Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas
Forum classé NC-17
 
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

"Je te présente mon Chat"
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> Territoire des Freelances -> Base Désafectée -> Bureau
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Maigo Bakarashii
Yakuza Super Sexy
B² : Beau Baka
Violeur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2007
Messages: 66
Date de naissance {rp}: 08/05/1985

MessagePosté le: Mer 16 Jan - 17:57 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

Les paroles qu'avait prononcé le pauvre petit Yakusa ne semblait pas avoir touché l'homme en face de lui, et pourtant, d'autre lui aurait refait le portrait sans reposé aucune question. Cela lui était peut être totalement indifférent ce que les autres pouvaient pensées des relations qu'il y avait entre tout le monde. Peu importait, là n'était pas la question, Maigo avait gagnié quelques petites secondes supplémentaire pour un répis toujours trop court a son goûts, il ne trouvait toujours pas de solution pour se tirer de là et était persuadé que ses amis n'allaient pas être fiére du tueur de Freelance . . .

Consommateur ? Hum, comment prendre cette phrase ? Etait il un chaud lapin avide de sexe ? Il n'en avait pas l'aire ! Comme dit une phrase bien approrpié : ce sont ceux qui en parlent le moins qui en font le plus ! Maigo se surpris a le regardé une nouvelle foi de haut en bas, essayant de voir dans quel possition il pouvait se débrouiller . . . Il refoula ses pensées, les abandonnants aussis soudainement qu'elles n'étaient arrivées.


~ Franchement, on dirait pas que t'es consommateur ! Avoua Maigo, toujours fidèle a sa franchise et a son caractére, même dans cette situation ! En fait, tu cache bien ton jeu . . . Et en même temps, tu ne le cache pas . . .

. . . Suô ? Avec Reishin ?

~ Comment ?!? Lâcha t il le visage plus étonné que ce qu'il aurait voulut paraître. Le chef d'un clan avec un homme comme lui ? Hé bien, ce serait étonnant ! . . . Rolala, et dire que je voulais me coincé Suô ! Il a un si beau cul !

Le jeune homme disait là le fond de ses pensées, c'était son but après tout : ce coincé Suô, il n'était pas là pour une autre raison que l'idée de se taper le petit Suô, il le voulait, il l'aurait s'il resortait de cette piéce vivant, même si pour cela il devait le forcé . . . Et ne pensée pas qu'une séance de torture allait changé l'envie du "chat" car après tout, on ne peu pas apprivoisé un chat, on aura beau y faire, c'est le chat qui commande au maître . . . On apprivoise pas un félin !

Matthew . . . Aller, appellons le "Matounet" . . . Non, "Matt", cela faisait moins intime, donc Matt c'était retourner vers sa préparation "macabre" et recommença a brisser le faire. Maigo détourna le regard pour observer la pièce, il n'avait rien d'autre a faire de toute façon. Ce n'était pas une salle de torture . . . Le Yakuza en déduis donc que cet homme était très imaginatif pour improvisé comme ça une torture ! Pour peu, Maigo l'aurait félicité mais là, ils étaient ennemis et aucune des deux ne devaient rien céder a l'autre, a moins de vouloir montré une faiblesse quelconque.

Un homme entra, tient, Maigo avait même pas remarqué ! En tout les cas, le "pauvre" jeune homme subit un assaut asser peu convensionnel et l'homme le força a ouvrire la bouche. Il aurait sûrement mal après, il lui tirait tellement dessus ! Sur le coup, le brun avait réellement l'impression d'être un animal qu'on bourré ! Franchement, quel délicatesse . . . Mais, cher qui pourrait il se plaindre d'un telle traitement ?

Lorsque Maigo eu tout avaler, Matt congédia l'homme. Hum, en tout cas, c'était pas son premier essai, claire et net ! Bon, Maigo sans douté depuis le début mais il en avait la confirmation maintenant. Il releva la tête vers Matt, un sourire au coin des lèvres malgrès les effets plus que nefaste de cette boison offerte si gracieusement.


~ Je ne me souviens même plus de la question. Lâcha t il amusé, se penchant en avant pour essuyer le coin de sa bouche, il se remit ensuite assit, bien en place. En fait, quel qu'elle fut, je n'y répondrait pas. Je n'ai toujours pas envie !

Le Yakuza vus bien évidement Matt prendre son couteau, ce n'était sûrement pas pour se curer les ongles mais cela ne fit ni chaud ni froid au jeune homme qui préférait nettement rester aussi calme qu'il le pouvait : il ne fallait surtout pas qu'il perde son calme où il perdrait . . . Il serait foutus s'il perdait . . . Enfin, mourire n'avait pas d'importance, c'était perdre où gagner qui avait de l'importance.

~ . . . Mat, je ne répondrais a aucune de tes questions ! Lâcha t il le plus sérieusement du monde.
_________________
Meurt un autre jour . . .
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Jan - 17:57 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 21 Jan - 00:02 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

Matthew n’était pas le genre d’homme à perdre son sang froid facilement. Se laisser emporter par les sentiments, la colère ou autre était une faiblesse, car il était alors impossible de penser avec logique. Et il n’allait pas s’énerver contre ce stupide chat, pas encore du moins… De toute manière, il avait des nerfs d’acier grâce à l’expérience, et pas seulement pendant les séances de torture mais dans la vie quotidienne. Suffisait de voir les énergumènes qui lui rôdaient autour pendant ses heures de travail. Avec ce genre d’entraînement intensif, il n’était pas prêt de craquer. Il écouta donc l’homme débiter ses conneries, ayant l’impression d’avoir déjà entendu un peu près les mêmes chez un certain brun dont le prénom commençait par un T. Cela ne lui faisait donc ni chaud, ni froid. Il roula des yeux en l’entendant dire qu’il voulait tirer son coup avec Suô. S’il l’avait suivi jusqu’ici pour ça, ce serait le comble de la bêtise humaine… Mais qu’est-ce qu’il faisait pour s’attirer tous les idiots du quartier ?! Et Reishin qui le laissait toujours se débrouiller, il se la coulait vraiment douce celui-là… Des fois, des envies de quitter le clan le prenait, mais rien de très sérieux.

Bref, après lui avoir fait avaler le verre pilé, il attendit un long moment en restant silencieux, contemplant le jeune homme en face de lui. Et s’il s’en faisait un animal de compagnie enfin de compte ? Cela pouvait être amusant, et il n’était pas moche, un peu récalcitrant mais s’il le dressait, tout irait comme sur des roulettes… Ce serait beaucoup de travail, mais son petit corps pouvait rapporter de la tune au clan si on s’en occupait bien. Bref en tout cas l’idée de lui couper les doigts tomberait à l’eau dans ces cas-là. Qui voudrait baiser un corps pareil s’il faisait ça ? En tout cas, il n’arriverait probablement pas à en faire un aussi bon animal qu’Inu car là, il aurait dû commencer bien plus tôt.

Il affichait enfin une mine sérieuse ! Probablement son vrai visage, le reste, c’était des conneries, un masque pour cacher ce qu’il pensait au fond. Qui pouvait réellement être aussi débile à ce point ? Et cette lueur de détermination dans ses yeux… Qu’est-ce qu’il avait envie de le briser, de le mettre en morceaux, de le dépecer de toute dignité humaine. Affichant un sourire cruel, il coinça sa cigarette entre ses lèvres, s’approchant de nouveau de lui et attrapant un de ses doigts, le palpant avec soin comme un médecin ausculterait son patient, avant de le tirer d’un coup sec en arrière, le cassant ainsi en deux. Il le lâcha, reprenant sa cigarette pour expirer une fumée blanche de sa bouche.


- Tout ce que je veux, c’est ton nom, ton prénom et ta profession. Si t’es sage, je verrais par la suite si on te gardera ici ou si on te relâchera…

Plus précisément, le jeter dans une baie ou dans un dépotoir, mort. C’était comme une libération, non ? Il ne fallait pas toujours s’arrêter sur les détails, et le brun serait bien plus heureux mort que vivant et à la solde des Freelances. Et plus le temps passait, en compagnie de l’homme, et plus il penchait à penser qu’en fait, ce n’était qu’un yakuza merdeux qui s’était royalement planté en venant sur leur territoire. Et si tel était le cas… il ne ressortirait jamais d’ici, même mort. S’il était assez bien dressé par la suite, peut-être pourrait-il l’utiliser comme cadeau à un de leurs gros partenaires influents. Il y avait tant de possibilités, il allait devoir en faire une liste, mais qui s’occuperait de l’éduquer ? Et c’est encore Mattounet qui allait s’y coller…

- Si tu ne réponds pas, tant pis, j’ai d’autres projets en tête pour toi…

Il retourna alors à son bureau et s’assit dans son fauteuil, prenant un dossier qu’il commença à parcourir, donnant l’impression qu’il avait oublié que l’autre était dans la même pièce que lui. Autant attendre que le verre pilé fasse son effet, et il avait d’autres chats à fouetter à vrai dire, comme par exemple la transaction de ce soir, à laquelle il devait assister. Vu l’expansion de leur groupe, il arrivait qu’ils soient en manque d’effectifs, et puis aller sur le terrain soi-même consolidait les liens entre les membres. C’était pas toujours les mêmes à se mouiller et à risquer leur peau en gros. Il signa quelques contrats d’un geste rapide, ne lisant que les lignes importantes et le tas de dossiers qui se trouvait à sa droite commençait à se déplacer à sa gauche, signifiant qu’il les avait parcouru et que c’était bouclé. Il avait tout le temps du monde pour s’occuper du chat égaré, mais les dossiers n’allaient pas se lire tout seul, alors autant finir ce par quoi il avait commencé avant de s’occuper du reste.

Il sortit son téléphone et envoya un rapide message à un de ses subordonnés pour qu’il lui apporte quelque chose. Il en aurait probablement besoin plus tard, vu ce qu’il comptait faire, et passa une main sur sa nuque, faisant craquer les os de son cou en le bougeant. Des crampes, conséquences de son immobilité à toujours rester dans son bureau. Il jeta un autre coup d’œil à l’horloge, son planning était serré et il allait devoir bientôt partir. Il voulait au moins finir cette paperasse pour s’occuper pleinement de sa nouvelle activité en revenant. Quelqu’un toqua à la porte, et un sourire de satisfaction s’afficha sur le visage du conseiller. Il avait été rapide aujourd’hui.
Revenir en haut
Maigo Bakarashii
Yakuza Super Sexy
B² : Beau Baka
Violeur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2007
Messages: 66
Date de naissance {rp}: 08/05/1985

MessagePosté le: Lun 21 Jan - 04:02 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

L'homme semblait prendre les remarques de Maigo plutôt bien, il devait être habitué a avoir ce genre de remarque, sûrement a cause de Suô... Enfin, l'idée qu'il y ai d'autre personne comme eux dans le clan ne vint même pas effleuré la pensée du jeune homme : trouvé une personne aussi "débile" dans une ville, c'était normal, en trouvé deux, c'était encore normal mais trois ? Alors là, c'était plus qu'improbable !

En tout les cas, c'était claire ! Matt avait le dont d'attirer les "idiots" ! Mais, pour tout avoué, j'aurais plutôt parler de "bête de foire" moi ! Le pauvre, ou peut être était ce Maigo le pauvre, aucun des deux ne semblaient se rendre compte du specimen qu'ils avaient sous les yeux, bien que Maigo avait une petite idée de ce dont l'homme était capable. Le Yakuza eu une mauvaise impression lorsqu'il rencontra le regard de cet homme, une très mauvaise impression. Il espera que ce n'était rien de plus qu'une impression et non pas un appelle de son instinct qui le prévenait d'un quelconque danger.

Matt, notre très cher ami s'approcha, recassant sa cigarette entre ses lèvres et toucha au doigts de Maigo qui n'eu aucune mal a deviner ce qui allait se passé. Il frémit doucement, essayant de se rassuré, ce dissant qu'heureusement, il n'avait pas pris le couteau. Pas ses mains. . . Tout mais pas ses mains, c'était sûrement la chose la plus importante qu'il possédait, c'était quelque chose de pressieux mais pas plus que ça vie.

Un craquement sinistre se fit entendre, Maigo équarquilla les yeux alors que la douleur l'emportait totalement sur le reste de ses sentiments, il lâcha un cris de douleur et rejetta la tête sur le coté, se crispant en serrant les dents. Cette douleur ! . . . Cette douleur . . . La tête rejetter sur le coté, le Yakuza entendit bien évidement la question de l'homme et ses propos, mais il n'y répondit pas, ce n'était pas cela qui allait le faire parlé ! Mais cette douleur . . .

Maigo releva son visage vers Matt, comment ça d'autres projets ? Qu'est ce qu'il voulait dire exactement ? Il fallait avoué que cela éveillé la curiosité du Yakuza : celui ci aurait bien aimé découvrire ses "projets" qu'il avait pour lui et en même temps, ce n'était sûrement pas conseiller ! Le Jikkei des Freelances devait en avoir des idées ! C'était claire et net !


~ Quels projets ? Lâcha t il, la voix légérement tremblante.

Ensuite . . . Bah, ensuite, Matt retourna a ses occupations, évidement . . . Il était le conseiller ! Il devait avoir plein de travailler a faire, c'était surtout a cause des documents que Maigo avait vus sur le bureau qu'il avait eu cette déduction. Le Jikkei oublia dès lors la présence du jeune homme torturé dans cette pièce et s'occupa de ses propres documents. Un petit répis pour le Yakuza offert de gaité de coeur ? Cela n'avait pas beaucoup d'importance . . . Car déjà, une autre douleur pointé le bout de son nez : celle de son ventre . . .

Ca aussi, c'était une douleur, une grande douleur, méle a celle de sa mains, et plus exactement de son doigts, il avait dut mal a garder un visage moqueur, idiot, ou même serein, ses traits étaient déformé par la douleur et cela jusqu'a ce qu'il pus contrôlé ces sentiments : il repossa la tête sur le coté et ferma les yeux, se murmurant intérieurement que ce n'était rien, juste une petite douleur passagère, dès lors, il donnait presque l'impression de dormir, frémissant simplement de temps en temps. Il ne pris d'ailleurs pas la peine de relevé le visage lorsque des coups raisonnèrent de la porte : cela ne servirait a rien d'être curieux pour le moment.

_________________
Meurt un autre jour . . .
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 23 Jan - 02:03 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

Enfin un cri… Un visage décomposé par la douleur, la souffrance. Rien de mieux pour commencer la soirée, il fallait bien l’avouer. Assez satisfait de la réaction du pauvre malheureux, Matthew se dit qu’il recommencerait bien, et s’en prendrait peut-être même au doigts de pied… Qu’est-ce que cela aurait été s’il avait tout compte fait décidé de lui couper les doigts ? Aurait-il autant crié ? Aurait-il même supplié qu’il arrête, avant de passer au deuxième doigt ? Il ne le saurait peut-être jamais, vu qu’il n’allait pas le faire justement. L’homme devait s’estimer heureux que le conseiller se sente d’assez bonne humeur, malgré ses remarques farfelues.

Quoi qu’il en soit, notre jikkei national était à son bureau, à remplir des dossiers et autres conneries de ce genre. Mais qui avait inventé ce genre de trucs franchement ? C’était d’une débilité inimaginable, et prenait bien trop de temps. Tiens, il devrait voir s’il était possible de tout informatiser, ce serait bien plus rapide et il pourrait vaquer à d’autres occupations plus… intéressantes. Il jetait un coup d’œil de temps à autre, et voir le brun se contorsionner de douleur était presque jouissif. Au moins, il fermait enfin sa grande gueule. De plus, Matt’ n’avait pas répondu à sa question. C’était bien plus amusant de le laisser s’imaginer les diverses possibilités envisagées pour son futur, maintenant qu’il était entre les mains du conseiller.

Quand quelqu’un toqua à la porte, Matthew écrasa sa cigarette dans le cendrier, se disant qu’il allait falloir le vider vu le cimetière de mégots qui s’y trouvait, et se leva, réajustant sa chemise et lissant les plis. Il alla ouvrir la porte, laissant entrer un jeune homme, d’une vingtaine d’années tout au plus, une mallette dans sa main droite. Ils se saluèrent d’un rapide coup de tête et le jikkei referma la porte derrière lui, le suivant jusqu’au bureau où la mallette fut posée et ouverte. Bien entendu, son invité pouvait en voir tout le contenu, et il était facile de comprendre ce qui allait se tramer dans quelques instants.

Des seringues, des sangles, des petites fioles… C’était ce qu’il y avait en gros. Après pour le contenu des fioles, les deux hommes étaient en train d’en parler à voix basse, de sorte à ce que le brun ne puisse pas les entendre discuter. Finalement, Matthew prit une des seringues et l’examina à la lumière des lampes, puis attrapa une fiole dont il transféra le contenu à l’intérieur de la seringue, tapant dessus et appuyant légèrement sur le piston pour vérifier que rien n’était bouché. Parfait. Il attrapa alors la bouteille de désinfectant et imprégna un bout de coton avec, et s’approcha de son prisonnier. Le conseiller lui attrapa un bras fermement et chercha une veine du regard et désinfecta rapidement avant de planter l’aiguille dans son bras et d’y injecter tout le contenu. Et voilà, une bonne chose de faite. Il balança la seringue dans la poubelle, ainsi que le bout de coton, et fit un signe de tête à l’autre homme qui partit précipitamment, ne voulant pas rester une seconde de plus dans le bureau du jikkei, surtout pendant une séance de torture.

Le petit moment d’action passé, Matthew retourna à son bureau pour finir rapidement les derniers dossiers et rapports. Il ne voulait absolument pas être en retard au rendez-vous car cela donnait toujours une mauvaise impression, et chez lui, tout devait être toujours nickel, parfait. Il ignora avec brio l’autre personne, bien trop concentré pour l’entendre s’il avait parlé, ou même crié. Une bonne dizaine de minutes plus tard, il se leva de nouveau et enfila sa veste, ouvrant son tiroir pour en sortir une arme à feu et se recoiffa, vérifiant de nouveau l’heure. Ce ne fut qu’au moment de partir où il se souvenu de l’existence de son nouveau compagnon et il s’arrêta devant lui, souriant avec malveillance.


- Je sais pas si tu commences à ressentir les effets, mais ça devrait pas tarder. Au cas où ce ne soit pas le cas, je t’ai injecté une forte dose d’aphrodisiaque, mêlée à un peu de morphine pour atténuer la douleur dans ton ventre. Bref, je dois y aller mais je reviens plus tard, t’inquiète pas.

Le jikkei lui tapota la joue affectueusement et sortit de son bureau, laissant les lumières allumées, ainsi qu’un garde pour surveiller de près leur nouveau spécimen. On ne savait jamais, il pouvait toujours essayer de se suicider en se mordant la langue ou autre bêtise de ce genre, et cela aurait été vraiment dommage. Bref, il ne devait revenir que dans deux heures environ, et quand il reviendrait, son petit mélange aurait dû déjà faire effet depuis un long moment. Cette perspective était alléchante mais il réservait encore bien plus que ça à son nouveau jouet, surtout qu’il ne savait pas encore s’il allait lui-même assouvir les désirs du nouveau venu, ou s’il demanderait aux… gardes par exemple.
Revenir en haut
Maigo Bakarashii
Yakuza Super Sexy
B² : Beau Baka
Violeur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2007
Messages: 66
Date de naissance {rp}: 08/05/1985

MessagePosté le: Mer 23 Jan - 03:03 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

Quel homme cruel il avait en face de lui ! Maigo avait bien comprit que Matt se déléctait de cette souffrance qu'il lisait sur ses trais, il allait devoir tenté, je dis bien tenté, de rester aussi stoïque que possible . . . Ce serait chose ardus ! La douleur, cette douleur ! Comment la suporté tout en restant aussi stoïque que possible ? Son visage était encore un peu douloureux lorsque la porte c'était ouverte, préoccupé par son futur destin . . . Bien qu'en fait, Maigo ne croyait pas au mots "destin" !

La valise fut ouverte et tout son contenus fut visible aux yeux du jeune Yakuza . . . Inattention ou bien acte volontaire ? Pour tout avoué, le jeune homme était persuadé que dans ce cas, c'était la deuxième solution qui était possible ! Il regarda les deux interlocuteurs parlait . . . Ce qui faisait sans doute le plus peur a Maigo, c'était le contenus des fioles . . . Si c'était un sérum de vérité, il était dans la merde ! Claire et net !

Matt ne tarda pas a manipuler une de ses seringues, la remplissant d'un des liquides. Cela n'avait rien de rassurant pour le Yakuza . . . Personne ne peu réellement mentir au sérum de vérité ! Et certaine drogue arrivait sans difficulté a délier les langues, pourvus qu'il ne tombe pas sur une de ses drogues là ! Pourvus qu'il ne lâche rien même si c'était cela ! Il ne voulait pas mourire maintenant ! Il avait encore plein de chose a faire, comme se venger de cet homme ! Comme se venger de l'homme qu'il pourchassait depuis longtemps et a cause de qui il avait vendus son âme au enfers !

Le jikkei, quand a lui, était bien décidé a lui planter l'aiguille dans le bras ! Il ne tarda d'ailleurs pas a le faire, ayant trouvé une veine et nettoyer le bras au préalable ! L'aiguille entra dans sa chaire et deversa le liquide dans le sang de Maigo . . . Quel horreur ! Et dire qu'il avait arrêté la drogue depuis peu ! Voilà qu'un de ses ennemis lui en refiler . . . Le point appréciable était qu'il n'avait pas a payer au moins, le point faible était qu'il n'était pas sûr de la compossition exacte de cette liqueur qui parcourait maintenant son corps . . . Il ne put pas réfléchire plus longtemps a la question par ce qu'il rejetter la tête en avant, une monté de naussé le prenant, et crachant du sang sur le sol.


~ . . . Qu'est ce que c'était ? Demanda t il en essuyant sa bouche sur sa mains, comme il pouvait, se penchant d'avantage, mais voyant le Jikkei repartir a sa place il se releva. Hé ! Putain mais qu'est ce que c'était que cette merde ?

Il n'en obtiendrait rien ! Cela semblait être une spécialité de Matt d'abandonner de la sorte son hôte pour s'occupé d'autre chose et en même temps, c'était une façon de torturé très efficace, et pour cause : ne pas savoir ce qui va nous arriver, être dans le doute le plus total . . . Que torture psychologique terrifiante, mine de rien . . . C'était plus dure que de se faire rouer de cou ! L'ignorance de notre propre destin, ne pas pouvoir contrôler les rennes de sa vie, c'était très dure a supportait . . . Cependant, depuis longtemps, Maigo c'était accommodé de cela et décida donc que tenté de contenir sa douleur intérieur plutôt que de s'occupé des réponses a ses questions.

Il laissa le temps s'écoulé, se laissant un peu errer dans ses propres songes, tentant dès foi en vain d'oublier sa douleur . . . Par ce que maintenant, autre chose l'envahisait, autre chose . . . Dans un premier temps, il se sentait mieux et dans un deuxième temps, il avait une espéce de "malaise", il se sentait . . . Disons qu'il avait de plus en plus chaud quoi ! L'esprit un peu plus libre et en même temps, plus troublé, sa douleur se fit moins ardus, mais la géne s'intensifia d'instant en instant.

Lorsque le Jikkei parla enfin du contenus de la fiole, Maigo ne put y croire . . . Décidément, cette homme . . . Il en serait réellement tombé amoureux en d'autre circonstance ! Il était réellement un homme puissant et . . . Et il avait un petit quelque chose qui le rendait terrifiant. Maigo dut s'avoué qu'il ne manquait pas de classe en tout cas, mais ce n'était pas pour autant qu'il allait s'avoué vaincus, loin de la cette idée totalement loufoque ! Le chat ne se rendrait pas, on apprivoise PAS un chat !


~ Ne tarde pas trop si tu veut voir le spectacle ! Lâcha t il, un sourire en coin. Merci pour la morphine . . .

Des aphrodisiaques ! Il en demanderait en reserve pour tester sur Suô, sil avait l'occasion de sortir d'ici, bien évidement ! En tout les cas, quels coups, sérieusement ! Le jeune homme n'y aurait jamais pensée . . . Mais ce n'était tout de même pas bon pour lui !

Pendant ses deux longues heures, deux très longues heures . . . Sûrement les deux plus longues heures de la vie de Maigo, l'Envie du jeune homme ne fit qu'augmentait de minutes en minutes et ce fut insupportable pour le pauvre (...) Yakuza qui se trouvait bien trop serrer dans son pantalon . . . Son ventre et son doigt ne lui faisait plus tellement mal en fait, son bas ventre était par contre . . . Trop a l'étroit . . . Il aurait peut être, je dis bien peut être, pus demandé a l'homme qui était a ses cotés pour le surveillers d'ouvrire son pantalon, mais préférait ne même pas essayer en fait !

Vers le début de la second heure d'attente, il n'arrêtait pas de gigotter dans tout les sens, se tortillant comme il le pouvait en lâcher des petits râles. Cela faisait un moment qu'il s'aggitait mais a ce moment là, en fait, il était déjà monté jusqu'a l'extase et un filer blanc depassant un peu de son pantalon, sur son bas ventre, l'indiquer bien . . . Cela l'avait fait rire, oui, il en avait ris, par ce que ça lui avait fait tellement mal, et que cela recommençait encore maintenant . . . Il était tellement bord de l'extase a chaque instants maintenant qu'il devait se mordre violament l'intérieur de la joue pour ne pas se liberait de nouveau . . . Il avait mordut tellement fort qu'un mince filet de sang couler de la commisure de ses lèvres, celle ci toujours rejettait sur le coté, ses yeux parcourant la salle comme si de rien était alors que son corps transpirait et s'agitait encore dans tout les sens, une fine pelicule de sueur faisait briller son torse . . .

_________________
Meurt un autre jour . . .
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 24 Jan - 23:33 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

La tension était palpable dans l’air, chaque personne était aux aguets. Au moindre faux pas, tous sortiraient leurs armes pour commencer à se tirer dessus. Une vraie boucherie… C’est pourquoi chaque geste devait être pensé avant d’être fait, chaque parole minutieusement choisie. Ce soir, il vendait des armes, contre une mallette remplie de billets, de dollars pour être plus exacte. Il en vérifia le contenu, les lèvres pincées, avant d’hocher la tête et de repartir avec ses hommes. Vraisemblablement, il avait encore un sursis, ce ne serait pas aujourd’hui qu’il allait mourir, et puis, crever pendant une transaction ? Pitoyable…

Il était à présent dans sa voiture, le chauffeur le ramenant au quartier général. Deux heures qu’il était parti déjà. Que le temps passait vite parfois, c’en était effarant. Maintenant qu’il repensait à sa vie, l’étalant dans son subconscient, se remémorant ce dont il pouvait encore se rappeler, il avait l’impression d’être bien plus âgé qu’il ne l’était. Pourtant, vingt-neuf ans, c’était encore jeune… L’adrénaline qu’il avait ressentie dans sa jeunesse commençait à disparaître, à se diluer avec le temps qui s’écoulait. Aurait-il encore longtemps la force et l’envie de continuer dans cette voix-là ? Probablement, c’était la seule chose qu’il savait faire, et ce n’était pas toujours déplaisant. Il comptait bien se divertir ce soir, avec le petit nouveau que Reishin lui avait filé.

Il laissa le paysage urbain défiler devant ses yeux, la mallette soigneusement posée à ses pieds. Quelques minutes plus tard, il descendait de la BMW noire aux vitres teintées, mallette métallique dans la main droite, et s’engouffrait dans le quartier général, laissant son colis à la personne s’occupant des comptes. Traversant les couloirs, il arriva finalement devant la porte de son bureau et y entra. Il referma la porte et enleva sa veste en traversant la pièce, posant son vêtement sur le dossier de son fauteuil avant de se tourner vers son invité. Vraisemblablement, la drogue avait bien marché, ainsi que les aphrodisiaques. Le conseiller se rapprocha de lui, un sourire narquois sur les lèvres alors qu’il vit le mince filet blanc sur son bas-ventre. Il attrape une poignée de cheveux du brun pour lui faire relever le visage, approchant le sien.

- Visiblement, le spectacle est loin d’être terminé…

Il le relâcha et alla se caler contre le bord de son bureau, l’air pensif. Ses doigts frôlèrent sa mâchoire, caressant la barbe naissante alors qu’il réfléchissait à la suite des évènements. A présent, lui soutirer des informations lui importait peu. Si Reishin voulait absolument savoir qui il était et ce qu’il faisait, soit, il s’en occuperait comme il se doit. Mais pour le moment, il voulait juste s’amuser un peu, se relaxer. Il fit signe au garde d’en ramener deux autres et fixa son captif, une lueur malsaine dans ses yeux. Le jikkei s’était finalement décidé pour la suite des évènements, et n’ayant pas très envie de se mouiller, il demanderait à d’autres de le faire. Le garde revint avec deux autres loubards, et tous trois attendirent les ordres de Matt’, bien qu’ils devaient déjà se douter de ce qu’il allait leur demander.


- Déshabillez-le. Pour le reste, procédez comme d’habitude.


Tout était dit. Lui sortit son paquet de cigarette et en alluma une avec son zippo, passant son pouce dessus, caressant le métal d’un air absent. Il utilisait toujours le même depuis des années, et ne pouvait pas s’en détacher. Un vestige de sa mémoire, de son existence peut-être… Prenant une bouffée, il releva la tête, rangeant son zippo dans la poche de son pantalon. Il était sympa avec ses hommes tout de même. Les laisser s’occuper de sa victime comme ils le souhaitaient, ce qui dans leur cas voulait évidemment dire violer, car le reste, c’était Matthew qui s’en occupait. Il les regarda donc faire, l’air indifférent à ce spectacle. A trois contre un, ils devraient arriver à le maîtriser, surtout drogué comme il était…

Pourquoi faisait-il cela ? Tout d’abord car malgré le fait que leur nouveau compagnon puisse apprécier les caresses à cause des aphrodisiaques, quand il serait plus lucide, il verrait l’horreur de l’acte, sauf s’il était masochiste et nymphomane, mais ça, Matthew n’y pouvait rien… Ensuite, parce que lui n’avait pas envie de le faire, du moins pas pour l’instant, peut-être plus tard et pour finir… bah il n’y avait pas de troisième raison, c’était comme ça et puis c’est tout. S’il n’était pas content, tant pis pour lui. Peut-être préférait-il se faire casser d’autres doigts ? En tout cas, ses hommes avaient déchirés les vêtements du brun. De vrais brutes… Ils palpaient sa peau, touchant chaque parcelle de ce corps offert avec eux, et qu’il se débatte ou non, cela ne changeait en rien au fait que chacun à leur tour allait profiter de lui.
Revenir en haut
Maigo Bakarashii
Yakuza Super Sexy
B² : Beau Baka
Violeur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2007
Messages: 66
Date de naissance {rp}: 08/05/1985

MessagePosté le: Ven 25 Jan - 03:00 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

Qu'est ce qu'il faisait chaud ici ! Et qu'est ce qu'il était serré bordel de merde ! Et qu'est ce que Matt faisait chier ! Son sourire Narquoi, Maigo l'aurait bien aggrandis a coup de scalpel, ou bien son regard persant, il l'aurait bien crevé avec une aiguille chauffé a blanc ! Ses doigts qui aggripaient ses cheveux, il les auraient bien fait flamber au dessus d'un feu pour voir combien de temps ils mettraient a cuires . . . Et encore cette douleur là, cette douleur qu'il resentait . . . A sa mains, a son cuire chevelus, au bas de son ventre . . . C'était devenus totalement insupportable ! . . . Enfin, non . . . Pas exactement, sinon, il aurait craqué . . .

Mais d'un autre point de vus, il craqua, en effets : de nouveau trops serrer, il se libera pour la seconde foi dans son pantalon, la douleur s'atténuant légérement pour redoubler la seconde d'après. Le specatcle ne faisait en effets que commençait et cela fit ravaler sa salive a Maigo qui laissa retomber sa tête sur le coté alors que le Jikkei s'intaller confortablement sur son fauteuille. Il avait la belle vie lui, presque toujours assit sur un fauteuille ! . . . Il devait bien s'ennuyer de temps en temps . . .

Maigo avait encore d'avantage chaud, ou bien était ce par ce qu'il ne pouvait pas encoreassouvir son Envie ? Il ne savait pas exactement mais une chose était certain : Matt n'allait pas ce bouger pour faire quoi que ce soit pour lui, et bien au contraire . . . Et le verdict tomba : ce ne serait pas Matt qui s'occuperais de lui, mais les trois mecs qui étaient proche de lui . . . Tient, y en avait pas eu qu'un seul la seconde d'avant ? Bah, le Yakuza était un peu dans le gaz, on va dire . . .


~ Tu demande aux autres de faire ce que t'arrive plus a faire ? Ricana moqueusement Maigo.

Hé oui, même dans ce genre de situation, il restait lui même et n'était pas près de changé ni de dire quoi que ce soit, même s'il avait en face de lui trois mecs super baléze et qu'il était seul et drogué ! Maigo préférait voir les bons cotés a cet acte : il allait être soulagé, les caresses déjà l'exité et en même temps le comblé, même si ce n'était pas suffisant. Voir les mauvais cotés, cela n'aurait fait que le détruire !

Cela l'aurait détruis . . .

Oui, décidément, heureusement qu'il était sous morphine ! Il en remercierait presque Matt celui ci ne le mettait pas dans cette situation en fait ! Ses vêtements partirent en lambeau, le Yakuza fixa juste quelques morceaux de la chemise rouge qui ne lui avait pas appartenus . . . Il devrait pensé à s'excuser auprès de Suô pour celle ci . . .


~ Quel gachis, une si belle chemise . . . Marmonna t il la tête penchant toujours sur le cotés.

En fait, il aurait bien voulut partir loin, très loin d'ici, mais là, pour tout avoué, il ne contrôlé plus rien. Ses trois hommes qui s'evertuer a le caressait prouvé bien son manque totale de contrôle sur la situation, il se trouvait pourtant très serein, dut moins, pour le moment . . . En tout cas, lorsque ses jambes furent écarter et qu'un opportun entra en lui, il ne fit que rejetter la tête en arrière en retenant son cris de douleurs.

Il était violé. Non pas une, ni deux mais bien trois foix . . . Les positions, il ne s'en souvenait plus, ne voulait pas s'en souvenir. Leurs paroles ? Il avait pas fait attention. Leurs visages ? Il avait réussis a les marquer grace a ses ongles, leurs corps aussi, par ce qu'il c'était débattus, comme un tigre, comme un lion, comme un ours. Trois contre un, ce n'était pas équitable ! Trois contre un ? . . . Trois contre un droguer oui ! . . . Il ne savait plus qui des trois il avait le plus frappé, ni qui des trois il avait le plus griffés, mais il se souvenait que trois foix, il avait sentit ce liquide a l'intérieur de lui et il ce souvenait parfaitement que les caresses l'avaient plusieurs foix emmenés a l'extase . . .

Ce qui ce passait cette journée, il était claire qu'il ne pourrait pas l'oublié !

_________________
Meurt un autre jour . . .
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 27 Jan - 03:26 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

Matthew avait un sourire moqueur en le voyant venir une seconde fois. Quel être faible… mais pouvait-on vraiment lui en vouloir ? Lui-même n’avait jamais vraiment testé les aphrodisiaques, il laissait cela au soin de ceux qu’on lui laissait entre les mains, et c’était tout aussi bien. Son sourire s’agrandit aux paroles du chat, et il ne répondit pas à ses provocations, gardant pour lui ce qu’il comptait faire par la suite. Fumant tranquillement, il regarda la scène qui se déroulait devant lui, sans être vraiment intéressé, et finit par se lasser. Le conseiller se retourna et rangea son bureau, classant les dossiers dans les tiroirs, imperturbable, comme si de rien n’était. Avait-il seulement une conscience, une morale ? Assurément, non. Il entendait les cris, que ce soit de douleur ou de plaisir, comme s’ils étaient lointains, hors de la pièce, et eut des réminiscences de son passé. Ne reproduisait-il simplement pas son vécu, en pire ? Quelque part au fond de sa mémoire, lui aussi était passé par là, mais c’était un autre temps, une autre histoire, un autre endroit. C’était il y a tellement longtemps de ça…

Tourné vers la fenêtre, regardant l’extérieur, la fumée blanchâtre entrant et sortant de ses poumons, il passa des doigts distraits sur sa cicatrice. Comment se l’était-il procuré ? Ah, oui… C’était Lui qui le lui avait faite, pendant une de ces séances-là. Etrange que le souvenir soit si trouble. Souhaitait-il oublier ? Mais on souhaitait oublier parce que l’on était blessé en se remémorant les évènements passés, et il n’était en aucun cas bouleversé ou peiné par cela. Son cerveau semblait juste oublier des bribes de plus en plus importantes, écartant cela pour laisser place aux affaires prioritaires. S’il le souhaitait vraiment, il pourrait pêcher n’importe quel moment passé à vrai dire. Et il n’avait rien à faire en ce moment même, si ce n’était faire ça justement.

Une cicatrice bien droite. Il pourrait se la faire enlever, probablement, ou du moins la réduire, mais il s’en foutait bien de l’apparence physique, sinon il se serait teint les cheveux depuis longtemps. Fermant les yeux un instant, il souffla, laissant une buée sur la vitre. Une fine pluie avait commencé à tomber au dehors, lavant les rues de la ville, sans vraiment la laver en elle-même. Déjà plongée dans tant de noirceur, rien ne pourrait la sauver à présent. Tout comme lui. Cette noirceur qu’il gardait ne pourrait jamais être extraite, ces mains tâchées, souillées. Il était devenu tellement insensible à cela, à sa propre perte. Cela en était effrayant, et quelque part, c’était excitant également. Pouvoir faire comme bon lui semblait, sans penser aux conséquences, sans attachement à la vie, n’était-ce pas cela la vraie liberté ? Le jikkei tourne légèrement la tête, et le visage de son captif, en pleine extase, lui fit ressentir un profond dégoût. Pourquoi ? Il n’en savait trop rien. Retournant à la contemplation du dehors, il ne remarqua pas avant quelques longues secondes que le feu avait déjà commencé à consumer le filtre de sa cigarette, et il alla l’éteindre.

L’un de ses hommes se déversa de nouveau à l’intérieur de son nouveau prisonnier. Il y avait quelque chose d’ironique à ce que Matthew lui donne ce qu’il souhaitait, c’est-à-dire la libération de cette frustration sexuelle qu’il avait ressentie pendant deux heures. Il se rapprocha d’eux, regardant de haut cet être souillé alors que le dernier avait prit la relève, s’enfonçant toujours plus profondément dans le brun, qui criait à s’en briser les cordes vocales. Quel spectacle vraiment… Et il n’en profitait pas. Le conseiller regardait tout cela d’un air passif, lointain. Quand ils en eurent fini, ils se relevèrent tous les trois, se rhabillant correctement, et Matt’ leur fit un signe de tête vers la porte de sortie, attendant qu’ils referment la porte pour reporter son attention sur le corps violenté qui traînait par terre. Ses lèvres étaient pincées de nouveau, figées dans une expression méprisante et il donna un coup de pied dans le ventre du brun qui roula sur le côté. Collant sa semelle contre sa joue, il regarda son visage. Les effets de la drogue semblaient toujours agir. Peut-être lui avait-il trop donné ?

Son regard descendit plus bas, et il retira son pied, voyant que le membre de l’autre ne semblait pas s’être calmé. Impressionnant… Se penchant en avant, il l’attrapa par les cheveux, le remettant sur pieds et le traîna ainsi jusqu’au bureau. Matthew le jeta alors dessus, face contre le bois ébène et lui tint fermement les deux poignets, un sourire cruel aux lèvres alors que son menton frôlait l’oreille du brun, qu’il mordilla doucement. Une main glissa le long de la hanche du jouet de Suô, ou bien était-ce ce singe stupide qui avait été le jouet ? Qu’est-ce qu’il faisait ? Lui-même ne savait pas… Il ne voulait pas le prendre au départ, mais une rage avait prit possession de ses sens, et son pantalon était déjà dégrafé, son membre durci pénétrant l’antre chaude déjà malmenée maintes fois, sans aucune douceur, d’un coup brusque et sec.


- Débats toi et je te casserais tous tes doigts…

Il n’était plus d’humeur à jouer à des jeux stupides. Prendre son pied rapidement, et ce serait une histoire finie, cette colère qu’il ressentait se dissiperait. Entamant un mouvement rapide, il gardait les poignets du brun derrière son dos, d’une main, alors que l’autre alla agripper les mèches rebelles, lui faisant renverser la tête en arrière pour mordre avec violence dans son cou. C’était ça son monde. Sexe, drogue, prostitution, violence…
Revenir en haut
Maigo Bakarashii
Yakuza Super Sexy
B² : Beau Baka
Violeur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2007
Messages: 66
Date de naissance {rp}: 08/05/1985

MessagePosté le: Lun 28 Jan - 00:04 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

Le visage de Matt, il l'avait entraperçus et qu'avait il alors pensé de son boureau ? Avait il resentit de la colère ? Du dégoûts ? Ou bien de la haine ? Une profonde haine ? Ou peut être n'éprouvait il rien en regardant cet homme ? Qu'il le regardait, mais ne le voyait pas ? Ou qu'il le prenait comme repert pour échappé a la réalité . . . Mais de regarder son tortionnaire, cela ne risquait il pas de le confronté a cette realité douloureuse et déchirante ?

Maigo reporta son regard sur le sol alors que le dernier se deverser en lui, le liquid blanc glissant le long de sa cuisse. Le jeune homme retomba sur le sol, le regard vide, essouflé, la voix probablement briser. Son tortionnaire lui donnant un coup dans le ventre, le faisant se crisper. Le Yakuza roula alors qu'il lâchait un faible gémissement de douleur, d'une par a cause de la douleur de ce mouvement et d'autre part a cause de toutes les douleurs qui envahissait son corps encore et toujours : son bas ventre et son antre le bruler, lui faisait mal a un telle point . . .

La semelle de la chaussure du Jikkei sur la joue du Yakuza lui bloquer tout mouvement de tête, mais cela importait peu, pour tout avoué, il serait bien resté sans bouger, son corps était si douloureux ! Mais l'homme . . . Cet homme, il ne semblait pas en avoir finit avec lui. Il semblait même savoir ce qu'il voulait puisqu'il se pencha et lui aggripa les cheveux pour le forcer a ce relever . . . La douleur de ses hanches fut décuplé, il lâcha un cris briser. Il avança au rythme imposait par son tortionnaire, même si avançait était aussi douloureu que de se prendres des poignards dans le ventre !

Bien vite le Yakuza fut plaqué contre le bureau, ne se débattant pas, encore un peu hors du temps, il grimaça légérement. Ce qui était prévus, il ne le comprenait pas réellement, il avait du mal a comprendre ! Matt n'en avait pas vus assez ? Il fallait encore qu'il reprenne ? Qu'est ce qui le poussait a montrait un intérêt pour le jeune homme ? Ou peut être voulait il simplement reprendre la torture ? Mais . . . De le sentir si proche . . . Contre lui, comme cela, et sentir ses soudaines "attentions" . . . Cette mains qui le frollait . . .

Maigo sentit ce membre durcis contre son antre, rouvrant les yeux étonné, il semblait avoir repris concience de l'endroit exacte où il était et en même temps, tout était encore tellement flou, tellement incertain, c'était comme un rêve . . . Et en même temps, Maigo savait que ce n'était pas un rêve, que c'était bien la réalité et que le Jikkei le pénétré. L'entré fut douloureuse . . . Mais le Yakuza aima ça, il aima cette violence, il aimait cette violence !

Le jeune captif se libera sur son ventre et sur le bureau, lâchant un gémissement de plaisir, le regard dilaté. Oui, décidément, il ne pouvait pas ce le caché, il aimait ça . . . Il aimait tellement ça que l'idée de ce débattre ne lui vint même pas a l'esprit ! Pourquoi se débattre ? Franchement, quel idée ! Il aimait de le sentir allait et venir en lui !

Ses cheveux furent aggriper et tiré en arrière avec violence, par reflexe, il tira une de ses mains, la liberant en sentant des dents s'enfoncé dans la chaire de son cou. Du liquide chaud s'écoula de la plais nouvelle et Maigo glissa simplement sa mains dans les cheveux blanc de Matt, ses doigts frollant les mèches immaculés, les caressants . . . ? . . . Un mouvement d'encouragement . . . Ou de menace ? . . .


~ Matthew . . . Lâcha t il, toujours et encore en pleine extase.
_________________
Meurt un autre jour . . .
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 30 Jan - 21:25 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

Le goût métallique si typique au sang emplit sa bouche. Il enfonça ses dents encore plus, avant de les retirer, passant sa langue sur ses lèvres rougies. Le conseiller continua ses coups de butoirs, ressortant entièrement pour entrer de nouveau, plus profondément encore. Matthew laissa son captif se libérer d’une main, la sentant parcourir ses cheveux blancs. Geste étrange, et il en conclut que ce devait être les effets de la drogue. Il alla laper les gouttes de sang coulant le long de la clavicule du brun, se délectant de l’entendre prononcer son prénom, se pressant davantage contre lui, libérant son autre poignet pour placer sa main sur l’une de ses hanches.

- C’est ça… Crie mon nom…

Cette colère qu’il avait ressentie plus tôt, il n’était même pas encore sûr lui-même de la raison. Etait-ce parce qu’il haïssait les être faibles ? Non, il en avait vu des bien pires avant le brun, qui avait cédé plus facilement, mouillant presque leur pantalon en voyant Matt’ les approcher. Alors quoi ? Peut-être voyait-il tout simplement en lui ce qu’il n’avait plus, ou n’avait jamais eu. Cette fougue dans la jeunesse, ne rien craindre, foncer dans le tas sans réfléchir… Ou encore, peut-être voyait-il tout simplement le reflet de lui-même il y avait des années de cela. Tous ces sentiments se mélangeaient les uns aux autres, laissant un arrière-goût désagréable. Et pour calmer cette colère, il n’avait pas trouvé d’autre moyen que de se venger sur lui, tout simplement.

Mais le jikkei ne pensait pas vraiment à cela en ce moment. Ses va et vient se firent plus rapides et brutaux, ses doigts agrippant les mèches brunes alors qu’il l’embrassa avec voracité, découvrant chaque parcelle de sa bouche et jouant avec sa langue. Sa main, alors placée sur la hanche du nouveau chat des Freelances, remonta le long de ses côtes pour pincer une de ses billes de chair cruellement. Il pouvait sentir les chairs du brun se rétracter autour de son membre, et le pilonna avec davantage de ferveur, ses dents mordillant à présent son oreille. Matthew émit un léger râle de plaisir. A vrai dire, il violait rarement, bien que vu l’état dans lequel était son prisonnier, ce dernier était plutôt d’accord… Mais aujourd’hui, il faisait exception à la règle. Non pas qu’il était en manque ou en rut, il avait des gens à portée de main pour assouvir ses désirs après tout…

Fermant les yeux à présent, il se contenta de trouver l’angle parfait pour buter contre la prostate du brun. C’était une étreinte sauvage. Tous deux auraient pu être comparés à des animaux pendant la saison de l’accouplement. Il n’y avait aucun sentiment durant cette intercourse, ce n’était qu’une chasse au plaisir. Futile car ce plaisir n’était qu’éphémère, ne durait que l’effet d’un instant. Mais un instant suffisamment long pour prendre la peine d’essayer de l’attraper.

Matthew sentit qu’il n’allait pas pouvoir tenir bien longtemps encore, et il posa son menton dans le creux de l’épaule de son captif, laissant échapper un ou deux gémissements presque imperceptibles, donnant des coups puissants. Sa main descendit plus bas, prenant délicatement le membre encore tendu du brun pour le faire venir une dernière fois, synchronisant ses coups de rein et les va-et-vient de sa main.


[Je saiiiiis c'est court! >___<]
Revenir en haut
Maigo Bakarashii
Yakuza Super Sexy
B² : Beau Baka
Violeur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2007
Messages: 66
Date de naissance {rp}: 08/05/1985

MessagePosté le: Jeu 31 Jan - 02:50 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

Un douleur plus vive a son épaule et un plaisir accrus par cela, étrange comportement me direz vous, mais vous oubliez que l’homme qui se faisait dominé était belle et bien Maigo, le Yakuza cruel et sanglant, mais surtout celui qui possédait le moins de logique. Trouvait son bonheur dans son malheur, c’était sûrement une caractéristique du jeune captifs et il trouvait un certain plaisir a ce traitement qu’on lui infliger . . . Et ce n’était pas a cause de la drogue qui agissait encore dans son corps !

Un léger filet de sang échappa a la langue vampire de Matthew et vint se mélanger a la sueur perlant du « chaton » qui ne pouvait dissimuler ses gémissements face au traitement : de sentir cet homme le prendre ainsi, de sentir cette chose sortir et revenir réchauffer l’intérieur de son corps, cela ne fessait que l’excité d’avantage. Lorsque le nom avait échappé des lèvres de Maigo, il c’était vaguement demandé ce qu’il avait pensé . . . Le Jikei n’avait fait que se rapprocher et avait fait une étrange « demande » . . . Comme si le Yakuza allait obéir ! Comme toujours : on ne dresse pas un chat, il fait ce qu’il veut et si on tente de le forcé a quelque chose, celui ci se venger a coup de griffe. Avait il la prétention de croire pouvoir le dresser ? Il aurait de sacret surprise . . .

S’il le dominait maintenant, cela ne voulais pas dire qu’il le dominerait la prochaine foi encore ! . . . D’ailleurs, était ce réellement le cas ? Qui dominait qui exactement ? Qui faisait ce qu’il voulait en cet instant ? Comment savoir si en fait, ce que l’on voyait là dévoilé réellement la réalité ?

Matthew agrippa une nouvelle foi les cheveux de Maigo qui fut bien obliger de rejeter sa tête en arrière, ses lèvres rencontrant celle du Freelance en un baiser qu’on aurait put qualifier de peu conventionnel, mais cela importait peu : l’appelle de la chaire était plus que puissante en cet instant et Maigo répondit farouchement a cette entrainte, sa langue titillant celle de son adversaire, se cabrant volontairement pour que leurs deux corps se frotte l’un a l’autre, ses mains taquine et inactive depuis un petit moment venant jouer, caressant la peau qu’il arrivait a frôler, l’une se glissa jusqu’au cou de Matthew et ses doigts frôlèrent la peau . . .

Il la sentit, cette mains qui, comme un serpent, venait rampé sur son corps pour le menacer de nouveau mauvais traitement, mais cela ne faisait toujours que l’existé un peu plus et lorsque les doigts martyrisèrent un de ses tétons, il lâcha un gémissement de douleur qui fut étouffées par leurs lèvres toujours entremêler. Quel traitement . . . Il adorait, tout simplement . . . Oui, il adorait ses attentions particulière, ses traitements douloureux, son membre le prouvait bien . . . Il était maso ? Sans doute, ou bien était ce la drogue et l’aphrodisiaque qui lui faisait cet effets là ? Il s’en fichait totalement ! Il voulait que ça continus et ça continuait, le Freelance augmentant la cadence, allant aussi profond que possible, cherchant le point sensible . . .

Devrait il ensuite, se pauvre Yakuza, avoir honte d’avoir éprouvé autant de plaisir ? Devrait il ensuite se refermer sur lui même, lui qui était si fier de dominer et qui était dominé en cet instant ? Devrait il se cacher de honte, pleuré, montré sa faiblesse aux grands jours ? Et puis quoi encore ! Pourquoi avoir honte de quelque chose que l’on aime ?

Quand aux sentiments, Maigo n’en avait jamais eu pour les autres qu’il avait pilonnait comme Matthew. L’amour ne se résumé qu’a une chose pour le Yakusa : futilité, comme tout autre sentiment, le seul qui devait nous habité, c’était la colère . . .

Le jeune homme sentit le souffle chaud de Matthew et sentit la fin de ce moment approché, tout avait une fin sur cette terre, même la vie . . . C’était dommage, pour le premier cas . . . Il sentit ses coups puissants en lui plus qu’il n’aurait voulut l’admettre et sentit encore plus cette mains qui vint le caresser, lui arrachant quelques gémissements de pure plaisir, sa mains glissa dans les mèches de cheveux du Jikkei et il les agrippa l’espace de quelques instants, le temps qu’il se fasse a cette extase qui l’envahissait totalement et, dans un gémissement de pure plaisir, il se libera sur son ventre et sur le bureau de cet homme, se cabrant, provoquant un autre frottement entre leurs deux corps.

Ensuite, ses muscles se détendirent et il se laissa retomber vers l’avant, totalement épuisé sans comprendre réellement pourquoi. Sa respiration était totalement saccadé, il était trempé de sueur et son sang c’était écouler sur une petite partis de son torse, se mêlant a sa semence. Son regard était légèrement dilaté . . . Oui, il avait atteint l’extase.


[C'est pas grave, moi aussi de temps en temps, je n'arrive pas a faire de long truc !]
_________________
Meurt un autre jour . . .
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 4 Fév - 01:46 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

La peau de Matthew frissonna légèrement en sentant des doigts la parcourir. Vraisemblablement, le chat semblait apprécier toutes les petites attentions, et même cette brutalité avec laquelle il le prenait, sans aucune merci. Mais il était attentionné aussi, étant donné qu’il avait entreprit de s’occuper de son membre délaissé avec sa main libre. Encore quelques coups, profonds, violents, encore un peu… Il sentit le corps en dessous de lui se tendre, les muscles laissant échapper un frémissement alors que l’étau chaud autour de son membre l’enserrait davantage encore. Des gémissements de plus en plus fort, et un liquide chaud coula le long de ses doigts pâles. Un dernier coup et il se déversa en lui dans un râle de plaisir, la respiration légèrement saccadée. Soufflant dans la nuque du brun, il attendit quelques instants avant de se retirer de lui, attrapant un mouchoir pour s’essuyer la main et l’entrejambe de la substance blanche.

Il se sentait bien mieux après cette rapide partie de jambes en l’air, et la colère ressentie auparavant s’était complètement dissipée, sans même qu’il en connaisse la cause. Se rhabillant correctement, il refit le col de sa chemise, avant d’attraper le jeune homme par le poignet et de le balancer sur la chaise de nouveau, l’attachant à celle-ci. A présent, c’était sa seule amie, une pauvre petite chaise, seul confort qu’il recevrait le temps de son séjour ici. Sauf s’il devenait plus sage et docile, là, peut-être qu’il lui donnerait un lit… d’épines.

Le conseiller regarda sa proie de la tête aux pieds, s’allumant une nouvelle cigarette. Il en fumait presque deux paquets par jour, même trois quand la journée était longue et exaspérante. Qu’il fume ou pas, il allait mourir assez jeune en se faisant planter par quelqu’un sûrement. Le plus tôt sera le mieux peut-être ? Quitter ce monde et s’élever vers un truc meilleur, plus cool et excitant ? Non, il s’en fichait aussi, de la vie après la mort. Bref, qu’est-ce qu’il allait faire de lui maintenant ? Aucune idée ne lui venait en tête, il commençait à être fatigué. Peut-être allait-il le laisser ici toute la nuit, et s’occuperait de lui demain matin ? Ce n’était pas une mauvaise idée… L’air pensif, il alla se servir un verre de cognac, le sirotant avec lenteur et se déplaça dans la pièce, prenant garde à ne pas marcher sur les saletés de tâches blanches que ses hommes avaient laissé. Appeler quelqu’un pour nettoyer son bureau aussi tiens…

La grande question était : allait-il laisser cet énergumène dans son bureau ou le bouger autre part ? Dans le bunker, il allait l’enfermer là-bas tiens, et irait lui rendre visite de temps à autre. Et pour le faire craquer, peut-être le priver de nourriture pendant quelques jours, ainsi que d’eau, l’enfermer dans le noir le plus total et avec un silence absolu.


- Bon, on va te faire bouger autre part…

Se réinstallant confortablement dans son fauteuil, il mit ses pieds sur la table comme à son habitude, tirant une longue bouffée de sa drogue habituelle, ayant besoin de faire table rase l’espace d’un moment, de sorte à réfléchir à la procédure des évènements. Garder ou ne pas garder, telle était la question ? Il semblait être un être complètement inutile, et à part pour le sexe, à quoi bon le garder ? Gros dilemme… Avait-il envie d’un animal de compagnie qui pouvait être récalcitrant de temps à autre ? Oui, non ? Fallait le nourrir de temps en temps, le laver aussi sinon il sentirait mauvais… Bon, il verrait plus tard. Pour l’instant, il devait toujours lui tirer les vers du nez, ou au moins essayer une dernière fois demain matin, en revenant au quartier général.

- Demain plutôt… Tu vas rester ici ce soir, bien sagement, ok ?


Se levant, il se dirigea vers le brun, et lui redressa la tête violemment, observant les traits de son visage un moment, un sourire cruel aux lèvres avant de l’embrasser durement, sauvagement une dernière fois, en guise d’au revoir. Il ébouriffa la masse de cheveux et sortit de son bureau, laissant un garde à l’intérieur pour surveiller son nouveau jouet. Journée assez bien remplie en somme, et satisfaisante malgré le peu de progrès qu’il avait fait avec le nouveau, mais ça viendrait…
Revenir en haut
Maigo Bakarashii
Yakuza Super Sexy
B² : Beau Baka
Violeur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2007
Messages: 66
Date de naissance {rp}: 08/05/1985

MessagePosté le: Mar 5 Fév - 22:25 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

La semence de Matthew couler entre ses jambes, le contacte entre leurs deux corps fut rompus. Il y avait eu quelque chose . . . Du sexe, un pure contacte Sexuelle, un contacte brutal, violent . . . Animal . . . Mais ce n'était décidément qu'un contact simple : du sexe, rien que du sexe, tout les deux avaient voulus assouvire quelque chose et maintenant que c'était fini, qu'ils avaient eux ce qu'ils voulaient, il n'y aurait rien d'autre, pas même un peu de recpect !

Maigo, lui, était un peu dans le gaz . . . A moitié couché sur le bureau, il essayait de reprendre sa réspiration, essayant de ne pas trop pensée, essayant de rester dans ce monde de l'extase, essayant de rester a ce niveau de plaisir . . . Au sommet du plaisir . . . Fermant les yeux, il se demandait quand est ce que c'était la dernière foi qu'il avait resentis cela . . . Un telle degrés d'extase, il ne se souvenait plus vraiment, mais au final, ça n'avait pas d'importance . . . Par ce que cela ne changait en rien son actuel situation : il était toujours en plein terrain ennemi et prisonnier, de surcroit !

On le tira par le poigniet, le forçant a se relever et a s'installé sur sa chaisse . . . C'était Matthew, bien sûr, il le rattacha solidement, de toute façon, il s'en fichait maintenant ! La tête se balançant légérement, il regarder la pièce comme s'il ne la voyait pas, regardant ici et là . . . Ses yeux se possèrent sur le Jikkei . . . Quel homme tout de même . . . Il avait une certaine préstence, il fallait l'avoué, on pouvait facilement comprendre qu'il n'avait voler sa place aux cotés de Reishin Lan !

Bouger de ce lieu, ou ne pas bouger, telle était la question ! Matthew semblait réfléchir a voix haute pour résoudre ce problème peu important . . . Sûrment pour jouer avec les nerfs du captif . . . Qui s'en contre fichait d'être ici ou là, de toute façon, tout était prison pour le jeune homme, absolument tout ! . . . Il vivait dans une prison et y resterait jusqu'a sa mort.


~ Va te faire mettre ! Répondit il joyeusement a la question.

L'homme se releva et vint vers lui pour lui redresser la tête, quel . . . Sens du respect il devait avoir ce mec là ! Il ne connaissait sûrement pas le mot "délicatesse". Le "baisser" fut rude, comme toujours, mais de toute façon Maigo savait que maintenant, il n'aurait plus aucune délicatesse de la part de cet homme. Il n'eu pas le temps de répondre comme il se devait a ce contact, il aurait voulus le faire.

Ensuite, l'homme le "caressa" et puis s'en alla, le laissant tout de même entre de bonne mains, semblait il . . . Dommage que ce ne fut pas un Yakuza infiltré ! Il aurait pus l'aider . . . Lorsque Matthew fut partis, il entendit l'homme qui était chargé de sa surveillance ricaner, Maigo lui lança un regard sombre.


- T'a passé un bon moment mignonne ? Demanda t il avec moquerie.

Pour toute réponse, Maigo lui cracha dessus et l'homme se venga d'un coup derrière la tête. . . Ensuite, Maigo ne mis pas longtemps a s'endormir, habitué a dormir dans les lieux les plus insolite.

_________________
Meurt un autre jour . . .
Revenir en haut
Matthew Coleman
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 27 Avr - 17:27 (2008)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat" Répondre en citant

Quelques jours étaient passés depuis que Matthew avait rencontré le jeune homme que lui avait confié Reishin. Il l’avait laissé seul, n’étant pas revenu dans son bureau. En effet, la nuit précédant leur rencontre, il avait fait connaissance avec celui qui serait à présent son ennemi juré : Beowulf. Un homme si dangereux et froid, aux pensées impénétrables, chef des Yakuzas, le clan opposé aux Freelances. En plus d’être blessé et de devoir rester immobilisé du bras gauche, Reishin avait disparu. Ce fut le bordel, le chaos, l’apocalypse carrément. Plus de nouvelles, du jour au lendemain. Il avait fallu prendre des mesures rapidement, et il n’avait tout simplement pas eu le temps de s’occuper de cet idiot de chat, laissant tout simplement un garde avec lui. Garde qui pouvait faire tout ce qui lui plaisait, bien entendu. Matthew n’en avait que faire, tant que Maigo restait vivant. Ou du moins ça, c’était quand Reishin était encore là. A présent, il n’avait aucune obligation et pouvait disposer du brun comme il le souhaitait.
 
Une cigarette coincée entre les lèvres, il avait refusé qu’on lui mette un dispositif pour que son bras bouge le moins possible, et avait donc tout simplement un bandage qu’on ne pouvait pas deviner sous sa chemise blanche. Un soupir s’échappa de ses lèvres alors qu’il entrant dans son bureau, nettoyé à présent. S’avançant dans la pièce, il s’arrêta en face du jeune homme, et avec sa main droite, lui redressa le menton pour le regarder dans les yeux. Les effets de la drogue s’étaient dissipés, bien entendu, et il avait l’air d’être en assez bonne forme. Le lâchant soudainement, le chef provisoire resta pensif un long moment, ne pipant mot. Qu’allait-il faire de lui ? Le revendre à un riche pervers, qui s’en servirait comme esclave sexuel de jour comme de nuit ? Lui prendre ses organes pour le revendre ? Tester de nouvelles drogues sur lui ? Les possibilités étaient infinies…
 
- Qu’est-ce que je vais bien faire de toi… ?
 
Le libérer était hors de question. Idiot de Suô. A présent, il avait un témoin contraignant. En tout cas, le rouquin ne semblait pas se soucier plus que de cela du sort de son ami, et s’amusait bien assez avec le fils de Reishin, qu’il devait garder jusqu’à nouvel ordre. D’ailleurs le gamin n’allait pas tarder à partir de la résidence, pour venir habiter au QG directement.
 
S’approchant de son bureau, Matthew écrasa sa clope dans le cendrier, et se passa la main sur le menton, où une barbe naissante était présente. N’ayant pas vraiment d’idées, et ne voulant pas se casser la tête dans ce moment de crise, il décida finalement du sort de l’homme en face de lui. Faisant signe au garde qui s’approcha légèrement, il lui ordonna d’aller chercher quelqu’un d’autre pour l’aider. Il se doutait que Maigo avait pas mal d’énergie, et qu’il ne se laisserait pas faire docilement, ce qui était contraignant. Quand deux hommes entrèrent, il donna les directives.
 
- Choppez-le, et foutez-le dans mon appart’, okay ? Attachez-le quelque part, aux barreaux du lit ou n’importe où, et toi, surveille-le jusqu’à ce que je revienne. J’ai d’autres trucs à faire.
 
Il avait ignoré le captif du début jusqu’à la fin. Tournant les talons, il lui tapota la tête, presque affectueusement, en passant près de lui, et ressortit de la pièce, allant vaquer à d’autres occupations. Le soleil était encore haut dans le ciel, et de nouvelles responsabilités l’attendaient en tant que chef du clan. Pour Maigo, il s’occuperait bien de lui plus tard, quand il en aurait le temps.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:52 (2018)    Sujet du message: "Je te présente mon Chat"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> Territoire des Freelances -> Base Désafectée -> Bureau Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom