Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas
Forum classé NC-17
 
Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

L'heure est arrivée...

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Miorosu~¤~ -> Desuko
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 2 Juil - 21:59 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

[pour Rei suite de => Livraison d'un colis vivant]

La première partie concernant le sort de Ryô était partiellement réglée. Maintenant, il n’avait plus qu’à attendre patiemment et il savait très bien le faire quand il le fallait. La seconde partie de son affaire, qu’il considérait comme personnelle, était de retrouver Tetsuo. Après s’être installé dans la berline, Reishin indiqua pensivement une destination au chauffeur. L’homme acquiesça silencieusement. Le véhicule s’engagea sur leur des artères de la ville se mêlant aux autres voitures. Le modèle était somme toute banale… Vitres teintées, voiture blindée... Confortablement assis sur la banquette arrière, il tira plusieurs feuilles agrafées de la poche intérieure de sa veste. Les dépliant avec précaution, l’homme se remit à les consulter. Sa main chercha un crayon ou un stylo dans un des vide-poches, tandis que ses yeux décryptaient encore. Un mot pouvait avoir plusieurs sens, une phrase aussi… L’objet tant attendu finit enfin entre ses doigts. D’un geste sec, il se mit à annoter certains paragraphes, tantôt en chinois, tantôt en japonais ou encore à l’aide d’un code composé de chiffres. Son esprit oubliait le paysage fait de buildings à la grandeur du génie technique, la cacophonie de la rue, la masse humaine et le gris de la ville. Il n’y avait rien de bien réjouissant à ce tableau, mais la ville était ainsi faite.

Un soupir effleura ses lèvres, alors qu’il avait fini de griffonner sur les feuilles. Le chauffeur s’arrêta à un feu rouge et en profita pour questionner du regard Reishin à propos de la destination. Dans un sens, il était persuadé que Tetsuo ferait tout pour l’éviter… Il fallait choisir un lieu où il ne mettrait pas les pieds de lui-même… Il n’était pas coutumier des lieux hautement festifs et cela pouvait être un lieu idéal pour se cacher. Et l’endroit reconnu par excellence pour ses soirées chics et coûteuses étaient évidemment le Desuko. Ses yeux rencontrèrent ceux de son chauffeur et une sorte de compréhension fit hocher la tête de l’homme. Ces accords tacites qui se faisaient entre eux plaisaient énormément à Reishin. Les mots étaient superflus et il pouvait savourer la quiétude du trajet ou songer à autre chose. La voiture démarra à nouveau et avança sur le bitume jusqu’à l’endroit choisi. L’employé gara la berline à côté d’un 4x4. Sortant du véhicule, il remit correctement sa veste et choisit de s’accorder une cigarette. Des vigiles étaient postés juste à l’entrée. Leurs regards se croisèrent. Il avait une vague idée de la façon dont il allait pénétrer dans le l’endroit sans qu’on lui pose trop de questions ou qu’on lui rappelle, qu’on se rappelait de lui à cause de telle ou telle soirée. Tout d’abord, il se devait de passer un coup de fil à la bonne personne.

Marchant de long en large, il choisit d’appeler un dirigeant d’une entreprise, qu’il avait aidé quelques mois auparavant. Il fut convenu, qu’officiellement Reishin entrerait au Desuko pour un des évènements majeurs de la société. De temps en temps, il aimait avoir une raison ou ce qu’il appelait une raison de faire un effort, lorsqu’il mettait les pieds dans un lieu de fête pour une raison plus personnelle que professionnelle. Chose qui était d’ailleurs tout à fait ridicule, car il avait déjà été aperçu à différentes soirées, qui se déroulaient ici et qu’il aurait été de son bon droit d’entrer. Les vigiles ne furent pas difficiles à convaincre et le laissèrent entrer sans problème. A vrai dire, à leurs yeux, il ressemblait à ces hommes, qu’ils voyaient tous les jours. Habillés de la même façon, le même vocabulaire, les mêmes intonations. Oui, pour eux, l’habit faisait le moine. Avec nonchalance, il parcourut l’endroit cédant des bonjours presque du bout des dents. Au fur et à mesure, que le temps passait et que donc, il risquait de mettre la main sur Tetsuo, son humeur s’altérait. Sa première cigarette avait fini dans l’un des cendriers disposés sur les rebords des fenêtres, pendant qu’une nouvelle trônait fièrement entre ses lèvres.

S’adossant à un mur, il observa la grande terrasse, où se tenaient les fêtes de plein air… Il n’avait aucune envie de jouer au chat et à la souris avec Tetsuo… Il valait donc mieux, que le hasard les fasse se rencontrer… Et le plus vite possible, avant que son quota de patience ne soit épuisé…
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 2 Juil - 21:59 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Tetsuo Kiriama
Celui qu'on appellait l'Ombre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2007
Messages: 71

MessagePosté le: Mar 3 Juil - 01:21 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

{Come too :: I poor in the . . . Heu . . Me rappelle plus des paroles ! :: }

La première chose que Tetsuo avait fait après avoir "affronté" Blanche Neige, c'était d'aller à l'hôpital en espérant qu'on ne lui posserait pas de question compromettante, chose qui se déroula comme voulut, le personnel médical ne semblait pas se soucié réellement de la cause d'une telle blessure et on la lui avait soignié sans rien ajouté de plus que les médicaments préventive, et la facture de toute ceci. Il paya tout de suite la facture avant de reprendre un taxi pour se rendre cher lui et ce n'est qu'alors qu'il constata qu'il avait ressus un message . . .

"Ho ho, j'ai loupé l'appelle du patron !"
Ce dit il à lui même en se demandant si cette foi, il avait pas dépassé les bornes.

Il écouta avec attention le message et se demanda l'espace de quelques secondes s'il n'était pas préférable d'aller à l'opposé, par exemple, à l'aéroport ! Oui, c'était une bonne idée ça, vous ne trouvez pas ? Enfin, peu importé ! Pour le moment, Tetsuo avait plus envie d'une bonne douche et puis de changé de vêtements par ce que les siens était taché de sang sécher . . .

Le jeune homme retourna donc cher lui pour prendre des vêtements plus sombre, prenant en compte le fait que sa blessure pourrait parfaitement se rouvrire, dans ce cas là, il fallait que cela passa inaperçut ! Il dépossa la chemise et le costume noir sur son lit et pris sa douche, concient que les minutes passaient . . . Lentement ou rapidement ? Allait savoir, mais elles s'écoulaient comme un sable s'écoule dans un sablier . . .

Devant le miroire, le jeune homme resta quelques instants à fixer son propre reflet, ses cheveux se plaquer contre son front et contre le tour de son visage, coller par l'eau qui s'écoulé a petites gouttes pour s'écrassé sur le sol. Aujord'hui encore, il avait été si proche de la mort . . . La balle aurait pus lui toucher une artére ou, il aurait pus ne pas l'évité, il serait mort mais pourquoi était il encore là ? La chance ? La malchance ?

Un sourire énigmatique apparus sur le visage de l'homme qui se reflettait devant lui et il se décida enfin a bouger, se disant qu'ici, on viendrait de toute façon le chercher ! Refaissant son bandage à l'épaule et s'habillant, il ne tarda pas à refermer son appartement avec ses clefs, les utilisants une secondes foix sur sa seconde voiture, il était très préventifs et même, il avait le droit d'avoir plein de voiture, non ? Surtout que la première . . . D'après ce qu'il savait de Dust, fallait pas s'attendre à un miracle (Duste, si tu nous lit . . . XD).

Déstination : un endroit où il était fort IMPOSSIBLE de rencontré son patron ! . . . Un lieu de fête donc ! Et hop, dirrection vers le lieu le plus connus pour faire les fêtes. Regardant sa montre, il constata que pour le moment, celle ci ne serait pas mouvementé mais cela lui permettrait sans doute de dormir dans un coin sans se soucier plus de la musique et du reste. Il stoppa sa voiture et la confia au bon soin d'un garçon qui fut ravis de s'en charger. Sans plus attendre, il pénétra dans la boite, tout content de pouvoir faire un peu la fête !

Il resta un moment à l'entré, juste pour voir si cela vallait la peine de chercher un coin pour dormir tranquille ou bien non et bien vite, il partis à la recherche d'un lieu pour dormir, se promenant ici et là, essayant de ne pas trop déranger les couples ici et là qui se rencontré soit pour la première foi, soit pour la éniéme foi !

Tient, c'était étrange ça, cette homme adosser au mur, il ressemblait étrangement à Reishin . . . Quel blague ! Que ferait donc Reishin dans un telle lieu, non franchement, c'était à mourire de rire ! . . . Mais plus il avançait, et plus cet homme lui faisait pensé à son patron . . . Non, en fait, C'était son patron ! Cela devenait une certitude et le pire, c'est que maintenant, il pouvait pas ce caché . . . Enfin, si, il pouvait attrapé le mec en face de lui et l'embrasser . . . Celui ci l'emménerait dans un coin et Tetsuo le désendrait pis voilà, affaire réglé mais ce mec là, c'était pas son genre . . . Et puis maintenant, c'était sans doute trop tard !


" . . . Tient, Otousan, mais qu'est ce que vous faites ici ?"
Demanda t il avec un sourire pour tout masque.
"Je ne m'attendais pas à vous rencontrez un jour dans un telle lieu . . . Je me trompé ! Quel surprise !"

Sur le coup, Tetsuo fut très nerveu et lorsqu'il était nerveux, il était en manque de nicotine et la seule façon de résoudre le problème, c'était soit de prendre un patch, chose qu'il n'aimait pas, soit de daignier sortir une cigarette pour en allumé une ! Il sortit donc son paque et en sortis une, mordillant légérement le filtre avant de tendre le paquet a Reishin, lui en proposant de façon muette, allumant la sienne avec son briquet.
_________________
Revenir en haut
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 5 Juil - 22:14 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

Si dans moins de cinq minutes, il ne mettait pas la main sur lui, il trouverait bien quelqu’un pour compenser… Le temps de détendre ses nerfs. Sa tête tourna doucement cherchant une victime potentielle du regard, lorsque ses yeux rencontrèrent la silhouette de Tetsuo. Enfin… Une lumière passa brièvement dans ses pupilles. Son corps bougea pour faire face à l’homme montrant bien qu’il l’attendait. Reishin avait l’impression qu’il hésitait. En tout cas, il était assez satisfait que son déplacement est payé… Et d’avoir un doute sur le penchant pour les fêtes de l’autre homme. Franchement, n’y avait-il pas mieux à faire que de passer du temps dans ce genre de lieu ? Evidemment, il fallait soigner ses relations publiques… Prendre des nouvelles en faisant mine de s’intéresser, sourire légèrement mais pas trop, car de toutes façons, il ne s’agissait que de masques… Fréquenter cet endroit était une perte de temps à ses yeux, mais bon il s’avérait que certaines personnes faisaient à sa place, ce qu’il n’aimait pas faire.

Ses yeux observèrent un serveur sans prêter attention aux premières paroles de Tetsuo. Son intonation de voix suffisait à lui ôter envie de l’écouter. Le visage impassible de Reishin se tourna enfin vers son interlocuteur. Il se taisait et se contentait de le détailler. Pourquoi mordillait-il le filtre ainsi ? Craignait-il quelque chose ? Un sourcil s’arqua discrètement à la fois amusé et étonné. Il y avait quelque chose de terriblement contradictoire chez cet homme qui lançait une idée mettant quasiment sa vie en jeu sans penser aux conséquences et qui en même temps, paraissait fuyant devant lui. Entre temps, il avait refusé de la tête la cigarette proposée. Il ne fumait que ce qu’il achetait, c’est-à-dire des Chesterfield, des Mild et quand il prenait la décision d’arrêter, il essayait les cigarettes avec du menthol… Décision qui ne se concrétisait bien évidemment jamais et il haïssait le menthol... Se décidant enfin à prendre la parole, ses lèvres s’entrouvrirent et murmurèrent sur un ton rempli de sous-entendu.


- Tout le monde a le droit d’avoir une surprise… n’est-ce pas ?

Un fin sourire se greffa sur son visage et il planta ses yeux dans les siens... Il y avait d’ailleurs des surprises dont on se passait volontiers. N’ajoutant rien de plus, ses mains glissèrent dans ses poches. Doucement, il s’avança vers Tetsuo comme pour lui chuchoter quelque chose. Toutefois, un serveur arriva à ce moment-là. L’établissement d’une discussion était donc interrompu par un parasite, auquel, Reishin jeta un vague regard. D’une main, il attrapa une coupe et ses pieds l’éloignèrent de son interlocuteur, mais son regard avait tout fait pour que l’homme comprenne, qu’il avait intérêt à le suivre… Passant un groupe d’hommes habillés avec le même costume, il tourna vers une sorte de boudoir. Des confortables fauteuils avaient été disposés et éloignaient des oreilles indiscrètes, les personnes souhaitant avoir une conversation plus secrète. Il porta le verre alcoolisé à ses lèvres, espérant qu’au moins, il soit bon. Le cocktail avait une saveur légèrement sucrée, qui le détendit. Ses doigts jouaient avec la tige du verre, son index et son pouce le tournant de droite à gauche.

Finalement, Reishin finit par s’asseoir dans l’un des fauteuils. Ses yeux fixaient un point invisible, une expression des plus neutres sur le visage. Il attendait… Ses lèvres s’étirèrent lentement formant un étrange sourire, qui disparut assez vite. Cet instant, il le savourait… Oui, il se délectait de sa sérénité soudaine, celle qui s’emparait bizarrement de son esprit, lorsque le sujet sensible allait être abordé et qu’il n’avait aucune envie d’être laxiste. D’ailleurs, si Tetsuo ne le suivait pas, il le rechercherait probablement dans tout le Desuko. Il était là et il n’allait pas le laisser partir aussi facilement… A moins que le temps défilant ne fasse que croître sa volonté de lui faire comprendre certaines choses à sa façon.
Revenir en haut
Tetsuo Kiriama
Celui qu'on appellait l'Ombre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2007
Messages: 71

MessagePosté le: Sam 7 Juil - 02:28 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

Même si Reishin avait fait comme s'il l'avait vus, Tetsuo se demanda, l'espace de quelques secondes, s'il l'avait vus et puis se rendit compte presque aussitôt que c'était peut être un simple hasard s'ils se retrouvaient ici ! Après tout, Reishin était super connus, il devait avoir un tas d'invitation pour ce genre de lieu alors pourquoi s'affoler ? Et franchement, pourquoi est ce que Reishin voudrait le voir ? Non mais, il tirait trop vite des conclusions le petit Tetsuo, non ?

Malgrès ses pensées réconfortantes, Tetsuo n'arrivait pas à se calmer et de moins en moins d'ailleurs, vus le regard détailleurs de son chef, il ne savait comment l'interpréter ! C'était un regard un peu trop énigmatique, même pour Tetsuo . . . Non, en fait, surtout pour Tetsuo ! Il haussa les épaules lorsque Reishin refussa les cigarettes et refourra le paquet dans sa poche tandis que l'autre gratter encore le briquet, s'acharnant sur celui ci pour allumer sa cigarette.


* . . . Hein ? Il parle de quoi ?*

Penchant la tête sur le coté, Tetsuo retira la cigarette de sa bouche l'espace de quelques secondes. Il voulait simplement posé une question mais il ne posa pas sa question, voyant Reishin se rapproché, il eu un leger mouvement de recule sans qu'il sut comment expliquer celui ci . . . C'était étrange, non ? Reflexe ? Oui, mais d'où avait il aquis se reflexe plus qu'étrange qui ne parus pas comme telle . . . En fait, il eu juste un léger mouvement d'épaules, c'était tout mais lui le comprenait parfaitement se geste, mais il ne pouvait pas l'expliquer . . .

Un serveur vint . . . "Sauver" Tetsuo . . . (?) . . . Et proposa de l'alcool en tendant un plateau et Tetsuo hésita franchement . . . Quelques centièmes de seconde du moins. Rien de mieu que l'alcool pour détendre un peu l'atmosphère, non ? Le rouquin fit rouler entre ses doigts le verre contenant le liquid alcoolisé en regardant vaguement le serveur, ne le voyant pas vraiment. Il reporta bien vite son attention sur son supérieur. Son regard fut plus que claire . . .


* . . . Il veut que je le suive ou que je prenne mes jambes à mon cou lui ?*

Tetsuo le regarda s'éloignier d'un oeil inquiet, franchement, c'était pas plus prudent de prendre la sortis de secour sur la droite, là ? Non ? . . . Peut être que c'était pas surveiller et en trois quart d'heure, il atteindrait l'aéro . . .

*. . . Arrête tes délires Tetsuo !*

Vidant d'une traite le cocktail qui lui brula d'ailleurs la gorge, il repossa le verre sur le tableau d'un serveur, prenant soin de reprendre un autre verre plein, et suivit Reishin avec détérmination, se disant que de toute façon, il voulait sûrement qu'un peu de compagnie ! Ou bien qu'il voulait lui demandé pourquoi il lui avait offert un tueur à gage comme cadeau ! . . . Claire que, comme cadeau . . . C'était bizarre !

L'ombre regarda son supérieur s'installé a par et ne tarda pas à le rejoindre, restant debout en croissant légérement ses mains, gardant une mains libre pour faire glisser son verre dans sa mains. Il resta un petit moment silencieu, ne sachant de toute façon pas quoi dire, il n'était même pas sûr que la situation était réellement ce qu'elle paraissait être . . .


"Otousan, vous n'avez pas aimer mon cadeau ?"
Demanda t il curieu de connaître la réponse.
"C'est pourtant quelque chose de difficile à trouvé et encore plus à aquérir ! Certes, il n'est pas encore aquis, mais ça ne saurait tarder . . . "

Tetsuo se décida enfin à s'assoire sur un des fauteuilles, ce mettant assez proche pour qu'ils soient les seuls à prendre part à cette conversation et respectant tout de même une certaine distance entre l'Otousan et lui même, par respect, rien de plus, rien de moins !

"Je suis désolé d'avoir pris cette initiative, mais vous auriez sûrement refuser que je prenne des risques !"
Dit il pour sa défence.
"Et moi, j'avais envie de mettre là mains sur Blanche Neige ! Moi et pas un autre !"
_________________
Revenir en haut
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 11 Juil - 14:51 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

Loin du bruit de la salle, il avait enfin trouvé un endroit tranquille. L’allée était peu passagère et les quelques personnes, qui s’y aventuraient, étaient soit des serveurs, soit des hommes venus exprès pour traiter certaines affaires. Après avoir laissé son regard errer de droite à gauche, il tira son paquet de cigarettes de sa poche et en sortit une sans un mot. La coinçant entre ses lèvres, il rangea le paquet extirpant en même temps son briquet. Ce dernier était assez banal. En argent, une orchidée gravée dessus et qui plus est, rechargeable. Tirant une bouffée, Reishin redressa son visage et remarqua enfin la présence de Tetsuo… Il l’avait suivi, tant mieux. Ses yeux glissèrent à nouveau sur la silhouette du roux, puis changèrent d’objet de contemplation, comme si celui n’était plus digne d’intérêt. D’un autre côté, il continuait à se taire attendait patiemment, que son interlocuteur prenne la parole. Reishin était capable d’attendre longtemps, très longtemps. Trop sans doute était-ce pour cela que l’homme avait enfin pris la parole.

Il jugea la question intéressante… Tout dépendait du vue, duquel on se plaçait. Un cadeau pouvait faire plaisir, tout comme il pouvait faire l’inverse. Il était donc important de connaître la personne, ses goûts et ses attentes du moment. Reishin aimant essentiellement les cadeaux utiles, il pouvait donc dire, que oui, il l’avait apprécié. Toutefois, si on partait du principe qu’un cadeau contenait au moins 90% de surprise et que la surprise pouvait agacer selon le moment choisi pour l’annoncer… Il fallait donc considérer que le plaisir du cadeau était grandement entamé. Ne sachant quoi réellement répondre ses lèvres dessinèrent une moue vaguement dédaigneuse. Quant à la réponse, elle ne vint jamais laissant ainsi Tetsuo penser, ce qu’il avait envie de penser. Profitant de la suite de la phrase, il choisit de bifurquer là-dessus tranquillement, comme si de rien était.


- Un homme est acquis définitivement, quand tu l’as tué de tes propres mains.

Oui, Reishin avait tendance à préférer les gens plutôt morts, que vivants. Ou alors vivants mais asservis, ou bien vivants mais loin de lui. On retombait toujours sur le problème de la confiance. Son ton avait été volontairement froid, voir distant. Calmer les ardeurs devenait vraiment obligatoire. S’il avait conscience, qu’il avait eu affaire à un gros poisson, comment pouvait-il penser que Ryô céderait aussi facilement…

- La fidélité de l’homme n’a rien de naturel.

Point de vue des plus personnels sur la question. Sa phrase se perdit un peu dans le bruit lointain. Ses yeux légèrement plissés s’étaient reportés sur le ciel observant avec attention les nuages. Le gris se voulait menaçant malgré les faibles rayons qui perçaient la couche nuageuse. La pluie… quand arriverait-elle… Il entendit sans y faire attention, le bruit d’une chaise bougée puis le silence retomba à nouveau. Cette fois encore, il laissa Tetsuo parler. Mais cette fois-ci, il venait de dire, quelque chose de très juste. Bien sur qu’il aurait refusé sans au moins un plan élaboré avant. Pourquoi cela semblait si difficile à comprendre ? Le jeu était réellement dangereux et rien excluait de prendre des précautions. Mais au lieu de dire sa pensée, il répondit avec une pointe d’indifférence.

- Fais ce que tu veux du moment, que tu ne crèves pas.

Peu doué pour les enterrements et autres commémorations, il n’avait surtout aucune envie de devoir se mettre en chasse pour trouver quelqu’un d’autre en guise de remplaçant. Entre ses doigts, sa cigarette se consumait lentement. De la cendre tombait doucement sur la dalle de béton ou voletait portée par une légère. A l’intérieur, le bruit s’était amplifié. Des lueurs rouges, jaunes, verts, bleues allaient et venaient enfermant les visiteurs dans un cocon en-dehors de l’activité de la ville. Les mouvements des corps se reflétaient sur les murs et donnaient l’impression de n’être que des ombres chinoises… La consistance des corps n’existaient plus. Silencieusement, Reishin tourna son visage en direction de celui de Tetsuo. Ses lèvres s’entrouvrirent très légèrement. Cependant aucun son n’en sortit… Ces dernières se modelèrent pour former un très fin sourire. Avec flegme, sa main jeta sa dose de nicotine à terre et le talon vint finir d’achever le tout.

- Mais je ne peux laisser passer ça…


Il ne savait pas si Tetsuo le suivait, mais il savait de quoi il parlait. Sa main retira délicatement le verre des mains de l’homme pendant que celle de libre se saisit fermement du poignet. Le tirant vers lui de façon brusque, Reishin le fit atterrir sur ses genoux plaquant son torse contre ses cuisses. Son sourire léger était toujours peint sur ses lèvres comme s’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter… Ses doigts se resserraient petit à petit sur le poignet du rouquin. Son visage s’abaissa jusqu’à l’oreille de l’homme et il lui chuchota.


- Comment comptes-tu me faire oublier la colère dans laquelle tu m’as mise…


Excellente question, car bien que son attitude puisse laisser penser le contraire, il n’avait pas oublié… Son intonation était étrangement douce… Trop sans doute et malgré tout, les mots étaient un peu hachés comme si l’agacement ne s’était pas encore dissipé… Combien de temps allait-il laisser à Tetsuo avant d’agir…
Revenir en haut
Tetsuo Kiriama
Celui qu'on appellait l'Ombre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2007
Messages: 71

MessagePosté le: Jeu 12 Juil - 23:13 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

Tetsuo était de plus en plus nerveux, le silence de Reishin avait quelque chose d'effrayant et plus il attendait pour parlé et plus Tetsuo était nerveux, l'attente avec quelque chose d'insupportable et pour tenté d'oublier celle ci, le rouquin porta son attention sur les vagues dans son verre, il s'amusa a les fixers mais ne les voyait pas vraiment en fait. Il reporta son attention vers Reishin qui prononça enfin quelque chose et souffla de soulagement . . .

Quoi qu'en fait, ce n'éait pas si rassurant ce qu'il disait là . . . Comment ça un homme acquis est un homme qu'on à tué ? Dans ce cas là, Reishin considérait toutes les personnes qui l'entourait et le vénérait presque comme des personnes non acquissent ? Alors le chef des Freelances n'avait même pas confiance en l'Ombre ? Celui qui avait trahis les siens et qui n'avait plus réellement d'attache . . . Oui, Tetsuo avait trahis les siens et avait perdus l'être le plus cher à ses yeux et maintenant, il avait décidé de servir les seules personnes en qui il pouvait encore croire . . . Les ennemis de ses ennemis son mes amis !

Il garda le silence, ne trouvant rien à dire au chef des Freelances, chacuns avait ses propres convictions après tout et Tetsuo n'allait sûrement pas essayer de faire changer d'opinion Reishin ! Pourquoi ferait il une chose pareil de toute façon ? Chacun ses convictions ! Sinon, plus d'originalité dans le monde, c'était ainsi, et pas autrement.

Sirotant son verre, Tetsuo écouta Reishin . . . Qui se trompait légérement sur la fidélité de l'homme ! S'il travaillé pour Reishin, c'était certes par ce qu'il n'avait pas eu le choix : quel autre possibilité lui restait il avait eux à l'époque ? Presque aucune et s'il avait choisi les Freelances . . . Peu importe les raisons ! Tous ce qu'il fallait retenir était que maintenant, la seule chose était que Reishin avait gagnier la confiance et la fidélité de Tetsuo !


"Oui, peut être . . . "
Accorda t il tout de même au chef.

Ensuite, vains la question sur le refus éventuel de Reishin et le jeune homme avait vus juste ! Reishin ne l'aurait jamais laissais tenté son kidnapping ! Qui aurait laissé faire cela ? Franchement, mais Tetsuo aimait le danger plus qu'autre chose, il l'aimait tellement !

Peu à peu, la boite devenait de plus en plus vivante, lumineuse, bruillante . . . Mouvementé . . . Et Reishin fessait une bien étrange demande au jeune Tetsuo. Il eu un sourire a peine perceptible, comme si c'était une grande perte qu'il meurt ! Le chef devait sûrement être embêté par l'organisation des fêtes morbides !


"Si tu veut, je fais les demandes pour les préparatifs de mon enterrement ?"
Dit il souriant.

Tient, Reishin avait un étrange comportement . . . Quoi que, le jeune homme n'en était pas sûr . . . Pourquoi est ce qu'il disait cela ? Il ne pouvait pas laissait passé cela ?


"Hein ?"
Dit il en regardant son verre qui quitté ses doigts pour attérire sur la table.
"Pourquoi ?"

Mais le rouquin n'eut pas réellement le temps de comprendre la suite, il sentit la mains de Reishin ensérait la sienne avec force pour l'attiré brusquement vers lui, une douleur lacerante le prix de court à l'épaule alors qu'il se retrouvé sur les cuisses de Reishin, il ne put pas dissimulé son grognement de surprise mélé à la douleur et grimaça légérement, se crisspant. Le resserement sur ses poigniet fessaient mal mais pas autant que son épaules, il avait l'impression qu'on y enfoncé un poigniard.

Qu'est ce qu'il racontait là Reishin ? Comment ça lui faire oublié la colère ? Peu importé cela pour le moment en fait ! La seule chose que Tetsuo avait envie était d'arrêté cette douleur lacerante dans son épaule !


"Reishin, ça fait mal !"
Protesta t il en se débattant de son bras valide.
"Lâche moi ! Ca fait mal !"
_________________
Revenir en haut
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 14 Juil - 18:06 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

Enterrement, enterrement comme Tetsuo pensait déjà bien loin. Avait-il prévu de les quitter si tôt ? De toute façon, même si l’homme s’occupait de toutes les formalités, il ne mettrait pas les pieds à la cérémonie. Tout simplement par manque de temps. Il avait des choses prioritaires et d’autres non… Les morts n’avaient jamais la priorité chez lui, car quand on est mort, on a le temps devant soi. Chose qui manquait le plus souvent au commun des mortels. Un sourire aux lèvres, Reishin continuait à maintenir fermement Tetsuo. Il pouvait d’ailleurs toujours hurler, la musique couvrait soigneusement le son de sa voix. De plus, les gens étaient bien plus préoccupés par la soirée et leur conversation personnelle, que par ce qu’il pouvait se tramer à l’extérieur. Ses yeux se posèrent sur le visage du rouquin. Lentement, sa tête bascula sur le côté avec une expression presque attendrie. Il était presque adorable à se débattre ainsi…Ses lèvres finirent par s’ouvrir. Au départ, Reishin pensait lui dire de se taire mais au lieu de cela, il murmura d’un ton amusé

- Tsst, tsst… Mauvaise réponse…

Comme pour appuyer ses propos, il serra un peu plus son étreinte. Avait-il mal ou très mal ? Les différents niveaux de douleur changeaient tout. Brusquement, il se redressa sans pour autant le lâcher. Seulement voilà, au lieu de lui maintenir les deux bras dans le dos, Reishin l’attrapa par la taille et le posa comme un sac de pommes de terre sur son épaule. A droite, ils pouvaient se plonger dans la foule…. A gauche, ils pouvaient suivre un petit chemin tranquille qui menait à un autre bâtiment. Son choix se porta évidemment sur l’endroit le plus discret. En plus, il ne se souvenait plus des installations présentes, ce serait donc un parfait moyen d’aller explorer l’endroit. Si Tetsuo gesticulait trop, il risquait de rencontrer rapidement le sol. A priori, ce n’était pas quelque chose dont il avait foncièrement envie. Après, s’il avait envie de se faire traîner à terre comme une vulgaire serpillière, Reishin savait aussi faire cela.

- Tu es un homme Tetsuo… Un homme dans notre milieu ne se plaint jamais de la douleur. A moins d’être un faible. D’ailleurs, tu es extrêmement léger….

Il était difficile de savoir s’il était très énervé ou alors très moqueur… et peut-être même les deux, qui sait… D’autant plus, qu’il supposait que Tetsuo avait du en voir d’autre dans sa vie. L’homme ne connaissait pas très bien celui qu’il tenait. Il avait entendu des choses, ce que l’on pouvait appeler aisément des bruits de couloir, mais rien qui ne paraissait sérieux ou bien tangibles. De son côté, il n’avait pas non plus cherché à se renseigner davantage sur l’ombre. Il le trouvait à la fois adulte et gamin et il avait tout de même confiance en lui, même s’il ne le montrait. En fait, quelque chose lui disait que c’était aussi dans l’intérêt du rouquin que les Freelances restent sur des bases solides. Pendant qu’il réfléchissait, il continuait à marcher encore et encore. Son pas était presque automatique comme un robot. Il marchait d’ailleurs tellement bien, qu’il avait failli manquer la porte du bâtiment. Ce fut la vue d’un homme habillé comme un videur qui lui mit la puce à l’oreille.

- Hm, nous sommes arrivés…

Reishin déposa son colis et le poussa vers gentiment mais fermement vers l’un des hommes en costume noir. Voilà, ça lui revenait… Bien sur, qu’il savait ce qu’il y avait dans ces locaux. Se mettant bien derrière Tetsuo, il se contentait de le forcer à avancer les mains dans les poches. Il eut un mouvement de tête à l’attention d’un des vigiles, qui leur ouvrit la porte puis leur fit signe d’entrer murmurant poliment ‘messieurs...’ La porte s’ouvrait sur un hall avec un escalier qui descendait vers un sous-sol. Cette fois-ci, le brun passa devant sachant pertinemment que personne ne laisserait sortir l’autre homme. Tranquillement, Rei se contenta de descendre l’escalier faiblement éclairé jusqu’à déboucher sur un couloir avec quatre portes. Sur chaque porte, un motif avait été dessiné. Il y avait celle de cœur, celle de pique, celle de trèfle et celle de carreau. Sans réfléchir, il se dirigea instantanément vers celle de pique. Un tour de clé et la porte s’ouvrit devant eux. Eux car il supposait que Tetsuo le suivait...
Revenir en haut
Tetsuo Kiriama
Celui qu'on appellait l'Ombre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2007
Messages: 71

MessagePosté le: Dim 15 Juil - 00:21 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

L'entrainte de Reishin ne c'était pas faite moins forte, bien au contraire, il semblait que le chef des Freelance s'amusait de cette sitatuation, et c'était vrais que hurler ne servirait absolument à rien ! Tout ses gens qui dansaient, qui fessaient la fêtes, même s'ils remarquaient quoi que se soit, ils ne ferraient rien par ce que personne maintenant ne bougerais le petit doigts à moins d'y gagnier quelque chose ou bien pour se protéger sois même, les gens étaient tous égoïste ! Plus personne ne pensés au bonheur des autres ! A quoi cela servait il que les autres soit heureux ? Franchement ?

Le Freelance blesser grimaca une nouvelle foi de douleur, le fait de se débattre n'aidait pas à amélioré la douleurs de Tetsuo qui avait de plus en plus l'impression de se prendre un couteau dans l'épaule, il se demanda l'espace de quelques instants si la blessure ne saignait pas sous le bandage que l'infirmier lui avait fait à l'hôpital mais cela n'était qu'un détail, il pourrait toujours arrêté une éventuel émoragie, si Reishin acceptait bien de le lâcher, bien sûr !

Mauvaise réponse, mauvvaise réponse ! Mais comment voulez vous vous concentré sur une réponse alors qu'il était impossible d'être détourné de cette douleur déchirante ? Bon, ok, c'était une excuse ! Tetsuo savait pas du tout comment faire pour calmer le chef mais il allait pas tenté de le faire, c'était bien d'extériorisé un peu plus ses sentiments . . . Mais Tetsuo regrettait amérement d'être présent alors que c'était le cas ! La douleur à ses poigniets étaient peut être forte, qui savait, Tetsuo ne resentait que celle de son épaules, celle plus forte.


"Laisse moi médité sur la question !"
Dit il ironiquement en grimaçant.

Mais bon, pas le temps de mettre à execution ce qu'il venait de dire que le chef des Freelance se relevé, entrainant Tetsuo qui grimaça de nouveau de douleur, se tortillant pour essayé de rendre la douleur plus supportable. Reishin l'attrapa à la taille et le soulevait pour le déposé sur son épaule comme s'il n'était qu'une vulgaire poupée de chiffon, le fessant grimacer de frustration tandis qu'il se rendait compte de la situation.

Un homme, un homme ! Ouais ouais, mais tout homme peu se montrait faible ! Surtout s'il à pris la balle y à pas si longtemps ! Et en plus, Reishin le forcait, par son comportement déplorable, a utilisé ses bras et donc à bouger son épaule, et donc, à réagir comme un masochiste, se faisant mal de lui même, quel drole de perspective !


"Alors j'accepte d'être faible l'espace de quelques instants !"
Riposta le sac de patate en donnant une légére tape sur le dos de Reishin.
"J'ai pas eu le temps de guerrir de cette blessure !"

Une nouvelle grimace apparus sur le visage crispé de Tetsuo qui décida de se laissé faire pour le moment, de toute façon, Reishin ne le lâcherais pas, d'après ce qu'il avait comprit en tout cas. En plus, il avait pas trop envie de rencontré le sol trop hâtivement non plus ! C'est pourquoi il se fit aussi discret que possible sur l'épaules du chef des Freelances qui continuait à marché, le rouquin pas sûr que son "kidnapeur" ne sache où ils allaient ! Cependant, si, il savait où ils allaient et Tetsuo se demandait bien où le ménerait cette destinations connus uniquement du chef !

"Où cela ?"
Demanda t il en essayant de se relevait et de regardait en arrière.

Mais ce mouvement était totalement inutile en fait vus que Reishin repossé Tetsuo au sol et l'Ombre eu juste le temps de voir l'homme devant une entré qu'il était déjà poussé par son chef. Il ne comprenait décidément pas pourquoi ils devaient venir ici, enfin, disont plutôt qu'il ne préférait pas y pensée !


"Je ne connaissais pas cette partis de l'établisement."
Avoua franchement Tetsuo avec une pointe de curiosité.
"C'est quoi exactement comme lieu ?"

Etait ce mal d'être curieux de voir ce qu'il y avait dans cette partis du bâtiments ? Bah, de toute façon, il n'avait pas vraiment le choix, Reishin veillé vraiment à ce qu'il avance, lui coupant toute retraite ! Il avança donc, les vigils ouvrant le chemin et ce qu'il découvrit été assez stupéfiant, il fallait ce l'avoué, mais il ne laissa rien transparaître son visage, regardant Reishin de façon intérrogative. Il ne comprenait toujours pas leurs visites de ce lieu plus qu'étrange et mystérieux et pas très rassurant, ça, Tetsuo pouvait vous le garantir ! L'espace de quelques instants, il eu l'impression de s'être retrouver dans le manoir Spencer . . . Dans un jeu vidéo d'horreur avec des zombie et des énigmes à résoudre . . .

Cependant, se trompait lors d'une énigme ici, est ce que cela allait lui couté la vie comme dans le jeu ? Ou bien non ? Et quel énigme résoudre au juste ? Comprendre ce que voulait exactement Reishin par ce que là, pour tout avoué, le jeune homme était complétement perdus ! Et c'était même peu dire ! Il ne comprenait plus totalement ce qui ce passait et ne savait pas ce qui allait arrivé s'il suivait son Père . . . Ce qu'il fit de toute façon vus que les vigils ne semblait pas d'accord pour qu'il reprenne le chemin de la sortis !


*Pique, treffle, carreau et coeur . . . On se croirait de plus en plus dans ce jeu !*

M'enfin, c'était sûrement qu'une impression ou bien qu'une pensée pour tenté de se destresser, bien qu'il ai d'autre moyen, sa nicotine par exemple . . . En plus, sa douleur à l'épaule ne voulait plus du tout se calmer ! Il regarda pensivement la clef de Reishin qui tournait dans la serrure avant de le fixer avec intensité.

"Qu'est ce que ça veut dire ?"
Demanda le rouquin avec sérieux.
"Pourquoi tu m'emméne ici ?"
_________________
Revenir en haut
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 31 Juil - 13:48 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

La petite balade l’avait bien amusé. Il avait jugé bon de ne répondre à aucune des remarques de Tetsuo par manque d’intérêt de se lancer sur un terrain, qu’il qualifiait d’emblée d’ennuyeux. Il agissait comme s’il n’avait de compte à rendre à personne, pas tout à fait comme si d’ailleurs. Il n’avait strictement rien à justifier. Ou alors s’il y avait des choses, elles ne lui venaient strictement pas à l’esprit. Pendant tout le trajet, il avait marqué un certain désintéressement pour la chose qui gesticulait sur son épaule. Après l’avoir posé à terre, il s’était finalement dit que le rouquin n’était pas plus mal là où il était. Les vigiles n’avaient rien dit à leur arrivée, quand bien même ils n’étaient pas en mesure de faire quoique ce soit. Au sous-sol, Rei avait choisi sa porte et paraissait même avoir oublié un instant, qu’il n’était plus seul. Les paroles de Tetsuo lui rappelèrent sa présence. Au lieu de se lancer dans les grandes explications du pourquoi et du comment, il se contenta de répondre avec un ton des plus détachés.

- Ce qui est tout à fait normal…

Pourquoi donc ? Peut-être parce que les personnes connaissant l’existence de sous-sol ne venaient jamais dans le but de s’amuser… Ou alors d’une autre façon… Mais pour faire court, cela ne pouvait pas intéresser les autres. Aux questions, il fixa pensivement la porte avant de machinalement redresser sa tête qui finit par tourner dans la direction de Tetsuo. ‘Pas à te répondre’, voilà ce que son regard sembla suggérer sur le moment. Des yeux qui se contentèrent de glisser sur la silhouette de l’homme, tandis que ses doigts bougeaient lentement la clef dans la serrure avant de la retirer de son étau métallique. Pour la première fois, il lui sembla voir une once de sérieux dans l’attitude de son interlocuteur. Reishin était toujours sérieux, même sur des sujets qui ne l’étaient pas forcément. Un fin sourire amusé vint étirer ses lèvres.

- Pour le moment…Tu n’as même pas envie de savoir…

Cette formule offrait deux possibilités : soit endosser le costume de celui qui sait ce qu’il va faire et que cela ne sera pas des plus agréables pour le concerné, soit jouer à celui qui ne sait pas et qui se donne le temps de réfléchir… Lequel des deux il était… Allez savoir…. Avec douceur, il ouvrit la porte et laissa sa silhouette glisser dans la pénombre. Oui, c’était vraiment comme un jeu et il en était le maître… Qui plus est, il avait très envie de jouer avec Tetsuo. Peut-être que l’homme allait détester, mais cela pouvait être intéressant de donner à quelqu’un un avant-goût de ce qu’il savait faire. Pas que le rouquin fut spécialement une des cibles de Reishin… Non, il estimait juste, qu’il devait être des plus gentils avec lui pour se faire pardonner de l’avoir mis en colère, car même s’il le cachait particulièrement bien… Reishin était très rancunier. Et il fallait le temps, qu’il fallait, mais il finissait toujours par savourer ses petites vengeances. Cependant, Tetsuo avait de la chance… Malgré les annonces catastrophiques, qu’il lui faisait au sujet des missions, il ne le détestait pas.

Ses doigts effleurèrent un interrupteur. Un néon grésilla et une lumière blanche envahit la pièce. A première vue, cela ressemblait à une chambre. La literie était noire tout comme le lit en fer forgé. Le reste du mobilier était dans un style proche du victorien. La couleur s’était aussi absentée des tissus utilisés. Une petite commode faisant étrangement pensée à une coiffeuse se trouvait dans l’un des coins droits de la pièce. Dessus, trônaient une bouteille de champagne apparemment vide et deux coupes paraissant avoir servi. Une tabatière en argent semblait avoir été laissée et placée de telle façon, qu’on suggérait fortement à quiconque de la rapporter. Reishin étouffa un soupir contrarié. Qui était passé ici… Ailleurs, il retira sa veste et la déposa sur le dossier d’un fauteuil avant de s’y installer. Les bras croisés, ses yeux allèrent se planter dans ceux de Tetsuo.


- Tiens et si tu me disais, toi, pourquoi je t’ai emmené ici et pas ailleurs…

Plus amusant de tourner les choses de cette façon, n’est-ce pas ? Ses doigts s’entrecroisèrent, pendant que ses yeux se détachèrent de l’homme pour se poser sur un meuble mis dans un coin. Il était totalement insignifiant. Aucun travail sur le bois et seule, une poignée montrait la présence d’un tiroir. Rei tendit une main vers la poignée et la tira doucement vers lui. Ses doigts descendirent dans le tiroir pour en sortir un paquet de cartes. Méthodiquement, il l’ouvrit pour en extraire le contenant, qu’il garda soigneusement dans son autre main. Son corps quitta le fauteuil pour s’approcher de la commode. Sur le dessus, Reishin étala méticuleusement les cartes avant de faire signe à Tetsuo de venir. Tout en cherchant ses cigarettes et son briquet dans ses poches, il lui désigna du menton les petits rectangles étalés sur le bois. Avec son index, il rapprocha de lui l’une des coupes avant d’allumer enfin une cigarette. Lorsqu’il ne fumait pas, il tapotait doucement le bâton contre le rebord de la coupe pour y faire tomber la cendre. Enfin, il finit par lâcher d’un air amusé.

- Choisis une carte !
Revenir en haut
Tetsuo Kiriama
Celui qu'on appellait l'Ombre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2007
Messages: 71

MessagePosté le: Mer 1 Aoû - 01:28 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

Le comportement si étrange de Reishin commençait réellement à irrité Tetsuo . . . Enfin, non, le comportement du chef des Freelance n'avait rien d'anormal mais disons plutôt qu'il avait des réactions tout à fait normal mais que le jeune homme avait alors une imagination plus développé encore qu'a l'accoutumé et que cela rendait son jugement totalement différent ! Ce rendre compte de cela ne changea pas pour autant la méfiance du jeune homme qui savait plus où se mettre et qui ne savait pas comment se dérobé d'une telle situation !

. . . Comment ça pour le moment, il avait pas envie de savoir ? Mauvaise réponse, si Tetsuo ne savait pas quoi faire, il décida alors que dès qu'il le pourrait, il quitterait cette piéce et s'évaderait loin de ce lieu, le peu de raison qu'il avait, et qui lui disait de resté avec son chef quoi qu'il arrivait, l'abandonna totalement pour laissé place à une nevortisé glaçante. Certes, Tetsuo c'était attendus à quelque chose d'assez fort en émotion lorsqu'il avait décidé de légérement mécontenté Reishin en n'attendant pas son avis sur son plan . . . Mais il c'était pas attendus à avoir cette émotion là . . .

Quel émotion au juste ? Lui même ne le savait pas, il sentait une peur étrange, non, plutôt une crainte admiratifs car oui, il admirait l'homme qui avait en face de lui, il l'aurait adoré comme un dieu s'il avait eu le temps mais mine de rien, Tetsuo était un homme très occupé qui utilisé son temps avec agilité . . . Cette crainte était mélangé à une étrange exitation qui fessait monté l'adrénaline dans le sang du rouquin qui trouvé cela amusant de ne pas savoir ce qui allait lui arrivait, surtout si la personne qui devait "s'occupé" de lui était Reishin . . . La surprise pouvait autant lui plaire que lui déplaire, non ?

D'ailleurs, la première surprise, découvrire ce qui se trouvé derrière cette porte, ne lui plut pas ! Mais alors pas du tout ! Déjà, pourquoi Reishin l'emmenait il dans une chambre ? Une salle de torture lui aurait fait peur, la chambre, ça lui donnait envie de gifflé Reishin et de repartir tout de suite, et aller savoir pourquoi ! Non, en fait, Tetsuo savait le goûts qu'avait l'Otousan pour . . . Enfin, bref, cela énarva Tetsuo d'être considérait alors comme de la chaire fraîche. Le rouquin lança donc un regard froid à son interlocuteur, croissant ses bras sur son torse mais repris vite son bras blessé en main, souffrant par ce simple mouvement. Il grimaça légérement mais ne dit rien de plus.


"Je suis là pour que tu joue avec moi et que tu calme ta colère ?"
Lâcha ironiquement Tetsuo, arborant un sourire étrange qu'il perdit rapidement, il leva le doigts vers son chef, la mine menaçante.
"Arrête tout de suite de jouer avec moi et va droit au but ! Sinon, je reprend la porte de la sortis et même les "gardiens" de ses lieux pourront pas m'empêché de sortir !"

L'ombre observa les mouvements de l'homme, regardant chacuns de ses gestes comme un chat a l'affus et se préparant a recevoir un coup mais se préparant surtout à contre attaqué, il ne loupait alors rien de ce que fessait l'Otousan, regardant les mains glissé et effleuré les cartes, le regardant se mouvoir dans la pièce, observant ses mains allumé une éniéme cigarette, L'Ombre ne loupé plus rien du tout ! Il s'approcha de son chef, mais ne le quitta pas des yeux un seul instants, il ne daigna glissé son regard sur les cartes que lorsque Reishin lui demandé de choisir une carte et encore . . .

"Alors voilà ce que je fais ici ?"
Demanda t il moqueusement, un sourire taquin sur le visage.
"Et dire que je croyais que vous n'aviez pas de temps à perdre, je me serais trompé ?"

Il posa sa mains sur une des cartes, totalement aux hasards, ne choisisant pas réellement. Il tira légérement la carte avant de retourné vers Reishin.

"Je vais te laissé maintenant, j'ai besoin de me repossé mine de rien."
Dit il, ayant perdus son sourire.
"Et va falloir que je change mes bandages à cause de vos manière brusque !"

Sur ses mots légérement taquin, Tetsuo décida de prendre retraite et se dirigea vers la porte, bien décidé à ne pas resté dans cette pièce là, Reishin aurait tout le temps de se venger dans un autre lieu et à un autre moment.
_________________
Revenir en haut
Reishin Lan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 1 Aoû - 17:20 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

La seule réponse, qu’il laissa transparaître face aux propose de Tetsuo, fut un rire léger. Il aurait pu s’emporter, vouloir le terrifier, mais non la seule chose, qui sortit de ses lèvres fut un rire. Moqueur ? Sarcastique ? Amusé ? C’était difficile à dire. Ses pupilles brillaient sous l’effet de l’espièglerie. Le rouquin ne cessait de répéter qu’il avait mal et qu’il était affaibli et il songeait sérieusement à aller se frotter aux deux hommes de main stationnant à l’entrée… Et le pire dans tout ça, c’était qu’il était sérieux. Toutes ses données rassemblées expliquaient la réaction de Reishin. Tetsuo lui semblait totalement, comment dire, impulsif. Il avait la sensation, qu’il agissait en fonction du sentiment qui le dominait au moment, où il parlait. Là, il s’agissait de l’énervement et il n’avait du rien de trouver mieux que la carte des menaces, voir de l’intimidation… Probablement histoire de.

Bref Reishin n’accorda plus trop de crédit à ses interrogations et ses exclamations. A vrai dire, tester ses nerfs et les avoir éprouvé apparemment lui suffisait temporairement. Les yeux rivés sur les cartes, il tirait pensivement sur sa cigarette, savourant comme il se devait chaque bouffée. Il savait que c’était terriblement mauvais pour la santé, mais il fallait bien à un moment mourir de quelque chose. Alors pourquoi pas du tabac ? Et puis, ce n’était pas comme s’il avait une personne à charge ou qu’il était engagé avec quelqu’un. D’ailleurs, sa vie privée restait très… privée. Même si quelques rumeurs ou dires circulaient autour de ses préférences, il restait muet sur le sujet montrant qu’il avait d’autres préoccupations.


- Ce que tu appelles temps, je l’appelle affaires.

A cette simple phrase, il exprimait clairement sa façon de pensée. Le temps était davantage une base dans son esprit et s’il ne devait pas perdre quelque chose, c’était bien d’une affaire qu’il s’agissait. Par chance, il avait réussi à diminuer les affaires personnelles pour privilégier les affaires professionnelles. Cependant il ne s’agissait que de vastes fluctuations, qui dépendaient davantage des circonstances qu’autre chose. En d’autres termes, même un homme comme Reishin, bien qu’il détestât ce genre de cas, devait aussi se plier aux circonstances indésirables et aux mauvaises surprises. Ses yeux fixaient encore le dessus de la commode. Il venait de remarquer un changement. Manifestement, Tetsuo alternait entre les pronoms personnels… L’homme ne savait-il pas comment se placer par rapport à lui ? Cette réflexion lui tira un sourire énigmatique, tandis qu’il délaissait les cartes pour s’installer à nouveau dans le fauteuil, comme si rien ne s’était passé depuis leur entrée dans la pièce.

A l’évocation du départ, son regard se concentra simplement sur la fin de sa cigarette. Il ne paraissait même pas écouter ce que son interlocuteur lui disait. D’ailleurs, il ne paraissait pas, il ne l’écoutait vraiment pas. Ce qui le fit sortir de sa contemplation fut un coup contre la porte et l’apparition de nouvelles personnes. Deux vigiles se dressèrent devant l’entrée. Deux vigiles ou plutôt deux gorilles. Leur stature remplissait presque l’encadrement de la porte. L’un d’eux s’avança dans la pièce, tandis que son collègue restait devant la seule sortie possible. Reishin savait vaguement ce que cela signifiait, mais il fut quelque peu étonné, quand l’homme lui tendit un téléphone en lui parlant dans sa langue natale. Heureusement la suite repassa en japonais après un coup d’œil faussement perplexe à l’attention du vigile. Le portable collé contre l’oreille, le brun alla écraser son mégot dans la coupe avant de retourner vers l’homme de main.

La conversation n’était composée que de « oui », « non », « effectivement », « hmhm »… Il n’y avait aucun réel indice pour connaitre le sujet de la discussion. Qui plus est le visage de Reishin ne laissait passer aucun sentiment. Arrivé à la hauteur de l’homme, il coupa la conversation et tendit l’objet à l’autre qui le rangea immédiatement en hochant la tête. C’était comme s’il y avait une sorte de compréhension tacite par rapport à ce qui venait d’avoir lieu. Avec flegme, il attrapa sa veste et la remit. Ses pieds l’emmenèrent en direction de la porte. En passant à côté de Tetsuo, il lui accorda un sourire bien trop sympathique pour être innocent, bien qu’il fût sans doute plaisant à voir. Il approcha doucement ses lèvres de l'oreille du rouquin et chuchota.


- Entre tu et vous, il faudra que tu te décides un jour.

Ce n'était pas la même chose et Reishin était curieux de savoir, celui qui finirait par ressortir dans les prochains jours. L'homme qui bloquait la porte, s’écarta légèrement pour le laisser passer. A voix basse, Rei murmura

- Occupez-vous de ce monsieur comme il se doit. Je repasserai. Plus tard. Sans doute.

Ses pieds s’arrêtèrent juste derrière le vigile qui avait repris sa place. A nouveau, il chercha une cigarette. L’allumant, de dos, il finit par lâcher comme s’il venait d’avoir pesé le pour et le contre pendant de longs instants.

- Ou alors transportez-le… ailleurs…

Sur ces dernières paroles, Reishin emprunta l’escalier menant au dehors. De l’obscurité du sous-sol, il passait à la lumière tamisée de la soirée, du calme, il passait au bruit de la foule. Sa tête se leva un instant vers le ciel… Si on distinguait quelques étoiles, même à travers cette pollution et toute cette noirceur… Une histoire sur les serpents qui muent traversa un instant son esprit, mais il la rangea dans un coin, ne sachant même pas pourquoi il y songeait présentement. Ses lèvres dessinèrent une petite moue presque de mécontentement, puis il reprit le chemin déjà emprunté, laissant Tetsuo faire connaissance avec quatre nouvelles personnes, prêtes à être aux petits soins pour lui…
Revenir en haut
Tetsuo Kiriama
Celui qu'on appellait l'Ombre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2007
Messages: 71

MessagePosté le: Mer 1 Aoû - 21:30 (2007)    Sujet du message: L'heure est arrivée... Répondre en citant

Tetsuo ne savait plus du tout comment réagir, il était totalement désemparait, voir déséspérait ! Il ne comprenait pas où voulait en venir l'Otousan, il ne comprenait pas non plus pourquoi il était si en colère, par ce qu'il fallait qu'il le soit pour considérait cela comme une "affaire" à moins qu'encore une foi, Tetsuo se trompé sur son jugement mais il avait comme l'impression qu'il ne se trompait pas, ou bien très peu. En tout cas, "l'affaire" ne devait pas être si importante que cela vus qu'il le laissait partir sans rien dire !

Quelqu'un frappa à la porte, figeant le jeune homme qui se demanda qui pouvait bien dérangé Reishin dans ses "affaires", preuve nouvelle que ce n'était pas une "affaire" qui était en cour en cet instant. Deux homme entrèrent, bloquant de leurs tailles impossante l'entré de la porte faissant légérement grimacer de mécontentement le rouquin qui n'avait cependant pas changé d'avis quand à son envie de s'en allé. Il voulut passé mais le vigile ne le laissa pas tranquillement passé, il le fit même reculé, lui saissisant les épaules et le faissant pour l'occasion grimacer de douleur. Le rouquin se rendit bien compte que c'était inutile de tenté cette sortie là, et il n'y en avait pas d'autre, malheureusement . . .

Il s'éloigniat donc de la porte, reportant son attention sur Reishin qui semblait avoir une conversation ou combien intéressante ! Vus le nombre de mot qu'il prononçait . . . En fait, il donnait plus l'impression d'écouté son interlocuteur que de participer à la conversation ! L'Ombre se dit que, franchement, il n'avait rien à apprendre ici et qu'il perdait réellement son temps, il aurait dut fuir le moment ou Reishin lui en aurait donné l'occasion !

La conversation fut finit au bout d'un temps que Tetsuo jugea fort long. Il regarda Reishin qui semblait vouloir partir, en tout cas, tout les signes était présent vus qu'il récupérait sa veste pour la remettre. Le rouquin lâcha un souffle de soulagement, pensant que leurs entretient était fini. Il regarda son supérieur s'approcha de lui et fut légérement décontenancer par les paroles de l'Otousan . . . Tetsuo considérait que le vouvoyer était une marque de respect et puis, ils n'étaient pas du même monde . . . Enfin, Tetsuo était presque un parjure !


"Si je vous ai tutoyer, je ne m'en suis pas rendus compte."
Lâcha t il froidement.
"Cela peu m'arriver lorsque je perd mon sang froid . . . "

Ce qu'il disait n'été pas tout à fait faux, lorsqu'il perdait son calme, il avait tendance à tutoyer les gens et ne s'en rendait pas compte, autrement, ils n'étaient pas assez intime pour se tutoyer ! Même si cela lui aurait énormement plut d'avoir Reishin pour ami. Il le regarda approché de la porte et vus le vigile se retiré du passage . . . Mais ces propos . . . Les propos du chef des Freelances laissèrent bouche bée Tetsuo ! Comment ça il repassait plus tard ? Comment ça ils devaient s'occupés de lui ? Qu'est ce que cela voulait dire ?

Tetsuo lança un regard sombre à Reishin, serrant les poings avec force, pour son bras totalement valide, la mains pris même une teinte pâle tellement il serrait le poing. Il aurait bien voulus dire ces quatres vérités à cet homme mais les mots étaient si nombreux qu'aucuns d'eux ne voulurent sortir de ça bouche !

Il se tourna violament vers les vigiles et leurs lança un bréve :

"Vous faites tous chier !"

{Suite :: C'est quoi ce bins ? è_o :: }
}
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:11 (2018)    Sujet du message: L'heure est arrivée...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Kyouri Zen'kei : Ville natale des Yakuzas Index du Forum -> ~¤~ La ville du Miorosu~¤~ -> Desuko Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom