qu’il avait envie de manger ? Aucune idée, des pâtes, une salade, n’importe quoi… Il n’était pas difficule. Il pouvait manger tout et n’importe quoi si c’était ce qu’il y avait, du chien, du requin, de la cervelle… Au final ce serait la même chose dans son estomac, non ? En tout cas, son chaton semblait être le genre de prostitué à faire tout et n’importe quoi pour faire plaisir à son client, ce qui était une bonne chose. La tête rejetée en arrière, il regardait la fumée se disperser dans l’air, s’effacer par un simple courant d’air pour s’échapper il ne savait où. Il y avait l’air d’avoir toute une étendue psychologique, un message caché derrière cette fumée qui s’envolait. Mais peut-être était-il juste trop fatigué, ou peut-être avait-il déjà trop bu, bien qu’il ne s’était jamais prit une cuite dans le passé.

- N’importe. J’ai pas grand-chose de toute manière, des pâtes ça m’ira parfaitement…

En fait, ce qu’on pouvait trouver dans la cuisine de Matt’ se résumait à des boîtes de conserves, des nouilles instantanées, une boîte ou deux de pâtes à l’italienne, quelques boîtes de sauces et une tablette de chocolat restant sagement dans le frigo sans que personne n’y touche. Il n’aimait pas les sucreries, et se demandait bien comment cette tablette était arrivée ici. Peut-être un des japayuki qui était venu, et pensait qu’il aimerait un cadeau ou autre connerie de ce genre. Il n’avait jamais eu de cadeau, et s’en fichait bien. C’était inutile et il ne connaissait même pas la date exacte de son anniversaire.

Il resta alors silencieux le temps de finir sa cigarette, l’écrasant dans le cendrier presque plein à craquer de mégots. Se levant finalement, il se dirigea vers la cuisine, regardant ce que Kaisou faisait. En ce qui concernait la sauce, il devait en avoir une à la bolognaise qui traînait quelque part et il alla farfouiller au fond de ses placards, trouvant le fameux pot, même pas encore ouvert. Il savait cuisiner, mais la plupart du temps, il avait des dîners d’affaire et n’était pas souvent présent à l’heure du repas chez lui. Il passa une main sur son menton, ses doigts touchant la barbe naissante, et prit appui sur le comptoir, pensif. Son planning était chargé demain, comme à son habitude. De plus, Reishin avait décidé de partir en Chine, plus pour des raisons personnelles que pour son boulot mais ça, c’était du point de vue du conseiller. Ce qui faisait donc qu’il devait prendre les rennes du clan pendant un petit moment, et ce n’était pas de tout repos, étant donné qu’il n’avait pas de conseiller pour l’aider, lui.

Bref, une bonne soirée, cela allait lui permettre de se détendre, de se laisser aller un peu et de se remettre les idées en place, ou plutôt de ne penser à rien justement. Tiens en pensant au passé un peu, le toucher d’une femme lui manquait. Il devait se contenter d’homme, et cela ne le dérangeait pas vraiment, mais peut-être qu’il partirait en voyage lui aussi pour pouvoir en trouver d'autres sur le reste de la planète, vu que celles sur Kyouri étaient toutes en train de crever. D'ailleurs c'était vraiment bizarre quand on y pensait... Pourquoi juste à Kyouri? C'était une sorte de racisme provenant de la zone géographique ou bien un complot contre les femmes ici? Aucune idée, et tant pis s'il y en avait plus ici, mais c'était mauvais pour les commerçants, surtout ceux qui vendaient des fringues de nanas.
Revenir en haut
Kaisou Habuku
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 27 Jan - 15:41 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Kaisou avait commencé à préparer des pattes, n'ayant pas le choix d'autre choses, il avait réussit au moins a les faire cuire correctement al dente comme il les aimait, et pour la sauce, il s'était débrouillé avec les moyens du bord. Et même la sauce de bolognaise avait servit, et il avait terminé au moins le plat principal. Après avoir goûté,il était a peu près content de lui. Puis, il prit les poires qui traînaient dans la coupe de fruit et prépara le dessert, il y avait dans le frigo une plaquette de chocolat, heureux hasard lui permettant de préparer des poires belle Hélène. il souriant en faisant doucement fondre le chocolat au bain marie, il aimait ça, réussir une recette, tes concentré, il sorti sa langue sur le côté de sa bouche, un geste réflexe quand il se concentrait sur ce qu'il faisait, cela le rendait tout craquant comme ça.

"Voila, j'ai finit, on va pouvoir manger, mais ne vous attendez pas à quelque chose de très bon, avec le peu de moyen qu'il y avait ici."

Il rit et alla mettre la table, posant d'abord les spaghettis sur la table, choisit les assiettes et les couverts, il considérait qu'une table bien mise donnait encore plus d'appétit. il s'amusa à faire un beau pliage de serviette, regarda encore sa table et eut un sourire.

"Voila Monsieur, c'est prêt."

Il alla le chercher, déposa doucement ses lèvres sur ses lèvres à lui et l'emmena avec lui à table tout souriant.


"J'espères satisfaire votre estomac et bien d'autres choses encore."

Il eut un grand sourire à cette évocation, il n'était pas comme certains japayuki faisant ça par obligation, cela lui venait naturellement. Il s'assit à table près de lui, et le servit d'une bonne assiette de spaghetti, puis s'en servit aussi.


" Bon appétit"


Et Kaisou commença à manger toujours souriant, heureux d'être là. Finalement, la vie n'était pas si mauvaise parfois.
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 5 Fév - 16:12 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Le conseiller regarda le prostitué faire, ne bougeant pas d’un centimètre, les bras croisés. Bref, rien de très intéressant mais bon, il avait pas envie de se retrouver empoisonné par le brun en fin de soirée. Il ne disait rien, restait simplement silencieux. De toute manière, tout le monde le savait, Matthew était associable, n’avait aucune conversation sauf si cela concernait le travail, et n’aimait pas faire la fête. Peut-être même était-il un peu misanthrope sur les bords…

Les pâtes étaient cuites, et la sauce bolognaise versée dessus, se mélangeant, lui faisant étrangement rappelé une assiette d’intestins, certes un peu jaunâtres, mais bon. Une odeur de spaghettis était présente dans l’air, mais ça ne lui rappelait rien. C’était de la bouffe, rien de plus. Il ne lui arrivait que très rarement de se souvenir d’évènements passés à l’aide d’une odeur, d’un goût, bloquant toujours ses souvenirs. Encore un grand mystère ça. Pourquoi ne pas se rappeler de ce qui fut ? A méditer. Quoi qu’il en soit, il plissa un peu les yeux en voyant l’utilisation du chocolat pour faire un dessert, mais se résolut à en prendre peut-être une bouchée. Le sucré, très peu pour lui. Il était bien plus habitué au sel et aux épices, et dans sa jeunesse, n’avait jamais mangé de gâteau avant au moins… Il ne savait plus. Betty encore apparut dans son esprit, et il en conclut que c’était cette blonde à forte poitrine qui avait dû lui en faire bouffer de force un jour.

Le jikkei ne s’attendait à rien. Cela pouvait être bon, comme être mauvais, pour l’instant, il avait juste besoin de se remplir l’estomac, et ses papilles ce soir ne réclamaient aucunement des plats goûteux de luxe, finement aromatisés. Matt’ suivit tout simplement le jeune homme qui l’entraîna vers la table, marchant d’un pas un peu lasse, mou, et ne lui rendit pas son baiser, pensant à autre chose. C’était dans ses habitudes de délaisser son interlocuteur de la sorte. Ecoutant d’une oreille distraite ce que le japayuki lui disait, il attrapa ses couverts d’une poigne ferme, commençant tranquillement son repas, dans le silence. Seul le bruit des couverts s’entrechoquant entre eux, ou se cognant contre l’assiette, la griffant parfois de temps à autre, pouvait se faire entendre.

Pas un seul remerciement ou un « bon appétit », ce n’était pas dans les habitudes de Matthew d’être reconnaissant à quelqu’un. Ca ne lui était probablement arrivé que quelques fois, quand il était encore jeune et inexpérimenté, qu’il avait parfois besoin d’un coup de pouce sur quelques affaires plus compliquées. Un rigide merci, glissé entre deux silences. Et à quand le dernier sourire, le genre de sourire sympathique ? Question piège, et aucune réponse ne lui venait. Bon, tout ça passé, il s’essuya d’un geste rapide la bouche, tâchant la serviette blanches de quelques points rouges.

Le plat principal finit, il reposa ses couverts, les plaçant de manière parallèle l’un à l’autre, en diagonale sur l’assiette. Plus que le dessert, et peut-être qu’ils pourraient se mettre vraiment à table. L’heure tournait, et demain matin, il avait rendez-vous avec un de leurs gros clients, un gros poisson bien gras qu’ils avaient réussi à pêcher. Bref, c’était barbant de rencontrer les gens comme ça, mais ils en avaient encore besoin, pour étendre leur pouvoir sur la ville, la dévorant lentement.
Revenir en haut
Kaisou Habuku
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 18 Fév - 23:02 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Kaisou s’était appliqué à faire à manger et même si le regard du client poser sur lui restait froid et disant, on aurait pu croire un instant qu’il faisait ça avec amours, mais c’était sûrement de l’amour de cuisiner par sur cet homme.

Tout cela termine, Kaisou avait décoré al table avec goût et il avait servit son client, il était déjà lui-même en train de manger. Finalement, ça allait même avec les moyens du bord, il avait réussit à faire quelque chose de sympa. Il souriait assez fière de lui et regardait son client manger, sa froideur se faisait encore sentir, pourtant malgré ça Kaisou le trouva beau, il avait cet air féroce, mais d’un coté quelque chose d’attirant. Il termina tranquillement son assiette et rangea un peu avant d’aller chercher le dessert tout content. Il le déposa sur la table et servit.

« Je suis sure que vous allez me dire que vous n‘aimez pas le sucre. Mais comme je n’ai pas rajoute de sucre et que le chocolat est noir, il n’y a que la poire qui sera sucré. Au moins goûtez le mélange des deux, vous verrez que c’est très bon. »

Il s’approcha de lui avec une petite culière où il avait mis chocolat et poire, il connaissait le goût du mélange des deux que lui-même trouvait délicieux. Il regarda son client avec un immense sourire et avant de continuer d’approcher sa petite culière, c’est ses lèvres qu’il approcha, l’embrassant. Il aimait ça finalement le baiser était doux et chaud très tendre aussi. Il le termina et finalement c’est lui qui mangea la culière par gourmandise avec un grand sourire. Il avait envie de jouer ce soir.


Il se retourna et rapprocha le plat et se servit encore une culière.

« Alors je trouve ce dessert merveilleux. Le sucre de la poire se mélangeant avec l'amertume du chocolat noir, il n'y a rien de mieux.»

Il souriait et ses yeux brillaient de bonheur goûtant encore une culière et puis finissant par venir s’installer sur les genoux de son client pour encore l’embrasser langoureusement. Il avait en bouche le goût du chocolat et de la poire. Il continue son baiser voulant exciter l’homme sur lequel il était assis. Il désirait aller plus loin maintenant, il ne savait pourquoi mais il se sentait tout à coup assez excité. Il termina le baiser et le regarda dans les yeux. Il eut encore u sourire mais celui là fût très malicieux.

« Et si on passait à table vraiment maintenant. »

Kaisou rougit légèrement en entendant ce qu’il venait de dire et surtout il se trouva bizarre, se demandant même si l’autre ne l’avait pas drogué pour réagir comme ça.


[désole d'vaoir été si longue pour repondre euh si ca ne te vas pas tu me le dir. d'accord]
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 5 Mar - 08:15 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Que ce soit du chocolat noir, blanc, au lait, il n’aimait pas. Tant pis, il supporterait le caprice du japayuki ce soir. C’était la dernière fois qu’ils se voyaient après tout, ou du moins avant un long moment. Et quoi ? Ils allaient lui faire manger à la cuillère aussi ? Il n’exagérait pas un peu là tout de même ? Mais ce n’était pas le métal froid, ni le goût amer du chocolat qu’il rencontra, sinon deux lèvres chaudes et humides, posées sur les siennes. Pourtant, il ne ressentit rien de particulier. Son corps mettait un certain temps avant de se réchauffer, son esprit à se déverrouiller, son cœur à se mettre à battre. Répondant simplement au baiser, sans aller plus loin, il jeta un regard à la poire au chocolat. Non, rien de tentant. Il n’écoutait même pas le jeune homme parler.

De nouveau un baiser, avec un léger goût sucré dessus. Ce n’était pas désagréable, mais pas fabuleux non plus. Cette fois-ci, ce fut plus long, plus passionné, et Matthew glissa une main sur la hanche du garçon, gardant les yeux ouvert. Il fixa les yeux fermés du prostitué, observa ses cils noirs, ses traits fins. Le conseiller attrapa le brun, le prenant dans ses bras avant de se lever, délaissant le dessert sur la table, à peine entamé. De toute manière, ils n’étaient pas là pour manger. Se dirigeant vers sa chambre, d’un pas léger malgré le poids qu’il portait sur ses bras, non pas que l’homme était lourd, au contraire, il poussa la porte à l’aide de son pied, entrant à l’intérieur. Les lumières étaient éteintes, les rideaux ouverts. De la fenêtre venait une douce lumière blanche, de la lune ou alors de la ville. Il déposa son paquet sur le lit, avec douceur, ce qui été surprenant pour quelqu’un qui ne le connaissait pas, et qui le voyait comme un être froid et sans cœur, ce qui n’était pas faux non plus.

Ne perdant pas plus de temps, il déboutonna sa propre chemise, la laissant ouverte, dévoilant un torse musclé, avec quelques cicatrices encore visibles sur sa peau claire. Les marques du passé, de son passé, certaines se rejoignant. Etait-ce parce qu’elles avaient été délivrées par la même personne ? Il n’en savait rien, et ce n’était pas important. Tout comme cette cicatrice qui lui balafrait le visage, il ne savait plus qui lui avait donné. Le conseiller grimpa alors sur le lit avec souplesse, se plaçant au dessus du jeune japayuki. Il fonctionnait comme un automate, que ce soit au lit ou bien au travail, ne s’enflammant que rarement.

Matthew défit alors la ceinture qui retenait le kimono de soie du jeune homme, ses doigts glissant sur le textile soyeux, dépliant les pans, le dévoilant à ses yeux. Rien d’étonnant ne rencontra ses yeux. Une peau douce et laiteuse, sans marques, parfaite si on pouvait le dire. Après tout, les japayuki-sah min’wa étaient tous ainsi, comme s’ils sortaient d’une usine, standardisé de la même façon, avec des allures de mannequins, certains pratiquant ce métier auparavant. Frôlant la peau de son ventre, le conseiller semblait être ailleurs. A quoi pouvait-il penser ? Seul lui le savait. Aucun sourire ne s’affichait sur son visage, ni même un sourire moqueur. A bien y penser, lui aussi n’était qu’une vis du système. Un système rouillé, corrompu. Mais le temps passait, et il devait tout de même se presser s’il ne voulait pas arriver avec une tête d’enterré demain matin.

Le kimono à présent complètement ouvert, il caressa d’une main la peau chaude, contrastant avec la sienne, froide comme celle d’un serpent. Que cherchait-il dans ces ébats ? A réchauffer son corps glacé et meurtris, histoire de se sentir vivant ? Foutaises, il n’y avait pas de logique philosophique derrière ses actions… Il se pencha alors en avant et mordit dans le cou du jeune homme, sans non plus faire couler le sang, il n’était pas cannibale ou alors seulement avec certains. Les préliminaires étaient inutiles, et il ne se sentait pas d’humeur de toute manière. Il voulait en finir vite.


[Comment ça je poste à des heures bizarres? ¬__¬]
Revenir en haut
Kaisou Habuku
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 16 Mar - 23:06 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Finalement Kaisou ne finirait pas son dessert, puisque après l'avoir embrassé langoureusement, l'homme avait finit par le soulève et l'emmener dans sa chambre. Le dessert maintenant,c 'était lui. LA chambre était comme tout le reste de la maison impersonnel, mais il n'était là pour juger du bon goût de son client. Il aimait la douce lumière qui pénétrait dans la chambre, la lune était là ce soir pour regarder leurs ébats.

Il regarda son client ouvrir sa chemise et regarda son torse, lui était tout fin en face l'homme paraissait être un gorille, musclé, mais aussi épais. Il passa doucement ses doigts sur l'homme voulant son contact. Celui-ci ouvrait déjà son kimono pour y découvrir sa peau légèrement laiteuse. Il sentit le contact froid de la main de l'homme et frissonna légèrement. Le contact fût agréable malgré le froid de cette main, cela lui faisait du bien lui qui était toujours bouillant, le froid le parcourt et lui laissa une délectable sensation de bien être.

L'avantage du kimono, c'est quand la ceinture était enlevé tout apparaissait, il se retrouve très vite nu devant cet homme,cela ne le dérange pas , pour plusieurs choses, c'est son métier d'être nu et il n'a aucun complexe de son corps se trouvant assez bien fait. Un instant, il se demande si son corps lui servait dans cette vie avant oublier, mais vite ne veut plus y penser, et pour ça, il attrape encore les lèvres de son partenaire les embrassant pour seulement ce noyer dans cette nouvelle vie.

Le kimono glissa doucement du lit, et il était la nu devant l'homme qui pouvait le regarder. Kaisou eut de légère rougeur, un peu intimidé. Cela lui passa vite, écartant doucement ses jambes comme pour un appel très clair qui disait prend moi. Il avait envie par ce geste d’oublier qu’il ne savait même pas qui il était. Il vint encore l’embraser langoureusement et longuement...
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 2 Avr - 22:41 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Le kimono avait rapidement été retiré, à présent oublié, par terre, comme un vulgaire bout de tissu, un chiffon. Le conseiller palpa du bout des doigts les courbes fines et généreuses de son corps, utilisant parfois sa bouche, le goûtant. Il remarqua du coin de l’œil la rougeur sur les joues du brun. Pourquoi rougissait-il ? Il n’y avait aucune honte ou gêne à avoir. C’était son métier après tout, et Matthew ne pensait pas qu’il était son premier client. On ne lui envoyait jamais quelqu’un d’inexpérimenté. Sa main avait glissé sur le bas-ventre du japayuki, et ce fut avec un léger sourire en coin qu’il le vit écarter ses jambes, s’offrant à lui, son désir dressé sans pudeur. Il répondit à son baiser avec ferveur et volupté, ses doigts se glissant dans la chevelure soyeuse.

Sans plus attendre, et trouvant que le jeu avait duré assez longtemps de toute manière, le conseiller se redressa et se dévêtit complètement, retirant son pantalon et son boxer, qui allèrent rejoindre sa chemise et le kimono, par terre. Son érection était présente, et se positionnant de nouveau entre les jambes du jeune homme, il releva légèrement son bassin pour pouvoir entrer en lui d’un coup sec, sans le préparer auparavant. Il devait être habitué de toute manière à être pris, et ne devait pas toujours avoir des clients doux qui prenaient leur temps. Grognant en sentant l’étau de chair se resserrer autour de son membre, Matthew fut légèrement surpris de le trouver étroit, mais s’en délecta. Cela lui procurait plus de plaisir.

Les mains à présent posées sur les hanches du brun, il commença d’ores et déjà à se mouvoir en lui, allant et venant à un rythme régulier. Fermant les yeux, il nicha son visage dans le cou du japayuki, s’enfonçant avec plus de vigueur en lui. Accélérant ses coups de butoir, il se laissa se noyer dans le plaisir, oubliant le reste. Son pouls s’accéléra, son souffle se fit plus court sous l’effort, ses gestes presque frénétiques. Un animal qui répondait à l’appel de la chair, voilà ce qu’il était. Ses doigts allèrent se refermer avec une certaine douceur sur le membre tendu du brun, et avec son pouce en taquina l’extrémité, jouant sur le gland. Le doux son de la voix du prostitué provenait à ses oreilles alors qu’il émettait des gémissements à ce traitement de faveur. Touchant son point sensible et butant sans cesse contre celui-ci, le conseiller sentit ses chairs se resserrer autour de son érection, et il finit par se déverser entre ses cuisses chaudes et accueillantes, laissant échapper un râle de plaisir. Il n’arrêta ses mouvements qu’en sentant un liquide couler le long de ses doigts.

Reprenant son souffle, il rouvrit les yeux, les dernières ondes de plaisir se dissipant aussi rapidement qu’elles étaient venues. Délaissant le membre dans sa main, il se retira doucement de lui, et s’assit sur le bord du lit. Quelques secondes passèrent avant qu’il ne se lève et fouille les poches de son pantalon, en sortant un portefeuille. Attrapant quelques billets, il les posa sur le matelas et chercha alors une cigarette.


- Quand je reviendrais, j’espère que tu seras parti.

Bien entendu, le jeune homme n’allait pas passer la nuit chez lui. Matthew se fichait bien s’il était tard et s’il était peut-être dangereux pour lui de rentrer à une telle heure. Il voulait à présent être tranquille, et vu que le japayuki avait fini son boulot, il pouvait rentrer chez lui. Trouvant son paquet de clopes, il en sortit une qu’il alluma, se dirigeant vers la salle de bain pour prendre une douche rapide. S’il n’était pas partit quand lui reviendrait de son passage dans la douche, il le jetterait dehors.
Revenir en haut
Kaisou Habuku
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 16 Avr - 13:16 (2008)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman Répondre en citant

Kaisou s'était laissé allé simplement au plaisir, l'homme au-dessus de lui fut assez violent, mais les sensations que cela lui procurait faisait vite oublie la douleur pour se laisser aller à gémir plus fort sous chaque pénétration, il finit par jouir aussi dans la main de cet homme si glacial. Il s'étala complètement sur lit laissant encore le plaisir faire ses derniers effets, reprenant doucement son souffle et se demandant s'il y aurait une deuxième salve.

Kaisou regardait l'homme reprendre aussi son souffle, il était très bel homme malgré la sensation de froid qu'il dégageait. Il sourit pensant que c'était vraiment uniquement au lit qu'on apprenait à connaître les gens. Il le laissa se lever payant leur plaisir, il était le jouet et il était loin d'être gratuit, son prix était même assez élevé ayant besoin d'argent pour ses besoins et surtout son enquête sur lui-même.

Il ne fut pas surpris d'entendre les paroles glaciales de cet homme, il n'en fit même pas cas, tout de façon son travail ici était finit et si l'autre n'avait plus besoin de lui, il n'avait plus qu'à rejoindre son propre lit. Il le regarda partir. Il se dit qu'il aurait quand même bien voulu prendre une douche lui aussi avant de remettre son kimono. Il se leva doucement du lit sentant couler le long de ses cuisses la jouissance de son client, il frissonna légèrement et s'essuya avec le drap n'ayant rien trouver d'autre et vu qu'il n'avait même pas droit à une douche, ramassa son kimono qu'il remit tranquillement, prit l'argent qu'il rangea dans une poche intérieure faite pour ça. Il vérifia que sa tenue était correcte avant de partir.

Il sortit tranquillement de la chambre et remarque sur la table quelques restes de son passage simplement le repas de ce soir. Il alla mettre un doigt dans le chocolat qu'il lécha tout souriant. Puis entendit la douche s'éteindre, il était vraiment temps de partir d'ici, ne voyant pas se faire jeter alors que la nuit avec cet homme avait été si bonne, il ne fallait jamais laisser une mauvaise impression à un client. Il alla donc vers la porte qu'il ouvrit et sortit, les gardes du corps étaient toujours là à attendre à moitié endormit. C'est vrai que la nuit était bien avancée, à cette heure-ci, il savait qu'il n'y aurait même plus un taxi pour rentrer chez lui. Pas grave, il rentrerait tranquillement à pied. Il sortit de l'immeuble et se dirigea vers son propre appartement qui n'était pas très éloigné. Il arriva donc assez vite chez lui et avant d'aller se coucher se lava dans une douche bien chaude pour finir simplement cette nuit dans son lit bien chaud en dormant…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:40 (2018)    Sujet du message: Appartement de Matthew Coleman

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Massaichuu ~¤~ -> Appartement Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom