Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas
Forum classé NC-17
 
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Master & Dog

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Miorosu~¤~ -> Maisons -> Résidence de Reishin Lan
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 2 Jan - 20:03 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

Pas une remarque, pas une plainte, rien avait filtré de ses lèvres, mais ces derniers jours avaient été particulièrement comment dire intéressants, peut-être. Des projets s’échafaudaient lentement dans son esprit, mais il devait attendre que toutes les pièces s’assemblent parfaitement pour que le mécanisme soit impeccable. En début d’après-midi, il avait quitté le repère l’air serein. Dans la voiture, une brève discussion avait eu lieu entre le chauffeur et lui. Ils s’étaient mis d’accord sur la suite. Pourtant, il y avait encore sans doute un peu de temps, toutefois Reishin voulait prévoir certaines choses. Comme d’habitude, le chauffeur le déposa au coin de la rue. Un dossier sous le bras, l’homme la remonta à pied et se fit accueillir par le vieux majordome. Au vu du calme qui régnait, à priori, il était seul dans la maison. Ce n’était pas vraiment pour lui déplaire pour le moment. Tout en défaisant sa cravate, il donna les mêmes consignes. Que personne ne le dérange. Doucement, il déposa la liasse de papiers sur la table basse. D’un regard lointain, il balaya la pièce avant d’aller dans sa chambre. Le son de ses pas résonnait contre le parquet ancien. Dans les couloirs, les bouquets de fleurs avaient été changés. Une douce odeur embaumait lentement les lieux. Ses paupières se fermèrent et une sensation d’être chez lui résonnait dans tout son être… Mais ne pouvait-on pas s’approprier n’importe quel lieu ? Ou fallait-il que ce soit quelque chose en lien avec les racines de l’individu… Il n’y avait jamais songé et honnêtement, il n’y pensait que vaguement pour le moment.

Sa main s’abattit sur la poignée. La porte s’ouvrit lentement sur une chambre toujours autant épurée. Pas d’objets de décoration superficiels, seules les mêmes photos étaient accrochées. Un téléphone portable ainsi que quelques livres trainaient sur la table de chevet. Mais la pièce ne baignait pas de lumière comme son occupant l’aimait. En soupirant, Reishin fit glisser son manteau de ses épaules pour le mettre sur le dos d’une chaise. Puis, il s’assit sur le bord de son lit et défit les lacets de ses chaussures. Elles trouvèrent place à côté de la chaise. Suivant le même chemin, il finit par se retrouver en boxer. Être dans cette tenue ici ne le gênait pas du tout, au contraire il trouvait cela bien mieux que d’être éternellement coincé dans un de ses costumes, pourtant chers et choisis avec soin. Un petit sourire apparut sur ses lèvres et s’adossant à la porte, il se mit à dire d’une voix forte

« - Inu ? »

Où était-il passé ? Il ne l’avait pas vu en arrivant. L’arrivée d’Akiyoshi avait eu l’air de le perturber - Rei aussi sur le coup, mais maintenant tout était passé - et il espérait que cela passerait. Sinon, il serait obligé de le renvoyer chez son père. Reishin savait pertinemment qu’un animal jugé inutile se ferait abattre froidement. D’un autre côté, il ne travaillait pas comme pseudo dresseur et n’aurait jamais la patience pour faire entrer certaines choses dans les crânes dans ces futurs animaux. Plus on comprenait vite, mieux cela allait avec lui. C’était quelque chose qui n’était pas prêt de changer. En attendant que son adorable animal de compagnie fasse son apparition, il s’engouffra dans sa salle de bain. Pas besoin de réfléchir, un bain ! Avec soin, il tourna le robinet d’eau laissant une chaleur s’emparer lentement de la pièce. S’asseyant sur le rebord, l’homme resta là. A chaque respiration, ses muscles dessinés se crispaient sous une étrange sensation de sérénité.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 2 Jan - 20:03 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 2 Jan - 20:37 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

Depuis que l'intrus Aki avait envahi la maison, Inu jouait beaucoup moins les promeneurs. Il n'aimait pas tant que ça l'humain, il se sentait mal à l'aise lorsqu'il était là. Et il ne savait même pas pourquoi. Peut-être était-ce une pointe de jalousie... allez savoir. Quoiqu'il en soit, même lorsque Aki n'était pas là, Kau restait dans son coin. Il préférait finalement lézarder lorsqu'il y avait du soleil. Et lorsque l'intrus était à la maison, il allait dans la seule pièce où il était sûr d'être tranquille : la chambre de son maître. Il n'était pas déprimé pour autant, il avait juste peur de se faire délaisser par son maître, c'était son cauchemard le plus terrifiant. Il aimait tellement être avec lui...

Quant à se faire abattre s'il n'était plus utile... ça dépassait complètement l'animal qui n'avait aucune conscience de ce qu'était la vie et la mort. Il vivait au jour le jour, arrivant tout de même à prévoir quelques petites choses sur le court terme sans jamais pouvoir créer un plan quel qu'il soit. Et aujourd'hui encore, il avait passé la journée à tourner en rond. Il s'ennuyait un peu... des fois il aurait aimer suivre son maître toute la journée, rien que le fait d'être avec lui comblait son ennui. Mais le majordome lui... il n'était pas marrant, il ne lui donnait que des ordres. Fait pas çi, fait pas ça... va pas là... ne traîne pas dans mes pattes... va jouer ailleurs. Non, il n'était pas marrant. Et puis l'autre, l'intrus, il ne venait jamais jouer avec lui. C'était aussi pour ça qu'il ne l'aimait pas trop, parce qu'il était persuadé qu'Aki ne l'aimait pas.

Et Inu s'ennuyait. Il était allongé sur le flanc, l'air frais courant sur son ventre nu alors qu'il reniflait les fleurs du jardin. Il entendit la porte s'ouvrir et redressa la tête subitement en reconnaissant le pas de son maître. Un large sourire parcourut son visage et il s'assit sur ses genoux. Il était rentré ! Inu posa ses mains devant lui et s'étira en baillant avant d'avancer à quatre pattes vers la chambre de son maître. Il avança silencieusement dans les couloirs et renifla l'air. Personne dans les parages, il sourit et se redressa très lentement en se tenant contre le mur. Il n'aimait pas marcher debout longtemps, ça lui faisait mal au dos. Alors il avança rapidement en direction de la chambre de son maître alors qu'il entendait sa voix grave et sensuel l'appeller. C'était comme un sifflet à ultra-son pour Inu qui accourait dès qu'il l'entendait.

Il ouvrit lentement la porte et se glissa sur le sol avant de se cambrer en rejettant sa tête en arrière. Il n'aimait vraiment pas être debout, il se demandait comment faisait son maître, mais bon, ils étaient trop différent, ça devait être normal pour lui. Le bruit de l'eau qui coule interpella l'animal qui se dirigea vers la salle de bain, il aimait bien prendre un bain avec son maître... c'était bien plus amusant que de se faire laver par le vieux majordome qui sentait les produits nettoyant. En plus il lui faisait toujours mal quand il le frottait, contrairement à son maître qui avait toujours les mains toutes douces. Il se glissa dans la salle de bain et s'assit bien droit sur ses fesses en souriant largement. Il aurait sûrement droit à ses petites carresses favoris... oui, ça il aimait beaucoup.
Revenir en haut
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 5 Jan - 01:05 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

Pensivement Rei regardait l’eau couler. Ses paupières se baissèrent, pendant qu’il réfléchissait. Entre ses désirs, ses obligations, il avait du mal à s’en sortir. En soupirant bruyamment, l’homme laissa tomber une de ses mains dans l’eau chaude. Sans s’en rendre compte, il se mit à faire des ronds, la chaleur réchauffant petit à petit son bras. C’était reposant… Une petite musique flottait dans sa tête, quelque chose de vieux… Il se remémorait parfaitement le son du vieil instrument, les cordes grattées, les voix mélodieuses qui s’élevaient pour accompagner le joueur. Son cœur était empli d’une profonde mélancolie que personne ne pouvait derrière son visage glacé. Sa mère lui avait dit le pouvoir isole, les amitiés disparaissent et il avait le sentiment qu’elle avait raison. Cela, on pouvait le penser, mais pas le dire… C’était comme donner du pain béni à l’ennemi. Mais est-ce qu’il avait vraiment besoin de quelqu’un ? Pour être poignardé dans le dos par un traître ? La vie était trop incertaine pour laisser le moindre détail sans précaution.

Un léger frottement sur le sol le tira de sa rêverie. Ses yeux détaillèrent l’avancée de sa silhouette. Apparemment Inu n’avait pas tellement bougé au niveau de sa corpulence. Tant mieux. Reishin retira sa main de l’eau pour l’essuyer sur sa cuisse. Quelque part, l’homme était toujours étonné de voir la rapidité des réponses de l’homme-chien. Où était-il pendant son arrivée ? Doucement, il passa une dans ses cheveux avant de glisser sur le sol. Rares étaient les fois, où il prenait le temps de s’occuper d’Inu… Comment pouvait-il s’occuper de quelqu’un alors qu’il s’occupait à peine de lui-même… Les temps qui semblaient être des temps de repos ne représentaient qu’une infirme partie de sa semaine. Mais jamais, il n’avait été acculé par la fatigue… Ou jamais n’avait-il avoué être fatigué… Ses mains se posèrent sur la taille de Kau pour l’attirer contre lui. Avec précaution, il se mit à défaire chacune des sangles nouant son haut. Heureusement, il y en avait peu. Puis, silencieusement, il lui ôta ses longs gants de cuir. Une nouvelle caresse dans les cheveux et Reishin se leva pour couper l’eau, après avoir fait glisser un peu de bain moussant.

« - Sois sage… »

Peu de chance qu’Inu ne le soit pas de toute façon… Puis, il vint se rasseoir. Ses doigts frôlaient la peau pâle, jouaient machinalement les anneaux sans cruauté. Tout en caressant la peau, ils descendirent vers le bas du pantalon. La boucle ne résista pas longtemps au jeu de ses doigts sur le métal. Tout en prenant, son temps, Reishin retira le tissu, puis souleva le corps, qu’il déposa en premier dans l’eau chaude. La mousse flottait tranquillement à la surface venant parfois se coller à la peau d’Inu. Son boxer glissa à terre et il le rejoint dans l’eau se plaçant derrière lui. Ses doigts caressaient machinalement la nuque comme s’ils touchaient un pelage. Le prenant contre lui, il se mit à effleurer ses cuisses, l’intérieur de ses cuisses, à remonter vers son torse. Juste pendant quelques minutes, Reishin allait faire ce qu’il ne faisait quasiment jamais… Il prendrait soin de quelqu’un… Mais était-ce vraiment cela s’occuper d’une personne…
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 5 Jan - 01:37 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

Ah bon ? Son maître ne s'occupait pas beaucoup de lui ? Inu ne s'en était jamais rendu compte et ça n'arriverait certainement jamais. Il n'avait aucune notion temporelle, pour lui il était clair que son maître lui manquait de temps en temps, qu'il se languissait de lui, mais dès qu'il l'entendait l'appeller, dès qu'il sentait son odeur près de lui, il oubliait le reste et c'était comme s'il effaçait une ardoise. Alors en réalité, son maître aurait pu l'abandonner pendant plus d'un mois... Inu n'en aurait jamais conscience réellement. Il arrivait toujours le plus vite possible, car il savait que ce n'était pas bien de faire attendre.

Alors il prenait toujours de l'avance quand il sentait son maître pénétrer dans la maison. Il allait le plus près possible de lui et comme ça au moindre appel, il était là rapidement. L'humain ne devait pas s'en rendre compte mais même lorsqu'il l'oubliait un peu, qu'il faisait autre chose, Inu quittait tout de même l'endroit où il était et se rendait non loin de son maître, bougeant à peine, prêt à entendre son nom. Et s'il ne l'appellait pas ? Et bien il ne bougeait pas. Inu n'était pas patient mais il savait attendre, toujours. Le jour où il faudrait réellement s'inquiéter de Kau, ce serait lorsqu'il ne se montrerait pas.

Et encore aujourd'hui il était là. Alors pas la peine de s'inquiéter, tout allait bien, son maître était là. Inu souriait doucement, s'attendant à sentir ses mains sur lui. Il aimait tellement ses mains, ses grandes mains douces et chaude. Il n'avait pas conscience des choses horrible qu'elles faisaient et pouvaient faire commettre. Ca n'avait pas d'importance pour lui. Elles étaient juste douce et carressante avec lui. Inu était maigre... mais il l'avait toujours été depuis qu'il était un animal. Il ne mangeait presque pas, il n'aimait pas manger, on l'avait trop privé à une époque, il tombait malade si on le forçait. Mais jamais il ne se laisserait dépérir, car dans ces cas là il serait un mauvais chien pour son maître et ça c'était impossible.

Son visage levé vers son maître, il le suivit pendant sa descente malgrés le noir qui couvrait ses yeux. Il pencha la tête sur le côté avec curiosité et frémit en ouvrant la bouche lorsque sa taille fut attrappée. Rien que ce contact l'éléctrisait. Il se glissa dans le cou de son maître et le léchouilla un peu alors que les grandes mains s'attelaient à le déshabiller, faisant frissonner Inu de plaisir. Ses mains furent libérées de leur prison de cuir, les sensations nouvelles se décuplèrent et Inu posa ses mains sur les cuisses de son maître. C'était si doux, si chaud... il haletait déjà un peu, il aurait pu couiner si sa gorge n'était pas dépourvue de corde vocales. Une main se glissa dans ses cheveux et il sourit avec un plaisir non feint. Ses doigts désormais nu glissèrent sur sa gorge nue elle aussi. Il carressa sa longue et large cicatrice et en frissonna d'excitation. Il était tellement sensible.

La voix grave et sensuelle de son maître s'éleva dans la pièce. Kau cessa immédiatement de se toucher, laissant ses mains se reposer sur le sol. Oui, il serait sage, le plus sage des chiens. Le déshabillage continua avec délicatesse et finesse. Inu frémissait, tremblait, haletait. C'était tellement bon, sa langue pendant à moitié et sa tête se frottait contre son maître lui montrant à quel point il aimait ça. Les anneaux tournaient et Inu ouvrit la bouche en grand comme pour gémir, mais à peine un léger couinement s'échappa de sa gorge. C'était tellement excitant. Lorsque son pantalon fut retiré, il dévoila la naissance d'une éréction déjà avancée. Chaque geste qu'on lui procurait lui donnait plus de plaisir qu'à n'importe qui.

Des bras l'ensserrèrent finalement et il quitta le sol. Loin de s'affoller malgrés sa cécité, Inu sourit joyeusement et léchouilla une partie de son maître qu'il ne pu identifier. Puis il toucha l'eau chaude et frissonna de pur plaisir. Il se laissa glisser dedans, enveloppé par les senteurs et les douceurs qui l'entourait. Puis il senti un corps contre le sien et sa joie se fit plus grande, il se laissa aller contre son maître, frémissant d'un désir sans nom lorsqu'il carressa sa nuque. Et puis le ballet commença. Inu frémissait, haletait, tremblait. Son éréction prit d'avantage de puissance et il poussa finalement de très faible couinement, signe qu'il gémissait avec force. C'était tellement bon, tellement agréable. Il se tortillait un peu mais pas trop, on lui avait ordonné d'être sage. Mais il était tellement bien... Son maître s'occupait de lui et... c'était le moment le plus heureux de sa vie. Il se laissait faire, bougeant ce qu'il fallait, ses mains nues jouant avec la mousse, en appréciant la texture, frémissant et gémissant très faiblement aux mains qui parcouraient son corps avec douceur. Son maître aurait pu le faire jouir rien qu'en le carressant de la sorte. Mais Inu était un bon chien, il ne faisait pas de bêtise et ne se libérait que quand il avait le droit. Mais il aurait voulu lécher son maître, l'embrasser, le toucher, se faire attacher, se faire violer... n'importe quoi du moment que c'était avec son maître.
Revenir en haut
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 5 Jan - 13:13 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

Les léchouilles d’Inu ne le gênaient pas… Cela lui tirait un étrange sourire, mais ce sourire avait quelque chose d’étrange. Ce n’était pas le même sourire que celui qu’il avait tant de fois accordé à la mère d’Akiyoshi, ce n’était pas non plus le sourire qu’il arborait quand il retrouvait ses cousins, ce n’était pas un sourire surfait, ni un masque, c’était juste un sourire incompréhensible… Quelque part, les réactions du jeune homme l’amusaient, même si une heure plus tard, tout serait déjà loin. Dans l’eau, il ne se mit plus à penser. La fatigue nerveuse le suivait souvent en ce moment, mais là aussi, il ne disait rien. A qui l’aurait-il dit ? Pourquoi ? Il n’avait pas le droit de parler de ce genre de choses, il n’avait pas le droit de parler de lui tout simplement. Il y avait d’autres priorités, qui prévalaient avant sa santé, son plaisir… Même avec 40 de fièvre, il était capable d’aller au bureau, quitte à se bourrer de médicaments… Et là tout de suite, ce qu’il ressentait… C’était bien difficile à dire, parce qu’il n’y avait pas grand-chose, voir rien. Reishin avait la capacité d’être une belle coquille vide parfois, mais personne ne semblait avoir réussi à sentir cela… Tant mieux quelque part, il ne cherchait pas spécialement à être compris. C’est au moment, où les autres commençaient à vous comprendre, qu’ils pouvaient se jouer de vous… Heureusement, l’attitude d’Inu compensait largement le manque qui régnait quelque part en lui et Reishin savait ce qu’il avait à faire.

Une main passa sur le bas-ventre d’Inu caressant d’un geste lascif la peau. Lentement, son index remonta dessinant les contours des anneaux puis suivant les cicatrices encore apparentes. La raison de leur présence, il ne la connaissait pas vraiment, il ne l’avait jamais cherché non plus. Quand bien même cela aurait attiré sa curiosité, l’homme connaissait déjà la réponse qu’on lui donnerait « Pourquoi te soucies-tu d’un animal ? ». C’est vrai pourquoi… Son autre main retourna dans le creux des jambes s’emparant d’un geste brusque le membre tendu. Intéressant comme les corps pouvaient se faire plus réceptifs, quand un sens avait disparaissait. Inu ne voyait plus, mais les sensations paraissaient décupler par rapport à un individu normal. Son pouce vint masser le gland, ses ongles grattaient malicieusement la chair sensible. Combien de temps Inu pouvait-il se contenir… L’autre main, qui avait fini de parcourir le torse, se mit à tirailler sur les anneaux. Ils n’étaient pas assez proches pour s’entrechoquer et tinter dans un petit cliquetis mécanique. Après avoir joué avec, il fit basculer la tête d’Inu vers l’arrière, son visage vint se perdre contre le cou.

Son souffle glacé parcourait la peau, l’entourait d’un voile qui s’entrechoquait avec la chaleur que celui du jeune homme dégageait. Comment pouvait-il s’embraser alors qu’il avait depuis longtemps oublié ce que signifiait de faire ce genre de divertissements avec une personne qui attirait profondément ? Et à vrai dire, le Reishin de feu avait laissé sa place à son comparse sans engager une quelconque bataille… Ses lèvres s’entrouvrirent, un soupir inaudible s’échappa, ses dents vinrent mordre le cou tendu. Des petites morsures comme un enfant qui cherche à se faire les dents, qui tâte quelque chose, le goûte, le goûte à nouveau sans savoir si c’est cela qu’il veut. La pression de ses doigts se faisait plus insistance… Laissant la peau maltraitée, ses lèvres remontèrent au niveau de l’oreille pour murmurer de sa voix grave habituelle


« - Si tu es sage, tu en auras plus… »


C’était dans l’intérêt d’Inu ce petit jeu… Sa main n’arrêtait pas les massages qui devinrent de plus en plus irréguliers. Sans prévenir, il replongea son visage contre son cou, mordant avec plus de vigueur dans la chair.
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 5 Jan - 15:20 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

Encore, encore, encore. Maître, Maître ! Inu criait et gémissait son plaisir muettement alors que les mains de son maître parcouraient son corps pâle et maigrelet. Et si Reishin ne pouvait pas parler de son mal être... l'animal le sentait de temps à autre, quelque chose qui rendait son maître distant. Alors instinctivement il venait se coller à lui. Il était l'animal parfait, son maître aurait pu lui avouer ses secrets les plus sombre il ne les auraient jamais répétés, il en était incapable. Mais là... les mains, les doigts... parcourant sa peau frissonnante malgrés la chaleur du bain. Il haletait de plus en plus, se tortillant légèrement, se crispant et gémissant silencieusement.

La main glissa entre ses cuisses et Inu sursauta en ouvrant grand la bouche dans un long gémissement éteint. La main serra son membre tendu et Inu pris ses aises contre son maître, ses mains clapottant dans l'eau ou s'aggripant un peu à son maître ou au rebord de la baignoire. Oui, ses sensations étaient décuplées par rapport aux autres, tout son corps n'était qu'un réceptacle au plaisir. Chaque endroit où il était marqué était ceux qui lui procuraient le plus de décharge en plus du fait d'être aveugle. Il sentait l'envie venir irrémédiablement, mais il se retiendrait malgrés la douleur tout aussi excitante que le reste. Car il était un bon chien, il avait été bien élevé. Mais ce ne serait pas éternel, il ferait de son mieux mais à un moment donné il ne pourrait s'empêcher de craquer littéralement.

Ses anneaux furent tirés et Inu se cambra en laissant échapper un faible couinement. Il se mordit légèrement la lèvre et tremblait de désir et de plaisir. Ses yeux étaient encore bandés mais de toutes façon il était aveugle en dessous. Peut-être son maître n'aimait-il pas voir les petits fils blancs qui retenaient ses paupières, il s'en fichait, ils ne lui faisaient plus mal depuis longtemps. Sa tête parti en arrière et il haleta férocement, son ventre se soulevant avec force. Il senti les lèvres, son souffle. Inu plissa ses sourcils dans un cambrement de plaisir pur. C'était tellement grandiose. Il n'y avait que son maître pour lui faire ressentir autant de plaisir. Puis les dents firent leur oeuvre et Inu manqua de jouir sur le coup, se retenant par le plus grand des miracles. Il se laissait faire, tremblant, haletant et gémissant muettement.

Puis la voix résonna dans son oreille et sa bouche laissa échapper un couinement légèrement plus fort que les autres alors qu'il se cambrait. Il ne jouit pas, mais ce fut de justesse. Car s'il avait pu il aurait pu se libérer rien qu'au son de sa voix. Sage... oui, il serait sage, le plus sage des chiens. Et il en aurait plus, tellement plus, il le sentirait en lui, fusionner, le rendre fou de désir et de plaisir, rien que cette idée fit couler un léger filet de salive dans le coin de sa bouche. Les attouchement reprirent plus chaotiquement mais cela ne fit qu'exacerbé le désir de l'animal qui se crispa totalement lorsque les dents atteignirent sa chair. Ses main battirent l'eau et il jouit dans un couinement douloureux alors que le plaisir se déversait. Il avait mal à la gorge mais le plaisir ressenti était cent fois meilleurs. Il haleta un moment, un sourire béat sur les lèvres. Il aimait tellement son maître... est-ce que celui-ci lui pardonnerait son petit écart ? Bah, il supporterait tout ce qu'il lui ferait avec le plus grand des plaisirs. Car jamais il n'oserait penser que son maître était injuste, il n'avait d'ailleurs aucune notion de ce qu'était l'injustice de toutes façon.
Revenir en haut
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 5 Jan - 16:00 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

C’est vrai qu’il aurait pu tout dire à Inu… Ses secrets auraient été scellés dans ce corps sans voix… Puis peu de gens osaient l’approcher. La peur ou l’angoisse prédominait devant l’animal, alors que ce n’était qu’un chien… Un être humain dressé pour être un chien ? Non, qu’y avait-il d’humain dans cet être ? Même les émotions étaient devenues bestiales. Il ne s’agissait plus que de satisfaire de primaires besoins et la réflexion intense paraissait avoir abandonné depuis un certain temps le cerveau de l’animal. Ce n’était pas plus mal ainsi, au moins Inu s’épargnait des complications et des maux de tête désobligeants. Mais Reishin adorait tout de même les gens qui avaient deux doigts de jugeote. Ainsi, il n’avait pas à passer des heures en explications ou à dépenser trop de salive… Bon, il y avait sans doute une exception, une personne à qu’il prendrait le temps de tout expliquer. Ce problème de communication en plus d’être lié à son caractère venait aussi de son éducation. Mais de regrets point, il était facile de refaire le monde avec des « et si » et du conditionnel. Combien de personnes l’avaient-elles fait….

Les ondulations du corps du jeune homme exprimaient sans peine ce qu’il ressentait. L’homme avait envie de tester la moindre de ses réactions, chaque geste pouvait lui faire. C’était quelque chose qu’il faisait à chaque fois, mais comme toutes les fois, il laissait ce genre de souvenirs s’éloigner rapidement. Quelque part, Reishin ne pouvait s’empêcher de trouver dommage l’absence de voix… Quels auraient été ses cris ? Auraient-ils été particulièrement graves ? Aigues ? Toutefois, les gémissements et les halètements étaient toujours audibles… Ces petits sons de contentement avaient un aspect mignon pour lui et il ne se lassait pas de les entendre. Ses dents continuaient à torturer la peau. La chaleur de la pièce venait coller leurs cheveux à leurs tempes. Les mèches noires de l’homme étaient plaquées contre sa nuque, contre son front… L’eau ruisselait dans son cou pour mieux dévaler sur son torse. Les sillons invisibles essayaient de recouvrir sa peau pâle. La mousse s’approchait malicieusement des corps pour se coller à eux, comme si elle cherchait à clamer son existence.

D’un revers de main, Reishin écarta doucement la mousse blanche… Impassible face aux réactions de plaisir d’Inu, il sentait néanmoins la fin approchée. Ce que le chien pouvait être entêté tout de même… Il semblait vouloir tenir le plus longtemps possible, alors que l’homme ne l’aurait jamais brimé, s’il avait cédé plus vite… Sa main s’amusait, se délectait de l’insistance d’Inu… La fin était proche et il en aurait encore… Un liquide glissa entre ses doigts pour s’échapper dans l’eau. Un sourcil s’arqua, tandis que l’homme lâchait petit à petit la prise. Là, où ses dents avaient agi, une marque rouge s’était formée. Des petites traces étaient visibles à ceux qui mettaient le nez sur la peau. Autant dire que personne ne le verrait. Qui plus est le haut d’Inu couvrait parfaitement cette zone. Ses lèvres vinrent se poser sur la tempe de l’homme-chien pour un fugace baiser, comme des fois, certains maitres faisaient pour dire « bon chien ».

Le sourire d’Inu l’amusait légèrement… C’était celui d’un bien heureux… Si simplement tout le monde pouvait être heureux rien qu’avec ces gestes…. Le monde serait bien triste… Cela serait trop facile… La main, qui tenait le membre, le lâcha. Après s’être mue dans le bain, elle passa sur une cuisse maigre avant de choisir une nouvelle destination. Se glissant entre ses fesses, son index vint masser l’intimité. Reishin avait sans doute environ une vingtaine de minutes encore à consacrer à Inu… Tout un tas de choses pouvait être fait dans un tel laps de temps, il suffisait de savoir quoi…
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 5 Jan - 16:38 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

Inu n'était pas d'une intelligence flagrante pour un humain mais il fallait se rendre à l'évidence... Inu n'avait d'un humain que l'apparence et encore, les sévices qu'il avait subit durant son dressage l'en avait éloigné. Il était à présent à peine capable de marcher debout et seulement sur de très courte distance, de plus il avait des réactions seulement basique et animale. Pourtant pour un chien il était très intelligent, il comprenait tout ce qu'on lui disait sans qu'on ai à le répéter. Il était un hybride en quelque sorte, ce n'était pas pour rien qu'on le considérait comme un le plus parfait des animaux de compagnie.

Quant à sa voix... c'était le seul défaut qui le caractèrisait. Aurait-on pu lui faire oublier comment parler ? Aurait-on pu le briser au point que plus un seul mot audible puisse s'échapper de sa gorge ? Sans doute, mais à l'époque des fait ils n'en étaient pas convaincu et avaient préférés une méthode simple, violente, barbare et radicale. Il était un des premiers et un des meilleurs. Le dressage prenait beaucoup plus de temps s'il fallait faire oublier la parole ou le commencer avant que l'être ne sache parler. Ce n'était pas assez rentable visiblement. Alors il fallait se contenter des faibles couinement que pouvaient encore faire vibrer sa gorge. Car l'acte avait été plus barbare que chirurgical, il restait quelques petites cordes à son arc bien qu'elles se soient atrophiées au fil du temps.

Mais là le plaisir reignait en maître dans le corps de l'animal qui haletait sa joie, son ventre se soulevant avec passion. Les dents s'étaient retirées de son cou, la bouche vint se poser contre sa tempe et le sourire d'Inu s'élargit. C'était la plus belle récompense qu'on pouvait lui offrir. Son maître le félicitait et c'était la plus belle chose au monde. Car faire plaisir à son maître était le seul but dans la vie d'Inu. Oui, il était heureux, simplement heureux. Il ne vivait que primairement, un rien lui faisait plaisir, mais c'était ce qui faisait de lui un être spécial et facile à entretenir.

La main libéra son membre se reposant légèrement et Kau frissonna. Il avait été sage ? La main parcourue lentement ses cuisses et il compris que oui, il aurait le droit à plus. Le chien écarta ses jambes le plus possible et il rejetta sa tête en arrière en haletant, sentant le désir le reprendre, en sentant ce doigt carresser son antre chaude et moite. Rien que l'idée de ce qui allait suivre faisait bander le chien qui en tremblait d'excitation. Tellement primaire... mais c'était ce qiu faisait son utilité et son charme. Qui aurait voulu d'un animal ayant besoin de longues préparations avant de jouir ? Il n'était pas un amant, il était un jouet sexuel et un animal de compagnie. Plus vite il était excité, plus vite il était utile. Bien que les séance de préliminaires pouvaient être rallongées sans peine. Inu savait se retenir quand on lui demandait, on lui avait appris à se retenir, car si on ne voulait pas d'un animal qui mettait trop de temps à prendre plaisir, on n'en voulait pas d'un qui l'exprimait trop rapidement.

Inu ne savait pas combien de temps resterait son maître avec lui et s'en fichait. Le temps importait peu, seul comptait le moment présent. Et pour l'instant il était tellement merveilleux... Inu bougea ses fesses contre le doigt, légèrement impatient d'en subir la suite. Mais un seul mot de son maître et il arrêterait. Il tremblait et haletait d'excitation, son membre se redurcissait rien que par ce petit massage. Encore, encore... oh mon maître... il était l'animal de compagnie ultime et il en était fier. Il ne vivait que pour son maître et ça lui était suffisant.
Revenir en haut
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Jan - 21:28 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

Les yeux de Reishin s’étaient légèrement fermés. Un petit air pensif flottait sur son visage, ses lèvres s’entrouvrirent et sa langue passa sur la chair rosée pour l’humecter. Rester dans une pièce aussi moite le plongeait dans un état second. Bon de là à être incapable de faire quelque chose, il y avait une marge. Lascivement, il alla s’appuyer contre le dos de la baignoire. Posant son bras de libre sur le rebord, son regard détailla le dos d’Inu. Lentement, l’homme remonta une cuisse comme pour mieux maintenir le corps de l’animal. L’eau s’arrêtait à la hauteur de ses pectoraux floutant quelque peu le tracé de ses muscles. Ses yeux se plissèrent et son bras bougea, ses doigts passèrent sur le dos. Doucement, ils effleurèrent la colonne vertébrale, descendant jusqu’au bassin avant de retourner sur l’une des cuisses.

Son doigt massait toujours l’intimité d’Inu, puis dans un mouvement brusque, il le pénétra. Un second suivit sans prévenir d’une façon tout aussi soudaine. Les chaires se resserraient autour de ses doigts les emprisonnant dans un carcan de chaleur. L’avantage était que oui, Inu n’avait pas besoin de préparations et qu’en plus, il n’y avait pas besoin de se demander s’il fallait être doux ou non, tout était égal à l’animal. Mais rien n’empêchait de jouer bien évidemment. Le mouvement se fit lent, d’une lascivité démesurée comme pour jouer avec les limites d’Inu. Ses doigts allaient et venaient parfaitement en lui… Cependant si le voir réagir de cette façon le satisfaisait, il en fallait bien plus pour que le membre de Reishin montre un semblant d’excitation. Et en toute honnêteté, il n’était pas prêt de laisser l’animal tenter quoique ce soit sur lui. Bien que l’idée de faire quelque chose d’interdit n’aurait surement jamais effleuré l’esprit du jeune homme. Mais en dehors de cet attitude de jouet sexuel parfait et de ses réactions de chien de salon hors-pair, Reishin se demandait si l’animal était capable d’autre chose.

Son père lui avait parlé de capacité d’attaque et de défense, toutefois le brun ne pouvait s’empêcher d’être sceptique. Disons que la carrure d’Inu n’avait rien d’impressionnant et il le voyait mal se mesurer avec les gorilles errant parfois dans le milieu. Enfin de toute façon, Reishin n’avait pas besoin d’être défendu, d’être protégé et à vrai dire, s’il le voulait, il pourrait très bien le faire lui-même. Sa main libre vint se poser fermement sur la taille du jeune homme pour le garder contre lui. Son visage se rapprocha et une langue taquine, à peine sortie entre les lèvres entrouvertes, vint glisser sur un lobe d’oreille. Pendant cette activité quelque chose dansait dans son esprit. Comme si quelque chose le happait… Ce n’était surement pas l’instant présent, pas vraiment le futur et pas totalement le passé non plus… La cadence de ses doigts s’accélérait sans qu’il y fasse attention. Le corps d’Inu les acceptait si bien qu’il ne faisait plus attention. Son geste était quasiment automatique, mécanique…

Mais les dents se mirent à grignoter la chaire, à la faire rougir, presque jusqu’à saigner. Le goût glissa dans sa gorge. Un goût inqualifiable… Ses dents cessèrent leur petit jeu sur cette zone. Elles descendirent vers l’épaule et elles se replantèrent dans la peau. C’était bestial, était-ce lui ? Cette attitude était-ce une partie de lui ?
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 16 Jan - 15:44 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

C'était tellement bon, tellement excitant, grisant, éléctrisant. Inu répondait immédiatement à chaque marque d'attention que lui procurait son maître. Il frissonnait, il tremblait un peu, il ondulait des hanches pour mieux sentir le doigts qui massait sa petite rondelle de chair sans se soucier de l'état dans lequel plongeait son maître. Un doigts glissa dans son dos et il se tendit en se cambrant alors qu'un long frisson le parcourait. Il se tint aux bords de la baignoire et un léger couinement s'échappa de sa gorge lorsque le doigt le pénétra finalement. C'était tellement bon, il donnait tout ce qu'il avait pour ce genre de choses. Son anus se ressera instincitvement et le plaisir vrilla les sens de l'animal qui senti un filet de salive couler le long de sa mâchoire, coulant le long de sa gorge.

Le mouvement était lent en lui mais le chien l'acceptait, roulant des hanches et des fesses pour le sentir tout à fond de lui. Sa tête se pencha en avant et il haleta alors qu'un second doigt entrait tout aussi soudainement que le premier. C'était tellement bon. Inu se mit à haleter de plus en plus rapidement, la langue pendante. Des dents vinrent mordiller sa peau à lui en faire mal mais il s'en ficha, tout ce que lui donnait son maître était un présent un merveilleux présent, sauf lorsqu'il faisait une bêtise et qu'on le punissait, dans ces cas là ce n'était que mérité.

Et si Inu n'avait pas la carrure d'un chien d'attaque ou de défense, il savait tout de même riposter face aux gens qui n'étiaent pas son maître. Mais c'était vrai qu'il aurait été facile pour un membre de la mafia avec une bonne carrure de le mettre K.O dans un coin. Pourtant Inu pouvait servir à un tas d'autres choses, il reniflait les différentes émotions très bien, ainsi que le sang qu'il pouvait sentir à plusieurs mètres. Aucun menteur ne pouvait passer devant lui et il savait toujours lorsque quelqu'un voulait du mal à son maître. Les atouts n'étaient pas physique, sauf pour une certaine chose, mais ils étaient là.

La douleur vrilla son cou et il se tendit en crispant ses doits sur le rebord de la baignoire. Mais il ne se plaignit pas, acceptant ce cadeau qu'on lui offrait avec plaisir. Les dents glissèrent un peu plus bas, faisant frissoner l'animal qui haleta de plus belle en ondulant des hanches. Il aimait cette facette violente de son maître, elle lui rappellait un peu son ancien maître... Non, il ne devait plus penser à lui, ce n'était plus son maître. Est-ce que le maître allait le prendre ? Il en avait tellement envie, il voulait le sentir en lui, il voulait sentir ses chairs se resserrer sur quelque chose de plus dur et de plus chaud que ces doigts. Mais il ne pouvait demander alors il attendit, profitant de ce qu'on lui offrait en attendant.
Revenir en haut
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 9 Fév - 00:25 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

Si Reishin avait eu connaissance de la comparaison qui s’était immiscé dans l’esprit d’Inu, allez savoir quelle réaction l’aurait emportée ou peut-être non. Mieux valait-il ne pas l’imaginer…Le petit jeu commençait à le lasser et sa pause arrivait à son terme autant couper court à tout. Arrêtant ses gestes, l’homme bascula le jeune homme dans la baignoire, le forçant à se mettre à quatre pattes. De toute façon, Inu était prêt depuis un moment alors pourquoi attendre… D’un coup de rein brusque, il le pénétra. Ses mains s’emparèrent fermement de la taille du jeune homme, alors que le brun entamait des vas-et-vients brutaux. Son membre glissait en lui cherchant davantage à poser l’empreinte de la douleur en lui que de la douceur. D’autant plus que plus il expédierait ceci au plus vite, plus vite, il pourrait aller travailler. Une de ses mains vint quitter le flanc pour se diriger vers l’entrejambe. Ses doigts s’emparèrent du sexe… Se refermant dessus comme une serre d’aigle, ils le pressèrent durement. Quel dommage qu’Inu ne puisse pas crier, les sons, qu’il aurait émis, auraient été surement enivrants, qui sait peut-être même des plus érotiques ?

Le temps sembla un instant s’arrêter, tandis que son regard s’était fait plus dur… Il fixait la nuque avec l’envie de la briser, de la tordre comme s’il n’avait sous lui qu’une vulgaire poupée de chiffon. L’eau s’était passablement refroidit et une sensation désagréable pénétrait dans l’air. La chaleur retombait et se muait en autre chose d’indéfinissable… Mais son esprit s’était réveillé... Sorti de l’étouffante moiteur, il se sentait mieux. Ses reins ne cessaient de solliciter le point sensible d’Inu, alors que son pouce massait avec fermeté le gland. Une sonnerie retentit et vint percer le silence régnant dans la chambre et la salle de bain. Une sonnerie bien précise qui lui suffit pour arrêter. Reishin se dégagea ne se souciant guère de la satisfaction ou de l’insatisfaction du jeune homme. Il y avait des choses bien plus importantes, qui l’appelaient. De toute façon, les animaux pouvaient se satisfaire de peu et qu’était Inu à part un gentil animal de compagnie… Tout en quittant la baignoire, il attrapa une serviette qui finit autour de son cou. C’est nu –tenue qu’il pouvait bien se permettre vu le nombre de personnes résidants avec lui-, qu’il passa dans sa chambre.

Son téléphone trônait, comme d’habitude sur la table de chevet. Retenant un soupir, sa main se saisit de l’objet. Etait-ce qu’il craignait ? Une petite icône lui annonçait avec insistance qu’un message avait été laissé. Rei se plia à cette écoute… Au fond, il ne pouvait pas y échapper plus longtemps… A ses obligations… Celles qu’il avait depuis sa naissance. Même après avoir raccroché, son visage se voulait impassible. Son esprit songeait à tout ce qui allait arriver et aux changements possibles. D’une voix forte, il lança à l’intention d’Inu


« - Je vais être absent pendant un certain temps. Tu as intérêt à être sage. »


Le ton était autoritaire, les mots semblaient claquer dans l’air. Dans sa voix pas de traces d’énervement, d’agacement, non parce qu’il savait ce qu’il devait faire, il avait conscience de ce qui allait l’attendre. Les derniers mots n’étaient que du superflu, mais des fois cela faisait du bien de les répéter… Un oubli pouvait si vite arriver, quoiqu’il doutât fort qu’Inu change d’attitude. Mais Reishin n’aurait aucun problème à se débarrasser de qu’il considérerait comme inutile. En y réfléchissant d’ailleurs, le chien n’était qu’une bouche inutile pour le moment. Il dormait, se prélassait sur le lit ou le canapé, était nourri par le majordome… Sa vie se résumait à cela et l’homme commençait à se dire, qu’il devrait songer à lui trouver une réelle utilité pour sa présence en ces lieux. Si un jour l’encombrement devenait insupportable, il le laisserait dans une de ces poubelles jonchant les trottoirs des bas-fonds. Toutefois pour le moment, il avait mieux à faire...
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 9 Fév - 02:32 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant


Encore, encore. Inu en voulait plus, toujours plus, mais il savait qu'il n'aurait jamais que ce qu'on deignerait bien lui donner. Les doigts forts jouaient en lui, étiraient ses chairs, fouillaient son intimité qui ne l'était plus depuis des années. Il aurait gémit d'un plaisir fou s'il avait pu. Mais il n'était désormais plus capable que de pousser de faibles couinement. Malheureusement c'était le prix à payer pour posséder un animal presque parfait, puisqu'il ne l'était plus à présent qu'il ne pouvait plus hurler. Souvent, lorsqu'il était nu, il se frottait le cou, carressant sa cicatrice comme s'il était à la recherche de quelque chose. Mais au final cela ne faisait que réveiller une vieille angoisse sourde qui était endormie au plus profond de lui. Alors il évitait de se toucher, de rappeller à son esprit torturé le jour où on lui avait arraché sa voix.

De toutes façon pour le moment il avait autre chose en tête. Il changea subitement de position et ses mains retinrent de justesse le reste de son corps de s'effondrer dans l'eau plus si chaude que ça. Il haleta et un sourire excité orna ses lèvres. Il était temps, il allait le prendre, il banda encore plus fort rien qu'à cette idée et lorsque la douleur lui vrilla l'arrière-train il rejetta la tête en arrière, laissant un mince filet de voix très faible s'élever de sa gorge. C'était tellement douloureux mais tellement bon. Inu était un masochiste pur lorsqu'il s'agissait de son maître, totu ce qu'il lui donnait le portait jusqu'à l'extase.

Son membre fut saisit presque violement et il serra les dents en sentant ses avant-bras trembler. Il manqua de s'effondrer dans la baignoire mais il tint bon. Quelque chose explosa en lui et s'il avait pu il en aurait hurlé de plaisir. Il se tendit et son dos se creusa au maximum alors que sa prostate était durement sollicité par le membre tendu de son maître. Inu était ailleurs, un filet de salive coulant sur son menton, haletant, soupirant, soufflant, poussant de petits cri quasiment muet. Les carresses sur son membre le menaient elles aussi à l'extase, il voulait jouir, bientôt il le pourrait. Il sentait la fin proche et alors qu'il était juste au bord... tout s'arrêta.

Inu retomba dans la baignoire, le souffle court et une furieuse frustration dans les reins. Il se laissa couler dans l'eau et retint des larmes avant de se redresser. Il était un animal après tout, il réagissait instinctivement et avait envie de pleurer. Pas parce que son maître l'avait délaissé à un moment critique, pas parce qu'on l'avait laissé tomber. Parce qu'il n'avait pu atteindre la jouissance. Mais il se ressaisit en entendant les bruits de pas de son maître et oublia bien vite ce petit incident. Il sorti lentement de la baignoire, le membre encore bien dur mais qui retombait doucement, et il s'assit sur les fesses sur le tapis de bain.

Il entendait des mots étouffés, il les comprenaient mais les oublia aussitôt. Car oui, il était capable de suivre une conversation téléphonique. Mais sans rien pouvoir répéter, de toutes façon ça ne l'interressait pas. Il était trempé, dégoulinant sur le sol de la salle de bain, assis sagement en attendant un ordre. La voix dure et autoritaire s'éleva, il baissa aussitôt la tête et s'applatit sur le sol. Absent ? Cela voulait dire qu'il ne serait plus là ? Un certain temps... le temps était abstrait pour Inu. De toutes façon quand il reviendrais ce serait comme s'il n'était jamais parti. Sage... oui, il serait sage, le plus sage des chiens. Il eut un petit sourire et se redressa lentement fixant son maître avec le visage. L'idée d'être abandonné dans une ruelle ne lui venait même pas à l'esprit mais si cela arrivait sans doute serait-il véritablement perdu pour la première fois de sa vie.

Pourtant il était capable de faire la moindre chose qu'on lui ordonnait. Reishin trouverait facilement quelque chose à faire pour lui. Et puis, il n'était qu'un chien un peu plus intelligent que la moyenne après tout. Un jouet sexuel de première qualité. Et là il attendais sagement qu'on lui dise de s'en aller ou de rester. Il se fichait totalement d'être nu et trempé, il obéissait au doigt et à l'oeil.
Revenir en haut
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 22 Fév - 15:04 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

Pour une fois, Reishin ne retourna pas pendant un temps indéfini ses questions dans sa tête. Cet appel lui donnait la dernière occasion de faire ce qu’il devait faire. Il avait réfléchi depuis un moment maintenant à certaines choses, mais il avait toujours jugé sur le bon moment n’était pas arrivé. Maintenant qu’il l’était, il ne devait pas laisser passer cette chance. Peut-être était-ce sans doute la dernière… Et pour quelqu’un comme lui, cela serait impardonnable. L’avènement allait-il arriver ? Ce coup de fil, est-ce que les autres l’avaient aussi reçu ? Le hasard n’existait pas dans ce monde. Mais si les autres avaient été appelés, cela signifiait que la machine infernale allait se mettre en marche et si elle se mettait en marche, il devrait faire la part des choses. Le choix n’était pas cornélien. L’homme, sans le montrer, venait déjà de faire son choix. Le téléphone fut jeté sur le lit, pendant qu’il retournait dans la salle de bain. Il devrait donner quelques consignes au majordome avant de partir. S’arrêtant à l’encadrement de la porte, ses yeux scrutèrent Inu. Un soupir s’échappa de ses lèvres… Pénétrant à nouveau dans la pièce, il attrapa une serviette. Franchement qui est-ce qu’il lui avait fichu un animal pareil ?

Se mettant à la hauteur de l’homme-chien, Reishin l’enveloppa dans la serviette blanche frictionnant son corps. Il y avait de l’eau partout et même si le majordome passerait derrière pour nettoyer, le brun avait du mal à supporter cela. Chaque chose devait être bien rangée, bien ordrée, à sa place en somme. Enfin bon, même s’il râlait après Inu, il doutait que celui-ci comprenne le fond du problème. Qui n’en était peut-être pas un en fait… Tout dépendait du point de vue. Ses mains frottaient avec force le tissu éponge contre la peau. Au bout de 7 voir 8 minutes, il finit par arrêter laissant la serviette retomber mollement sur la tête. Il n’allait pas faire ça indéfiniment. De toute façon, cela devait être bon. Sa serviette finit par glisser de sa taille. Machinalement, l’homme la rattrapa pour mieux la retirer avant de la lancer d’un geste négligé sur une chaise.

Un meuble noir avait été placé dans un coin dans la pièce. C’est vers ce meuble que Rei se dirigea. Un tiroir ouvert dévoila son contenu, des sous-vêtements ou plutôt des boxers précisément. Il en saisit un et le passa. Son regard se reposa sur Inu. Il se demandait comment allait se passer les prochains jours dans la résidence, mais quelque part, ce n’était déjà plus son problème… D’un pas lent, il revint près du jeune homme. Fermement, il le souleva et l’emmena dans la chambre. Après l’avoir posé sur le lit, il retourna chercher ses vêtements. Reishin rhabilla Inu puis retourna vaquer à ses occupations. De son armoire, il extirpa un sac de voyage beige. Ce dernier finit sur le canapé chocolat disposé en face du lit. Ne connaissant pas la durée de son voyage, l’homme commença à sortir ce qu’il considérait être l’essentiel, sous-vêtements, deux costumes et quelques tenues de villes donnant un air plus décontracté. En moins de trente minutes, son sac était prêt. Maintenant, il lui restait à appeler une personne précise pour s’occuper de la maison, puis un taxi pour se rendre à l’aéroport ainsi que laisser un message à Matthew.
N’étant pas homme à aimer perdre du temps, tout fut fait dans la foulée. Des mots distillés par-ci, par-là, il avait l’intention de prendre le premier avion qui l’emmènerait au pays. En guise d’au revoir, il donna une tape presque amicale sur la tête d’Inu tout en soufflant.


« - A un autre jour… »


A l’heure où il était encore seul dans la résidence, il s’éclipsa. Sa silhouette parut être dévorée par le taxi, qui fila comme une flèche vers sa destination… finale.
Revenir en haut
Inu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 23 Fév - 12:26 (2008)    Sujet du message: Master & Dog Répondre en citant

Le maître allait partir. Voilà ce qu'avait imprimé le cerveau d'Inu. Son maître allait partir pendant un temps indéfini, il ne l'emmenait pas, il le laissait ici. Mais l'animal ne se plaignit pas, il ressenti un peu de peine mais il était un chien obéissant et bien dressé, il ne devait pas pleurer. Il restait planté sur le tapis de la salle de bain, attendant qu'on lui dise de se sécher, qu'on lui dise de faire quelque chose. Il ne ferait rien sans un ordre, il n'irait pas le rejoindre pour lui réclamer un câlin d'adieu, ce n'était pas bien, ce n'était pas à lui de faire ça. Pourtant il aurait apprécié, il tenait à son maître après tout. Mais il ne fit rien, il resta droit sur ses fesses en attendant un mot à son encontre.

Son maître revint dans la salle de bain et Inu redressa la tête dans sa direction en souriant. Il entendit le bruit caractèristique d'une serviette et sourit en la sentant l'envelopper. Le monde disparut quelques instant et il senti les mains fermes et fortes de son maître le sécher vivement, le faisant rire silencieusement, appréciant ce geste. Sa peau était réchauffée, ses cheveux ne dégoulinèrent plus et pendant ce temps là Kau était dans un autre monde. C'était amusant, il aimait bien cela. Il en oublia que son maître allait le quitter pendant quelques instants et il se laissa faire docilement avant que la serviette ne termine sur sa tête. Il soupira et la saisit pour frotter quelques mèches encore humide sur sa nuque tout en écoutant ce que faisait l'homme dans la pièce. Il ouvrait le tiroir à sous-vêtements, il connaissait leur odeur un peu différente, à cause de la matière surtout.

De nouvreau il revint vers lui et Inu lui sourit avant de s'aggripper à lui lorsqu'il le saisit dans ses bras. Le chien embrassa son cou et son menton, comme pour le remercier de s'occuper de lui. Il aimait bien ça même s'il était assez autonome pour s'habiller tout seul. Il attérit sur le lit et tourna sur lui-même dessus pour se mettre à l'aise. Son maître parti et revint avec ses vêtements. Il se laissa rhabiller le plus docilement du monde, frissonnant lorsqu'il passait sur les nombreuses zones sensibles de son corps, avant de le laisser tel quel. L'animal de compagnie se redressa légèrement sur le lit et rajusta ses longs gants en cuir ainsi que le haut de son pantalon tout en écoutant ce que faisait son maître. Inu s'assit sur le lit, jambes écartées devant lui, les mains entre-elles, comme s'il surveillait ce que faisait l'homme. Il reconnaissait chacun des bruits, celui du sac qui tombe sur le canapé, celui des tiroirs que l'on ouvre, les vêtements qui en sortait pour terminer dans le sac.

Son maître allait partir et le laisser. Puis l'homme téléphona pendant un court moment et Inu l'écouta sans pour autant jouer les espions. A qui le répèterait-il de toutes façon ? On raccrocha et Inu se rassit correctement sur le lit. Quelque part il avait encore le fol espoir que son maître tapotte sur sa cuisse et lui dise de le suivre. Mais non, il lui tapota sur la tête pour lui dire au revoir et Inu garda son sourire en faisant un signe de la main. Puis il sorti de la pièce, il l'entendit de loin quitter la maison et il soupira. Il était tout seul... et il ne savait pas pour combien de temps. Enfin... il n'avait pas la mesure du temps de toutes façons. Il s'allongea en boule sur le lit et s'endormit en respirant l'odeur de son maître sur les draps. Peut-être que quand il se réveillerait il serait déjà rentré. Il n'avait pas bien compris qu'il était parti pour plusieurs jours. Mais il s'en rendrait rapidement compte, c'était certain. Mais un peu d'espoir subsistait en lui et il sourit en l'imaginant rentrer, s'asseoir sur le lit et carresser sa peau chaude. Malheureusement la seule personne qui entra dans la pièce pendant son sommeil fut le majordome qui plaça juste une couverture sur lui avant de ressortir. Inu s'était décidé, son maître rentrerait, il s'assierait sur le lit et le carresserait affectueusement comme d'habitude. Et l'animal pouvait être tétu. Ainsi il ne bougea plus du lit, sauf lorsque le majordome lui donnait à manger. Mais pour le reste... impossible de le déloger de là...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:52 (2018)    Sujet du message: Master & Dog

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Miorosu~¤~ -> Maisons -> Résidence de Reishin Lan Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom